Saison 2015-2016 : Un an de football en Géorgie

Antoine Gautier
Antoine Gautier - Publié le 24 mai 2016

Bienvenue dans l’ancien royaume de Colchide, terre de la légendaire reine Thamar, patrie du grand Kakhaber Kaladze et des exploits de l’immense David Kipiani ! Installez vous tranquillement au « balcon de l’Europe », quelques khinkalis, khatchapouris et du khoutchmatchi à portée de bouche, un verre de bon vin géorgien à la main, et laissez vous compter les histoires des nouveaux « soviets brésiliens ». Retour sur cette année de football en Géorgie, marquée par la domination sans partage de l’ogre Dinamo et la confirmation du Dila Gori le club qui monte en Géorgie ces dernières années.

Les croisés en route vers la Russie

Après une campagne de qualification à l’Euro correcte mais sans exploit, les joueurs au maillot frappé de la croix de St George se retrouveront en septembre pour une nouvelle campagne qui pourrait les emmener disputer la Coupe du Monde chez leur vaste voisin russe en 2018.

Dans un groupe très relevé composé de l’Allemagne, la Pologne, l’Écosse, l’Irlande et Gibraltar, la sélection géorgienne n’avait pu réaliser l’exploit de se qualifier pour l’Euro en France. Terminant à une avant-dernière place logique, les coéquipiers de Jaba Kankava auraient pu espérer mieux mais les deux défaites en ouverture contre l’Irlande et l’Écosse, deux concurrents pour la troisième place du groupe, avaient déjà pratiquement condamné la sélection. Malgré tout, de bons matchs en Écosse et surtout en Allemagne sur les matchs retour laissent entrevoir quelques motifs d’espoir. La solution passera surement par un rajeunissement de la sélection, profitant de l’éclosion de nombreux joueurs talentueux comme le Dinamo Tbilisi en a révélé cette saison.

© TOBIAS SCHWARZ/AFP/Getty Images

© TOBIAS SCHWARZ/AFP/Getty Images

Opposés à l’Irlande, la Serbie, la Moldavie, le Pays de Galles et l’Autriche, les géorgiens pourraient avoir une vraie carte à jouer s’ils entament leur campagne de qualification de la bonne manière. On peut douter cependant de la capacité d’adaptation de la sélection dans ce court laps de temps, le problème récurrent du football géorgien étant la difficulté pour ses joueurs les plus talentueux de confirmer après s’être révélés. Ainsi Mate Tsintsadze, Nika Katcharava ou encore Giorgi Kvilitaia seront-ils capables de franchir un cap là où Tornike Okriashvili et Jano Ananidze, annoncés comme de futurs cracks, ont dû revoir leurs ambitions à la baisse ?

Pour cela les géorgiens pourront compter sur l’expérience de Vladimir Weiss qui a pris la suite de Kakhaber Tskhadadze. Le coach slovaque qui a réussi à qualifier la Slovaquie pour la Coupe du Monde 2010, débarqué du Kairat Almaty en mars dernier, a pour ambition de qualifier la sélection géorgienne pour sa première phase finale de coupe du monde de son histoire.

Le Dinamo a tout écrasé

La surprise de la saison dernière est bien loin derrière, lorsque le Dila Gori remportait le titre de champion. Cette année le Dinamo Tbilissi était bien décidé à reprendre les choses en main. C’est chose faite avec à la clé un 16ème titre de champion et une nouvelle coupe David Kipiani. Avec 25 victoires en 30 matchs, c’est peu dire que les bleus ont imposé leur jeu partout en Géorgie, s’inclinant à 4 reprises seulement et restant muets offensivement à 3 reprises. On notera malgré tout qu’après un début de saison canon, l’équipe sembla temporiser après l’hiver, se contentant de victoires plus serrées sur le terrain d’équipes accrocheuses et déterminées. 3 défaites en fin de saison face à ses 3 poursuivants que sont Dila Gori, Samtredia et Chikura marquent ainsi la fin de saison en roue libre du club de la capitale. Il faudra être plus costaud pour espérer faire un résultat en phase préliminaire de Ligue des Champions sachant que le Dinamo n’a pas franchi un tour depuis 2011.

