Vous n’avez pas pu suivre le football russe ce week-end ? Voici ce qu’il faut retenir de la vingt-septième journée du championnat !

L’édito de la rédac’

C’est désormais officiel depuis samedi soir : le Zenit est champion de Russie. Cinquième titre pour le club de Saint Pétersbourg qui retrouvera la Ligue des Champions la saison prochaine. La question que l’on se pose désormais, c’est qui pourra l’accompagner en Coupe d’Europe ?

Actuellement, cinq équipes sont en course, en seulement sept points d’écart avec encore trois matchs à jouer : Le Lokomotiv, le FK Krasnodar, le CSKA Moscou, le Spartak Moscou et l’Arsenal Tula. Le Lokomotiv est en bonne position pour s’adjuger la seconde place, synonyme de qualification directe pour la Ligue des Champions. Les Cheminots ont un calendrier relativement clément, mais le Loko aura à gérer la demi-finale retour de la Coupe de Russie face à Rostov le 15 mai prochain. Clément, le calendrier l’est aussi pour le Spartak Moscou, qui devra faire cependant face à des clubs qui se battent pour le maintien (Samara et Ufa). Les Rouge et Blanc devront aussi faire face à eux-mêmes, le club vivant une fin de saison très compliquée en internet avec le départ notamment du directeur général du club Nail Izmaïlov et du directeur sportif, Sergey Rodionov. La place en Ligue Europa est vitale pour le club au losange.

Mais derrière, un club fait pression, c’est l’Arsenal Tula ! Les hommes d’Igor Cherevchenko ont parfaitement digéré le départ d’Oleg Kononov au Spartak cet hiver et pointe à 3 matchs de la fin à un point seulement du Spartak, 5e. C’est d’ailleurs Arsenal qui a offert le titre au Zenit en s’imposant 3-0 contre le Lokomotiv. Cette surprenante équipe n’a pas perdu un match en RPL depuis le début de l’année et espère créer l’exploit en allant chercher une place européenne. Le chemin passera par un match capital contre Krasnodar à domicile et une demi-finale de Coupe retour contre Ural. Krasnodar de son côté va devoir faire attention à ses résultats inconstants depuis le début de l’année. Disposant d’un calendrier relativement tranquille, ils ne sont pas à l’abri d’une contre performance. Une place pour la Ligue des Champions serait une belle progression pour un club qui grandit année après année.

Et pour finir, il y a le CSKA qui, comme Krasnodar, manque de constance. Accroché contre le Dynamo (2-2), les Armeytsy devront faire un coup à Saint-Pétersbourg face au Zenit afin de ne pas rater l’Europe cette année. La fin de saison nous offre donc un beau suspense ! Qui lâchera, selon vous ?

L’affiche du week-end

Arsenal Tula – Lokomotiv Moscou : 2-0

Oui, le Zenit est champion, mais il doit surtout remercier l’Arsenal Tula qui, grâce à sa victoire, empêche mathématiquement le Lokomotiv Moscou de pouvoir rêver du titre. Surprenant cette saison, avec sa capacité de poser de gros problèmes aux meilleurs équipes, l’Arsenal a récidivé à domicile contre les Cheminots.

Il faudra attendre une vingtaine de minutes de jeu pour voir la première étincelle de Bakaev, excellent en cette fin saison. Le milieu reçoit un ballon à l’extérieur de la surface, reprend instantanément et sa frappe enroulée trompe Guilherme. Le Lokomotiv semble impuissant, incapable de se montrer dangereux le club de la capitale est à deux doigts de se faire punir une seconde fois avant la pause, mais ce diable de Bakaev ne cadre pas sa frappe.

La seconde période est similaire à la première. Tula joue un peu plus défensif et Djordjevic va profiter d’une énorme erreur défensive pour doubler la mise. Le monténégrin ne le sait pas encore, mais il vient de donner le titre de champion à son club, le Zenit Saint-Pétersbourg (il est actuellement prêté à l’Arsenal). Tula s’impose 2-0 et peut continuer à croire en l’Europe. Il faudra finir fort pour passer devant le Spartak Moscou.

Les autres matchs

  • Le Yenisey peut y croire ! Et si le club de Krasnoyarsk faisait l’exploit d’être barragiste ? En tout cas suite à sa victoire 3-1 à domicile contre l’Anzhi, la lanterne rouge peut y croire. Il faudra tout de même des résultats favorables et un sans faute jusqu’à la fin de la saison.
  • Kazan se relance. Enfin ! Incapable de gagner le moindre match depuis des lustres, le Rubin retrouve de l’avant en s’imposant (2-0) à domicile contre Orenbourg. Heureusement, car la zone rouge s’approchait dangereusement.
  • Le Spartak dans la douleur. Le déplacement à Ekaterinbourg fut compliqué pour des gladiateurs qui s’imposent avec un somptueux but de Fernando. Le Spartak reste européen.
  • Un nul suffit au Zenit. Malgré un nul (1-1) sur la pelouse de l’Akhmat Grozny, le Zenit remporte son cinquième titre de champion de Russie. Et c’était la fête à la descente de l’avion !
  • Samara et Ufa barragistes. C’était le match à ne pas perdre et les deux équipes n’ont pas perdu. Pas de jaloux et pas de vainqueur entre les deux équipes, avec une égalisation d’Ufa à la dernière minute.
  • Le CSKA n’avance pas. Nouvelle contre-performance du CSKA Moscou, qui ne peut faire mieux qu’un match nul (2-2) dans le derby contre le Dynamo. La Ligue des Champions commence à s’éloigner…
  • Du spectacle à Rostov. Le derby entre Rostov et Krasnodar réserve souvent beaucoup de belles choses. Ce fut encore le cas ce week-end avec un match nul (2-2) entre les deux équipes.

