Russian Premier League : Notre équipe-type de la saison 2014-2015

Adrien Laëthier
Adrien Laëthier - Publié le 6 juin 2015

Le championnat a touché à sa fin avec le sacre du Zenit et nous n’attendons plus que les barrages-retour pour clore définitivement le cru 2014-2015 de la Russian Premier League. En attendant de connaître la liste complète des équipes qui reviendront cet été, nous vous présentons l’équipe-type de la rédaction avant de vous résumer la saison de chacune des équipes.

L’équipe type

Equipe Type Année

Le gardien : Yuri Lodygin (Zenit) vs. Igor Akinfeev (CSKA) vs. Andrey Dikan (Krasnodar)

Pour le poste de gardien, trois noms se sont détachés lors de cette saison. Yuri Lodygin du Zenit, Igor Akinfeev du CSKA et enfin le vétéran Andrey Dikan du FK Krasnodar. Avec deux choix sur quatre, c’est le portier du CSKA qui remporte sa place dans notre XI type. Explications.

Pour Karim Hameg, le choix s’était porté sur Yuri Lodygin « parce qu’il est en train de prendre une autre dimension et de faire ce que l’on attendrait d’Akinfeev ». Antoine Jarrige, lui, se rend à Moscou pour soutenir Igor: « auteur d’une bonne saison le portier russe vedette est un acteur majeur de la saison du CSKA en haut de tableau. Souvent délaissé par une défense très perméable, il a su répondre présent dans les moments décisifs ! ».

Même son de cloche pour notre supporter du CSKA Moscou SovietXav « la raison voudrait que je désigne Andrey Dikan comme gardien de la saison, mais le cœur décide de choisir mon chouchou, Igor Akinfeev, le gardien emblématique du CSKA continue d’entrer un peu plus dans l’histoire du football russe à chaque saison qui passe. En automne dernier, Akinfeev dépassait la barre symbolique de 130 clean sheets en Premier League, dépassant ainsi Sergey Ovchinnikov gardien historique du Lokomotiv Moscou. A ce rythme là, encore quelques saisons et Akinfeev pourrait bien dépasser son idole et modèle Lev Yachine. ». La raison, Adrien Laëthier semble l’avoir puisque son vote va en faveur du gardien d‘ Andrey Dikan: « très souvent sous-estimé voire oublié, le portier de Krasnodar est pour moi le gardien ayant marqué la saison de Russian Premier League (avec Jan Mucha mais qui n’a que peu joué), et si Krasnodar a fait une telle saison, il n’y est absolument pas étranger. »

Vainqueur : Igor Akinfeev

Akinfeev

Igor Akinfeev

Défenseur latéral droit : Mario Fernandes (CSKA) vs. Igor Smolnikov (Zenit)

Pour le poste de défenseur latéral droit, on fait la part belle aux deux mastodontes du championnat avec comme représentant du club moscovite le brésilien Mario Fernandes tandis que pour Saint-Pétersbourg nous aurons le local Igor Smolnikov.

On attaque avec l’impartial SovietXav qui vote … Mario Fernandes. Forcément. Ainsi, « en plus d’être un très bon défenseur, Mario Fernandes est aussi un très bon contre-attaquant. L’infatigable brésilien multiplie les montées rageuses sur son côté droit participant activement à la construction offensive du CSKA. Devenu international brésilien cette saison, il est courtisé par plusieurs grands clubs Européens qui ont été séduit par son potentiel et son sens de l’effort. Avec sept passes décisives en championnat, il est le défenseur le plus décisif de Russie. » 

Pour nos autres participants, le choix va directement au russe du Zenit. Karim Hameg explique son choix « car il s’est imposé comme le meilleur à son poste, intraitable et infatigable, souvent décisif » même vision pour Antoine voyant Igor Smolnikov comme « un arrière droit n’étant pas forcement le plus offensif du championnat mais certainement le plus régulier. Une régularité qui lui a même fait prendre la place de la légende Anyukov. Son côté droit est infranchissable cette saison ! ». Enfin pour Adrien Laëthier « le défenseur russe s’affirme de plus en plus dans ce championnat et reste un des piliers russes de l’effectif du champion. Sans être exceptionnel, il est largement au-dessus de la faible concurrence à son poste »

