L’édito de la rédac’

Le foot reprend ses droits en Russie. Trois mois d’hibernation ont pris fin ce week-end avec la reprise de la RPL dès vendredi et la FNL (2edivision) dimanche. Hibernation ? Pas totalement puisque les équipes ont repris l’entrainement depuis début janvier. Certains ont dû préparer leurs matchs de Coupe d’Europe en février (Zenit et Krasnodar), les autres se sont focalisés sur leur premier match de championnat en se préparant au soleil en Espagne, en Turquie, à Chypre ou encore dans le sud de la Russie.

Les joueurs ont eu une semaine pour s’acclimater à nouveau au climat hivernal encore présent en Russie avant de retourner au combat sur les différents terrains du pays. Ces derniers ont d’ailleurs à nouveau fait parler d’eux ! L’année 2019 redémarre comme l’année 2018 avec de nouvelles difficultés de pelouse.

Il a fallu attendre deux inspections de la Ligue quelques jours avant le match pour déclarer que le terrain sur lequel devait accueillir Arsenal Tula – CSKA n’était pas praticable. Le terrain était un véritable champ. Et que fut la décision de la Ligue pour résoudre le problème ? Jouer le match à Grozny. C’est ainsi que la rencontre a eu lieu dans un stade vide, avec quelques supporters d’Arsenal Tula présents grâce à l’organisation par le club d’un vol charter pour quelques chanceux. En parallèle, le match Enisey – Rostov fut lui aussi délocalisé à Sochi en raison de la tenue des Universiades d’hiver à Krasnoïarsk au même moment. Ce changement de calendrier était par contre prévu de longue date.

Alors qu’au même moment la Ligue a mis en place une superbe initiative en diffusant gratuitement le championnat pour les étrangers via une chaine Youtube, cette même Ligue propose aux spectateurs des matchs délocalisés dans des stades vides. Pas étonnant donc que l’affluence du week-end soit globalement mauvaise. Hormis l’affiche du week-end Spartak – FK Krasnodar qui a attiré plus de 27000 spectateurs à l’Otkrytie Arena (et encore, ce chiffre aurait pu être plus important si la tribune nord n’avait pas été sanctionnée d’un huis-clos en raison de chants à caractère raciste à l’encontre du gardien du Lokomotiv Guilheme lors du match Spartak Lokomotiv), l’affluence moyenne a légèrement dépassé les 10000 spectateurs. Seuls trois stades sur les 8 rencontres programmées ont eu un taux de remplissage supérieur à 50%. Pas génial pour faire la publicité du championnat à l’étranger…

Arsenal Tula pourra se targuer de ne pas avoir été dérangé de jouer à Grozny, étant donné leur victoire 2-0 contre le CSKA. Comme toujours, ce sont les supporters qui en pâtissent, notamment ceux de Enisey qui se voient carotter des matchs à domicile sans rien pouvoir faire. Il y a pourtant à leur disposition un stade couvert à Krasnoïarsk, mais la Ligue est contre la tenue de matchs dans cette enceinte. Pourquoi? Mystère. Le stade accueillait bien les matchs de Enisey en FNL et les tribunes étaient plutôt bien garnies. A n’y rien comprendre…

L’ affiche du week-end

Spartak Moscou – FK Krasnodar: 1-1

Après trois mois de trêve hivernale, la souvent très remplie Otkrytie Arena allait recevoir l’affiche de week-end de reprise, à savoir la rencontre entre deux prétendants européens (voire au titre) que sont le Spartak Moscou d’Oleg Kononov et le FK Krasnodar, son ancien club. Si le Spartak avait l’avantage de recevoir, le FK Krasnodar se présentait avec un meilleur rythme, les Byki ayant déjà joué les seizièmes de finale de la Ligue Europa et le quart de finale retour de la Coupe de Russie. Cependant, le jeune Ignatiev, inefficace ces derniers temps, avait joué contre Vladivostok en FNL pour le FKK-2 et n’était donc pas présent, de même que Spajic, suspendu et remplacé par un Fjoluson souvent fébrile sur ses dernières sorties. Le Spartak se présentait avec un effectif au complet (à noter la présence sur le banc de Glushakov, impopulaire chez les fans). En revanche, la tribune nord des ultras était vide à cause d’une sanction de la fédération, conséquence de chants racistes à l’encontre du gardien Guilherme du Lokomotiv Moscou.

