La Russie, ce sera sans eux #9 – la Bulgarie

Vincent Tanguy
Vincent Tanguy - Publié le 13 novembre 2017

La phase de groupes des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018 est arrivée à son terme. Alors que la Croatie et la Grèce s’affrontent en barrages pour espérer décrocher leur qualification, Footballski revient sur le parcours des équipes d’ores et déjà assurées de ne pas être en Russie en juin prochain. Voici maintenant la Bulgarie, bien mal tombée dans un groupe à trois mastodontes, dont la France, mais qui a montré de belles choses.

 Les Résultats

Bulgarie-Luxembourg : 4-3
France-Bulgarie : 4-1
Suède-Bulgarie : 3-0
Bulgarie-Biélorusse : 1-0
Bulgarie-Pays Bas : 2-0
Biélorussie-Bulgarie : 2-1
Bulgarie-Suède : 3-2
Pays Bas-Bulgarie : 3-1
Bulgarie-France : 0-1
Luxembourg-Bulgarie : 1-1

Groupe A :

  1. France                        23 points
  2. Suède                         19 points
  3. Pays-Bas                    19 points
  4. Bulgarie                     13 points
  5. Luxembourg             6 points
  6. Biélorussie                5 points

Avec 13 points en huit matchs dans un groupe très relevé avec la France, la Suède et les Pays-Bas, on peut considérer que les Bulgares ont réalisé une belle campagne de qualification. Mais cette belle campagne s’est cantonnée aux matchs à domicile. Sur les cinq matchs joués à Sofia, les Bulgares n’ont laissé de points qu’aux Français grâce à un but de Matuidi en début de match. Qu’avons-nous pas entendu dans les médias français durant la semaine avant le match à Sofia sur la force des Bulgares à domicile ! Le spectre de France-Bulgarie 1993 refaisant surface, à croire que la présence de 11 Kostadinov aurait été signe de victoire assurée pour les Bulgares !

Il faut dire que face aux autres adversaires du groupe, la Bulgarie a fait un carton plein à Sofia ! Difficile lors du premier match face au Luxembourg mais finalement remporté 4-3, les Bulgares ont réalisé deux belles performances en battant des Bataves en totale reconstruction 2-0 et des Suédois en course jusqu’au bout pour la première place du groupe 3-2.

© sportal.bg

Les raisons de la non-qualification

Non, la raison de la non-qualification n’est pas à chercher du côté de Sofia, mais plutôt à l’extérieur ! La Bulgarie a très mal voyagé hors de ses frontières durant ces éliminatoires. Face aux cadors du groupe (4-1 en France, 2-0 aux Pays Bas et 3-0 en Suède), il fallait s’y attendre, mais même contre les équipes plus faibles, les Bulgares ont flanché, que ce soit en Biélorussie (défaite 2-1) ou au Luxembourg lors de la dernière journée (1-1).

Tout d’abord, Petar Hubchev a dû prendre les commandes de la Sélection après le départ d’Ivaylo Petev pour le Dinamo Zagreb lors des deux matchs de suite à l’extérieur en novembre 2016 face à la France et à la Suède. Pas la meilleure des entrées possibles pour l’ex-entraîneur du Beroe Stara Zagora… Du 4-2-3-1 lors de la victoire étriquée contre le Luxembourg sous les ordres de Petev, Hubchev opta pour un 4-4-2 défensif qui n’empêcha pas du tout les incursions adverses.

