Retour sur la journée 12 de RPL 2018/2019 – Championnat de Russie de football

Antoine Jarrige
Antoine Jarrige - Publié le 3 novembre 2018

Le CSKA Moscou qui perd de précieux points à domicile, le Zénit qui s’envole en tête, le Loko qui cartonne, voici ce qu’il faut retenir de la douzième journée de RPL.

L’édito de la rédac’

Comme tous les ans, le magazine fourfourtwo a sorti son classement des meilleurs entraineurs de l’année 2018. Cinquante entraineurs / sélectionneurs évoluant à travers le monde qui ont illuminé de leurs talents de tacticien l’année footballistique ont été classés. Le grand vainqueur est Pep Guardiola, rien de bien étonnant à cela. Par contre, ce qui peut étonner, c’est la quasi-absence totale d’entraineurs d’Europe de l’est. Hormis les deux Croates Niko Kovac (Bayern Munich), Zlatko Dalic (Croatie) et Paulo Fonseca, représentant le Shakhtar Donetsk, les entraineurs d’Europe de l’est sont délaissés dans ce classement.

Les Russes ? Aucun n’est présent malgré un quart de finale de Coupe du monde et un championnat classé sixième au classement UEFA. Pratiquant un jeu défensif durant la Coupe du monde, il peut être compréhensible de ne pas voir Stanislav Cherchesov intégrer ce classement, même si la Sbornaya développe un peu plus de jeu depuis… Mais pourquoi ne pas intégrer un coach comme Goncharenko, meneur d’hommes intelligent réalisant depuis le début de saison une transition compliquée avec le CSKA en intégrant une grande quantité de jeunes joueurs ? Les Armeytsey sont pourtant visibles à l’échelle européenne et le travail du biélorusse est mis en avant et fait partie des figures montantes du poste. On préfère mettre, avec tout le respect que j’ai pour eux, un Bruno Genesio pourtant très critiqué en France ou un Philip Cocu à la dix-neuvième position, actuellement sans club et sorti d’une triste saison avec Fenerbahce…

Que manque-t-il aux coachs russes pour figurer au palmarès des meilleurs entraineurs ? Des titres ? La plupart n’en ont pas remporté… Mais ils ont su insuffler à leur équipe une identité de jeu particulière permettant de les retenir. Les Russes manqueraient donc de personnalité dans le jeu proposé ? Il est vrai que l’aspect défensif de la Sbornaya, du FK Rostov ou du Rubin Kazan n’a pas grand-chose à voir avec le Guardiolisme ou le kloppisme…

Malgré une présence constante en Coupe d’Europe, les coachs russes pâtissent aussi du manque de couverture médiatique du championnat. Les performances intéressantes dans le jeu du FK Krasnodar permettraient à Murad Musaiev de se faire connaître par exemple.

Seule la notoriété d’un Sergey Semak lui permettra peut-être d’intégrer le classement de l’année prochaine, surtout s’il continue à réaliser, notamment sur le plan européen, une belle saison.

L’ affiche du week-end

CSKA Moscou – FK Krasnodar : 1-2

Après une semaine compliquée pour les deux clubs russes en coupe d’Europe (défaite 3 à 0 sur la pelouse de l’AS Roma pour le CSKA Moscou et défaite 2 à 1 de Krasnodar sur la pelouse du Standard Liège). Les deux équipes se retrouvent à la VEB Arena de Moscou pour le choc de cette 12ème journée de championnat.

Les deux équipes ont besoin de se rassurer, en particulier le CSKA qui est une équipe jeune et la lourde défaite en ligue des champions pourrait laisser des traces sur les joueurs. Viktor Goncharenko met en place un dispositif assez ambitieux offensivement un 4-5-1 très dense pour gagner la fameuse bataille du milieu de terrain face à l’adversaire redoutable qu’est Krasnodar et son 4-1-4-1 qui doit néanmoins palier avec l’absence de Pavel Mamaev et ses déboires judiciaires.

Tout se passe comme prévu pour Goncharenko et ses joueurs qui dominent les débats pendant les 30 premières minutes du match, se créant quelques occasions dangereuses mais ne parvenant pas a conclure les actions afin d’ouvrir le score. Krasnodar va réagir avec un sursaut d’orgueil lors des 10 dernières minutes du match, reprenant le dessus au milieu de terrain et dans la vitesse de ses contres qui mettent en difficulté une défense moscovite en manque de confiance. Le score a la pause 0-0.