Le Spartak commence fort un match particulièrement animé. Dominateur, il finit par ouvrir le score après moins d’un quart d’heure de jeu par Zé Luis, qui parvient à tromper le défenseur Fjoluson (remplaçant de Spajic suspendu). Après avoir reçu un long ballon pour lancer la contre-attaque, il n’a plus qu’à battre Safonov en un contre un pour donner l’avantage à son équipe (1-0, 14’). Lors des dix minutes suivantes, les Byki tentent de sortir de leur terrain avec difficultés. C’est à peine dix minutes après le premier but que Claesson parvient à prendre à revers la défense centrale en attirant l’attention de façon intelligente sur un contre ; cela laisse le champ libre à Mauricio Pereyra qui se trouvait non loin pour tirer depuis l’axe et battre Selikhov (1-1, 25’). Depuis lors, la domination est exclusivement en faveur des Byki jusqu’à la fin de la première mi-temps, avec notamment un poteau de Claesson puis un but refusé à Wanderson juste avant la mi-temps.

La deuxième mi-temps repart sur un rythme similaire avec un FKK possessif et dominateur contre un Spartak professionnel qui fait le dos rond pour jouer le contre. Cela n’empêche pas les Spartakistes d’augmenter considérablement la cadence après l’heure de jeu pour bousculer les visiteurs, avec un ballon monopolisé et plusieurs reprises hautes. Ce temps fort dure une dizaine de minutes avant que le FKK ne reprenne le contrôle et se procure des occasions. La fin de rencontre est celle d’un stress particulièrement intense. À la 90ème minute, les Byki manquent une triple occasion lorsque Gazinski déborde à gauche, se fait repousser son centre par Selikhov ; le ballon revient sur Olsson devant le point de penalty mais son tir est miraculeusement contré. C’est au tour de Claesson de recevoir le ballon et de décaler pour Petrov d’un contrôle du dessous du pied vers l’arrière. Petrov tente sa chance de loin puis frappe cette fois le montant ; le ballon revient sur Gazinski au second poteau qui est finalement signalé hors-jeu, pour le plus grand soulagement des supporters spartakistes. Un autre événement agite la fin de match avec l’expulsion de Martynovitch dans le temps additionnel pour un deuxième carton jaune. Le FKK sera donc à nouveau privé d’un défenseur central la semaine prochaine.

C’est ainsi que se termine la rencontre disputée sous un ciel couvert avec -2°C au thermomètre devant les 27 662 spectateurs. Un résultat qui fait légèrement plus les affaires du FK Krasnodar qui n’a que 3 points de retard sur le Zenit alors que le Spartak reste à hauteur des deux rivaux moscovites. Cependant, c’est bien tous ses rivaux européens qui bénéficient de ce match nul, à commencer par le Zenit qui prend trois points d’avance sur Krasnodar, mais aussi le CSKA Moscou qui reste devant le Spartak tout en ne prenant pas trop de retard sur la seconde place.

Les autres matchs du week-end

  • L’Anzhi n’est pas mort ! Tout proche de la disparition cet hiver, le club de Makhachkala est tout de même présent pour ce cycle retour. Et ça commence bien avec un succès 1-0 sur la pelouse d’Orenbourg !
  • Le Zénit sans soucis. En déplacement sur la pelouse de l’Ural, le Zénit a tranquillement géré face à des adversaires peu inspirés. Victoire finale 1-0 pour le leader.
  • Le CSKA coule. Match délocalisé à Grozny pour l’Arsenal Tula qui avait un terrain impraticable. Un climat plus chaud qui a donné des idées à l’Arsenal qui s’impose 2-0 face aux Moscovites.
  • Le Loko cale. Bon coup du Krylia Sovetov qui obtient le match nul 2-2 sur la pelouse du champion en titre malgré une expulsion en début de seconde période.
  • Kazan a souffert. Il aura fallu attendre la toute dernière minute pour voir le Rubin inscrire le seul but d’un pauvre match face à l’Akhmat Grozny. Le Rubin se place pour l’Europe !
  • Remontada du Dinamo. Mené 1-0, le Dinamo a su remonter pour s’imposer 2-1 dans les dernières secondes. Dommage pour les dirigeants d’Ufa qui avait promis aux spectateurs de rembourser le billet en cas de défaite.
  • Bon point du Yenisey. Dans un match délocalisé à Sochi, le Yenisey obtient un bon point contre un Rostov qui n’avance plus. Score final 1-1.

Le classement

L’événement marquant de la semaine

La RPL en streaming gratuit et légal !