Vainqueur : Igor Smolnikov

Igor Smolnikov

Igor Smolnikov

Défenseur latéral gauche : Domenico Criscito (Zenit) vs. Elmir Nabiullin (Rubin) vs. Sergey Petrov (Krasnodar)

On continue avec nos latéraux et l’élection du meilleur défenseur latéral gauche. Dans les nommés, nous retrouvons l’éternel italien du Zenit, Domenico Criscito. L’une des révélations de l’année en Russie, Elmir Nabiullin, ainsi que Sergey Petrov, l’un des hommes majeurs de la bonne saison du FK Krasnodar.

Du côté de notre supporter du CSKA Moscou, le choix se porte chez le concurrent du Zenit avec l’italien Domenico Criscito « même s’il n’a pas réalisé une grande saison mais la faible concurrence à se poste lui a permis de s’illustrer une nouvelle fois devant les grandes déceptions de la saison comme Kombarov ou Schennikov. De plus l’italien a formé avec ses coéquipiers du Zenit une défense solide, la meilleure du championnat à vrai dire. » Un choix qu’il sera finalement le seul à faire puisque pour Karim le choix se porte sur Nabiullin « en tant que révélation de l’année, beaucoup d’activité et il sera peut-être le numéro un de la sélection à son poste » de même pour Adrien« c’est la principale satisfaction cette saison parmi les jeunes russes et son éclosion a coïncidé avec le retour en forme du club tatar qui a pourtant beaucoup souffert à l’intersaison. L’avenir du football russe, du moins on l’espère. »
Cependant, pour Antoine Jarrige le défenseur latéral gauche de notre XI type se trouve du côté de Krasnodar avec Sergey Petrov qui est « très actif offensivement, il a permis à l’équipe surprise de cette saison de développer l’un des plus beaux football du championnat. Cette fine gâchette a fait parler sa qualité de centre qui a mis à mal plus d’une défense de Russian Premier League »

Vainqueur : Elmir Nabiullin

Elmir Nabiullin

Elmir Nabiullin

Les défenseurs centraux : Ezequiel Garay (Zenit) vs. Pablo Fontanello (Ural) vs. Christopher Samba (Dinamo) vs. Andreas Granqvist (Krasnodar)

Pour terminer notre chantier en défense nos rédacteurs ont choisi quatre noms très différent. Ainsi, on retrouve des joueurs connus du « grand public » comme Ezequiel Garay avec le Zenit ou Christopher Samba avec le Dinamo mais aussi des noms moins ronflants comme le viking de Krasnodar, j’ai nommé Andreas Grandvist ainsi que la touche sud-américaine d’Ekaterinburg, l’argentin Pablo Fontanello.

Commençons justement avec ces derniers, pour Karim son premier choix se porte vers le suédois de Krasnodar qui « même s’il est parfois un peu lent, Andreas reste une valeur sûre du championnat ». Une valeur sûre qui s’est imposée dans l’équipe surprise de cette saison après deux années en Russie. Pour Antoine, son choix se porte logiquement sur le défenseur de l’Ural, club qu’il supporte. Ainsi, « si l’équipe d’Ekaterinbourg se sauve cette saison elle pourra remercier Pablo Fontanello. Auteur d’une très bonne saison l’argentin a sauvé les meubles à de nombreuses reprises et a également trouvé le fond des filets comme contre le Spartak Moscou. » Une bonne surprise du championnat russe qui se retrouve également dans le premier choix d’Adrien qui explique que « Pablo est la surprise de la saison. L’Argentin, fraîchement débarqué du Chernomorets a tout fait pour sauver les oranges d’une descente inéluctable. Il lui reste encore un effort à faire ce dimanche avant d’aller sans doute continuer sa carrière sous des cieux plus porteurs. »

