Retour sur la journée 13 de RPL 2015-2016 – Championnat de Russie de football

Adrien Laëthier
Adrien Laëthier - Publié le 28 octobre 2015

Comme tous les mercredis, la Russian Premier League est présente sur notre site à travers cette chronique. Vous pouvez donc commencer à lire le treizième opus de notre rubrique pour connaître les faits marquants de la dernière journée de RPL en date.

Les yeux de la rédac’ :

Certains de nos contributeurs sont, en plus d’être suiveurs du football russe en général, des fans de certains clubs historiques et ils vous font (re)vivre les matchs de leur club chaque week-end.

Terek Grozny 0 vs. 0 CSKA Moscou par SovietXav.

Pour un match compliqué après un exercice éprouvant en Ligue des Champions contre Manchester United, le CSKA Moscou devait effectuer un déplacement compliqué du coté de Grozny pour y affronter une équipe de Terek dans une dynamique ultra-positive puisque que, avant cette journée, les joueurs de Rashid Rakhimov occupait la cinquième place à trois points du Zenit.

On ne va pas se mentir, ce match n’a rien eu d’emballant. Le système défensif très au point du Terek Grozny a complètement annihilé le jeu offensif du CSKA, qui est pourtant sa plus grande force cette saison. L’absence de Zoran Tosic sur le flanc droit de l’attaque (remplacé par le Bulgare Georgi Milanov) a aussi son importance car les débordements et le jeu en percussion de l’ailier serbe aurait sans doute permis au CSKA de casser les lignes plus rapidement pour se créer de véritables occasions.

Coté Terek Grozny on notera la solide prestation du duo brésilien Adilson et Mauricio au milieu. Les deux joueurs ont permis au Terek de placer quelques contres qui aurait pu être mieux exploités. Au final, les deux équipes se séparent sur un score nul assez logique, mais l’essentiel est préservé pour le CSKA qui conserve son siège de leader et son statut d’équipe invaincue depuis le début de saison. Le Terek, en revanche, perd une place et se retrouve désormais en sixième position derrière le Spartak Moscou.

Zenit Saint-Pétersbourg 5 vs. 1 Anzhi Makhachkala – Dzyuba (7′, 67′), Witsel (55′), Shatov (73′), Hulk (85′) |  Maksimov (48′) par Karim Hameg.

Le succès acquis en Ligue des Champions face à Lyon (3-1) et l’imminence d’une qualification pour les huitièmes de finale de cette compétition avaient revigoré le moral du Zenit Saint-Pétersbourg après le décevant match nul concédé chez le Kuban Krasnodar le week-end précédent. Restait à confirmer face à l’Anzhi Makhachkala, un promu qui vit un début de saison compliqué. Les choses n’ont pas traîné pour le champion en titre puisqu’il n’a fallu que sept minutes à l’insatiable Artyom Dzyuba pour ouvrir le score de la tête à la réception d’un centre de Hulk. 1-0, c’était le score à la pause en faveur d’un Zenit qui ne paraissait pas en mesure d’être inquiété.

L’Anzhi glacera pourtant le stade Petrovsky en début de seconde période par l’intermédiaire d’Ilya Maksimov, auteur d’une merveille de frappe enroulée (48′). Pas de quoi miner le moral du Zenit qui répliquera sept minutes plus tard par Axel Witsel, auteur d’un but de renard à la suite d’un coup franc de Hulk mal capté par Sergey Pesyakov. Ce but marque le début d’un véritable festival. Dzyuba, servi par Garay, s’offrira le doublé de la tête (67′). L’excellent Oleg Shatov, servi par Hulk, marquera également (73′) avant que le Brésilien ne troque son costume de passeur pour celui plus habituel de buteur en devançant malicieusement la sortie de Pesyakov (85′). Grâce à ce large succès (5-1) et aux contre-performances du Lokomotiv et du CSKA, le Zenit se relance. Il peut compter sur un trio offensif très prolifique : Artyom Dzyuba et Hulk, auteur de sept buts chacun, font partie des leaders du classement des buteurs tandis qu’Oleg Shatov a déjà marqué six fois cette saison.