La deuxième période est elle plus équilibrée les débats s’intensifient et la possession commence a s’équilibrer. Le CSKA parvient toujours a se montrer dangereux et ca va payer a la 54ème minutes quand l’infernal duo Fedor Chalov – Nikola Vlasic va permettre au club de l’armée d’ouvrir le score, un superbe décalage de l’attaquant russe a l’entrée de la surface pour Vlasic qui ajuste Sinitsyn d’une superbe frappe. Le match s’installe ensuite dans un faux rythme et on pense qu’il sera difficile pour Krasnodar de revenir dans le match, les minutes défilent et a la 79 ème minute, Wanderson va déborder coté droit et prendre la défense du CSKA de vitesse, l’attaquant brésilien va ajuste un centre repris par Stotsky qui décale Ari en position de frappe, Akinfeev ne peut rien faire et Krasnodar égalise. Coup de massue pour les joueur du CSKA qui semblaient maitre des débats. D’autant que deux petites minutes plus tard, Krasnodar va prendre l’avantage, un centre d’Ari pour Claesson qui ajuste Akinfeev a bout a portant. Imparable.

Le CSKA ne se relevera pas de ces deux buts et contre toute attente Krasnodar renverse le match et l’emporte après avoir été mené et avoir éprouvé toutes les difficultés défensives au long du match. Une victoire qui propulse les visisteurs a la deuxième place du classement. Le CSKA Moscou quant à lui se retrouve en 5ème position avec autant de points que son rival le Spartak Moscou et le Rubin Kazan.

Les autres matchs du week-end

  • Ural fait du surplace. Encore une contre performance pour les hommes de Parfyonov qui laissent une nouvelle fois filer des points. Cette fois ci c’est un match nul contre Ufa 1-1 qui englue les deux équipes dans les profondeurs du classement.
  • Beau match à Tula. L’affiche Arsenal-Orenbourg ne faisait pas rêver sur le papier mais au final ce fut un match de grande qualité. Offensivement les deux équipes ont offert un beau spectacle et se partagent finalement les points. Le score? 2-2.
  • Rostov dans la douleur. Les jaunes et bleus auront eu beaucoup de mal à se défaire de l’Anzhi Makhachkala! Le but de Sigurdasson avant la pause a fait du bien mais Rostov aura souffert pendant tout le second acte pour finalement s’imposer sur le score de 1-0.
  • Le Loko se ballade. Yenisey a beaucoup de mal cette saison et n’arrive pas à grapiller des points. C’est le Lokomotiv qui en profite pour s’imposer tranquillement 3-0. Signalons le but de notre grand ami Eder lors de cette rencontre.
  • Grozny c’est l’ennui. Une frappe cadrée et zéro but, voici le beau bilan de cette rencontre entre l’Akhmat et le Dinamo Moscou. Deux équipes du ventre mou qui partagent les points sans se fatiguer.
  • Le Zénit se relance. Une semaine après sa défaite surprise contre le Dinamo Moscou, le club de Saint Pétersbourg reprend son rythme de croisière avec une victoire quelque peu compliquée contre le Krylia Sovetov sur le score de 1-0.
  • Le Spartak toujours pas. L’ancien club de Carrera avait l’opportunité de remonter dans les places européennes mais finalement les gladiateurs ne pourront faire mieux qu’un match nul 1-1 sur le terrain du Rubin Kazan.

Le classement

L’événement marquant de la semaine

Les jeunes russes intéressent l’Angleterre

C’était la petite sensation de la semaine. Lundi soir lors de la rencontre entre le Rubin Kazan et le Spartak Moscou, un scout de Manchester United était en tribune pour superviser un joueur du Spartak. L’identité du joueur n’a pas encore fuité mais il s’agirait soit de Mikhaïl Ignatov, titulaire au milieu de terrain depuis quelques matchs et qui enchaîne les bonnes prestations ou de Maksimenko le portier du Spartak. On notera également que le CSKA Moscou a reçu cette semaine une offre de cinq millions d’euros venant d’un club anglais pour son buteur Fedor Chalov!

 

Qu’est-il devenu ?

Marko Livaja

Marko Livaja est un footballeur croate âgé qui a eu 25 ans en août 2018. Alors qu’il n’a que 21 ans, il signe un contrat de cinq ans avec le Rubin Kazan en mai 2014 alors qu’il avait joué auparavant pour l’Inter Milan et l’Atalanta Bergame. Cependant, l’aventure ne décolle jamais réellement puisque, malgré onze matchs joués et une place européenne obtenue par le Rubin en 2014-2015, l’attaquant croate ne marque aucun but.

Pour la saison 2015-2016, Kazan le prête à Empoli mais le buteur augmente à peine son compteur, ne marquant qu’un seul but en dix-huit matchs (contre la Fiorentina le 22 novembre 2015 lors d’un match nul 2-2 à l’extérieur). Ni Kazan, ni Empoli ne le conservent lors de l’été 2016. Il change ainsi de club et rompt le lien qui le liait au club russe.