Cependant, deux hommes sortent du lot pour nos rédacteurs. Pour SovietXav, les deux défenseurs centraux de son XI type sont Ezequiel Garay qui « dès son arrivée, Ezequiel Garay s’est imposé comme un incontournable, après une grande coupe du monde 2014, le Zenit avait réalisé un grand coup sur le marche des transferts en l’arrachant au nez et à la barbe des grands clubs européens. Un choix payant puisque l’Argentin a tout de suite trouvé ses marques avec ses anciens coéquipiers de Benfica (Witsel, Javi Garcia) » et Christopher Samba: « Il a de son coté connu des hauts et des bas avec le Dinamo, mais une chose est sûre il fait partie des joueurs les plus réguliers de son équipe. Le Congolais est devenu le patron de la défense et l’un des artisans majeurs du bon parcours en Europa League cette saison. »

Chez nos autres rédacteurs, leur second choix se portent également vers l’un des deux joueurs. Antoine Jarrige met à côté de Pablo Fontanello son compère argentin Ezequiel Garay qui « pour sa première saison en Russie n’a pas déçu. Toujours présent dans le domaine aérien il a été le socle défensif du Zenit cette saison et un grand contributeur de son sacre ! ». Même choix pour Karim qui voit en Garay le joueur ayant « stabilisé la défense du Zenit en tenant son rang et en assumant son statut ».  Enfin, pour Adrien c’est le franco-congolais qui mérite d’apparaitre dans le XI type, même s’il n’est « pas toujours régulier, c’est le seul qui a tenu la baraque du Dinamo derrière. Souvent décisif, y compris offensivement, le natif de Créteil a tout de même fait une saison solide. »

Vainqueurs : Christopher Samba et Ezequiel Garay

Ezequiel Garay

Ezequiel Garay

 

Les milieux de terrain : Bibras Natkho (CSKA) vs. Roman Eremenko (CSKA) vs. Alex Witsel (Zenit) vs. Mathieu Valbuena (Dinamo) vs. Roman Shirokov (Krasnodar)

Trois places au milieu de terrain pour cinq noms, les places seront chers dans notre XI Type. Nous retrouvons ainsi l’inévitable duo du CSKA Moscou Bibras Natkho et Roman Eremenko, les francophones Alex Witsel et Mathieu Valbuena et enfin le régional de l’étape, la tête brulée Roman Shirokov.

