Saison 2017 : 6 mois de football en Lituanie

Invité - Publié le 1 août 2017

La début de l’année 2017 ne commençait pas sous les meilleurs auspices pour le football en Lituanie. La fédération s’attirait directement la colère des fans, en plaçant 77% des matchs de A Lyga un jour de semaine. Une décision incompréhensible et pas de nature à remplir des stades où les assistances sont en général faméliques. Pour le reste, pas de changement. Le format du championnat est identique à celui de la saison précédente. La saison se déroule sur une année civile de mars à novembre. La phase classique est ponctuée par un mini- championnat entre les six premiers, l’avant-dernier joue sa tête dans une double confrontation contre le second de deuxième division et le dernier est relégué.

La saison 2016 s’était clôturée par un nouveau titre sans difficulté pour l’ogre Zalgiris Vilnius. Trakai, Suduva et Atlantas validant leur ticket pour l’Europa League. Le Zalgiris Kaunas était relégué et Utenis Utena sauvait sa tête dans une double confrontation contre le deuxième de seconde division (1 Lyga), le FK Palanga, ce duel pour la promotion/relégation étant une nouveauté pour pimenter un championnat trop facilement dominé par le Zalgiris Vilnius. Le champion de 1 Lyga, le FK Silas Kazlu Ruda gagnait le droit d’accéder directement à la A Lyga.

Hélas, le petit nouveau s’illustrait de manière négative en étant exclu par la fédération avant même d’avoir commencé la saison. Des joueurs et l’entraîneur étaient en effet soupçonnés d’avoir parié sur un match amical de préparation en Lettonie. L’entraîneur Jarmalivicius était suspendu pour deux ans et cinq joueurs moins lourdement sanctionnés. Décision qui entraînait le repêchage du relégué, le Zalgiris Kaunas, qui est en réalité une filiale du géant du basket européen portant le même nom. Car pour ceux qui l’ignorent, le sport numéro un en Lituanie est le Basket. On peut même parler de religion équivalant à ce que représente le foot pour le Brésil. Cette singularité s’explique par le fait que durant la courte période d’indépendance d’entre-deux-guerres (1918-1940), de nombreux Lituaniens fuyant le régime autoritaire tsariste et ayant émigré aux USA avaient repris la route du pays natal amenant dans leurs bagages ce sport typiquement US.

1 – FK Zalgiris Vilnius – 42 points

Le club de la capitale fête ses 70 ans d’existence ! Il possède bien évidement le plus gros budget du championnat (2,75 millions). La présidente, Venslovaitiene a fixé les objectifs du club : tout gagner au niveau national et arriver à passer un tour en Champions League. Le plus grand challenge pour le club de la capitale était de remplacer sa machine à marquer, le serbe Andrija Kaludjerovic (22M et 20 B) parti gagner plus d’argent en Thai League au Port FC. Le club prenait le pari de relancer Komnen Andric, en prêt de Belenenses, opération complètement ratée avec un pauvre but en neuf matchs. Le serbe était renvoyé au Portugal en juin. Plus satisfaisant est le retour du vétéran Darvydas Sernas qui en inscrivant dix goals retrouvait même une place en équipe nationale à 33 ans ! Autre recrue intéressante, le malien Mahamane Traoré, l’ancien Messin et joueur de l’OGN Nice vient de tenter de relancer sa carrière minée par les blessures. Un début réussi, puisqu’il marquait pour le premier match de la saison, la Supercoupe, contre Trakai. Ce sera malheureusement un feu de paille pour Traoré rattrapé par ses vieux démons et ne réapparaissant qu’à la mi-juin. Le français Serge Sitsofe Nyuiadzi , qui avait déjà porté le maillot vert et blanc entre 2013 et 2016 fait également son retour.

Si le club domine largement la compétition domestique, la manière n’y est pas. Le club se montre moins dominant, perdant des points contre des adversaires de bas de tableau. Cependant, ses rivaux n’étant pas vraiment à la hauteur et manquant de constance, le club peut envisager sans aucun souci un nouveau titre. Signalons  l’étrangeté d’avoir déjà aligné cinq gardiens différents…

© fkzalgiris

Le club, on le sent, est focalisé sur la Champions League et espérait un tirage plus clément que les saisons précédentes (Dinamo Zagreb,  Malmö, Astana) pour enfin passer un tour. Autant dire que Ludogorets n’était pas le tirage espéré. Pour renforcer l’équipe en perspective du moment crucial de la saison, le club transférait le roumain Liviu Antal du CFR Cluj et un chilien en test, Diego Oyarzun. Et alors qu’on pouvait s’attendre à deux raclées, Zalgiris remportait de haute lutte le match à domicile (2-1) et menait même 0-1 en Bulgarie, ouvrant la porte à un exploit exceptionnel  avant de s’effondrer en seconde période pour s’incliner 4-1. Serge Sitsofe Nyuiadzi fut le grand homme de cette double confrontation en inscrivant deux goals et adressant une assist à Mantas Kuklys. La victoire au match aller s’était révélée trop coûteuse pour l’effectif, Darvydas Sernas recevant un carton rouge en fin de match et Liviu Antal se blessant (déjà), l’équipe alignée au retour manquait de qualité et le rêve prenait fin.

L’aventure européenne étant terminée, le club va devoir maintenant, comme chaque année, trouver la motivation pour terminer une saison sans suspens.