Depuis, Livaja a connu deux autres clubs et ô que les choses se sont mieux passées ! Il commence par une relance à Las Palmas lors de la saison 2016-2017. Il marque dès son premier match avec son nouveau club le 22 août lorsque Las Palmas défait Valence dans son antre de l’Estadio de Mestalla (4-2). Cependant, Livaja a connu par la suite une traversée du désert de 613 minutes sans but marqué jusqu’à ce qu’il marque contre le Deportivo Alaves (1-1). Le Croate se démarque en Coupe des Rois lors d’une double rencontre contre l’Atlético de Madrid où Las Palmas s’impose 3-2 à l’extérieur avec deux buts pour Livaja, mais s’incline 4-3 sur l’ensemble des deux matchs.

Cependant, sa carrière connaît une ascension fulgurante depuis qu’il évolue à l’AEK Athènes. Il y est prêté par son club espagnol lors de la saison 2017-2018 pour un montant de 200 000 € avec une option d’achat de 1,8 million d’euros à l’été 2018. Il débute le 25 juillet 2017 avec son nouveau club contre… le CSKA Moscou lors de troisième tour préliminaire de Ligue des champions (défaite 0-2 à domicile). Cette saison est marquée par plusieurs performances marquantes de l’attaquant croate. Il inscrit un but égalisateur contre l’Austria Vienne en Ligue Europa dans les derniers instants (2-2), l’unique but d’une victoire dans le derby face au PAOK Salonique (1-0) ou encore une égalisation de dernière minute chez le rival du Panathinaikos (1-1). Par la suite, il inscrit un doublé contre Platanias (3-0) ce qui permet à l’AEK Athènes de se positionner en leader du championnat grec. Ces actions ne sont qu’un aperçu de ce qu’a réalisé Livaja alors encore sous contrat avec Las Palmas. Le club grec n’hésite pas : impressionné par ses performances, il décide de l’acheter jusqu’en 2021. Depuis, il a participé à la victoire et qualification de l’AEK Athènes en Ligue des champions contre le Celtic et Vidi (ex-Videoton). Le joueur a suscité l’intérêt de la Sampdoria de Gênes mais l’AEK Athènes n’a pas laissé son attaquant le quitter. Les bonnes prestations du joueur lui ont valu d’être sélectionné avec l’équipe de Croatie vice-championne du monde pour la Ligue des Nations, mais il n’a joué pour l’heure ni contre l’Espagne, ni contre l’Angleterre. Son parcours avec Athènes semble se poursuivre de plus belle.

Le XI

Le but du week-end

http://livetv.sx/frx/showvideo/639869_arsenal_tula_orenburg/

Djordjevic vous offre cette petite douceur, une somptueuse aile de pigeon lors de la rencontre Arsenal Tula-Orenbourg.

La présentation de club

Volga Ulyanovsk

Créé juste après-guerre, l’équipe de la ville natale de Vladimir Ilitch Ulianov, Lénine, sous le nom de Torpedo. Le club vite disparu et recréé en 1957 a changé de nom plusieurs fois en passant sous le giron de la plupart des corporations sportives importantes d’Union Soviétique.

Malgré l’importance de sa ville de résidence et le prestige des noms qu’il a porté (Dinamo, Spartak, Torpedo, Start…) l’actuel Volga n’a jamais connu la gloire, étant dans l’incapacité de s’extirper des bas-fonds du football national. En effet, il n’a connu que quatre saisons peu glorieuse dans l’antichambre de l’élite à l’époque où elle était morcelée en un grand nombre de groupes avant de retourner au troisième niveau et de disparaître de nouveau pour dix ans.
Recréé (encore une fois) en 1986, le passage à l’indépendance se fit sans évolutions pour le Volga qui démarra au troisième niveau russe avant même de sombrer au quatrième niveau en 1994.

La seule expérience en FNL du club fût brève en 2008 avec une relégation quinze victoires (et 23 défaites) plus tard. Même en coupe, le Volga n’a jamais brillé, incapable de dépasser les seizièmes de finale dans toute son histoire. Pourquoi donc parler de ce club ? Car cette équipe désormais stable en D2 groupe Oural-Volga est l’archétype de l’équipe d’une ville importante (capitale d’un oblast central) qui ne se donne absolument pas les moyens d’écrire l’histoire footballistique malgré quelques podiums en D2 ces dernières années.

Pour voir quelques faits intéressants, il faut ainsi s’intéresser aux deux seuls internationaux récents passés par le club : Viktor Berko (Moldavie) et Mikhaïl Kerzhakov (Russie) qui a gardé les buts du club en prêt lors de la saison passée en FNL. Ou sinon regarder le parcours de Vladimir Monakhov qui a passé toute sa vie dans sa ville natale et porté le maillot du Volga en football même s’il connût le succès seulement en hockey sur gazon (deux fois champion du monde avec l’URSS).