Commençons avec les trois choix de SovietXav, des choix qui se portent dans un premier temps vers les deux joueurs de son CSKA, à commencer par l’israélien Bibras Natkho « auteur de douze buts et sept passes décisives, Bibras Natkho a réalisé une grande saison et contribué à maintenir le CSKA en haut du classement, même dans les moments les plus difficiles. L’Israélien a parfaitement remplacé Rasmus Elm dans l’entre-jeu et a tout de suite trouvé ses marques, en devenant le premier relais entre la défense et l’attaque, il permet aussi aux autres de s’illustrer grâce à sa belle qualité de passe qu’il met en avant en tirant les coups de pied arrêtés. » Pour Roman Eremenko, SovietXav voit en lui « la classe à l’état pur, buteur, passeur, visionnaire le finlandais a illuminé le jeu du CSKA avec son talent permettant au club d’arracher une qualification en ligue des champions. » Enfin, pour compléter son milieu de terrain Xav se rend du côté du Zenit avec le belge Alex Witsel: « Propre techniquement dans la relance, habile dans la récupération, capable de finir les actions, le belge a réalisé sa meilleure saison sous le maillot du Zenit, peut être la dernière compte tenu de l’intérêt de plusieurs grands clubs européens »
Du côté d’Antoine et d’Adiren les choix se portent sur un même trio. Ainsi, on retrouve également les deux joueurs du CSKA Moscou mais aussi un autre joueur de Moscou, cette fois du Dinamo, le français Mathieu Valbuena. Pour Antoine, « l’Israélien a tout simplement réalisé la meilleure saison de sa carrière. Auteur de douze réalisations cette saison il a enchanté les supporters par sa régularité et par sa grande classe technique. » même élément de réponse pour Karim qui salut « son côté régulateur mais aussi l’importance d’avoir un bon tireur de penalty dans son équipe » enfin pour Adrien « l’Israélien est un peu mon chouchou, car il sait tout faire. Sorte de milieu reculé mais organisateur à la Pirlo (toutes proportions gardées) il fait le lien entre les lignes, distribue le jeu, et marque y compris sur coups de pieds arrêtés. Il a donné la plénitude de son talent pour sa première saison moscovite et mérite donc d’être là. ». Des éloges qui viennent aussi saluer la saison du finlandais Roman Eremenko « auteur également de 12 buts cette saison confirme après un précédent exercice très bien maîtrisé. Son gros travail au milieu de terrain a permis de soulager ses coéquipiers. » pour Antoine tandis que pour Adrien « Eremenko est le meilleur joueur de la saison, et c’est d’ailleurs grâce à son milieu de terrain que le CSKA a pu sauver sa place en C1 pour la saison prochaine. Le Finlandais a toujours su faire la différence quand il le fallait et ce malgré son transfert rocambolesque. Auteur de buts aussi spectaculaires qu’importants, il a également su mettre de côté son mauvais caractère. » De son côté, Karim préfère la folie de Roman Shirokov malgré « qu’il ait raté une partie de la saison sur blessure et qu’il n’ait pas réussi au Spartak, il incarne la montée en puissance de Krasnodar. Et quelle classe! »

Du côté d’Antoine et Andrien, nos AA qui font concurrences aux PP flingueurs lorrains, le troisième larron se nomme Mathieu Valbuena. Ainsi pour Antoine, « la première saison moscovite notre « frenchie » a réalisé une saison bien remplie avec quatre buts (principalement sur coups francs) mais a surtout été le distributeur dans cette formation du Dinamo. Nul doute qu’il faudra compter sur lui la saison prochaine ! ». L’avis d’Adrien est sensiblement le même, « arriver dans un nouveau championnat et se faire à un nouveau style de jeu n’est jamais facile, surtout quand on connaît les libertés qu’il avait à Marseille. Le fait d’avoir pu finir meilleur passeur de la saison tout en n’étant quasiment jamais décevant au sein d’une équipe qui a fini par plus ressembler à une armée espagnole en fin de saison; est donc d’autant plus remarquable et pour cela le protégé d’Erik Gerets a sa place dans notre onze type. »

Vainqueurs : Bibras Natkho, Roman Eremenko et Mathieu Valbuena

Mathieu Valbuena

Mathieu Valbuena

La triplette offensive : Danny (Zenit) vs. Igor Portnyagin (Rubin) vs. Quincy Promes (Spartak Moscou) vs. Hulk (Zenit)

On arrive au bout de notre XI Type, il ne nous reste plus qu’à nommer nos trois attaquants près à scorer buts sur buts dans notre merveilleuse équipe. Le choix de nos rédacteurs se portent sur plusieurs noms à commencer par le meilleur buteur du championnat et actuel joueur du Zenit, Hulk, mais aussi son coéquipier en club, Danny. Sans oublier l’une des révélations de la saison, le joueur du Rubin Kazan, Igor Portnyagin. Enfin, pour clore cette sélection nous aurons également l’une des satisfactions de la saison du Spartak Moscou, Quincy Promes. À noter la présence de Mathieu Valbuena qui avait sa place en attaque pour SovietXav mais qui finalement a été placé au milieu de terrain par les autres rédacteurs.