Lokomotiv Moscou 0 vs. 2 FK Rostov-na-Donu – Poloz (57′), Doumbia (85′)  par Adrien Morvan.

Kurban Berdyev, l’homme qui a remporté tous les titres possibles en Russie avec le Rubin Kazan, est souvent mis de côté quand on dresse la liste des meilleurs entraîneurs de la décennie en Russie. Il faut dire que ses tactiques ultra-défensives en ont traumatisé plus d’un. A la grande époque du Rubin, jouer les Tatars était synonyme d’ennui mortel et de hold-up quasi-systématique. C’est donc avec une certaine appréhension que l’on voit le chamane revenir à Tcherkizovo alors que le Lokomotiv a perdu trois pièces maîtresses de son système défensif au cours de la semaine : Tarassov, Ćorluka et Pejčinović.

Cherevchenko a fait contre mauvaise fortune bon coeur en alignant un quatuor expérimental en défense : Denisov, Ďurica, Mikhalik et Yanbaev. On retrouve également Shishkin en milieu défensif, un poste où il a toujours livré des prestations en demi-teinte. On échappe au moins à Logashov en défense centrale. Côté Rostov, les intentions sont claires : défense à cinq, deux récupérateurs et une seule pointe. Même Dzhanaev a peur de sortir de ses cages sur les centres. Le match commence plutôt bien pour le Lokomotiv, qui monopolise le ballon après un petit quart d’heure d’échauffement. Les jaunes se permettent quand même quelques rares incursions, dont un raid de Noboa qui aurait pu se conclure par l’ouverture du score si l’Equatorien n’avait pas tant tardé à frapper au but. Défense regroupée, possession abandonnée à l’adversaire, contres vicieux : les habitués de la Première Ligue auront reconnu les signes annonciateurs du braquage berdyevien.

Ce qui devait arriver arriva : à la 57e minute, Bukharov pénètre dans la surface des cheminots et adresse un centre en retrait à Poloz, qui place une frappe lourde dans la lucarne de Guilherme (0-1). Raffinement de cruauté, c’est un jeune formé au Lokomotiv qui nous fiche le poignard entre les omoplates. On peut reconnaître une qualité à Cherevchenko, c’est qu’à l’inverse de nombre de ses collègues tétanisés, il aura tenté de briser l’envoûtement du Turkmène au chapelet en faisant rentrer Mirantchuk, Škuletić et Grigoyev successivement. Autant de coups d’épée dans l’eau malheureusement, puisque Doumbia, rentré à la place de Poloz, parvient à faire le break sur un contre assassin (0-2). Le pauvre Ďurica, qui revient juste d’une longue blessure, a fini le match sur les rotules, tandis que Mikhalik est toujours porté disparu à ce jour. Voilà un beau traquenard qui coûte au Lokomotiv la petite avance arrachée à ses poursuivants lors de la journée précédente. Il faudra vite se remettre, car les deux semaines avant la trêve internationale nous réservent un calendrier corsé : réception de Perm en coupe, déplacements à Krasnodar et à Istambul, puis match à domicile contre le Zenit.

Dinamo Moscou 2 vs. 3 Spartak Moscou –  Kokorin (17′), Pogrebnyak (67′) | Promes (22′, 90′), Davydov (70′) par Robin Bjalon

Habituel derby de Moscou, ce match était l’occasion pour le Dinamo Moscou, coincé dans le milieu de tableau (10e), de se rapprocher du peloton de tête. De son côté, le Spartak (5e) devait absolument prendre les trois points afin de ne pas se faire décrocher par le trio de tête. Avec 20 points et cinq de moins que le Zenit, victorieux de l’Anzhi (5-1), ce derby représentait donc un petit tournant dans la saison du Spartak.

