Présentation de la FNL 2014-2015

Damien F - Publié le 11 juillet 2014

LA FNL 2014-2015 (Futbol’naya Natsional’naya Liga pour les puristes) ou Première Division, est le deuxième échelon dans la hiérarchie du football russe. Très peu médiatisée, elle est pourtant porteuse d’un potentiel certain grâce à des clubs provenant, pour la quasi totalité, de villes immenses de plus de 500.000 habitants. Cette ligue méconnue est extrêmement difficile à évaluer en raison de facteurs tels que l’absence de réelles sources de financement, l’insuffisance de la qualité de jeu et les milliers de kilomètres de distance entre les différents clubs. Toutefois, grâce à l’aide de Rob, auteur de l’excellent More Than Arshavin traitant de football russe en anglais, nous avons essayé de dégager les forces en présence.

Le format de la compétition

Montée : Les deux premiers sont assurés de monter en RPL (Russian Premier League). Lors d’un barrage d’accession, le troisième et le quatrième affronteront respectivement le quatorzième et le treizième de RPL.

Descente : Les trois derniers de la FNL 2014-2015 chuteront en Deuxième Division.

Les équipes à suivre

Les recalés de Premier League

Pour les équipes descendant d’un échelon en Russie, pas de panique. Nombre de clubs qui descendent ont tendance à rebondir dès la saison suivante comme Tom Tomsk il y a 2 ans ou Mordovia Saransk l’an dernier. Cette année est un peu particulière car pour la première fois quatre équipes sont descendues en FNL. Parmi elles, seule Volga ne semble pas pouvoir lutter pour la montée en raison d’un effectif trop court et d’un manque de soutien à domicile. Tom Tomsk, Krylya Sovetov et l’Anzhi, en revanche, semblent avoir les épaules assez larges pour y parvenir et sont donc les favoris de cette compétition.

Tom Tomsk a gardé une bonne partie de son effectif de l’an dernier et n’a pas de soucis financiers majeurs grâce au gouvernement russe qui renfloue régulièrement les caisses du club. La raison de cette générosité du gouvernement ? C’est Poutine lui-même qui l’annonce « C’est mon souhait personnel que ce club existe. Je préfère que les gens aillent s’amuser ensemble en allant au stade plutôt qu’ils se saoulent à la vodka. » Pour information, Tomsk se situe en Sibérie où les conditions de vie sont particulièrement compliquées. Krylya Sovetov, de son côté, était dans l’élite russe depuis plus de 20 ans. En FNL, Krylya aura l’avantage d’être un nom connu et respecté. Certains joueurs sont partis, mais le club a pu conserver une assise défensive solide qui leur permettra de s’adapter à ce niveau. Offensivement, ça semble plus compliqué pour le club de Sovetov qui pourra toujours compter sur le biélorusse Sergei Kornilenko (ex Blackpool) pour marquer des buts. Cela pourrait s’avérer suffisant pour ne pas faire de vieux os dans cette division.

La quatrième équipe à être descendue, vous le savez tous, est l’Anzhi Makhatchkala. Ce club est une énigme. Le propriétaire Suleyman Kerimov est toujours présent avec ses milliards qu’il a décidé de dépenser dans les installations, terrains d’entraînement et le centre de formation plutôt que sur des stars et leurs salaires faramineux. Malgré la baisse drastique du budget, l’Anzhi a les moyens d’être compétitif en FNL. Si l’effectif est limité en nombre, l’équipe est assez jeune, affamée et forte pour remonter. De plus, leur noyau de joueurs (Kherzakov, Tagirbekov, Gadzhibekov, Maksimov, Aghalarov) a déjà évolué en RPL et possède un niveau plus que correct. En attaque, en revanche, Asildarov est le seul joueur avec de l’expérience. Une longue blessure des son attaquant risquerait d’être fatale pour le club, à moins que le réel talent du jeune Serder Serderov (20 ans) éclaire de mille feux l’Anzhi Arena.

FNL 2014-2015

Supporters de Tom Tomsk

Les outsiders

D’autres équipes, habituées aux jouxtes de cette division, sont susceptibles d’accrocher le Top 4. Shinnik Yaroslav, sixième l’an dernier, en fait partie, sans pour autant détenir un gros budget. Ce fut le cas en 2011-2012, mais après avoir manqué l’accession, la mairie de la ville a décidé de réaliser de sévères coupes budgétaires au profit du grand club de hockey de la ville, le Lokomotiv, pourtant déjà généreusement pris en charge. Après avoir lutté pour son maintien l’année suivante, Shinnik a réussi à rebondir la saison dernière. Sur sa lancée, le club va tenter d’accrocher les play off. L’équipe semble complète avec un bon niveau sur toutes les lignes et des joueurs ayant l’expérience de la RPL.