L’effectif actuel contient néanmoins de belles promesses pour l’avenir, avec les révélations offensives Giorgi Kvilitaia et Jambur « Jaba » Jighauri, 22 et 23 ans. Le géant Kvilitaia (1.90m), auteur de 24 buts cette saison, semble confirmer les espoirs placés en lui. Passé par le Dila Gori et la Hongrie (Gyroi ETO) il a marqué presque le tiers des buts du club champion cette année. Avec son profil de déménageur pourtant pas si rugueux (2 petits cartons jaunes en 30 matchs cette saison) il a énormément pesé sur les défenses et c’est son compère Jaba Jighauri qui en a profité. Pur produit du Dinamo, il a constitué la doublette parfaite avec Kvilitaia, marquant 13 buts. Saluons également la performance d’Alexandre Iachvili pour sa dernière saison avant de prendre sa retraite. A 38 ans, 22 ans de carrière dont 15 en Allemagne (Fribourg, Karlsruhe, Bochum), 67 caps avec l’équipe de Géorgie, il s’est montré décisif dans le rôle de joker en fin de match, marquant à 4 reprises cette saison et participant pleinement au succès collectif de cette équipe.

© FC Dinamo Tbilisi

© FC Dinamo Tbilisi

Derrière cette armada offensive, on vous parlait il y a 6 mois du jeune et prometteur Mate Tsintsadze, tout juste 20 ans. Malgré son petit gabarit, son important volume de jeu et ses qualités techniques dans la relance lui promettaient une deuxième partie de saison à l’avenant, lui qui a connu ses deux premières sélections avec l’équipe première de Géorgie cette année. Hélas, une blessure au ménisque en février le privera de la phase retour. Nul doute qu’on le reverra dès les premiers matchs du Dinamo la saison prochaine.

Samtredia et Dila Gori se sont accrochés mais n’ont pas pu résister

Dila Gori, surprenant champion la saison dernière a prouvé que ce titre était tout sauf immérité en accrochant encore le podium derrière le Dinamo, qu’ils ont battu lors de leurs deux confrontations. Emmené par un Otar Martsvaladze toujours aussi en forme avec 17 buts et 2 passes décisives malgré ses 31 printemps les joueurs d’Ucha Sosachvili se sont appuyés sur la même rigueur et l’organisation qui a fait leur succès l’an dernier. Quelques regrets subsisterons toutefois puisque Dila a craqué par deux fois contre son adversaire direct Samtredia, dont un cinglant 5-0 en octobre, alors qu’ils étaient toujours en lutte pour accrocher le Dinamo Tbilisi. Regret aussi avec une élimination en 16ème de finale de coupe face à Zugdidi, lanterne rouge en fin de saison.

Samtredia, à l’inverse, a su renverser la vapeur en deuxième partie de saison pour coiffer Dila et accrocher la deuxième place. 5ème à la trève ils se sont ensuite spectaculairement relevés, grâce notamment à une série de 8 victoires d’affilées entre février et avril, infligeant une correction 8-2 aux banlieusards de Sapovnela Tbilisi. Ces bons résultats viennent ainsi couronner la constance des efforts et la stabilité de l’équipe, chose paradoxale alors que l’effectif avait été quasi entièrement renouvelé à l’arrivée de l’entraineur Giorgi Tsetsadze en juillet dernier. Jugez plutôt : 17 arrivées – 24 départs à l’été 2015! Les supporters étaient loin d’imaginer la saison qui allait se dérouler. Pari réussi pour l’ancien sélectionneur des U19 géorgiens, avec de belles pioches comme Irakhli Sikharulidze, en provenance du défunt FC Zestafoni, auteur de 13 buts.

Le FC Tskhinvali s’est effondré. Chikhura et Sioni Bolnissi trop inconstant

On vous en parlait à la mi-saison, le FC Tskhinvali (anciennement Spartaki, voir notre histoire) semblait bien placé pour lutter pour une place sur le podium avec les 2 inséparables Dila Gori et Samtredia. Malheureusement pour les joueurs ossètes, Nika Katcharava, monstre physique auteur de 13 buts sur les 15 premiers matchs de la saison, a été happé au mercato hivernal par les sirènes du FC Rostov. Une opération qui a rapporté 300 000€ dans les caisses mais qui a précipité la fin de saison du club, qui n’était plus doté que de 2 attaquants de métiers. Incapables de gagner un match avant le 30 avril soit une série de 11 matchs sans victoire, les joueurs ossètes dégringolent alors à la 6ème place. Dommage, d’autant que Katcharava n’a joué depuis qu’un petit bout de match en RPL avec son nouveau club (9 fois sur le banc, jamais rentré).

Autre club qui montrait un grand potentiel, le Chikura Sachkere a alterné le très bon, avec quelques bonnes tôles infligées à Guria, Saburtalo (5-0) ou encore Zugdidi (4-0), et les désillusions, avec des contres performances face à des concurrents moins bien placés. Un petit brin de réussite qui leur manque cette année pour accrocher le podium mais une équipe avec qui il faudra compter sans nul doute l’année prochaine. D’autant plus que la victoire du Dinamo en finale de coupe David Kipiani contre Sioni Bolnisi leur permettra de jouer un tour préliminaire d’Europa League, de quoi accumuler un peu plus d’expérience.

