Vous n’avez pas pu suivre le football russe ce week-end? Voici ce qu’il faut retenir de cette vingt-deuxième journée du championnat!

L’édito de la rédac’

Il est facile de se souvenir en Russie d’un club qui vous a marqué une certaine période de l’histoire et que vous ne retrouvez plus dans l’élite depuis un paquet de temps. L’exemple qui vient tout de suite, c’est le Torpedo Moscou !

Club du légendaire Eduard Streltsov, joueur talentueux que l’on a surnommé le « Pelé russe » et qui a vu sa carrière ruinée en passant une partie de sa vie au Goulag pour une accusation de viol totalement bidon, le Torpedo Moscou se retrouve actuellement en PFL Zone Centre. Triste de voir un club populaire et extrêmement influent durant la période soviétique végéter au troisième niveau du football russe.

Mais le Torpedo peut espérer remonter en FNL cette saison ! Actuellement leader de leur zone avec quatre points d’avance sur Saratov, les Noir et Blanc ont l’espoir de retrouver la deuxième division qu’ils ont quittée il y a 4 ans.

D’autres clubs tels que le Rotor Volgograd, club qui a connu la Coupe d’Europe durant les années 1990, ont du mal à retrouver la lumière des projecteurs. Les périodes de chaos sont plus ou moins longues pour ces institutions qui se reposent sur une histoire riche, un vivier de supporters important, mais des difficultés financières récurrentes ou de gros problèmes de management qui plombent ces clubs.

Le cas de l’Amkar Perm ou du Kuban Krasnodar est encore dans toutes les têtes. Ce dernier, renommé Urozhay (la moisson en russe), a été rayé de la carte pour des raisons financières. Actuellement 2e de PFL Sud en lutte avec le FK Chayka pour la montée, le 2e club de Krasnodar peut toujours compter sur des supporters fidèles à leur poste.

Que faire face à cette instabilité qui touche les clubs historiques, mais aussi les clubs de l’élite comme Anzhi en RPL, ou encore le FK Tyumen en FNL qui s’est vu retirer neuf points au classement pour des salaires impayés ? La Fédération russe de football et son nouveau Président Aleksander Dyukov sont en réflexion sur la mise en place d’une réforme qui ciblerait en priorité la PFL. En effet, cette division complexe, divisée en plusieurs zones géographiques, répartie sur 7 fuseaux horaires voit le nombre de clubs chuter au fur et à mesure des années. Difficultés financières que les sanctions internationales n’arrangent pas, infrastructures désuètes et faible nombre de supporters sont autant de critères qui vont obliger la Fédé à réagir. Tout le monde n’est pas aussi populaire que le Torpedo ou Urozhay…

L’affiche du week-end

FK Rostov sur le Don – Spartak Moscou: 2-1

C’est la soupe à la grimace au Spartak Moscou ! Les hommes d’Oleg Kononov se sont inclinés 2-1 à la Rostov Arena en clôture de la 23e journée de RPL ! Deuxième défaite de suite pour les Rouge et Blanc qui voient leur adversaire du week-end revenir à un point ! La dernière place pour l’Europe va coûter cher et Valery Karpin, bien que reconnaissant et grand fan du Spartak, ne fera pas de cadeau à son ancien club !

Dans un stade de Rostov bien rempli, Karpin disposait son XI en 3-5-2 avec 4 ex-spartakistes au départ du match qui souhaitaient en découdre avec leur ancien club (Parshyvliuk, Pesyakov, Eremenko, Popov). En face, Kononov disposait son XI en 4-4-2, obligé de faire sans Ayaz Guliev, auteur d’une agression contre un citoyen américain en pleine rue dans la semaine. Ce fait lui a valu les foudres des médias et de son club qui n’a pas hésité à le punir d’une amende et d’une mise à l’écart de l’équipe première. Pas génial pour préparer un match aussi important…

Il suffit de regarder les statistiques du match pour s’apercevoir que le Spartak n’a pas fait grand-chose du ballon. Rostov a globalement fait jeu égal en termes de possession de balle mais le Spartak a réalisé le double de passes dans le match, preuve du manque criant de jeu et de capacité du Spartak à transformer la possession en occasions dangereuses. Trop souvent, les Rouge et Blanc ressortent bien le ballon, se projettent rapidement, mais le jeu devient stérile aux abords de la surface adverse.

Et quand on est aussi fébrile sur les coups de pied arrêtés, principale force de Rostov, on ne peut espérer quoi que ce soit. La preuve lors du premier but de Rostov, qui ouvre le score sur un corner que dévie parfaitement un joueur au deuxième poteau pour Gatskan, qui prend de vitesse un Samuel Gigot pas encore au top physiquement après son retour de blessure.