Deux équipes d’extrême orient, SKA-Energia Khabarovsk et Luch-Energiya Vladivostok et une de l’enclave de Kaliningrad, Baltika, devraient pourvoir jouer la montée grâce à des forteresses imprenables à domicile. La géographie est en effet le principal atout de ces trois clubs. En raison du fort décalage horaire, les matchs seront joués à des heures inhabituelles troublant l’horloge du corps des visiteurs. Malgré tout, ces trois clubs ne sont pas soutenus financièrement et ne sont pas viables à long terme à moins d’un changement radical de stratégie. Cela pourrait être le cas de Baltika, hôte du Mondial 2018, qui entend profiter de l’opportunité pour engranger de nouvelles ressources.

Baltika, footballski, Russie

Heureusement, Baltika va bientôt changer de stade…

La surprise éventuelle

Suivant la forme que prendra leur début de saison, Sakhalin pourrait devenir l’énorme surprise de cette FNL. Leur parcours à domicile en Deuxième Division était fabuleux la saison dernière alors que les distances parcourues étaient « réduites » (la Deuxième Division est divisée en zones géographiques). Cette saison, on peut penser à la difficulté qu’auront les adversaires à venir jouer sur cette île située au nord du Japon. En raison de l’absence de vent dans la capitale de l’île, l’hiver est particulièrement rude. Les équipes visiteuses, en arrivant, risquent d’être brisées par un très long voyage et des conditions climatiques terribles. Sakhalin semble détenir l’équipe pour pouvoir les punir avec un milieu de terrain créatif  (Parkhomenko, Vinogradov, Gogichaev).

L’autre promu capable de faire bonne figure dans ce championnat est Sokol Saratov, promis au milieu de tableau mais capable de profiter des échecs des favoris pour se glisser dans le top 4.

Sakhalin, Footballski, Russie

La distance de vol entre les deux clubs les plus éloignés du championnat est de 7500 kilomètres

Les joueurs clés de la FNL 2014-2015

Rob a sélectionné pour Footballski 5 joueurs à suivre dans ce championnat de FNL 2014-2015, qui auront un coup à jouer dans des équipes du haut de tableau. Les voici :

Shamil Asildarov (Anzhi) : Seul attaquant expérimenté de l’équipe de l’Anzhi, ses buts seront la condition de la promotion de son club. Il pourrait s’avérer être le partenaire idéal pour aider ses jeunes coéquipiers d’attaque, Serder Serderov et Islamnur Abdulavov, âgés de 20 ans, à percer.

Roman Voydel (Shinnik) : L’ancien capitaine du club avait quitté le navire en 2012. Suite à l’effondrement de son club Rotor Volgograd. Voydel est de retour à la maison. Véritable plaque tournante du milieu de terrain, il excelle aussi sur coups de pied arrêtés. Nul doute que Shinnik Yaroslav aura besoin d’un Voydel en forme cette année pour atteindre ses objectifs.

Sergey Vinogradov (Sakhalin) : Bien qu’âgé de 32 ans, le vétéran Vinogradov est un élément clé du nouveau promu. Son expérience à ce niveau ainsi que ses aptitudes de créateur et de buteur seront nécessaires au club insulaire. La réussite offensive de Sakhalin dépendra fortement de son milieu créateur.

Nukri Revishvili (Tosno) : Âgé de 27 ans, Revishvili a encore beaucoup à prouver. Deux fois champion de RPL avec Rubin, il a aussi joué à l’Anzhi et à Krasnodar où il a été jeté pour cause de rendement insuffisant. Depuis, le géorgien s’est refait une santé à La Valette (Malte).  Une bonne partie du destin de Tosno, qui devra impérativement survivre, sera dans les pieds de Revishvili. Qui espère enfin confirmer les attentes placées sur lui.

Farhod Vasiev (Gazovik Orenburg) : Gazovik est un club peu ambitieux, au contraire de Vasiev. L’international tadjik en est déjà à son sixième club russe à seulement 24 ans et les doutes sur sa progression sont nombreux. Arrière latéral solide pouvant jouer sur les deux côtés, il sera un élément clé d’une défense encaissant peu de buts.

 

En espérant que vous suivrez de près ou de loin cette FNL 2014-2015, je voulais finir en vous conseillant de lire cet excellent article de Rob que je remercie encore pour sa précieuse aide.

Damien Goulagovitch

Présentation de la FNL 2014-2015
Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Damien F

De contrées en contrées, où le vent du #footballskitrip me mène.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

1 commentaire

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Bosnie: une première au goût d’inachevé

Un élan d'espoir s'était créé parmi les spécialistes du football international concernant cette jeune équipe de Bosnie-Herzégovine pour sa première...

Fermer