Le classement

Le XI

Le but de la semaine

Beau but signé Fernando ! Une frappe spontanée à longue distance qui lobe Godzyur et qui permet au Spartak de rester à la cinquième place.

Qu’est-il devenu?

Nikola Drinčić

Nikola Drinčić est un footballeur aujourd’hui monténégrin en fin de carrière. Formé au Partizan Belgrade, il a vécu une expérience russe de plus de six ans en jouant pour l’Amkar Perm de 2007 à 2010 (81 matchs joués et quatre buts marqués), puis brièvement le Spartak Moscou en 2010 (quatre matchs joués, dont deux en Ligue des champions contre Chelsea et Žilina) et enfin le FK Krasnodar de 2011 à 2013 (57 matchs joués et trois buts marqués).

En décembre 2013, Drinčić rejoint son club formateur : le Partizan Belgrade. Il y a signe un contrat de trois ans. La première saison est une réussite. Bien qu’arriveé au milieu de la saison 2013-2014, Drinčić marque quatre buts (dont un but spectaculaire sur coup-franc lors du derby contre l’Étoile rouge de Belgrade, permettant au Partizan de l’emporter) en treize matchs, ce qui lui permet d’être nommé dans l’équipe-type du championnat. La saison 2014-2015 continue sur les mêmes bases. Il participe à 38 matchs et marque deux buts, participant même à dix matchs de compétitions européennes, mais le Partizan se fait éliminer de la Ligue des champions aux buts à l’extérieur par le Ludogorets Razgrad au troisième tour, puis se qualifie pour la phase de groupe de la Ligue Europa où il termine dernier d’un groupe avec Beşiktaş, Tottenham et l’Asteras Tripoli. Avec ses deux buts et ses sept passes décisives, Drinčić participe au titre de champion de son club et est nommé une nouvelle fois dans l’équipe-type de la saison.

Le Monténégrin tente à nouveau de s’exporter à l’étranger et signe en Israël pour le Maccabi Haifa. Son contrat est prévu pour deux ans avec une option d’achat, après avoir joué treize matchs lors du début de la saison 2015-2016, le contrat est rompu par consentement mutuel en janvier 2016. Drinčić signe son prochain contrat en juillet 2016 au FK Rad Belgrade. La saison 2016-2017 est semblable à la précédente, puisque Drinčić ne termine pas la saison et son contrat est rompu en mars 2017 par consentement mutuel après quatorze matchs joués.

Sa carrière va néanmoins rebondir avec le club de Čukarički, pour lequel il signe un contrat d’un an en juin 2017. Il réalise ses débuts contre la Vojvodina Novi Sad et marque un but spectaculaire lors d’une victoire 2-0 contre le Napredak Kruševac. Il termine la saison avec l’un de ses plus hauts totaux de 39 matchs joués et quatre buts marqués. Après avoir joué un premier match pour la saison 2018-2019, il quitte le club en août 2018 et signe pour le Radnički Niš. Il y évolue actuellement et y totalise 22 matchs pour deux buts.

La FNL

A trois matchs de la fin, la FNL commence à se décanter ! Enfin, au moins pour la montée directe… Sochi et Tambov n’ont besoin que d’un nul lors du prochain match pour assurer la montée en RPL. Pour le reste, tout reste à faire. Le match pour la 4e place est l’une des batailles clé de la fin de la saison. Cinq équipes peuvent prétendre à cette place de barragiste pour la RPL (Nizhny Novgorod, le SKA, Chertanovo, Yaroslavl et Kursk). Les défaites de Nizhny et de Kursk combinées aux victoires des autres ont resserré l’étau.

La dernière bataille aura lieu pour le maintien. Un groupe de quatre équipes (Luch, Armavir, Voronezh et le Baltika) se tient en quatre points. Seul Armavir est dans une bonne dynamique avec notamment une belle victoire contre Nizhny Novgorod (2-1). Très difficile de déterminer qui des quatre descendra, tant les résultats sont inconstants. Ce qui est sûr, c’est que Sibir, Tyumen et le Zenit 2 sont déjà dans la charrette et retrouveront la PFL la saison prochaine.

L’équipe Footballski Russie

Image à la une : ©PFC CSKA Moscow

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.