C’est l’excellente nouvelle de début 2019 pour les amateurs de football russe ! La ligue a décidé d’attirer un public étranger et lance sa chaîne Youtube avec résumés mais surtout diffusion des rencontres en direct. Malgré des débuts compliqués avec un début de diffusion d’Ural-Zenit à la mi-temps à cause d’un problème de réseau, la mayonnaise a pris avec notamment plusieurs milliers de personnes réunies pour le top match de la journée entre Spartak et Krasnodar. Exclusivement réservés à un public étranger (les droits en Russie sont privés mais les VPN sont de sortis), les matchs sont de plus sans commentaires pour profiter pleinement de l’ambiance

Qu’est-il devenu ?

Sheldon Bateau

Sheldon Bateau est un footballeur trinidadien qui a évolué de 2015 à 2018 (2017 si l’on reste factuel) au Krylia Sovetov Samara comme défenseur central après avoir évolué pendant quatre ans en Belgique au KV Mechelen.

Il est peu probable que les observateurs du football russe se souviennent de ce joueur. En effet, l’intégration avait plutôt bien commencé avec dix-huit participations (et une dix-neuvième en Coupe) en 2015-2016 lorsqu’il était arrivé en prêt malgré la règle en vigueur de limitation des étrangers. En 2016, le Krylia Sovetov achète le joueur qui dispute vingt autres rencontres (vingt-deux avec les matchs de Coupe) lors de la saison 2016-2017. Cette saison-là, le Krylia Sovetov se fait reléguer en deuxième division. Même si le club parvient à se redresser en FNL et à réintégrer la RPL pour 2018-2019, le bilan 2017-2018 est à regarder du côté du Kazakhstan au Kairat Almaty où il est prêté d’abord jusqu’à l’hiver, avant que Samara n’accepte une prolongation pour une année supplémentaire.

Lors des saisons 2017 et 2018 (le Kazakhstan étant sur un calendrier printemps-automne, comme pour la Russie jusqu’à récemment), Sheldon Bateau totalise un bilan de 40 matchs joués pour le Kairat. À l’hiver 2018-2019, on sait que Bateau ne retournera pas en Russie, mais a déjà signé en Norvège chez le club dynamique qu’est Sarpsborg 08 où il devrait passer la saison 2019.

Le XI

Le but du week-end

Très beau mouvement collectif du Lokomotiv avec au final une belle frappe de Miranchuk qui permet aux cheminots de revenir à égalité avec le Krylia !

L’instant foot amateur par @RUSNLF

Une nouvelle rubrique voit son apparition dans votre chronique hebdomadaire. Dima vous emmène le temps d’un instant dans les divisions inférieures locales, car le football russe ne se limite pas qu’à la RPL !

Ne jamais dire jamais au football !

Malgré la neige et le froid, le football reste vivant l’hiver en Russie que ce soit avec les matchs amicaux ou avec des championnats locaux aux quatre coins du pays.

Le championnat d’hiver de Moscou a pris fin le 28 février avec une victoire de Zelenograd 3-1 contre l’Ararat (oui les Arméniens de Moscou sont de retour en troisième division amateur) et le championnat de la région de Moscou s’est terminé le 1er mars avec un succès 4-3 du Peresvet Domodedovo contre la réserve olympique de Yegoryevsk.

Même si l’hiver est doux dans certaines régions comme au sud de la Russie, de nombreux territoires ne sont pas épargnés par le froid glacial. La preuve dans le Krai de Perm avec le championnat de l’Ural où l’école sportive de Perm s’est imposée 3-2 contre Amkar Uralkhim sous -20 degrés! Le football ne s’arrête jamais en Russie, même quand le mercure est polaire!

©great_Perm

Le Quiz

Venez approfondir et tester vos connaissances sur le football russe et son histoire. Trois questions seront posées chaque semaine, nous attendons vos réponses dans les commentaires et le verdict sera rendu dans l’article de la semaine suivante!

Les réponses de la dernière journée

  1. Quel est l’intrus et pourquoi : Ajaccio, Bordeaux, Caen, Lens, Lyon, Marseille, Metz, Monaco, Montpellier, Paris, Saint-Étienne, Strasbourg, Toulouse ? Lyon (seul club français de la liste à n’avoir jamais accueilli de joueur russe).
  2. Qui était le précédent meilleur buteur de la Sbornaya avant qu’Aleksandr Kerzhakov ne le devienne en 2014 ? Vladimir Beschastnykh avec 26 buts de 1992 à 2003.
  3. Le CSKA Moscou risque de terminer dernier de son groupe de Ligue des champions cette saison à la suite d’une défaite compromettante à domicile face au Viktoria Plzen. Ce n’est pas la première fois que les Moscovites se sont retrouvés dans ce type de situation au profit du club tchèque. Quand est-ce arrivé pour la dernière fois ? Lors de la saison 2013-2014, le CSKA avait terminé dernier de son groupe derrière le Bayern Munich, Manchester City et le Viktoria Plzen après une défaite rocambolesque en République tchèque à la toute dernière journée.