Du côté des compositions, le Spartak se présentait en 5-3-2 avec un duo Promes – Zotov en pointe, soutenu par Shirokov, Glushakov et Ozbiliz. Le Dinamo, lui, alignait ses deux attaquants phares : Kokorin et le vétéran Pogrebnyak, ancien joueur de Reading en Angleterre entre autres. Au milieu, Denisov et Zobnin était à la baguette. On retrouvait aussi Zhirkov, ex-Chelsea, sur le côté gauche de la défense, et Gabulov dans les buts.

Dès le début du match, les deux équipes cherchaient à imprimer leur rythme. Promes se montrait remuant et très disponible sur tout le front de l’attaque, comme à son habitude. A la 11ème minute, bien servi en profondeur par Kombarov, il ne pouvait cependant pas contrôler son ballon. Le Spartak se montrait dangereux en contre-attaque, comme sur cette belle combinaison qui se concluait par un tir de Zotov, bien contré par Morozov (15e). Le Dinamo restait solide et arrivait à développer son jeu, notamment sur les côtés avec Tashaev et Katrich. Et sur une action presque anodine, Zhirkov arrivait à déborder et centrer très fort devant le but de Rebrov. Kokorin, à l’affut, parvenait à reprendre le ballon d’un plat du pied du gauche à bout portant pour marquer son 50e but pour son club formateur (1-0, 17e). Rebrov était encore une fois laissé à l’abandon par sa défense, bien trop passive sur ce coup-là, comme beaucoup trop de fois d’ailleurs ces dernières semaines pour le Spartak. Mais alors qu’on pensait le Dinamo avoir fait le plus dur en ouvrant la marque, Quincy Promes, le meilleur joueur du Spartak cette saison, égalisait d’un subtil petit piqué pour fixer Gabulov (1-1, 21e). En fin de mi-temps, la frappe de Zobnin répondait à celle d’Ozbiliz, mais les équipes rentraient aux vestiaires sur un score de parité (1-1).

Général Promes ! | © soccer.ru

Général Promes ! | © soccer.ru

Les premières minutes de la seconde mi-temps étaient marquées par de nombreuses imprécisions techniques au milieu de terrain des deux côtés. Kokorin se montrait toujours très actif en tournant autour de Pogrebnyak. Après une faute consécutive à un beau contrôle orienté de ce dernier, Zhirkov tirait ce coup-franc au-dessus (52e). Le Dinamo restait agressif cependant au milieu et le porteur du ballon du Spartak n’avait que très rarement le temps de trouver de bons décalages tant le pressing des joueurs du Dinamo était intense. Mais c’était l’entrée du feu follet Zuev sur le côté gauche du Spartak qui allait tout changer. Sur sa première action, le Russe se montrait incisif et entreprenant : sa frappe enroulée du droit passait de prêt à côté du poteau gauche de Gabulov (59e). Les lignes s’étiraient et les espaces se créaient de plus en plus au milieu de terrain. Et c’est le Dinamo qui reprenait l’avantage sur une frappe lointaine relâchée par Rebrov que Pogrebnyak reprenait de prêt en force (67e). Malgré cet avantage d’un but, le Dinamo craquait encore une fois bien trop rapidement pour espérer les trois points dans ce derby. Suite à un décalage de Zuev pour Glushakov, celui-ci trouvait la tête de Davydov qui remettait les compteurs à zéro d’une belle tête dans le petit filet opposé de Gubalov. Et alors qu’on pensait que les deux équipes moscovites allaient se partager les points, sur une louche lumineuse de Davydov au-dessus de la défense centrale du Dinamo, Promes contrôlait la balle et se jetait pour tromper le Galubov d’un petit extérieur du droit pour offrir le derby au Spartak dans les toutes dernières secondes de jeu !

