Saison 2016/2017 – 6 mois de football en Géorgie

Antoine Gautier
Antoine Gautier - Aujourd'hui à 20h40

Finie l’Umaglesi Liga « Ligue Supérieure », voici venue l’Erovnuli Liga « Ligue Nationale ». On vous parlait il y a 6 mois du changement de format du championnat et notamment le passage d’un format « automne-printemps » à un format sur l’année civile. Mais la fédération géorgienne est allé plus loin depuis et cherche à donner à ce championnat l’allure d’une vraie compétition professionnelle, susceptible d’intéresser un peu plus de monde qu’aujourd’hui. Alors quels résultats sur ces six premiers mois ?

Le championnat continue sa mue

En dehors du changement de calendrier donc, le championnat a été réduit à 10 équipes, jouant 36 matchs sur deux phases : de février à juin puis de août à novembre. Des aménagements d’horaires ont également eu lieu, en arrêtant par exemple de programmer tous les matchs le même jour à la même heure. Au contraire les fans souhaitant suivre le championnat géorgien peuvent désormais suivre la plupart des rencontres en HD sur la chaine youtube Erovnuli Liga, ou à défaut via un live sur la page facebook dédiée. Ultime innovation, certains matchs sont désormais joués en prime-time, en soirée, ce qui ne s’était plus produit depuis l’indépendance du pays (1991 tout de même). Amateurs de football vrai et si vous vous sentez piquer du nez entre un Dijon-Caen et un Rennes-St. Étienne le samedi à 20h, sachez que vous pouvez désormais zapper sur une affiche telle que Dinamo TbilissiTorpedo Kutaisi.

Le but affiché de ces changements et ce que cela représente comme investissement est bien évidemment de redonner du cachet à un championnat qui s’enfonçait année après année dans l’indifférence totale. Avec ces nouveaux horaires, mais aussi un changement de noms, de logos, de graphisme, des bandes annonces joliment exécutées, un site internet dédié et même une fantasy league, les responsables espèrent faire revenir les géorgiens, au stade comme devant leurs écrans. Et pour l’instant le pari a l’air gagnant car l’on a vu des affluences nettement plus intéressantes depuis, à Batumi, Sachkhere, voire Gori et Samtredia, pour des affiches pas forcément extraordinaires à priori.

Le Dinamo Tbilissi reprend son bien.

On avait quitté le Dinamo Tbilissi au fond du trou en décembre dernier. Ayant réussi l’exploit de ne pas se qualifier pour une compétition européenne, miné par des problèmes d’ego entre joueurs et ridiculisés pour une affaire de sacrifice de mouton, le Dinamo a depuis fait un grand ménage. Dehors les gros salaires et les gros egos qui vont avec, comme Mate Tsintsadze envoyé au Pogon Szesczin ou Jaba Jighauri au Vardar Skopje, et retour de l’entraineur Kakha Katcharava, déjà au club en 2006 et sur la période 2009-2010. Avec le retour de prêt de joueurs comme Saba Lobzhanidze et Bachana Arabuli, qui ont connu leurs premières sélections en équipe nationale en ce début d’année, le Dinamo a logiquement repris son rôle de rouleau compresseur du championnat, gagnant 14 matchs sur 18 et marquant plus de 40 buts.

Torpedo, Samtredia et Chikhura confirment.

Derrière la concurrence se neutralise et seul le Torpedo Kutaisi arrive à suivre jusqu’ici le rythme du Dinamo. Vainqueur de la coupe nationale, le Torpedo continue sur sa lancée de novembre, en s’appuyant notamment sur des joueurs offensifs qui régalent. Citons notamment le vétéran Grigol Dolidze, 34 ans dont 15 de carrière dans le championnat géorgien et auteur de quelques buts somptueux cette saison. Le plus si jeune Tornike Kapanadze (25 ans), a également montré plus d’une fois son habileté en marquant notamment un somptueux retourné acrobatique (voir en fin d’article). Reste que l’équilibre de cette équipe semble fragile et que l’on voit mal les verts et blanc concurrencer le Dinamo jusqu’à la fin de la saison. Trop juste assez probablement aussi pour le deuxième tour préliminaire d’Europa League face à l’AS Trencin, qui promet cependant d’être une belle fête au Ramaz Shengelia Stadium.

Une équipe que l’on pensait en revanche capable de s’installer plus haut dans le classement est le FC Samtredia. Le champion en titre devait cependant redouter ce qui lui est arrivé à savoir le pillage de ses meilleurs éléments et notamment ses deux attaquants Bachana Arabuli (7 buts en 13 matchs) de retour au Dinamo Tbilissi, et Budu Zivzivadze (14 buts en 13 matchs) qui a finalement choisi de rejoindre la colonie géorgienne en formation à Esbjerg au Danemark (avec Lasha Parunashvili et Otar Kakabadze). Irréguliers, les iméréthiens s’en sortent jusqu’ici à la 3ème place, à 4 points du Torpedo Kutaisi et déjà à 10 du Dinamo, capitalisant sur le travail effectué par Giorgi Tsetsadze depuis deux ans. Inefficaces face aux gros du championnat on ne voit cependant pas vraiment comment Samtredia, seul représentant géorgien en Ligue des Champions, pourrait franchir un tour de qualification face au Partizan Belgrade.