Contrairement au match contre le CSKA, le Spartak sait réagir ! Zobnin montre enfin qu’il peut être décisif en finissant d’une grosse frappe un contre orchestré par Melgarejo, le Rouge et Blanc le plus en vue durant le match. Et oui ! Fini le beau jeu « à la Spartak » avec des Cherenkov et autre joueur technique comme Mostovoy ! Le Spartak est désormais en mode contre. L’arrivée d’Oleg Kononov a fait naitre des espérances quant au développement d’un jeu alléchant comme celui qu’il a mis en place à l’Arsenal Tula. Mais force est de constater que le jeu tarde à venir même si des prémices de bonnes choses ont été vues durant la trêve. Trop court pour espérer voir un Spartak se battre pour le titre ou faire quelque chose en Coupe d’Europe !

Côté mental, le Spartak n’en a pas et Rostov en profite pour trouver la faille en deuxième période grâce à une belle tête plongeante de Shomurodov ! Mais plus que le mental, c’est du côté de la finition que les Rouge et Blanc pêchent depuis la trêve. Ni Melgarejo, ni Ze Luis ou encore Adriano n’ont fait la différence. Rostov a pris le dessus au fil du match et a fini par aller chercher la victoire.

La victoire est certes importante, mais rien n’est encore fait. Le calendrier moscovite est désormais clément (ce qui ne veut pas dire grand chose pour le Spartak) et Rostov doit encore faire face au Lokomotiv, au Zenit et à Krasnodar. Mais la dynamique est plus que bonne sur les bords du Don. Rostov a aussi la finale de la Coupe de Russie contre le Lokomotiv pour finir en beauté !

Les autres matchs du week-end

  • Kazan n’y arrive toujours pas. Nouvelle contre-performance pour le Rubin avec une défaite 1-0 sur la pelouse de Samara. Cinq rencontres consécutives sans victoire, ça fait beaucoup pour espérer atteindre l’Europe.
  • Bon point pour Ufa. C’était le match à ne pas perdre contre la lanterne rouge et Ufa a réussi à obtenir le point du nul avec un 0-0. Ufa reste barragiste mais va mieux depuis quelques rencontres.
  • L’inconstance du CSKA. Les hommes de Goncharenko ont deux visages, celui contre les grosses et celui contre les petites équipes. C’est Orenbourg qui profite en s’imposant 3-2 sur la pelouse du CSKA!
  • Ural a résisté. Dans un match riche en occasions de but, ce sera finalement un 0-0 mais les poteaux ont tremblé à plusieurs reprises. Un point pour Ural et l’Arsenal Tula.
  • Le Loko est en forme. Bon succès du champion en titre sur la pelouse de l’Akhmat. Victoire finale sur le score de 3-1.
  • Krasnodar a eu du mal. Dominé toute la rencontre par le Dinamo Moscou, Krasnodar a su se réveiller lors de l’ouverture du score par les locaux. Une égalisation en fin de match mais Krasnodar aurait même pu l’emporter avec des énormes occasions dans les dernières secondes.
  • Le Zénit se balade. La réception de l’Anzhi est une formalité pour le leader du championnat qui s’impose 5-0. L’Anzhi est au fond du trou.

Le classement

L’événement marquant de la semaine

Conférence lunaire d’Adiev

On le sait, l’Anzhi est dans une situation délicate. Outre les problèmes en championnat avec une avant-dernière place, le club du Dagestan a d’énormes soucis financiers. Après la défaite 5-0 contre le Zenit le week-end dernier, le coach des Aigles, Adiev, a craqué en conférence de presse. Le mécontentement est énorme pour un coach venu donné un coup de main et qui a vu sa démission refusée il y a quelques semaines. L’envie n’est plus la sur le terrain et Adiev a comparé son équipe à un verre d’eau vide… La fin de saison va être longue pour l’Anzhi.

Qu’est-il devenu ?

Guillermo Cotugno

Guillermo Cotugno, Uruguayen, a évolué au Rubin Kazan pendant deux ans et demi de l’hiver 2015 à l’été 2016. Alors que le Rubin doit se remettre de la séparation de Berdyev à peine un an auparavant, Guillermo Cotugno participe lors de la saison 2014-2015 à la remontée du club tatar, qui se qualifiera pour la Ligue Europa sous l’égide de Bilyaletdinov. Il est un titulaire indiscutable de l’équipe avec laquelle il participe à six rencontres de la compétition continentale. Il quitte la Russie à la fin de la saison après avoir pris part à un total de 40 matchs.

