Radnik Surdulica, la surprise serbe

Lazar Van Parijs
Lazar Van Parijs - Publié le 25 mai 2016

Alors que vient de se terminer la saison 2015-2016 de football en Serbie, il est temps de revenir sur celle-ci. Avant un retour complet sur la saison, nous abordons ici un club qui a terminé huitième de la saison, pour sa première participation en première division, le FK Radnik Surdulica.

Surdulica est une petite bourgade du sud de la Serbie, plus exactement au sud de Leskovac connue pour ses grillades et située entre Sofia et Priština. La ville compte 11.000 habitants et un club de football qui vient de connaître sa première saison en Superliga.

Radnik 1926

FC Radnik (Serbie) à ses débuts | © fk-radnik.com

Histoire du petit poucet de Serbie

Le club est né en 1926 quand l’ouvrier d’une usine de chaussures, Gradimir Antić, a amené une balle de football et a commencé une partie entre ses compères ouvriers. C’est ainsi que naît le SSK « Surdulički Sports Klub ». Gradimir Antić cumulait les fonctions de gardien et de secrétaire du club. Avec la Seconde Guerre mondiale, le club a arrêté temporairement d’exister pour se relancer en 1946 sous l’impulsion de Borivoje Milenkovic et de Bozidar Stankovic. Le club a été renommé FK « Polet » Surdulica pour encore changer de nom en 1950 et évoluer en tant que FK « Hidrovlasina ». À la fin de l’année, le club a fusionné avec le FK « molybdenum » pour donner le « Radnik » Surdulica aka Le Travailleur Surdulica. En 1987, avec l’aide de la centrale hydroélectrique de Vlasina, le club a pu reconstruire son stade et son terrain à Surdulica.

Le club a toujours végété dans les ligues yougoslaves inférieures jusqu’à récemment, où sous l’impulsion de Stanislav Tončev le club s’est refait une seconde jeunesse. Ainsi, lors de la saison 2012-2013, le club a gagné la Ligue de l’Est, troisième division serbe, puis s’est imposé en Prva liga en 2014-2015, accédant à l’élite pour la première fois de son existence en août dernier. Il a fallu alors mettre à niveau le stade et les infrastructures, portant la capacité du vétuste stade à 3.312 sièges.

Coup d’œil sur le management

Le président actuel, Stanislav Tončev, est le fils d’un ponte de la politique locale. Jeune (26 ans) et plein d’enthousiasme, il a joué lui-même au football dans les ligues inférieures. Avant de devenir président cette année, en cours de saison, il occupait la fonction de directeur sportif.

L’actuel directeur sportif est Darko Gašić, 30 ans seulement. Ce dernier a une histoire pour le moins originale. En 2009, il est agent et amène en Europe un joueur ghanéen. C’est alors qu’il se rend compte du potentiel du Ghana et décide de s’y rendre afin de trouver de nouveaux joueurs, mais également d’exercer des fonctions managériales. Avec un projet et des méthodes en tête, il a d’abord contacté 30 à 40 clubs de la première à la quatrième division avant de trouver un président prêt à lui faire confiance en cinquième division. C’est au FC Vision, un club de 5e division basé à Accra, qu’il fait ses premières passes d’armes. Il a d’abord amené un entraîneur serbe avant de construire un plan sur plusieurs années, basé sur la formation et la détection de talents. Le club est ainsi passé de la cinquième à la seconde division. Dans le même temps, après avoir révolutionné les pratiques locales, il a envoyé sept joueurs en Europe et huit d’entre eux ont été sélectionnés en équipe nationale (5en U17 et 3 en U20). En 2014, il intervient dans le transfert de deux joueurs ghanéens à Surdulica, à six mois d’écart. C’est ainsi qu’il a été appelé pour rejoindre l’encadrement du Radnik en juin 2015 et a été nommé directeur sportif en octobre. Bénéficiant de la confiance du président nouvellement élu, et souhaitant s’appuyer sur une équipe managériale résolument jeune aux pratiques modernes, il nomme Milos Veselinovic, 36 ans, au poste d’entraîneur.