Assez logiquement en descendant d’un cran au classement on trouve le finaliste du dernier championnat, à savoir le Chikhura Sachkhere. Faisant partie des clubs les plus réguliers du championnat le Chikhura a joué encore une fois avec ses armes mais a été trompé par une défense plutôt défaillante. Qualifié également pour le deuxième tour préliminaire d’Europa League face aux autrichiens du Rheindorf Altach, l’équipe, dont la moyenne d’âge est particulièrement élevée (9 joueurs trentenaires), sera cependant à surveiller dans la deuxième partie de saison.

Locomotive Tbilissi et Dinamo Batumi en stagnation

Le Locomotive Tbilissi enfin, espérait sans doute mieux de cette première partie de saison. Le jeune effectif cheminot s’est en effet montré ambitieux offensivement, finissant deuxième meilleure attaque et comptant dans ses rangs le meilleur buteur de cette phase aller : Irakli Siharulidze (15 buts). Mais ils ont été jusque-là trop tendres dans les moments clés pour espérer mieux, comme cette défaite 3-0 sur le terrain du Dinamo qui a précipité une série de cinq revers de rang. Étant un des clubs les mieux structurés du championnat, le Locomotive vise cependant le succès à long terme et s’est même permis un des gros coup du mercato en faisant revenir Levan Kenia au pays. Le joueur, âgé de 26 ans, était barré au Slavia Prague après une longue blessure et revient revanchard. Après une petite période pour finir de soigner sa blessure, l’international (29 sélections) et ancien joueur de Schalke 04, du Fortuna Dusseldorf et donc du Slavia Prague aura la charge d’encadrer et de faire profiter les jeunes de son expérience.

Levan Kenia © FC Locomotive Tbilisi

Dans le bas du classement on attendait enfin beaucoup mieux du Dinamo Batumi, qui avait arraché une qualification pour l’Europa League aux dépens du Dinamo Tbilissi l’hiver dernier. S’appuyant sur une défense de fer lors du dernier championnat, et malgré la présence du milieu brésilien Flamarion, les joueurs adjares n’ont pas réussi à rééditer telle performance, et terminent cette première partie de saison comme premiers barragistes pour la relégation, minés en particulier par une attaque en complet manque de confiance.  Dommage pour un club qui a offert de très belles ambiances lors de ses matchs à domicile, relocalisés enfin dans le stade de rugby local, toujours mieux que la vétuste Chele Arena de Kobuleti où ils étaient exilés depuis plusieurs années. Un stade qui accueillera d’ailleurs surement la plus belle affiche de ce plateau européen en Géorgie avec une confrontation face aux polonais du Jagiellonia Bialystok. Nouvelle preuve de l’évolution du football géorgien, le Dinamo Batumi a néanmoins annoncé avoir lancé la construction d’un nouveau centre de formation et même d’une boutique officielle, en attendant un vrai nouveau stade.

Enfin le Dila Gori, champion en 2015 mais toujours en proie à des problèmes financiers, se maintient à flot grâce notamment à quelques point précieux arrachés dans les dernières minutes. Le FC Saburtalo qui avait montré de très bonnes choses en 2016 finit également juste au-dessus de la zone de relégation. Les joueurs de la capitale regretteront surement d’avoir laissé filer certains matchs. Pour preuve ils n’ont concédé qu’un seul match nul, pour 8 victoires et 9 défaites.  Pour compléter finalement ce tour du classement le Kolkheti Poti parait bien trop friable en défense pour mériter mieux que son avant dernière place actuelle, tandis que le Shukura Kobuleti est lui très loin du compte avec une seule victoire et une moyenne de près de 3 buts encaissés par match.

La minute Erovnuli Liga 2

Remodelée également à la suite des réformes du championnat, la deuxième division, anciennement Pirveli Liga, laisse à la place à l’Erovnuli Liga 2, un groupe resserré de 10 équipes. Faisant les frais du rétrécissement de l’Erovnuli Liga aucune promotion n’avait d’ailleurs eu lieu à l’hiver dernier, au grand dam du WIT Georgia et du FC Gagra, qui avaient largement dominé les débats. Cette fois ci c’est le Merani Martvili, finaliste de la dernière coupe David Kipiani et passé tout proche d’une relégation en 3ème division qui mène la danse, devant l’étonnant Metalurg Rustavi et le FC Gagra, habitué du haut de tableau en deuxième division. Le WIT Georgia en revanche, qui manque la promotion pour la deuxième année consécutive est loin à la 7ème place. Le FC Tskhinvali, tout juste relégué l’hiver dernier est en grosse difficulté à la 8ème place, mais toujours moins que le FC Zugdidi, lanterne rouge avec deux petites victoires au compteur et plus de 40 buts encaissés.