Cette victoire à l’arraché permet au Spartak de rester au contact avec le trio de tête. Toujours à deux points du Zenit, et désormais à quatre seulement du Lokomotiv, le Spartak peut rester ambitieux en cette fin de première partie de saison. De son côté, le Dinamo semble condamné à une saison dans le ventre mou du championnat et ne devrait vraisemblablement pas lutter pour les places européennes. Avec seulement trois victoires en treize rencontres, l’ancien club de Valbuena est en plein dans le doute. La semaine prochaine, le Dinamo se déplacera à Rostov tandis que le Spartak accueillera le FC Ural dimanche soir.

Le reste de la RPL :

  • Belle opposition à Ufa. La rencontre entre Ufa et le Krylya Sovetov n’était peut-être pas la plus excitante sur le papier mais nous avons eu droit à un match offensif. Peu de buts inscrits, seulement un seul pour les locaux, ce qui leur permet de remonter à la 13e place. Alikin a donc inscrit la seule réalisation de cette opposition à la 73ème.
  • Ural triomphe dans le derby de l’Oural. Dans le derby le plus oriental de cette RPL entre Ural Ekaterinbourg et l’Amkar Perm, ce sont les locaux qui se sont imposés. Dans une belle ambiance, les Orange ont ouvert le score en tout début de match par Fontanello avant de se faire rejoindre à l’heure de jeu par un but de Salugin. Sapeta et Manucharian sur penalty ont trouvé par la suite le chemin des filets et permettent à Ural de passer à la neuvième place.
  • Statut quo à Saransk. Le match entre le Mordovia et le Kuban fut très agressif, pas moins de huit cartons jaunes et deux cartons rouges pour le club de Krasnodar. Le score, quant à lui, sera de 1-1, Lutsenko a ouvert le score sur une passe décisive du Français Thomas Phibel alors que Baldé égalisera quelques minutes plus tard. Les deux équipes restent dans la zone rouge.
  • Krasnodar se relance. En difficulté cette saison, les taureaux se sont relancés en venant à bout d’une autre équipe en difficulté le Rubin Kazan. Grâce à un doublé d’Ari, Krasnodar remonte à la huitième place. De son côté, le Rubin plonge dans la zone rouge. De plus, les Tatars ont perdu Portnyagin sur blessure…

La polémique du week-end : un journaliste de Dinamo-TV agresse un fan du Spartak.

Dimanche, lors de la mi-temps du derby moscovite opposant le Dinamo au Spartak, un fan du Spartak s’est introduit sur la pelouse de l’Arena Khimki pour aller « provoquer » les supporters du Dinamo.  Seul sur la pelouse pendant 2 minutes, le supporter du Spartak sera finalement intercepté par les forces de sécurité du Dinamo et par un journaliste de Dinamo TV et Sports FM : Dimitri Derunets. Ce dernier va au passage en profiter pour asséner un coup de poing au supporter, avant de lui mettre un gros coup de pied dans le dos alors qu’il se faisait raccompagner par la sécurité en dehors de la pelouse. Un comportement inacceptable devant toutes les caméras de télévision.

La vidéo est devenue virale, Dimitri Derunets et le supporter du Spartak ont été entendus par la police et le journaliste de Dinamo TV a présenté ses excuses plus tard à la radio.

Pas très Charlie.

 

L’ancien du week-end :

Il s’était distingué le week-end dernier en redressant de manière surprenante la chute d’un de ses adversaires. Ce week-end, l’ancien du Zenit Saint-Pétersbourg, José Salomón Rondón, a fait dans le classique en inscrivant le but qui a permis à West Bromwich Albion de l’emporter à Norwich (1-0), dans le cadre de la dixième journée de Premier League. Il s’agit du deuxième but inscrit cette saison en championnat par l’international vénézuélien, pour l’instant plutôt bien suppléé par Dzyuba à la pointe de l’attaque du Zenit.

