La Russie, ce sera sans eux #12 – L’Albanie

Antoine Jarrige
Antoine Jarrige - Publié le 16 novembre 2017

La phase de groupes des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018 est arrivée à son terme. Alors que la Croatie a été la dernière équipe à avoir décroché sa qualification, Footballski revient sur le parcours des équipes d’ores et déjà assurées de ne pas être en Russie en juin prochain. Place à l’Albanie qui, malgré une probante troisième place, a déçu les habitants du pays de l’aigle à deux têtes.

Les résultats

Albanie – Macédoine: 2-1
Liechtenstein – Albanie: 0-2
Albanie – Espagne: 0-2
Albanie – Israël: 0-3
Italie – Albanie: 2-0
Israël – Albanie: 0-3
Albanie – Liechtenstein: 2-0
Macédoine – Albanie: 1-1
Espagne – Albanie: 3-0
Albanie – Italie: 0-1

Groupe G :

1. Espagne – 28 pts
2. Italie – 23 pts
3. Albanie – 13 pts
4. Israël – 12 pts
5. Macédoine – 11 pts
6. Liechtenstein – 0 pt

Le groupe G était un peu le groupe de la mort. Entre l’Espagne et l’Italie, la seconde place était quasiment inaccessible pour les autres nations. Pourtant, l’Albanie, qui restait sur un bon Euro 2016 malgré son élimination au premier tour, avait bien l’intention de jouer les troubles fêtes parmi les deux supposés favoris du groupe.

L’illusion de pouvoir au moins accrocher une place de barrage a duré deux matchs ! Deux rencontres et deux succès contre la Macédoine et le Liechtenstein. Le premier dans des conditions dantesques qui a vu le match se jouer sur deux jours et une victoire albanaise grâce à un but de Balaj dans les dernières minutes (2-1). Le second face au petit poucet du groupe, à Vaduz, l’Albanie peine offensivement mais va finalement s’imposer 2-1 avec un csc de Jehle et un second but dans cette campagne pour Balaj. Mi-octobre, avec six points au compteur les Kuq e Zi se mettent à rêver avant les grosses affiches.

Le premier test contre l’Espagne ne sera pas une réussite. A Shköder devant 15000 personnes, l’Albanie met le bus en place et tiendra une mi-temps. Costa et Nolito se chargeront de briser les espoirs de locaux totalement inoffensifs (un seul petit tir dans le match !). Un mois plus tard, mi-novembre, les Albanais reçoivent Israël pour le dernier match de l’année et se doivent de l’emporter pour y croire. Le public de l’Elbasan ne va pas en croire ses yeux. Au bout de 17 petites minutes de jeu, Djimsiti fauche son adversaire dans sa surface en position de dernier défenseur. But de Zahavi sur penalty et mission impossible pour l’Albanie. D’autant qu’en seconde période, le portier Berisha va à son tour se faire expulser ! Deuxième penalty, cette fois manqué par Israël qui profitera de sa supériorité numérique pour l’emporter 3-0.

Après cet énorme coup derrière la tête, l’Albanie débute 2017 avec la confiance à zéro et cela se confirme en Italie avec une nouvelle défaite, 2-0. L’Albanie est désormais hors course pour le Mondial mais va tenter de faire bonne figure pour son public toujours présent. Et quoi de mieux pour se racheter qu’une victoire en Israël ? Succès probant des hommes de De Biasi (3-0) avec un doublé de Sadiku. Les Albanais enchaîneront par une nouvelle victoire contre le Liechtenstein à domicile (2-0). Ce sera le dernier succès pour l’Albanie dans cette campagne puisqu’ils ne pourront faire mieux qu’un match nul en Macédoine (1-1) et tomberont une nouvelle fois face à l’Espagne (3-0) et l’Italie (1-0). Insuffisant pour espérer rivaliser avec les meilleurs, mais logique.

Les raisons de la non qualification

Malgré sa première participation à une compétition continentale au cours de l’été 2016, l’Albanie a montré qu’elle n’avait pas encore l’expérience des grands rendez-vous. La défaite contre Israël à domicile a fait énormément de mal, De Biasi, le héros local, commençait même à être critiqué pour ses choix, notamment la décision d’avoir joué en ultra défensif contre l’Espagne alors que son équipe a de quoi faire offensivement. Le sélectionneur italien quitte le navire en juin 2017 et est remplacé par Panucci, l’ancien entraîneur de Livourne qui n’eut pas une tâche facile pour redresser la barre.

Les trois buts de Sadiku et les deux de Balaj auront pesé bien peu dans la balance. En panne d’inspiration offensive, l’Albanie n’a même pas séduit face au faible Liechtenstein et aura seulement connu son heure de gloire à Haïfa lors de la victoire 3-0 contre Israël.

La reconnaissance du Kosovo par la FIFA a fait beaucoup de mal à l’Albanie. Beaucoup. Autorisant les joueurs avec la double nationalité à désormais porter le maillot bleu, la FIFA a engendré un exil de nombreux joueurs qui évoluaient jusque la en sélection jeune. Le cas le plus marquant est celui de Milot Rashica, désormais international kosovar promis à un grand avenir et qui n’aura disputé que des rencontres jeunes avec l’Albanie. Une perte considérable quand on sait que de nombreux jeunes joueurs partent très tôt à l’étranger et préfèrent rejoindre la sélection de la terre d’accueil au détriment du pays d’origine !

Les motifs d’espoir

Les motifs d’espoir sont présentement très peu nombreux pour la sélection albanaise ! Lorik Cana a disputé ses derniers matchs internationaux et ne portera plus le maillot rouge et noir, De Biasi a quitté le navire pour aller entraîner le Deportivo Alavès en Espagne… bref, très peu de bonnes nouvelles pour l’Albanie qui devra s’appuyer sur un groupe en parfaite cohésion pour la suite des événements. Petit point positif tout de même à signaler pour l’Albanie, la construction de nouvelles structures à Tirana avec un nouveau centre d’entraînement et une enceinte moderne dans la capitale qui sera inaugurée en 2018.

Et maintenant?

L’Albanie disputera la Ligue des Nations dans la Ligue C et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça va être difficile d’espérer quelque chose ! Avec des nations comme la Roumanie, la Slovénie et la Grèce, l’Albanie devra être à son meilleur niveau pour glaner un sésame pour l’Euro 2020 !

La Russie, ce sera sans eux #12 – L’Albanie
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Antoine Jarrige

Antoine Jarrige

Antoine, 21 ans. Etudiant en kiné en Alsace, grand amateur du football russe . Amoureux d’Ural, le grand club de Sibérie occidentale, mon coeur ne bat que pour Smolov et Lungu.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
En route pour la Russie #2 : Les Portugais du Dinamo Moscou

Notre dispositif spécial Coupe du Monde se met en place et cette nouvelle série d’articles va vous accompagner de manière...

Fermer