Commençons d’ailleurs par SovietXav et son avis sur le français: « Pour sa première saison en Russie, Mathieu Valbuena termine premier passeur du championnat avec onze passes décisives. Si le Dinamo a connu une fin de saison difficile, le meneur français lui a fait tout son possible pour maintenir son club dans une situation plus ou moins confortable pour aller chercher une qualification pour la coupe d’Europe. » Une attaque qu’il complète avec Quincy Promes, qui  » est la seule étincelle au milieu de la saison morose du Spartak. L’ailier néerlandais de Twente a fait étalage de tout son talent cette saison, devenu bien plus qu’un joueur indispensable, il est l’un des incontournables cette saison. », et par « l’inévitable, l’incroyable Hulk, meilleur buteur du championnat ou devrais-je dire meilleur joueur du championnat, le brésilien est dans son jardin en Russian Premier League, il était déjà dans l’équipe type avant même le début de la saison. Grand artisan du titre, le brésilien a parfaitement assumé son nouveau contrat et son statut de joueur star de l’équipe. » Même son de cloche pour le brésilien chez Antoine qui est pour lui « Le meilleur joueur de la saison. La superstar du championnat a marqué 15 buts et est le plus grand artisan du titre du Zenit qui fera tout pour le conserver la saison prochaine ! ».

Cependant son attaque est complétée par son coéquipier en club, Danny, « le Portugais pour sa dernière saison en Russie nous a enchanté par sa technicité qui fait de lui un joueur de top niveau. Sa bonne entente avec Hulk manquera très certainement la saison prochaine » mais aussi par un inconnu pour beaucoup de français certainement, un joueur répondant au doux nom de Portnyagin, Igor de son prénom, qui est « la révélation de l’année. Auteur de 11 buts l’avant centre russe indique à Kokorin et Smolov qu’ils ne sont pas les seuls à prétendre à une place dans la sélection nationale. S’il confirme la saison prochaine il rejoindra très certainement un club du top niveau européen par la suite ». Du côté de Karim, l’attaque reste sensiblement la même que ses collègues avec la présence de Quincy Pormes qui « est la seule satisfaction du Spartak cette saison, un joueur brillant ayant même toqué à la porte de la sélection » ainsi que les deux joueurs du Zenit, Hulk qu’on « se devait de citer, un joueur au-dessus du lot au-delà même des statistiques » et le portugais Danny « pour ses dribbles, sa technique, ses passes, ses inspirations. Un joueur qui manquera la saison prochaine en Russie. »

Enfin, pour Adrien l’attaque se compose également du meilleur buteur de la saison, Hulk. « La superstar du championnat achetée à prix d’or peut essuyer quelques reproches dont celui de ne pas avoir le rendement d’une superstar. Toujours est-il qu’il fait le job à l’aile comme en pointe et est le meilleur buteur de la Russian Premier League ! Que demander de plus avec un titre à la clef ? ». Mais aussi du néerlandais du Spartak, « arrivé de Twente, il est quasiment (à quelques jeunes près) la seule satisfaction du Spartak cette saison. Il a permis aux « miaso » de surnager et a fait le spectacle pour les nombreux spectateurs de la nouvelle Otkritye Arena. » et enfin du buteur du Rubin, Igor Portnyagin et pourquoi pas futur international avec « la Russie, en manque de buteur qui a peut-être trouvé son nouvel attaquant. Efficace et élégant, Igor a dépassé toutes les espérances mises en lui par son nouveau club du Rubin Kazan. »

Vainqueurs : Quincy Promes, Hulk et Igor Portnyagin

Quincy Promes

Quincy Promes

Le légionnaire de l’année

D’une courte tête devant Eremenko et Natkho, c’est Hulk qui est le légionnaire de l’année, est donc logiquement le joueur de l’année.