Le but du week-end :

Au milieu du marasme, un joueur d’Anzhi s’est quand-même distingué : Ilya Maksimov a un temps redonné de l’espoir aux Dagues en égalisant de cette merveille de frappe enroulée. Poteau rentrant, voyez vous-même et savourez !

L’équipe-type du week-end :

Quelques duos cette semaine dont le milieu gagnant de Rostov, Noboa – Mogilivets.

Le classement :

Le Zenit se rapproche du Loko en compagnie de Rostov ! Quasi statu quo en bas avec juste une victoire pour Ufa.

Le point FNL :

Les clubs de tête continuent sur leur lancée. Plutôt tranquillement pour le leader, Orenburg, qui a stoppé celle du Sibir avec un doublé de Delkin plus que jamais meilleur buteur du championnat. De son côté, le Tom Tomsk a, comme souvent, été mené mais Pogrebnyak a marqué ce week-end comme son grand frère, permettant aux Sibériens de rester à trois longueurs du Gazovik. Victoire 2-1 face au Baltika Kaliningrad. Le troisième, Arsenal Tula, a lui été très impressionnant lundi face à la réserve du Spartak : une victoire 4-1 avec un but de l’inévitable Kutin mais surtout un hat-trick en sept minutes pour Sergey Maslov. Peu utilisé dernièrement, l’ancien de Khimki se relance pleinement et devrait apparaître plus souvent.

Quatrième, le Fakel Voronezh continue également d’impressionner en battant 4 buts à 2 la réserve du Zenit qui continue, elle, de décevoir. Ilnur Alshin y est allé de son doublé. Avec les défaites du Spartak-2 et du Sibir, c’est le Shinnik qui peut se rapprocher. Invincibles en cet automne, les joueurs de Yaroslavl se sont imposés face aux voisins de Nizhnyi Novgorod 2-1 ; le Volga qui lui continue sa descente aux enfers liée à ses problèmes financiers. Autre dégringolade, celle du Sokol, qui perd son sixième match de rang, battu cette fois sur la pelouse d’Astrakhan, 2-0. L’entraîneur Valeryi Burlachenko est d’ailleurs plus que jamais menacé.

Si le Sokol n’est pas encore relégable, c’est que derrière, ça n’avance pas vraiment. Néanmoins, le Baïkal s’est rapproché en s’imposant sur la pelouse d’un Torpedo Armavir plus que jamais dernier, 2-0. Akhba et Bogdanov sont les buteurs. Très décevants également de nouveau, les joueurs de Tosno ont été battus sur leur pelouse 2-1 par le KAMAZ qui se rebelle un petit peu en cette fin de campagne aller. Enfin, le SKA-Energiya, seul club relégable à ne pas en affronter un autre, est tombé 2-0 sur la pelouse de Krasnoyarsk où le Yenisey n’en finit plus de se redresser.

Enfin, grâce à Denis Klenkin, Tyumen s’est imposé face à Vladivostok ; attention tout de même pour l’équipe de Primorie qui se rapproche du bas de tableau, elle aussi en proie à des problèmes financiers. Derniers matchs aller à suivre la semaine prochaine.

FNL13

 

La rédaction Russie de Footballski sous la direction d’Adrien Laëthier.


Photo à la une : © Flickr / Piotr Drabik

Retour sur la journée 13 de RPL 2015-2016 – Championnat de Russie de football
5 (100%) 2 votes

A propos de l'auteur

Adrien Laëthier

Adrien Laëthier

Amoureux de la Russie et de l'Ukraine et spécialiste de ces footballs, ainsi que du football de l'Est en général ! A vécu en Russie, à Chelyabinsk là où les météorites tombent. J'essaye de faire vivre sur Footballski les différents championnats d'ex-URSS (Ukraine, Caucase, Baltique,...) ainsi que la RPL par les résumés hebdomadaires.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Lev Yashin, le grand monsieur du football soviétique

Lev Yashin. Un nom qui donne la chair de poule à tous les amateurs de football, un nom qui a...

Fermer