Saison 2017/2018 : 5 espoirs du championnat polonais

Mathieu
Mathieu - Publié le 27 juillet 2017

La vigne doit être cajolée, encadrée et entretenue pour obtenir un raisin exactement comme souhaité, pour que ses grappes gorgées d’eau et de soleil produisent un jus de raisin qui deviendra alors l’ambroisie voulue. Bien sûr, les aléas du temps affecteront la qualité des grappes sans que le viticulteur ne puisse y faire grand-chose, parfois spectateur de la destruction comme de la création d’un vintage de qualité. Au final, les différences sont importantes entre un très bon vin, un vin de garde, un millésime ou un vin de table, mais qu’en est-il de son début? Lorsque la vigne juvénile vient d’être plantée? Tout est question de temps, de chance et de chimie.

Comme vous le savez, à chaque début de saison nous nous baladons non pas sur les coteaux de Zielona Góra, mais sur les coteaux de la jeunesse polonaise en viticulteur attentif et parfois démuni. Les espoirs, peut être millésimés de demain, sont de jeunes vignes encore faibles et fragiles que le soleil ne doit pas brûler et que la pluie doit aider à grandir.

Si la cuvée des espoirs 2015/16 fut un bon vin de garde, celle de 2016/17 sera bonne à porter à l’index, dans les dernières pages du Gault & Millau des saisons polonaises. Pas une piquette certes, mais un vin de table avec quelques rondeurs trop subtiles, rien de plus.

En effet après les Zielinski, Stepinski, Kapustka, Linetty, etc.. difficile de tenir la comparaison. Heureusement Kownacki et d’autres inattendus viennent sauver notre assemblage. Pour le reste, comme le dit la locution « In Vino Veritas »


Retrouvez la totalité de nos espoirs de cette nouvelle saison et des précédentes éditions


Retour sur les espoirs de l’an passé

Patryk Lipski (Ruch Chorzow | 12.06.1994)

Si son club a vécu une saison dernière difficile ponctuée par une relégation, Lipski a essayé de faire revivre le club de Chorzow, mais sans son compère Stepinski en attaque, la saison ne s’est pas passée comme prévu. S’il n’a rien perdu de sa qualité technique et athlétique (parfois un peu faible face à des milieux très physiques) Patryk Lipski n’a pas éclos comme souhaité, faute à un collectif peu en verve dans un club aux multiples problèmes. Malgré tout avec cinq buts pour sept passes décisives l’enfant de Szczecin s’est battu avec ses armes, celles du beau jeu. Une saison mi-figue mi-raisin donc.

Mais c’est aussi une histoire d’amour de jeunesse avec le Ruch qui s’est mal fini. Pas payé depuis plus de six mois, Lipski n’a pas hésité à aller au clash avec ses dirigeants pour rompre son contrat. Finalement libre, le jeune espoir est à la recherche d’un club. Un temps évoqué du côté du Lechia Gdansk, il semble que le club de la Baltique ne soit plus un point d’amarrage pour le jeune polonais. Une chose est sure, si Lipski veut passer un palier, il lui faudra certainement s’exiler, car aucun top club polonais n’a de place pour lui pour l’instant. Avis aux amateurs.

Dawid Kownacki (Lech Poznan | 14.03.1997)

Si le début de saison du Wunderkind présageait d’un reste de saison compliqué, il s’est finalement imposé comme l’attaquant de pointe du Lech Poznan en rotation avec Robak. Pas toujours titulaire, mais déterminant, Dawid Kownacki a effectué une saison de très bonne facture s’achevant sur un Euro U21 réussi alors que le reste de l’équipe polonaise coulait tranquillement. Celui que la presse compare à tort à Lewandowski (pas le même profil et une précocité autre) a inscrit douze buts et délivré trois passes décisives en une trentaine de matchs la saison passée.

