Retour sur la journée 1 de RPL 2018/2019 – Championnat de Russie de football

Antoine Jarrige
Antoine Jarrige - Publié le 3 août 2018

Le football russe est de retour! C’est reparti pour un an du plus beau sport du monde dans un pays qui a vibré tout l’été pour le ballon rond.

Les affiches du week-end

Rubin Kazan – FK Krasnodar : 2-1

La rencontre entre le Rubin Kazan et le FK Krasnodar avait déjà été une affiche en ouverture de la saison dernière de RPL. Un an plus tard, le Rubin s’est procuré l’écrasante majorité de l’effectif du FK Rostov vice-champion de Kurban Berdyev alors que Krasnodar vient de faire ses adieux à son capitaine Granqvist et se déplaçait sans Petrov, blessé en préparation. Azmoun, étincelant avec l’Iran pendant le Mondial, était aligné du côté de Kazan. Spajic (nouveau Granqvist) et Stotski (remplaçant de Petrov) connaissaient leur première titularisation. Gazinski et Smolov, qui ont participé au Mondial, revenaient directement de Moscou suite à une invitation officielle du Kremlin pour le parcours de Sbornaya. Smolov portait le brassard de capitaine ce qui n’était pas sans susciter quelques doutes vu sa mauvaise forme récente. Du côté des locaux, c’était le défenseur espagnol Cesar Navas qui assurait cette fonction.

Dans une Kazan Arena qui a rassemblé 13 884 spectateurs pour l’occasion, le Rubin commençait bien mieux que son adversaire. Monopolisant la possession, les Tatars se procuraient toutes les occasions contre un FK Krasnodar qui semblait alors très hésitant et pas vraiment confiant. C’était logiquement que les hommes de Berdyev ouvraient le score après un ballon mal renvoyé par Martynovitch sur un Azmoun sans marquage qui expédiait le ballon au fond des filets sur une reprise de volée imparable (1-0, 9′). Malgré l’ouverture du score, Krasnodar ne réagissait pas ; la physionomie du match restait identique. Le gardien Kritsyuk sauvait par ailleurs son équipe du break sur une frappe de Bayramyan. C’est assez miraculeusement que Krasnodar égalisait sur une action semblable à celle ayant entraîné le premier but mais moins impressionnante. Sur un centre de Ramirez, une incompréhension entre les deux défenseurs centraux Kazantsy entraînait un rebond du ballon sur Smolov qui battait Dzhanayev aux huit mètres (1-1, 31′). Le meilleur buteur russe de la saison dernière qui avait été transparent pendant toute la première demi-heure du match était alors de retour ? Pas de chance. Il sera le héros malheureux de son équipe lorsqu’il réalise une passe vers sa défense depuis le rond central. La passe n’étant pas seulement de mauvaise qualité, elle permettait à Azmoun de s’offrir le face-à-face avec Kritsyuk qu’il dribblait en maîtrise pour marquer dans le but vide (2-1, 38′).

En deuxième mi-temps, Krasnodar sortait enfin de sa peur (en toute relativité) et le Rubin laissait l’initiative à son adversaire. Cependant, le ballon ralentissait et il fallait apporter de la fraîcheur offensive. Oleg Fomenko (qui a gardé le poste d’entraîneur alors que Murad Musayev a pris celui d’adjoint) remplaçait Wanderson et Pereyra par Claesson et Cueva, le Péruvien ayant dernièrement renforcé l’effectif, avant de faire entrer le jeune Ignatiev à la place de Gazinski. Bien que le FKK a semblé plus se projeter vers l’avant, les trous laissés au milieu apparaissaient comme un signe évident de point faible après ces derniers changements. Au final, malgré un poteau et quelques occasions, Krasnodar ne pouvait égaliser pour le plus grand bonheur d’un Rubin qui brisait une longue série sans victoire contre les Byki. Le retour d’un grand Rubin ? À suivre dès la prochaine journée !

Ufa – Lokomotiv Moscou : 0-0

Trois jours, c’est le cours laps de temps dont a disposé le Lokomotiv pour se remettre de sa défaite en prolongation de la Supercoupe de Russie contre le CSKA. La déception est toute relative, certes. Il y a bien plus important, un titre de champion à défendre, et cela commence en plein été contre les teigneux d’Ufa.

Les malheureux qui ont manqué le sublime 0-0 du printemps dernier ont eu la chance d’assister à un remake fidèle à l’original, ce qui est assez rare dans le cinéma d’horreur pour être souligné. Youri Syomine, artiste méticuleux, a poussé le souci du détail jusqu’à aligner un onze entièrement composé de joueurs champions l’année dernière. Les nouvelles recrues sont encore en rodage.  Rien de bien nouveau côté Bachkir non plus, hormis le départ de leur entraîneur Semak pour le Zenit.