Hulk

Hulk

L’inévitable, l’incroyable Hulk, meilleur buteur du championnat ou devrais-je dire meilleur joueur du championnat, le brésilien est dans son jardin en Russian Premier League, il était déjà dans l’équipe type avant même le début de la saison. Grand artisan du titre, le brésilien a parfaitement assumé son nouveau contrat et son statut de joueur star de l’équipe. Élu meilleur joueur de la saison 2013/2014 bien que le Zenit Saint-Pétersbourg n’ait pas été capable de remporter le championnat, Hulk ne démarrait pas cette saison dans les conditions optimales. Et pour cause : il était titulaire à part entière de la sélection brésilienne qui a perdu 7-1 à domicile face à l’Allemagne et était, avec Fred, l’un des joueurs les plus décriés de l’équipe.

L’air de la Baltique a semblé faire du bien à l’ancien joueur de Porto qui a retrouvé son niveau. Indispensable tant en ailier droit qu’en attaquant de pointe, Hulk a porté le Zenit vers son quatrième titre de champion de Russie dans son style habituel, celui d’un Arjen Robben avec plus de puissance physique. Meilleur buteur du championnat (15 buts), il s’est souvent montré décisif comme le prouve son doublé face au CSKA Moscou, son but égalisateur en fin de rencontre face au Spartak ou le coup franc “du titre” face à Ufa. Il s’est également illustré plusieurs fois en coupe d’Europe (ah, ce but exceptionnel face à Séville !) même s’il a échoué à porter son club vers les sommets continentaux. Les velléités de départ qui ont marqué ses premières années en Russian Premier League semblent loin. Hulk est aujourd’hui heureux à Saint-Pétersbourg, si bien qu’il a prolongé son contrat jusqu’en 2019. À lui, désormais, de faire passer un autre cap au Zenit.

 

Le russe de l’année

Bien sûr, si l’on faisait l’élection du joueur de l’année, de nombreux noms arriveraient avant celui d’Igor Portnyagin, peut-être même une dizaine, mais seulement des étrangers. Le meilleur russe de RPL est clairement l’attaquant du Rubin Kazan, même s’il y a pu avoir débat avec « l’autre Igor », Smolnikov.

Igor Portnyagin

Igor Portnyagin

Le natif de Vladivostok, au bout du monde a commencé sa carrière à Izhevsk avant de rejoindre les « voisins » du Rubin Kazan. Ces derniers vont prêter un peu partout avec à la clé deux saisons réussies, l’une à Nizhnekamsk (toujours au Tatarstan) mais l’autre déjà en RPL au Tom Tomsk. Avec la réduction de budget et les nombreux départs, le moment était venu pour le grand attaquant russe (1m91) d’avoir sa chance; et le moins que l’on  puisse dire, c’est qu’il n’a pas déçu avec onze buts marqués. Ce qui lui vaudra se première sélection en équipe de Russie (qui ne restera pas dans les mémoires, ponctuée d’un 0-0 face au Kazakhstan). L’avenir est donc devant Igor qui devrait rempiler avec le Rubin qui voudra confirmer sa bonne saison, avant peut-être d’aller découvrir de nouveaux horizons en cas de confirmation.

Et toi c’est quoi ton équipe type ?

Antoine Jarrige, SovietXav, Karim Hameg et Adrien Laëthier.

Russian Premier League : Notre équipe-type de la saison 2014-2015
5 (100%) 3 votes

A propos de l'auteur

Adrien Laëthier

Adrien Laëthier

Amoureux de la Russie et de l’Ukraine et spécialiste de ces footballs, ainsi que du football de l’Est en général ! A vécu en Russie, à Chelyabinsk là où les météorites tombent. J’essaye de faire vivre sur Footballski les différents championnats d’ex-URSS (Ukraine, Caucase, Baltique,…) ainsi que la RPL par les résumés hebdomadaires.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

3 Commentaires

  • Mon équipe type :

    Gardien
    Youri Lodyguine (Zénith Saint-Pétersbourg) : un gardien peu spectaculaire mais intraitable tout au long de la saison. Je le trouve globalement plus sûr qu’Akinfeïev, qui alterne entre le génial et le piteux depuis sa seconde blessure.