Assez pour taper dans l’œil des clubs de l’ouest de l’Europe. Car oui, enfin, le jeune attaquant de 20 ans (19 ans à l’époque) a irradié de son talent les matchs d’Ekstraklasa. Celui en qui la Pologne place beaucoup d’espoirs s’est vu récompensé de cette belle saison par un transfert à la Sampdoria en passant par la case Liège pour faire monter les enchères. Vendu pour 4M€, Kownacki va retrouver en Italie et à Gênes en particulier de vieilles -jeunes- connaissances telles que Linetty ou Bereszynski, de quoi gérer au mieux son intégration. S’il possède des qualités techniques et de vitesse indéniable, il lui faudra se renforcer physiquement pour ne pas vivre les mêmes mésaventures que lors de la saison dernière face au Legia et à Pazdan. Après la Napolonia, la Sampolonia prend forme avec un atout majeur. Si Schick devait s’en aller, alors Kownacki pourrait dès le début de saison obtenir un temps de jeu conséquent en Serie A. Le fruit est très prometteur, mais pas encore mûr, laissons-lui maintenant le temps de faire vibrer la Serie A de ses appels et tirs puissants qui laisseront les filets pantois. Un talent pur qui comme Zielinski au Napoli peut éclore à tout instant.

Jaroslaw Kubicki (Zaglebie Lubin | 7.08.1995)

Dans un Zaglebie Lubin moins en verve que la saison précédente, Kubicki a passé une saison quasi anonyme. Un bon joueur d’Ekstraklasa, sans plus. Loin des espérances que nous avions au début de la saison. Un Euro U21 passé sur le banc, un club bien moins à l’aise dans le championnat et le jeune milieu défensif n’a pas pu s’affirmer. Il devrait rester à Lubin cette saison, bonne chose ou non, les espoirs placés en Kubicki étaient peut être exagérés au vu de son talent réel que la précédente saison a révélé.

De jeunes pousses bien plus talentueuses arrivent à son poste en Ekstraklasa ou en sélection espoir. Si Kubicki veut démontrer que les bonnes prestations entrevues il y a une saison n’étaient pas que du vent, c’est la saison ou jamais sinon il finira en bon milieu défensif d’Ekstraklasa sans véritable avenir ailleurs comme beaucoup avant lui.

Karol Swiderski (Jagiellonia Bialystok | 23.01.1997)

La soupe à la grimace. Suivit par un paquet de clubs de Serie A, Swiderski n’a pas confirmé tous les espoirs placés en lui. Dans une équipe du Jagiellonia à la lutte pour le titre jusque dans les derniers instants, Karol Swiderski n’a pas su trouver une place de choix. Une première partie de saison avec quelques éclairs, mais sans plus, une seconde minée par les blessures. Le jeune international U20 n’a pas su convaincre Probierz de son utilité dans le dispositif de Bialystok (au contraire de Frankowski). Car c’est bien Swiderski le plus talentueux des deux sans nul doute, mais sa non-constance durant la dernière saison couplée aux blessures chroniques l’ont coupé dans son élan. Il devrait avoir encore un peu de temps de jeu cette saison. A lui de convaincre son nouvel entraîneur et la Pologne, qu’il est tout sauf une étoile filante.

Bence Mervo (Slask Wroclaw | 5.03.1995)

Un gros pschiiit sans bulles, sans champagne, sans trompettes. Bence Mervo était notre « joker » la saison passée dans la catégorie espoirs. Il restera donc en Pologne comme un espoir perdu. Le Slask Wroclaw a eu une saison compliquée, mais celle de Mervo dans un poste de pointe devant Morioka a été encore plus que compliquée. Avec seulement quatre petits buts en vingt matchs, le jeune hongrois de 21 ans est retourné dès la trêve hivernale à Sion. Le club polonais ayant terminé le prêt de son jeune attaquant dès février. Malgré des qualités indéniables, il semble que Bence Mervo se soit un peu perdu ou alors son superbe Mondial U20 n’était qu’un épiphénomène d’une carrière qui pourrait ressembler a celle d’un bourlingueur des championnats à l’Est du Rhin.