Les deux équipes se sont échangé quelques frappes molles pendant 90 minutes. Farfán a poursuivi sur sa lancée de la saison dernière, très actif sur le front de l’attaque, peu aidé il est vrai par la maladresse d’Eder. De manière assez étonnante, c’est le secteur fort du Loko, la défense, qui montre des signes de fébrilité en ce début de saison. Après le rouge écarlate de Kvirkvelia en Supercoupe, c’est Guilherme qui a provoqué un pénalty dans la dernière minute des arrêts de jeu, qu’il s’est chargé de détourner pour sauver le point du nul.

Comme d’habitude avec les Rouge et Vert, la saison démarre timidement, comme si la préparation n’était pas encore terminée. Le premier pic de forme est sans doute programmé pour le début des joutes européennes en septembre. Ufa, cette année encore, devrait se contenter d’être une équipe dure au mal, ce qui ne lui a pas trop mal réussi pour l’instant.

Les autres matchs du week-end

  • Exploit d’Anzhi. Une frappe, un but, une victoire! L’Anzhi Makhachkala en grande difficulté financière a remporté son premier match contre l’Ural sur le score de 1-0.
  • Express Spartak. Un but dès le début de match par le Français Gigot et une gestion totale du match contre Orenburg. Un bon début de championnat pour les hommes de Carrera.
  • Rostov sauce islandaise. Avec trois Islandais dans son XI, Rostov prend un côté viking et ça lui réussi avec un succès 1-0 contre l’Akhmat.
  • Le Zénit sans soucis. Dans un match délocalisé à Tyumen, le Zénit s’impose tranquillement 2-0 contre le Yenisey qui disputait son premier match dans l’élite.
  • 0-0 à Tula. Dans un match assez fermé, l’Arsenal Tula et le Dinamo Moscou n’ont pas pu se départager.
  • Le CSKA cale. Avec une équipe totalement remaniée, le CSKA a eu du mal à Samara et aurait même pu perdre sans un bon Akinfeev.

Le classement

L’événement marquant de la semaine

Un rouge polémique pour Semenov

Rostov – Akhmat, c’est seulement le début de la rencontre, mais un fait de jeu semble faire basculer la rencontre. En position de dernier défenseur, Semenov fait faute sur son opposant et se voit réprimé d’un carton jaune! C’est l’incompréhension totale dans les travées de la Rostov Arena! L’arbitre a alors la bonne idée de jeter un oeil au ralenti sur l’écran géant du stade et adresse finalement un carton rouge au défenseur du club de Grozny! Décision qui fait débat, la VAR n’étant pas encore en place en Russie.

 Le portrait de club de la semaine

FK Kvant Obninsk

Cette semaine, nous vous parlons d’un des petits nouveaux de la PFL zone centre. Le Kvant Obninsk. Obninsk est une ville de l’oblast de Kaluga se trouvant à la frontière avec la région de Moscou et n’ayant que très peu connu le football professionnel. v À vrai dire, l’histoire du club (et de la ville) repose surtout sur la formation, car le Kvant créé en 1959 avec Yuri Shuvanov comme entraîneur à formé beaucoup de joueurs dont l’international soviétique (et ancien sélectionneur de la Biélorussie) Yuri Baidachniy.  Lors de l’indépendance, le Kvant a participé au premier championnat régional de Kaluga avant de disparaître des radars en même temps que d’autres clubs de la ville pour laisser place au FK Obninsk qui fit quelques apparitions au niveau professionnel sans grand succès.

De retour sur la scène régionale en 2006, le club accède au plus haut niveau amateur (équivalent de la quatrième division), la LFL, intégrant le championnat régional de Moscou dans lequel il joue régulièrement les premiers rôles. Finalement champion en 2017 de la zone la plus relevée de LFL, le Kvant a décidé de tenter la (périlleuse) aventure de la PFL cette saison. Le Kvant continue de s’appuyer sur des joueurs locaux et pour le moment l’aventure commence bien avec deux victoires, la première sur la pelouse du Dinamo Bryansk, la seconde contre le Metallurg Lipetsk. Tout cela en attendant des matchs ravissant la petite ville d’Obninsk contre les historiques Saturn, Torpedo Moscou et Sokol Saratov.

Les ours écrasés

Les dix ans de la rénovation du Dinamo

La construction du stade du Zenit achevé, les amateurs de péripéties immobilières sont restés un peu sur leur faim. Les entreprises sous-traitantes dans le BTP à Saint-Pétersbourg s’associent à leur douleur. Ce sont sans doute des centaines de datchas sur les bords de la Baltique qui ne verront jamais leur cuisine américaine en marbre de Carrare.

Pire, l’accalmie a pris une ampleur nationale : on a bien été obligé de finir les stades pour la Coupe du Monde. Il reste néanmoins un projet, un seul, qui résiste encore et toujours aux délais. Le stade du Dinamo Moscou. La légendaire enceinte, qui a fait figure d’archétype pour tous les stades soviétiques ultérieurs, a été fermée pour reconstruction en 2008.

Depuis, les chargés de projets se sont succédé, les ambitions démesurées du projet initial ont été revues à la baisse, les supporters ont fait circuler des pétitions, les pouvoirs publics ont tapé du point sur la table, rien à faire, le nouveau stade ne veut pas sortir de terre.