Le Sioni Bolnisi a suivi une trajectoire similaire. Après un départ canon, le tournant de la période hivernale a eu du mal à être digéré. S’en suivirent une succession de matchs nul avant de se conforter à la 5ème place. Longtemps à la lutte avec Chikura pour la 4ème place, potentiellement qualificative pour l’Europe, ils se consoleront avec leur beau parcours en Coupe, ponctué par une finale face à l’ogre Dinamo.

Un trio de relégués Zugdidi, Martvili, Sapovnela

La bataille pour le maintien s’est jouée jusque dans les dernières journées, offrant un suspense à toute épreuve quand 5 équipes jouaient leur survie lors de la dernière journée. On a en effet longtemps pensé que Zugdidi, Sapovnela et Merani Martvili étaient condamnés à la charrette, les voyant s’enfoncer matchs après matchs. C’était sans compter la générosité de nombreuses équipes de moitié de tableau comme Saburtalo, Shukura, le Kholkheti Poti voire le Torpedo Kutaissi, qui ont décidé de distribuer de précieux points aux équipes menacées. Résultat : des équipes comme Zugdidi ou Sapovnela ont pu se remettre dans la course en enchaînant quelques victoires. A ce petit jeu, c’est bien le promu Sapovnela qui a craqué le premier. Malgré un beau sursaut d’orgueil, il était clair que les joueurs d’Iméretie n’avait pas le niveau pour la première division cette saison.

Ils seront accompagnés par Merani Martvili. Après deux saisons où les montagnards se sont sauvés de justesse, leur enthousiasme et leur combativité n’ont pas suffi cette fois ci. Trop inconstant et pas assez réalistes ils n’auront pas réussi à marquer les quelques points qui auraient pu prolonger leur séjour dans l’élite. Ils pourront cependant s’en vouloir puisqu’après une belle réaction d’orgueil en fin de saison ils abandonnent finalement la place de barragiste à Zugdidi, qui pour une meilleure différence de buts jouera son maintien dans l’élite face au Kholkheti Khobi.

Un petit mot de Pirveli Liga également où le Liakhvi Tskhinvali aura survolé cette saison en seconde division (plus de 80 buts marqués en 34 matchs), et accède à l’élite après deux montées consécutives. On aura donc droit dès l’année prochaine à un duel fraternel avec le FC Tskhinvali. Duel fraternel et non fratricide puisque les deux clubs représentant la communauté sud-ossète cultivent de bon rapports. Ils seront accompagnés par le WIT Georgia, qui aura réalisé une excellente saison en atteignant également les demi-finales de coupe David Kipiani (2-2, 3-1 face au Sioni Bolnissi).

Le XI de l’année

Gardien

Dino Hamzic, Chikura Sachkere. Très solide sur sa ligne le gardien orginaire de Sarajevo n’est pas étranger à la bonne saison de Chikura, qui termine meilleure défense du championnat.

Arrière gauche

Lasha Shergelashvili, Samtredia. Doté d’un énorme volume de jeu, il s’est révélé cette saison comme un des meilleurs latéraux du championnat. Formé au Dinamo Tbilissi mais barré par la concurrence il pourrait refaire une retour fracassant cet été dans le club de la capitale.

Arrière Droit

Otar Kakabadze, Dinamo Tbilisi. Symbole de la nouvelle génération talentueuse du Dinamo Tbilisi, le jeune et véloce latéral s’est rapidement imposé dans le couloir droit du club de la capitale. Son impact grandissant sur l’équipe lui a permis de pousser sur le banc Ucha Lobjanidze, l’expérimenté latéral qui devait assumer le couloir du Dinamo cette saison. Une progression récompensée par ses 3 premières sélections en équipe nationale cette saison.

Défenseur Central

Renê, Dinamo Tbilisi. Le solide défenseur brésilien aura été la meilleure garantie défensive du Dinamo, seule faiblesse de l’équipe cette saison. Rarement pris à défaut il pourra apporter sa hargne lors des tours préliminaires de Ligue des Champions.

Défenseur Central

Lasha Totadze, Saburtalo. Après une belle demi-saison avec Saburtalo en prêt du Dinamo Tbilissi, le joueur formé au Dynamo Kiev a rejoint définitivement la troisième équipe de Tbilissi cet hiver. L’imposant défenseur central a su prendre en main une défense jeune et prometteuse mais inexpérimentée afin de stabiliser l’équipe.