 

Les cinq espoirs Footballski de 2017/18

Qui sera le nouveau Kamil Glik? Le nouveau Lewandowski? La nouvelle révélation, nouvelle étoile qui viendra briller par la suite en dehors de la Pologne pour une belle somme sonnante et trébuchante. Voilà ce qui fait vendre les gazettes et ce qui fait que le commun des mortels clique à la recherche de la pépite pour sa partie de Football Manager ou pour son club, peu importe la région du monde, peu importe la nationalité. Twittant nerveusement sa découverte, tout en analysant frénétiquement des highlights concoctés savamment sur YouTube. Comme chaque année nous vous avons sélectionnés, cinq joueurs dans lesquels nous plaçons beaucoup d’espoirs pour la saison qui débute. Privilégiant la qualité à la quantité, voici donc cinq jeunes pousses prêtes à grandir et a éclore. De bons grains que la saison devra gorger d’eau et de soleil pour que dans la lumière de l’aube de leur carrière, ses jeunes footballeurs s’affirment comme les millésimes de demain. Et puis frimer dans vos discussions football avec vos amis en parlant de Szymanski c’est plutôt bath.

Mateusz Wieteska (Gornik Zabrze | 11.02.1997)

© Michał Chwieduk / newspix.pl

Du haut de ses 20 ans et de son 1m90, Wieteska maintenant défenseur central du Gornik Zabrze, pourrait être la belle révélation de cette saison. L’international U20 polonais au physique de pivot d’une équipe universitaire américaine de basket possède des qualités rares et recherchées pour un défenseur polonais. Lui qui en pur produit du Legia Warszawa a du s’exiler cette saison pour avoir enfin sa chance en Ekstraklasa. A la fin de l’année dernière après une bonne saison à 19ans en prêt au Chrobry Glogow (I.Liga), nous pensions que Wieteska allait enfin avoir sa chance avec le Legia a un poste de défenseur où la place était prenable aux côtés de Michal Pazdan. Finalement le Legia a préféré vendre son jeune défenseur, et c’est peut-être finalement pas si mal.

Un mal pour un bien, car Wieteska va voir du temps de jeu et une place de titulaire quasiment assurée du côté de Zabrze. Le promu qui arrive d’ailleurs en Ekstraklasa avec des intentions et qui n’est pas prêt à faire l’ascenseur, un promu certes, mais avec l’un des plus grands palmarès du foot polonais. Wieteska devrait se sentir couvé et soutenu dans un club à dimension plus familiale que l’Ogre de Varsovie. Le jeune et longiligne international U20 va pouvoir à loisir montrer l’étendu de sa palette. Un jeu de tête excellent, une relance très propre et particulièrement efficace dans de longues ouvertures, un profil atypique de héron technique pour un défenseur sortant de l’école polonaise.

Cette saison pourrait aussi lui ouvrir les portes des Espoirs et montrer au Legia que le successeur de Pazdan dans l’axe était sous leurs yeux et qu’ils l’ont laissé filer.

Robert Gumny (Lech Poznan | 4.06.1998)

L’académie du Lech Poznan est sans doute l’une des meilleures si ce n’est la meilleure du pays. Et le prochain joueur de talent qui va en sortir pourrait être Robert Gumny. L’international U20, âgé de 19 ans a été prêté la saison dernière au Podbeskidzie Bielsko-Biala pour se renforcer physiquement et emmagasiner de l’expérience qui lui sera nécessaire pour cette saison en Ekstraklasa. Une saison en I.Liga donc pour apprendre et se mesurer a une intensité plus proche de celle de la première division. Il a d’ailleurs fait une bonne saison avec le TSP, étant titulaire 14 matchs et marquant deux buts. Le jeune latéral polonais est plutôt à l’aise avec ses pieds, il possède une bonne qualité de passe et aime se projeter vers l’avant en dédoublant dans son couloir ou en mordant la ligne. C’est un latéral assez offensif, rapide, qui aime dépasser la ligne médiane pour proposer des solutions offensives et apporter le surnombre. Cette volonté de porter le jeu vers l’avant peut parfois entraîner une certaine naïveté défensive (dans son dos ou dans le duel) propre à son jeune âge.