L’instant foot amateur par @RUSNLF

Une nouvelle rubrique voit son apparition dans votre chronique hebdomadaire. Dima vous emmène le temps d’un instant dans les divisions inférieures locales, car le football russe ne se limite pas qu’à la RPL!

Lyubertsy c’est la Champion’s League

La Ligue de la région de Moscou est presque terminée. Encore une semaine de compétition dans le groupe B (5e division) alors que tout est fini dans le groupe A (4e division).

Nous avons décidé d’assister à la dernière rencontre de la saison au stade Orion de Zheleznodorozhny. La tribune central fut reconstruite il y a quelques temps et est impressionnante. Une infrastructure assez rare dans le monde du foot amateur russe mais l’équipe locale, le FK Keramik n’est pas au meilleur de sa forme (11e place sur quinze équipes).

Nous sommes principalement la pour voir l’adversaire, le FK Lyubersty, champion et vainqueur de la coupe qui produit un excellent football cette saison. Sur le terrain il n’y a pas eu de match. Lyubertsy a marché sur son adversaire du jour et s’impose facilement 3-0 avec notamment 80% de possession de balle! Poussé par une centaine d’ultras qui ont fait le déplacement, Lyubersty peut désormais fêter son titre. Fumigènes, chants et aucune bagarre avec les ultras adverses, c’est ça le foot qu’on aime.

La tribune principale du stade Orion ©RUSNLF

 

Le Quiz

Venez approfondir et tester vos connaissances sur le football russe et son histoire. Trois questions seront posées chaque semaine, nous attendons vos réponses dans les commentaires et le verdict sera rendu dans l’article de la semaine suivante!

Les réponses de la semaine dernière

  1. Le championnat d’URSS fut fondé en 1936, aujourd’hui 4 équipes ayant disputées le premier championnat sont toujours dans l’élite du football russe, lesquelles ? Il s’agit du CSKA Moscou (CDKA à l’époque), Dynamo Moscou, Lokomotiv Moscou et Spartak Moscou.
  2. Quel club historique a “disparu” pour laisser le PFC Sochi évoluer en FNL ? Il s’agit du Dinamo Saint Pétersbourg ! Le club historique de la ville n’existe plus et cède sa licence FNL au PFC Sochi.
  3. De quelle ville est originaire Alexandr Golovin ? Le jeune joueur de l’AS Monaco est originaire de Kaltan, petite ville de 20000 habitants au beau milieu de la Sibérie!

Au boulot!

  1. Qui est le buteur le plus rapide de l’histoire de l’Euro ?
  2. Quelle équipe, autre que le CSKA Moscou et le Lokomotiv, évolue en Youth League cette année ?
  3. Combien de buts a inscrit Alexander Kerzhakov avec la Sbornaya ?

L’actu FNL

La FNL en bref…

La principale chose à retenir de cette dix-neuvième journée de FNL, c’est le bon coup réalisé par Tambov en s’imposant 2-1 contre le Rotor Volgograd. Un but de Danil Klenkin à la 90epermet aux siens de prendre deux points d’avance sur Tomsk qui n’a pu garder la victoire contre le Spartak 2 en concédant un penalty transformé par Panteleev dans les arrêts de jeu.

Le deuxième club à faire une belle affaire est Kursk qui prend la troisième place grâce à sa victoire 3-2 contre Sibir.

Nizhny Novgorod par contre marque le pas en s’inclinant 1-0 à domicile contre le SKA Khabarovsk. Les hommes de Dmitri Cheryshev étaient pourtant sur une série de cinq matchs sans défaite dont quatre victoires.

Derrière, le ventre mou du classement a fait du sur-place avec pas mal de nuls. En bas de tableau, seul le Baltika parvient à profiter de ce week end en s’imposant 1-0 face au Mordovia.

L’équipe Footballski


Image à la Une: ©Fratria

Retour sur la journée 12 de RPL 2018/2019 – Championnat de Russie de football
5 (100%) 2 votes

A propos de l'auteur

Antoine Jarrige

Antoine Jarrige

Antoine, 21 ans. Etudiant en kiné en Alsace, grand amateur du football russe . Amoureux d'Ural, le grand club de Sibérie occidentale, mon coeur ne bat que pour Smolov et Lungu.

pays de l'auteur footballski

1 commentaire

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
#135 – Les images de la semaine

Les images de la semaine vont une nouvelle fois vous étonner. Episode 135 où l'on voyage de la Bulgarie à...

Fermer