Mate Tsintsadze | © fcdinamo.ge

Mate Tsintsadze | © fcdinamo.ge

Milieu Défensif

Mate Tsintsadze, Dinamo Tbilisi. Probablement une des plus belles pépites du Dinamo cette saison, il a à chaque fois fait bénéficier toute l’équipe de sa qualité technique dans l’entre-jeu. Blessé la deuxième partie de saison, on attend avec impatience de le revoir sur une année complète.

Milieu Défensif

Guga Palavandishvili, Dila Gori. Le gratteur de ballon infatigable de cette équipe ce serait lui. Plus véloce que physique (1.73m), plus technique que puissant, il est un vrai milieu relayeur moderne. Maillon essentiel du club de Gori cette saison, il a pu bénéficier de sa première sélection en équipe première de Géorgie.

Milieu Offensif

Giorgi Kharaichvili, Saburtalo. Révélation de cette saison du côté de Saburtalo, il a été la plaque tournante du jeu de la troisième équipe de Tbilisi. Régulièrement appelé dans les équipes nationale de jeunes, il ne serait pas étonnant que des clubs de plus gros calibre s’intéressent à lui. A suivre.

Attaquant

Otar Martsvaladze, Dila Gori. L’expérimenté attaquant était venu finir en Géorgie une carrière bien remplie entre Ukraine et Russie, il a fait encore mieux que ça en finissant deuxième meilleur buteur du championnat avec 17 buts en 26 matchs. Capable de jouer aussi bien au centre que sur les ailes, il pourrait être une des garanties du Dila Gori pour la saison prochaine, à moins que ses performances n’attirent d’autres clubs.

Attaquant

Giorgi Kvilitaia, Dinamo Tbilisi. 22 ans, 28 matchs, 24 buts et 4 passes décisives, pas grand-chose à rajouter sur la révélation du Dinamo de cette saison. Rappelons tout de même que ces performances sont tout autant dûes à la qualité de l’équipe qui n’a cessé de l’alimenter en bons ballons. N’empêche que le jeune joueur est désormais régulièrement appelé en équipe nationale, où la relève se fait attendre en attaque. De gros espoirs sont placés en lui.

Attaquant

Jaba Jighauri, Dinamo Tbilisi. Autre pépite du Dinamo l’ailier supersonique forme une très belle paire avec son latéral droit Kakabadze et surtout avec Kvilitaia. Si certains se questionnaient sur sa capacité à percer au haut niveau il a démontré qu’il représentait un atout précieux pour le Dinamo, empilant 13 buts en 27 matchs.

Entraineur

Ucha Sosiachvili, Dila Gori. C’est une chose de créer un exploit avec une équipe sortie de nulle part, c’en est une autre de confirmer en installant l’équipe dans le haut de tableau du championnat. Reprenant une équipe en perdition il y a deux ans, il a réussi à installer le Dila comme la deuxième meilleure équipe de Géorgie, et à juste titre. Doté d’une effectif stable et bien géré Sosiachvili a su également faire évoluer le jeu de son équipe, basé sur la solidité mentale et l’organisation tactique l’an dernier, vers un style plus tourné vers l’avant cette année.

Ils auraient pu y être : Libor Hrdlicka (Dinamo Tbilisi), Giorgi Kimadze (Torpedo Kutaisi), Lasha Parunashvili (Dinamo Tbilisi), Gogita Gogua (Dila Gori), Alexandre Amisulashvili (Dinamo Tbilisi), Nika Chanturia (Lokomotiv Tbilisi).

L’espoir de l’année

 Mate Tsintsadze, Dinamo Tbilisi.  Titulaire indiscutable au sein d’une équipe du Dinamo qui regorge de talent, le natif de Poti s’est imposé en patron du milieu de terrain du club mythique en 6 mois à peine. Doté d’une belle marge de progression il pourrait aussi chambouler la hiérarchie du milieu de terrain en équipe nationale, emmenant dans son sillage une flopée de jeunes prometteurs du Dinamo Tbilisi.

Antoine Gautier


Image à la une : ©  FC Dinamo Tbilisi

Saison 2015-2016 : Un an de football en Géorgie
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Antoine Gautier

Antoine Gautier

De la kilkenny aux khinkalis. Du tous pourris aux khatchapouris. Caucasiophile, mon horizon s'élargit à l'Est toujours avec un stylo et un micro.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Le CSKA Sofia, de la troisième division à la future finale de la Coupe de Bulgarie

Le 16 mai dernier, Grisha Ganchev, homme d’affaire bulgare et propriétaire du CSKA Sofia, a annoncé le retour de son...

Fermer