La saison 2015-2016, une réussite

Radnik était dominateur la saison dernière et a gagné le titre en seconde division, mais les débuts dans l’élite n’ont pas été bons. Après neuf matchs, l’équipe ne comptait que six points et l’entraîneur Mladen Milinkovic a été remercié. C’est alors que Darko Gašić a nommé Milos Veselinovic, un jeune entraîneur qui avait travaillé en deuxième et troisième division et avait obtenu de très bons résultats avec Radnicki Obrenovac et Indjija. Veselinovic est très bon pour gagner la confiance de ses troupes, les motiver, mais a une relation plus compliquée avec les journalistes, étant réservé et plus distant avec eux. Dès lors, l’équipe ne formait plus qu’un et leur force était leur collectif. Forts en défense, et rapides en contre-attaque. L’équipe ne s’est jamais démobilisée, même face aux grosses cylindrées du championnat comme Zvezda ou le Partizan.

De plus, de nombreuses équipes les ont pris de haut, ne se méfiant pas d’eux. On peut aussi mentionner le petit plus de l’équipe, Ljubo Baranin, défenseur de sa fonction, mais qui s’occupe des touches. Il a une telle force et précision, que chaque touche dans les vingt mètres adverses était une menace pour Radnik. Le club s’est principalement appuyé sur un trio de joueurs : Samuel Owusu, Slavisa Stojanovic et Filip Stojanovic. Pendant longtemps le club a été invaincu à domicile. Pas tant grâce aux supporters, mais plus grâce au terrain et au côté pittoresque du déplacement.

D’ailleurs, pour l’anecdote, on peut entendre pendant leurs matchs de la musique tzigane ou de la musique traditionnelle serbe, que l’on entend d’habitude lors de mariages. Veselinovic a profité de la trêve hivernale pour ramener des joueurs des ligues inférieures qu’il connaissait et avec qui il avait l’habitude de travailler. Le club disposait du plus petit budget de la ligue et a malgré tout réussi à terminer dans les play-offs « champions », enchaînant deux victoires pour les deux premiers matchs avant de s’effondrer avec cinq défaites en autant de matchs.

Samuel Owusu -FC Radnik (Serbie) site officiel www.fk-radnik.com -

Samuel Owusu – FC Radnik (Serbie) | © fk-radnik.com

Samuel Owusu superstar

Le Ghanéen âgé de 20 ans est arrivé au club à l’hiver lors de la saison 2014-2015 et a eu besoin de quelques mois pour s’acclimater. Il a d’abord été formé à la « Red Bull Academy Ghana » avant de rejoindre le FC Vision. Petit, 1m60, il dispose d’un centre de gravité bas et est rapide. Très pratique pour contre attaquer, comme le jeu mis en place par Veselinovic le prévoit. Il peut évoluer sur les ailes droite et gauche ou en position centrale, même si on l’a essentiellement vu sur le côté gauche. Il a donné le tournis à de nombreuses défenses avec ses dribbles et sa vitesse. Il vient de resigner un contrat avec le Radnik, mais tout porte à croire que c’est pour mieux partir et ainsi apporter quelques euros à son premier club européen. Avec sept buts cette année, il a été nominé dans la liste pour l’équipe-type de la saison. Nul doute qu’il devrait recevoir des offres cet été.

Pour continuer à progresser, l’équipe va devoir poursuivre avec le même attelage et ce sera le premier défi du président. Continuer à aller de l’avant et poursuivre avec l’ambition de Darko Gašić couplée aux compétences d’entraîneur de Milos Veselinovic. Encore faut-il que la direction l’entende de cette oreille…

Lazar Van Parijs


Image à la une : #thursdayfloodlights à Surdulica | © fk-radnik.com

Radnik Surdulica, la surprise serbe
5 (100%) 3 votes

A propos de l'auteur

Lazar Van Parijs

Lazar Van Parijs

Je me suis réveillé un beau matin à Belgrade à cheval entre Europe de l' Ouest et le bloc soviétique après une nuit sur un Splav à boire de la Rakija. J'ai décidé de prendre le train de nuit suivant, direction Moscou, finir l'aventure devant l' Hotel Ukraina !

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Saison 2015-2016 : Un an de football en Russie (Partie 1/2)

Après cette saison haletante et un final en apothéose conclue par un podcast que vous pouvez retrouver sur youtube, nous...

Fermer