Au boulot !

  1. J’ai réussi à atteindre les huitièmes de finale de la Ligue Europa alors que j’étais dernier de RPL cette saison-là. Qui suis-je ?
  2. À l’Euro 2012, la Russie termine avec le même nombre de points que la Grèce (4 points) et une différence de buts générale favorable (+2 contre 0), mais se fait quand même éliminer en terminant derrière les Grecs au classement final. Pourquoi ?
  3. En quelle année le Zenit Leningrad/Saint-Pétersbourg a remporté pour la première fois le championnat domestique ?

La présentation de club

FK Murom

Pour la reprise du championnat, on attaque doucement avec un club sans histoire et sans rien de particulier mais que vous allez donc connaître. Il s’agit du FK Murom.

Murom est une ville de l’oblast de Vladimir situé sur l’anneau d’or de Russie Centrale. Il s’agit surtout de la troisième plus ancienne ville de Russie (voire deuxième si on considère que l’histoire de Derbent n’a pas grand chose à voir avec la Russie). Ainsi cette petite ville (100 000 habitants, ce n’est pas grand chose à l’échelle russe) s’est dotée d’un club de football il y a cinq ans (il y en avait sans doute un durant la période soviétique mais difficile de trouver des traces).

En cinq années seulement, Murom a gravi les échelons, vice-champion de l’oblast de Vladimir en 2015 puis champion de D3-Zolotoe Koltso l’année suivante. Il participe pour la troisième fois d’affilée à la D2-Ouest avec une septième place actuellement dans le ventre-mou. Doté d’un stade tout neuf, le petit club qui n’a encore jamais passé un tour en Coupe compte dans ses rangs quelques vieux briscards comme l’attaquant Dmitriy Kudryashov ou encore Sergey Vaganov, tous deux passés par la RPL ainsi que de nombreux joueurs aguerris en FNL.

La FNL

Retour en force de la FNL dimanche avec au programme pas moins de dix rencontres réparties sur toute la journée. Une formule qui permet d’ailleurs, pour ceux qui peuvent y avoir accès, de regarder une majorité de matchs tout au long de la journée.

Celui qui profite des résultats du week-end, c’est le FK Tambov, vainqueur 3-1 sur le terrain du Mordovia Saransk. Une victoire qui permet de mettre son poursuivant, le Tom Tomsk, à 3 points. Autant dire une broutille, mais il ne faudrait pas que Tomsk connaisse une baisse de dynamique sous peine de se voir rapidement distancer. Le club sibérien n’a pu ramener qu’un nul d’Armavir 0-0 mais peut s’estimer heureux en ayant fini à dix avec l’expulsion de Roman Manuylov.  En haut de tableau, on peut noter la défaite de Kursk face au Baltika 2-1 qui se bat pour le maintien.

Mais la belle victoire est à mettre au profit du FK Chertanovo qui s’est imposé à Khabarovsk 3-1 ! Jamais facile d’aller s’imposer à des milliers de kilomètres au far-est ! Mais il a fallu l’aide d’un doublé du jeune milieu gauche Kirill Kolesnichenko formé au… SKA Khabarovsk! Le jeune de 19 ans a réalisé une bonne préparation en marquant deux buts durant la trêve. Un résultat qui permet aux Moscovites de rester au contact des places de barrage pour la montée. Quelle force ce club est en train de montrer, alors qu’ils ont été relativement dépouillés lors du mercato hivernal avec le départ de Glushenkov ou encore celui de Naíl Umyarov notamment. Un exemple à suivre.

En bas de tableau, le Zenit 2 a remporté enfin un match 1-0 face à Yaroslav, faisant ainsi tomber une statistique de 12 matchs sans victoire. Le maintien reste loin cependant, mais l’espoir renaît. Et puis le Sibir a remporté le match de la peur 2-1 face à Tyumen qui s’enfonce un peu plus.

Dans le match entre Khimki et le Fakel Voronezh, nous vous conseillons de revoir le triple arrêt sensationnel de Dmitry Kortnev qui permet à Voronezh de repartir de la banlieue de Moscou avec le point du nul (1-1).

L’Equipe Footballski Russie

Image à la une: © FKUral

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.