Bonne nouvelle, cette saison, après le départ de Tomasz Kedziora (Dynamo Kiev), la place de titulaire au poste de latéral droit au Lech Poznan lui est promise. Malgré son jeune âge, Bjelica lui fait confiance à un poste clef dans le dispositif du Croate qui a besoin de latéraux disponibles pour son jeu. Gumny a une grosse marge de progression, mais possède une base solide qui devrait lui permettre de se révéler aux yeux de tous cette saison en Ekstraklasa et en Europa League si le Lech atteint la phase de groupe. Ses qualités offensives, couplées a de bonnes bases défensives qu’il faut encore travailler en fait un latéral moderne et plutôt complet. Il faudra donc un peu de séances en salle, ainsi que de travail de placements et duels. Pour le reste Gumny est prêt pour le combat et n’a rien d’un bisounours.

Sebastian Szymanski (Legia Warszawa | 10.05.1999)

C’est le diamant brut qui se rêve dans les pas de son aîné Piotr Zielinski. Szymanski possède une technique hors norme bien au-dessus de la moyenne des footballeurs que la Pologne peut produire. Son pied gauche est d’une délicatesse pure, sa vision du jeu aiguisée pour son jeune âge. Lui, qui devrait être « the new big thing » dans le foot polonais franchit les étapes petit à petit, sans se brusquer.

Magiera l’avait fait passer de la réserve au groupe pro la saison dernière à seulement 17 ans. Pur produit de Varsovie et de son centre de formation, Szymanski épate, il régale du haut de ses 18 ans. Dans une position de meneur de jeu où il faut habituellement une grande maturité, il s’amuse, distille caviar sur caviar et se retrouve aussi parfois dans la surface adverse pour conclure de son pied gauche. Rapide, vif, technique et hargneux voici ce qui caractérise la future star polonaise des prochaines années. Son seul défaut pourrait être une petite suffisance inhérente à son talent et un pied droit qu’il va devoir travailler. Les gauchers n’ont que faire de leur pied droit, ce sont des joueurs de classes, des joueurs qui sur un crochet font trembler une tribune entière, Szymanski est de cette veine.

Cette saison suite au départ de Vadis Odjidja-Ofoe, il devrait avoir un temps de jeu conséquent en Ekstraklasa. L’arrivée de Pasquato en concurrence directe avec la jeune étoile ne devrait pas lui porter préjudice, Magiera saura distiller ce jeune meneur feu follet aux moments choisis. Si vous ne devez retenir qu’un nom pour cette saison d’Ekstraklasa c’est celui de Sebastian Szymanski qui du haut de ses 18 ans va faire danser les défenses à travers la Pologne et qui sait, peut-être à travers l’Europe. Car de gros clubs européens comme Liverpool suivent déjà ce jeune qui enroule ses frappes comme à son âge, nous roulions des pelles à un amour de vacances sur la plage. Retenez donc ce nom, vous ne pourrez pas dire que vous n’étiez pas prévenus.

Kamil Wojtkowski (Wisla Krakow | 26.02.1998)

© PAP / Tytus Żmijewski

Parti du Pogon Szczecin à 17 ans pour rejoindre l’académie du RB Leipzig, le voilà de retour en Pologne, au Wisla Krakow. En fin de contrat au RB, Kamil Wojtokowski a choisi de revenir chez lui, au pays, pour jouer régulièrement à un niveau supérieur aux U19. Le BvB ou Anderlecht le suivaient, ne lui proposant « qu’un passage en réserve » avant de possibles apparitions en A. Il a donc choisi le Wisla, un club lui proposant du temps de jeu et une visibilité sans commune mesure en Pologne. De son séjour en Allemagne, le jeune milieu gauche de 19 ans revient avec une belle polyvalence, de bonnes bases physiques/tactiques et de solides performances avec les U19 de Leipzig. Ayant marqué la bagatelle de six buts en dix-neuf matchs en A-Junioren Bundesliga, il a montré de belles aptitudes sur le côté gauche ou dans l’axe à des postes variés.