    Défenseur gauche
    Emir Nabioulline (Rubin Kazan) : une belle révélation en effet. Globalement, Bilialetdinov père a fait très fort avec un effectif tatar rajeuni et amputé de ses meilleurs éléments. L’éclosion de Nabioulline est le symbole de son travail remarquable avec les jeunes, ce dont beaucoup de clubs russes devraient s’inspirer.

    Défenseur central 1
    Ezequiel Garay (Zénith Saint-Pétersbourg), rien que pour faire plaisir au commentateur Gennadi Orlov, qui lui jette des fleurs à chaque match. A raison, tant il est irréprochable.

    Défenseur central 2
    Vedran Corluka (Lokomotiv Moscou), le fait qu’il joue pour le Lokomotiv, passable 7e du championnat, ne doit pas faire oublier ses performances de haut niveau depuis qu’il est arrivé à Moscou. Un monstre de stabilité qui porte son équipe à bout de bras.

    Défenseur droit
    Igor Smolnikov (Zénit Saint-Pétersbourg), piquer la place d’Annioukov est un exploit qu’il faut apprécier à sa juste valeur. Globalement, cette saison aura confirmé que les Russes ont de très bons joueurs sur les ailes, mais que le manque de relève en défense central est un énorme problème pour 2018. Il va falloir plonger Berezoutski et Ignachevitch dans le formol !

    Milieu défensif
    Alex Witsel (Zénith Saint-Pétersbourg), comment oublier la touche funk du championnat russe ! Très utile en phase défensive, très bon relanceur, toujours juste dans les combinaisons, et buteur à l’occasion : le milieu de terrain parfait.

    Milieu central 1
    Roman Eriomenko (CSKA Moscou), le meilleur joueur du championnat selon moi, un 10 de grande classe comme on n’en fait plus, avec une qualité de passe remarquable.

    Milieu central 2
    Bibras Natkho (CSKA Moscou), le fidèle acolyte de Eriomenko, sans qui il ne brillerait sans doute pas autant.

    Ailier Gauche
    Hulk (Zénith Saint-Pétersbourg), parfois dilettante, mais il est tellement au-dessus des autres qu’il peut faire la différence sur son quart d’heure de folie.

    Ailier Droit
    Mauricio Pereyra (FK Krasnodar), l’Uruguayen a beaucoup marqué pour Krasnodar cette année malgré un temps de jeu plus faible. Un joueur élégant que j’aimerais voir un peu plus.

    Avant-centre
    Quincy Promes (Spartak Moscou), chapeau à lui, la seule satisfaction au Spartak cette saison. Une vraie bouée de sauvetage, à tel point que ses coéquipiers se contentent bien souvent de balancer sur lui quand ça ne va pas.

    Entraîneur
    Dimitri Alenitchev (Arsenal Toula) : faire monter un club anonyme de deux divisions en deux ans, puis lutter au courage pour le maintien jusqu’aux dernières journées, tout ça, c’est Dimitri Alenitchev. C’est aussi l’entraîneur qui a le plus emmerdé la fédé cette année, en envoyant les jeunes contre le CSKA pour protester contre leur gestion calamiteuse du calendrier et des terrains. J’ai hâte de le voir aux commandes d’un Spartak débarrassé de l’ingérence de Fedoun.

    Public
    Oural Ekaterinbourg : à l’opposée des publics moscovites qui désespèrent bien vite de leur équipe, les supporteurs d’Ekaterinenbourg ont toujours répondu présent malgré une saison difficile. Le tout sans brûler le parcage visiteur ni insulter les Noirs de l’équipe adverse. En voilà qui ont mérité leur nouveau stade pour 2018.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Za Čelik, un mental d’acier

Entre résultats insignifiants sur la scène européenne, infrastructures obsolètes et organisation désastreuse, il est peu de dire que l’état du...

Fermer