2 – FK Trakai – 31 points

Contraint de jouer à Vilnius faute d’un stade valable, l’ambitieux et jeune club de la capitale médiévale de la Lituanie présente le même problème que chaque année, un effectif talentueux, mais manquant de profondeur. Le buteur Nerijus Valskis étant parti au Bnei Yehuda, Trakai misait sur le russe Maksim Maksimov d’Atlantas pour alimenter le marquoir. L’affaire de l’année, puisqu’en étant meilleur buteur du championnat avec onze réalisations et surtout sept goals en Europa League, « Max » est l’homme de la saison en Lituanie. Si, en occupant la seconde place, le club tient son rang, la saison domestique reste moyenne avec de nombreux points perdus dans des matchs médiocres contre des adversaires plus faibles. Autant dire qu’on n’attendait pas grand-chose du club au niveau européen et heureuse surprise avec un Maksim Maksimov en feu, le club sortait St Johnstone et Norrkping et reste en course après sa victoire au match aller (2-1) contre Skhendiha.

3 – FK Suduva – 28 points

Suite à un différend financier, le club se séparait du vétéran et joueur emblématique Tomas Radzinevicius. A 35 ans, celui qui s’était révélé en étant le héros de la qualification historique contre Brann Bergen en 2002, avait réussi son retour au sein du club de son cœur avec 14 goals et 6 assists.  Le joueur partait donc effectuer une dernière pige à Malte au Valetta FC. Autre départ marquant, celui du prometteur Eligijus Jankauskas au MSK Zilina. Au niveau des arrivées, le club misait avant tout sur des valeurs sûres du championnat et un ancien de l’AJ Auxerre, le gabonais Henri Junior Ndong Ngaleu. Le club réalise une saison correcte, mais pas exceptionnelle en championnat et comme Trakai, se sublime en coupe d’Europe. Une qualification miraculeuse contre le Shaktyor Soligorsk, suivie d’une qualification dans la douleur contre le FK Liepaja, mais surtout un des plus grands matchs dans l’histoire du club avec une victoire écrasante contre le FC Sion (3-0) à Marijampole. A moins d’une remontada au match retour, l’histoire est en marche pour Suduva !

4 – FK Atlantas – 22 points

Le club était suspendu à la décision de Konstantin Sarsania de poursuivre l’aventure avec le club. L’entraîneur/manager/directeur sportif  russe est le moteur de l’équipe et avec ses nombreux contacts, il permet d’attirer de jeunes Russes prometteurs qui viennent s’aguerrir au bord de la Baltique (Maksimov en est le plus bel exemple, mais il filait à Trakai à l’entre-saison) et parvient à placer de jeunes espoirs dans des clubs plus huppés (Edvinas Gertmonas au Stade rennais). Il annonçait finalement rester une saison de plus. Un de ses poulains, le buteur Andrey Panyukov, après une expérience totalement ratée à Braga et une courte apparition en Ligue 2 à l’AC Ajaccio (6 B) venait se relancer. Malheureusement, fin mai, Konstantin Sarsania annonce son départ pour un poste de directeur sportif au Zenit Saint Petersbourg. Panyukov qui en inscrivant onze buts était le meilleur buteur du championnat zappait la confrontation européenne contre Kairat qui tournait à la déroute (0-6 et 1-2) pour faire des tests au Zenit. L’avenir du club est très incertain.

© fcatlantas

5 – Utenis Utena – 21 points

Avec un recrutement très international , Utenis voulait faire mieux que la saison précédente. Un peu au-dessus du peloton du relégable, le club est à l’affût d’un effondrement d’Atlantas pour chiper un ticket européen. Le mercato voyait une arrivée massive de joueurs étrangers (principalement espagnols) et pour la première fois dans l’histoire du championnat, le club alignait un onze complètement composé d’étrangers contre Suduva. A voir sur la durée ce que cela donnera, mais c’est une évolution guère positive dans l’intérêt du football en Lituanie.

6 – FK Jonava – 17 points

Pour sa deuxième saison au plus haut niveau, le club a pour objectif de vivre une saison tranquille. Mais Jonava est parti pour une bataille à trois avec les deux clubs de Kaunas dans la lutte pour le maintien.

7 – Stumbras Kaunas – 16 points

Le club au fort accent portugais s’est transformé en entreprise d’import/export. Le club multiplie les transferts de joueurs (principalement portugais donc) et loue quelques espoirs au Zalgiris Vilnius. Sportivement, cette instabilité se retrouve au classement, le club va devoir batailler ferme pour éviter la relégation.

8 – Zalgiris Kaunas – 13 points

Repêché en A Lyga une semaine avant le début de la saison. Le début de saison est un calvaire pour le petit poucet. La première victoire de la saison tombait début juin avec une victoire surprise contre le Zalgiris Vilnius. Victoire qui semble avoir servi de déclic puisqu’avec l’apport de quelques joueurs étrangers, le club enchaîne les bons résultats et n’est plus qu’à  4 points de la 6ème place salvatrice. La lutte pour la relégation s’annonce donc palpitante cette saison. Par ailleurs, faisant dans l’exotisme, le club nomme le jeune nord-Irlandais Johnny McKinstry comme nouveau coach mi-juillet. Précédemment en charge de la Sierra Leone puis du Rwanda, il était devenu à 27 ans le plus jeune entraîneur à prendre en charge une équipe nationale.

Viktor Lukovic

Image à la une :

Saison 2017 : 6 mois de football en Lituanie
5 (100%) 2 votes

A propos de l'auteur

Invité

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
« Citizen Kinkladze » ou l’éternel prodige de Manchester City

Au tournant des années 1990 le football européen s’apprête à subir une transition aussi brutale qu’intense qui verra les clubs...

Fermer