Au Wisla Krakow, sa place ne sera pas acquise en début de saison et il faudra se battre pour l’obtenir dans un effectif pléthorique à l’accent ibérique. Son temps de jeu devrait donc dépendre de ses performances sur des bouts de matchs que Kiko Ramirez lui donnera en début de saison. A lui de montrer que sa polyvalence, sa possibilité de jouer aisément des deux pieds, sa jeunesse et sa vitesse sont des qualités s’adaptant au plan de jeu de l’entraîneur espagnol du Wisla. S’il arrive à obtenir cette confiance alors ce grand espoir pourrait éclore en Pologne a un niveau plus élevé que l’A-Junioren Bundesliga, l’Esktraklasa terrain fertile à sa progression. Gardez un oeil sur Wojtkowski, il vous rendra le deuxième après une chevauchée victorieuse lors de la guerre sainte.

Florian Schikowski (Lechia Gdansk | 10.06.1998)

Florian Schikowski, produit de la formation allemande à fait le choix lui aussi de (re)venir en Pologne pour passer un palier. Le jeune milieu défensif de 19 ans remarqué grâce à sa prestation exceptionnelle face au Celtic en Youth League (un triple en 10 minutes) ou son but face à Barcelone va devoir trouver une place dans le milieu du Lechia Gdansk cette saison à l’instar de Wojtkowski au Wisla. La saison dernière il a évolué avec les U19 du Borussia Monchengladbach au poste de milieu défensif ou de latéral gauche (avancé) avec un ratio extraordinaire de dix-sept buts et cinq passes décisives en trente et un matchs (Championnat + Youth League).

N’hésitant pas à frapper de loin, autant à l’aise balle au pied que dans ses appels intelligents, la position de Schikowski dans le milieu n’est pas encore figée et cela est un avantage pour le jeune polonais. Il devrait avoir en conséquence un temps de jeu intéressant cette saison, Nowak l’ayant fait venir, il compte sur une bonne intégration de l’international U19 pour le lancer progressivement dans le grand bain. Très offensif pour un milieu défensif, il pourrait donc être positionné un peu plus haut et/ou sur le côté gauche au besoin. Lui aussi pourrait être une belle surprise de cette saison. Une chose est sûre, Schikowski n’est pas venu en Pologne pour faire de la figuration sur le banc et ses qualités techniques et physiques doivent lui permettre de passer un vrai palier cette saison en Ekstraklasa et au Lechia en particulier.

On aurait également pu citer : Pawel Stolarski (21 ans – Lechia Gdansk), Maciej Ambrosiewicz (19 ans – Gornik Zabrze), Konrad Michalak (19 ans – Legia Warszawa), Kamil Jóźwiak (19 ans – Lech Poznan)

Mathieu Pecquenard


Image à la une : © materiały prasowe (Lechia Gdansk)

Saison 2017/2018 : 5 espoirs du championnat polonais
5 (100%) 4 votes

A propos de l'auteur

Mathieu

Mathieu

Amoureux de la Pologne, des dimanches à regarder l'I.Liga sur Polsat en mangeant des pierogis froids accompagnés de Tymbark. Entre Paris, Wroclaw et Gdynia dans un avion pour les lacs de Mazurie, le football est un jeu, la vodka une passion.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Retour sur le parcours russe dans l’Euro 2017 féminin

Parmi les nations Footballski, la Russie est la seule à maintenir une présence régulière dans les compétitions internationales de football...

Fermer