Le XI des 6 mois

 

Ils auraient pu y être : Vazha Tabatadze (Torpedo Kutaisi), Temuri Shonia (Batumi), Vagner Gonçalves (FC Saburtalo), Nodar Kavtaradze (Locomotive Tbiliss), Giuli Manjgaladze (FC Samtredia)

Des nouvelles des croisés

Déjà éliminés de la course à la qualification pour le mondial russe les croisés pouvaient sereinement continuer leur processus de refondation de l’équipe nationale entamé avec cette campagne de qualification. Relativement enthousiastes et intéressant à voir jouer dans la première partie des éliminatoires, la sélection n’a malheureusement pas vraiment été au rendez-vous depuis. Cela a commencé par deux matchs assez bizarres disputés en janvier à Dubaï face à l’Ouzbékistan (2-2) et la Jordanie (défaite 1-0), avec une équipe quasiment bis, en tout cas composée essentiellement de joueurs évoluant dans le championnat local. Le match face à la Serbie en mars dernier aurait toutefois dû et pu relancer la confiance de la sélection. Mais encore une fois, comme face à l’Irlande, à l’Autriche ou au Pays de Galles, les croisés ont craqué (1-3) après avoir pourtant produit une prestation de belle facture, et en ouvrant le score d’ailleurs par exemple par Nika Katcharava. L’imposant attaquant de Rostov, prêté actuellement à l’Ethnikos Achnas à Chypre, a au moins profité de cette série de matchs pour venir taquiner la hiérarchie des buteurs géorgiens où figurent notamment Giorgi Kvilitaia (Rapid Vienne), Giorgi Arabidze (Shakhtar Donetsk) et Valeri Qazaishvili (Legia Varsovie). Deux matchs amicaux maîtrisés face aux faibles sélections de Lettonie (5-0) et même de St Kitts et Nevis (3-0) viennent un peu adoucir le tableau mitigé d’une séquence internationale conclue par un nul 2-2 en Moldavie (en étant menés 2-0 pendant 60 minutes). Il commence cependant à se dessiner une identité de jeu et l’ossature d’un groupe intéressant au cours de ces matchs, qui a désormais le temps et la sérénité pour se projeter pourquoi pas vers l’Euro 2020.

6 mois en image

Le(s) but(s) des 6 mois

Grigol Dolidze a 34 ans mais encore des jambes de 20 ans quand il joue avec le Torpedo Kutaisi. Face au Chikhura Sachkhere le milieu de terrain s’est offert un doublé splendide (deuxième but à partir de la 55ème second d’un extérieur du pied droit sublime).

Tornike Kapanadze est lui un peu plus jeune que son coéquipier mais il est aussi à l’aise pour tenter des gestes techniques. Son truc à lui, c’est le retourné acrobatique, un geste qu’il tente régulièrement, alors quand ça va au fond c’est forcément somptueux.

Le Locomotive veut enflammer son stade

Le Locomotive fait partie des clubs qui peuvent compter sur une structure saine en Géorgie, mais leur stade de résidence, le Mikheil Meskhi résonne souvent vide avec à peine plus de 700 spectateurs en moyenne. Le club a alors décidé de prendre les devants en apportant son soutien à la création d’un premier club de supporters. Et apparemment ils n’ont aucun souci avec les fumigènes.

Celui du Dinamo Batumi fait plaisir à voir

Le Dinamo Batumi a beau être en difficulté en ce début de championnat il ne faut pas oublier qu’il représente la deuxième ville de Géorgie, dans une région traditionnellement plus intéressé par le football qu’ailleurs en Géorgie. Alors depuis que les supporters de Batumi n’ont plus à faire 30 km pour aller à Kobuleti soutenir leurs joueurs ils n’hésitent plus à garnir la Batumi rugby Arena (qui sert donc également aux rugbymen locaux en première division) lui donnant belle allure dans cette soirée de mai.

© Facebook Black Sea Pirates

Antoine Gautier


Image à la une : Bachana Arabuli, Giorgi Papunshvili, Saba Lobzhanidze © Erovnuliliga.ge

Saison 2016/2017 – 6 mois de football en Géorgie
5 (100%) 3 votes

A propos de l'auteur

Antoine Gautier

Antoine Gautier

Khinkalis et khatchapouris sur footballski. Caucasiophile, mon horizon s'élargit à l'Est toujours avec un stylo et un micro.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Saison 2016/2017 : Un an de football en Russie – Episode 5

La saison 2016-2017 de RPL tire son rideau rouge. Une saison une nouvelle fois riche en suspens que ce soit...

Fermer