Car le problème majeur de cette équipe, c’est bien la défense. Avec 19 buts encaissés durant ces éliminatoires, difficile de pouvoir espérer mieux. Hubchev s’est appuyé sur 6/7 joueurs pour composer sa défense. Côté droit, Strahil Popov, titulaire constant à Kasimpasa, le fut aussi en sélection. Côté gauche, Petar Zanev d’Amkar fut préféré à Anton Nedyalkov du CSKA Sofia malgré une fin de saison 2016/17 compliquée. C’est surtout la charnière centrale qui reste défaillante. La majorité des buts est passée par l’axe et Hubchev eut bien du mal à choisir le complément à Vasil Bozhikov. Depuis son arrivée au Slovan Bratislava en provenance de Kasimpasa, Bozhikov s’affirme à 29 ans comme le leader de la défense mais manque clairement de soutien. Hubchev a eu beau tenter Chorbadzhiyski, Bodurov du CSKA Sofia ou Terziev de Ludogorets, la défense a continué à être bancale. Terziev semble pourtant une alternative intéressante vu son âge (25 ans) mais il faudrait qu’il s’impose clairement à Ludogorets.

Les motifs d’espoir

L’attaque. Autour d’un Ivelin Popov chef d’orchestre important en sélection et qui n’est pas titulaire indiscutable au Spartak Moscou, le jeu offensif va vite. Ce qui est intéressant dans le cœur du jeu, c’est l’alchimie qui a pu être trouvée entre Svetoslav Dyakov (33 ans) qui apporta souvent son expérience et des joueurs comme Georgi Kostadinov ou Simeon Slavchev qui n’ont que 27 et 25 ans et qui ont fait le choix cet été de quitter leur ancien club où ils jouaient peu pour retrouver du temps de jeu (le premier à Haïfa et le deuxième au Legia Varsovie).

Devant, Hubchev a changé souvent sa composition en alignant Spas Delev en pointe ou à deux attaquants. Le jeu offensif bulgare est fortement basé sur la vitesse, les remontées rapides de balle et les frappes de loin qui firent pas mal de dégâts durant ces éliminatoires. Hubchev a donc pas mal de possibilités à sa disposition pour continuer à proposer un jeu offensif mais il serait inspiré de fixer une équipe-type avec un système de jeu bien défini.

Outre l’attaque, le grand motif de satisfaction, c’est le poste de gardien. Entre les blessés (Vladislav Stoyanov), les gardiens en manque de temps de jeu (Andrey Gorbunov, Nikolay Mikhailov) ou les jeunes qui ont fait belle impression comme Plamen Iliev Ivanov, ils ont tous effectué de beaux arrêts et contribué aux bonnes prestations de leur équipe ou à combler les lacunes défensives. Plamen Iliev Ivanov semble avoir pris un peu d’avance pour le poste de numéro 1 en Sélection.

Et maintenant ?

Hubchev a fait le tour durant ces éliminatoires en utilisant la compétition pour effectuer pas mal d’expériences, tant au niveau des schémas de jeu que dans le choix des joueurs. Ca aurait pu passer sans les difficultés de voyage mais la sélection peut compter sur des joueurs d’expérience. Il serait bien d’avoir un peu plus de continuité dans les compositions et un peu moins d’innovation afin de permettre aussi aux joueurs de trouver les automatismes.

L’enjeu pour Hubchev, c’est de trouver ce juste milieu défense/attaque dans le but de continuer à proposer un jeu d’attaque intéressant et d’améliorer les statistiques défensives sans quoi, la désillusion se répétera durant les éliminatoires pour l’Euro 2020. Et surtout, être capable d’aller faire des coups à l’extérieur tout en restant solide à domicile. Espérons que Hubchev ne saute pas dès les premiers résultats négatifs. Il a montré au cours de ces éliminatoires des choses très positives. A lui de gommer les mauvais aspects !

Vincent Tanguy


Image à la une : © bglive.net

La Russie, ce sera sans eux #9 – la Bulgarie
5 (100%) 3 votes

A propos de l'auteur

Vincent Tanguy

Vincent Tanguy

Supporter du Spartak Moscou vivant en Russie depuis de nombreuses années. Prends plaisir à partager l'histoire du plus grand club de l'histoire du pays à travers ces pages.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Retour sur la journée 16 de RPL 2017 2018 – Championnat de Russie de football

Petite panne pour le trio de tête ce week end en Russie, ça fait les affaires du Spartak et de...

Fermer