Cotugno ne poursuit cependant pas en Europe, mais retourne en Amérique du Sud. Il signe pour le club argentin de Talleres, mais il participe à très peu de matchs puisqu’il ne joue que neuf matchs pendant toute la saison 2016-2017. Durant l’été 2017, Cotugno retente sa chance en Europe et signe en deuxième division espagnole avec le Real Oviedo. Il participe à 30 matchs et s’offre le luxe de marquer le premier but de sa carrière. Il quitte une nouvelle fois l’Europe pendant l’été 2018 et retourne dans son pays natal, signant pour le club uruguayen du Club Nacional. Après avoir participé à six matchs pour le restant de la saison 2018, il totalise à ce jour neuf participations en 2019.

Le XI

Le but du week-end

Superbe frappe et superbe but pour le Krylia qui obtient une précieuse victoire contre le Rubin Kazan.

L’instant foot amateur par @RUSNLF

Le foot amateur revient dès la semaine prochaine!

Le Quiz

Les réponses de la semaine dernière

  1. Ces clubs russes ont tous participé à la Ligue Europa depuis 2005 : Rubin Kazan, FK Krasnodar, Zenit Saint-Pétersbourg, Lokomotiv Moscou, Anzhi Makhachkala, FK Moscou, Alania Vladikavkaz, CSKA Moscou, Kuban Krasnodar, Dynamo Moscou, FK Rostov, Spartak Moscou, FK Ufa, Krylia Sovetov Samara. Qui sont les intrus ? Le FK Moscou, le Krylia Sovetov Samara, l’Alania Vladikavkaz et le FK Ufa n’ont jamais dépassé les tours préliminaires.
  2. Quelle(s) erreur(s) ont commis certains supporters suisses avant le match Brésil – Suisse disputé à Rostov pendant la Coupe du monde 2018 ? Ils ont réservé leur chambre d’hôtel à Rostov Veliki (dans l’oblast de Iaroslav) alors que le match avait lieu à Rostov-sur-le-Don (où évolue le FK Rostov et où a été joué le match) ; ces villes sont pourtant séparées d’environ 1300 kilomètres. Des chauffeurs de taxi ont offert leur aide aux Suisses pour leur permettre de rejoindre la bonne ville en temps et en heure. De plus, un groupe de supporters parti de Berne par voie terrestre a commis l’erreur de faire trop confiance à son GPS ; celui-ci les a conduit en pleine zone de guerre séparatiste ukrainienne à Donetsk où ils ont été arrêtés puis pris en charge avant d’être relâchés avec un itinéraire.

La FNL

A 7 journées de la fin du championnat, la FNL est toujours aussi indécise ! Chaque équipe peut battre l’autre, créant de constantes variations dans le classement.

Mais la principale surprise du week-end concerne la victoire du FK Sochi à Tambov sur le score de 3-0 ! Le leader de la FNL n’avait pas perdu un match de championnat depuis le 18 novembre dernier. C’est dire la performance du novice !

Sochi prend les devants grâce à un joli coup franc direct de l’élégant Evgeniy Pesegov (18e). Trois minutes plus tard, Igor Yuganov double la mise de la tête sur corner (21e). Maksim Barsov met fin aux débats en fin de match (90e). Ce dernier est actuellement meilleur buteur de FNL avec 18 buts cette saison. A noter que Khasan Mamtov a loupé un penalty pour revenir à 2-1. Olabiran Blessing Muyiwa a écopé d’un deuxième jaune juste après.

Pas de péril dans la demeure pour Tambov qui dispose encore de cinq points d’avance sur Tomsk, qui n’a pu s’imposer contre Chertanovo (1-1). C’est surtout Sochi qui impressionne semaine après semaine en présentant un jeu offensif intéressant, fait de vitesse et de passes en profondeur pour leur attaquant Barsov ! La rencontre entre Sochi et Tomsk le 28 avril s’annonce décisive !

Derrière, Nizhny Novgorod fait la mauvaise affaire en perdant à domicile 3-1 contre le Rotor. Ils voient donc revenir le SKA Khabarovsk qui profite de leur série de matchs à domicile pour engranger des points ! Sur leurs cinq matchs à domicile depuis 2019, ils en ont remporté quatre sur le score de 1-0. Ce n’est pas sexy mais c’est efficace !

En bas de tableau, l’inquiétude monte pour le Luch Vladivostok et le Spartak-2 qui glissent dangereusement vers la zone rouge. Ces deux équipes n’ont pas gagné un match depuis le début de l’année… Le Baltika continue de jouer au yoyo en perdant à nouveau face à la lanterne rouge, le Zenit-2 (2-0) qui quant à lui remonte doucement au classement en termes de points. Trop tard malheureusement pour eux pour espérer se sauver.

L’équipe Footballski Russie

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.