L’inauguration devait avoir lieu juste avant la Coupe du Monde pour un match amical de la sélection russe contre la Turquie, peine perdue, elle a été repoussée aux calendes grecques. Le projet de reconstruction devrait donc bientôt fêter ses dix ans, et les fans du Dinamo prendre le train pour aller à Khimki une demi-saison de plus.

Qu’est-il devenu?

Eugène Starikov

Yevgeni Starikov est un footballeur américain d’origines soviétique, russe et ukrainienne né à Odessa. Il a grandi à Huntington Beach en Californie et joué dans le club du Stetson University. De 2009 à 2016, il s’est tourné vers ses pays d’origine pour lancer sa carrière européenne. Il rejoint le Zenit Saint-Pétersbourg en 2009, mais ne joue aucun match pour le club de l’ancienne capitale. En 2010, il prend la direction de la Sibérie où il évolue en prêt pour le Tom Tomsk. L’attaquant-ailier joue neuf matchs de RPL et inscrit un but lors de sa première saison. Starikov trouve plus de temps de jeu en 2011-2012 (passage du calendrier estival au calendrier hivernal). Il totalise 23 apparitions pour un but marqué. Cependant, Starikov doit quitter le club qui est relégué en fin de saison (série catastrophique de 12 défaites pour un 0-0 de juillet à novembre 2011). Depuis, la carrière russe de l’Américain n’a jamais redécollé. Deux buts en neuf matchs en 2012-2013 avec Rostov en prêt, puis aucun but en un seul match en 2013-2014 avec Tomsk revenu dans l’élite, Starikov termine sa période au Zenit Saint-Pétersbourg l’été 2014 sans jamais avoir joué pour les Zenitiki.

Starikov essaie de relancer sa carrière en Ukraine. Il évolue en 2015-2016 chez des Chornomorets Odessa en difficulté financière, participe à onze matchs et inscrit deux buts dans ce qui est la dernière saison d’UPL à quatorze équipes (disparitions des Metalist Kharkiv, Hoverla Ujhorod et Metalurg Zaporizhia). Eugene Starikov est maintenant retourné aux États-Unis. Il a rejoint le New York Cosmos en 2017 en NASL (troisième division américaine) et, après 27 matchs et quatre buts, remonte doucement les échelons avec l’équipe d’Indy Eleven d’USL (deuxième division américaine). À cette date, il totalise dix apparitions et deux buts.

Le XI

Le but du week-end

L’avant centre iranien commence parfaitement sa saison avec un doublé contre Krasnodar. Le premier but d’Azmoun est un petit bijou!

L’actu FNL

La FNL en bref…

Contrairement à sa grande sœur, la RPL, la FNL a démarré il y a déjà deux semaines. Un championnat qui a évolué durant la présaison. Les cinq équipes qui ont terminé dans la zone de relégation la saison passée sont toujours présentes grâce aux difficultés financières qui touchent de nombreux clubs du football russe. Le Tom Tomsk tire pour le moment son épingle du jeu en ayant remporté ses trois premiers matchs sans avoir concédé le moindre but. Pour les autres comme le Zenit 2 ou le Fakel Voronezh, les galères semblent se prolonger avec trois défaites.

Difficile de faire des conclusions au bout de trois journées, mais le FK Chertanovo, nouveau pensionnaire de FNL disposant de jeunes joueurs de son excellent centre de formation est la surprise de ce début de championnat en caracolant à la deuxième place après avoir battu le Baltika 3-1 ce week-end. Ce dernier est, pour le moment la grosse déception de ces trois premières journées en comptabilisant trois défaites et déjà neuf buts encaissés. Pour un des favoris de la saison, ça fait un peu tache.

Un petit mot pour le FK Sotchi qui a aligné une deuxième victoire de suite contre Khimki (3-2). Le club flambant neuf, créé à la suite du déménagement du Dinamo SPB, sera l’une des attractions de la saison.

On suivra aussi cette saison l’affluence des stades et plus particulièrement celles des stades utilisés lors de la Coupe du Monde. Pour le moment, la sauce prend avec des affluences record comme ce Rotor-Luch qui a fait déplacer à Volgograd plus de 30000 spectateurs ! Pourvu que ça dure.

L’équipe Footballski


Image à la une : Anna Fialovskaya / Sputnik via AFP Photos

Retour sur la journée 1 de RPL 2018/2019 – Championnat de Russie de football
5 (100%) 3 votes

A propos de l'auteur

Antoine Jarrige

Antoine Jarrige

Antoine, 21 ans. Etudiant en kiné en Alsace, grand amateur du football russe . Amoureux d'Ural, le grand club de Sibérie occidentale, mon coeur ne bat que pour Smolov et Lungu.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Semaine #31 – 2018 : Les matchs du week-end

Vous êtes fans du foot de l'est et cherchez à savoir ce qu'il se passe ce week-end ? . Les...

Fermer