Anton Evmenov, l’homme de l’ombre du CSKA Moscou

Soviet Xav - Publié le 5 mars 2014

Le 25 Janvier dernier, le CSKA Moscou et son directeur sportif Anton Evmenov mettaient fin d’un commun accord à 5 années de collaboration au cours desquelles Evmenov aura d’abord occupé le poste de chef de la cellule de recrutement du CSKA avant d’être nommé directeur sportif l’été dernier. Adulé par les fans qui lui vouent un culte de la personnalité, il était paradoxalement au cœur des critiques depuis le début de saison.

La lente ascension vers le poste de responsable du recrutement au CSKA à 28 ans

Originaire de Krasnoyarsk en Sibérie, Anton Evmenov quitte sa région natale pour aller étudier à Moscou en 1999. Diplômé de l’Institut d’État des relations internationales de Moscou en 2003, c’est en Janvier 2005 via une annonce du quotidien sportif Sport-Express qu’il rejoindra le FC Moscou (à l’époque « Torpedo Metalurg ») en tant qu’interprète pour l’attaquant argentin Hector Bracamonte.

Voyageant avec l’équipe, assistant a chaque match aux côtés des entraîneurs, Evmenov, déjà passionné par le football, commence à acquérir des compétences qui lui seront utiles par la suite puisqu’en 2008 il devient scout junior du FC Moscou et s’envole pour l’Argentine où il fera la rencontre d’Andrés Lillini, directeur des équipes de jeunes du CSKA.
Le CSKA Moscou contactera Evmenov en Juin 2009 sur conseil de Lillini, lui proposant une offre d’emploi en tant que scout pour l’équipe junior, une fonction qui lui permettra de rapidement mettre en évidence ces qualités de détection avec un outil de travail bien plus performant qu’au FC Moscou. Après seulement deux années au CSKA, Evmenov devient en 2011 chef de la section recrutement du Club de l’Armée.

« Pour préparer un joueur de football, vous avez besoin de 4 ans. Avec les plus talentueux il faut commencer à 9-10 ans, pas avant, à partir de 12 ans ils peuvent intégrer l’académie et la sélection naturelle se fera entre 14 et 18 ans »

À 28 ans et avec relativement peu d’expérience mais un talent certains pour le repérage de jeunes talents (notamment ceux de sa région qu’il redirigera vers l’académie du CSKA) Anton Evmenov se retrouve à la tête de la section recrutement du club le plus performant de Russie au niveau de la formation de jeunes joueurs.

Le succès d’une structure bien pensée

« Le succès du CSKA au niveau du recrutement vient du fait que nous nous précipitons pas, nous avons des programmes stricts et nous prenons notre temps pour analyser tous les facteurs même si cela doit prendre plusieurs années, nous avons également des partenariats avec des entreprises de scout qui ont des réseaux dans le monde entier, ce qui étoffe considérablement notre réseau. »

En un peu plus de 4 ans, et avec plus 150 recruteurs à ses ordres dans le monde entier,  Anton Evmenov aura supervisé un nombre incalculables de joueurs, des Pays-Bas en Amérique du sud en passant par le Japon, l’Océanie et les pays baltes, permettant au FC Moscou puis au CSKA de s’attacher les services de quelques pépites comme Alan Dzagoev, Pavel Mamaev, Milos Krasic, Pontus Wernbloom ou encore Ahmed Musa plus récemment. Homme discret préférant l’ombre à la lumière, Evmenov devient l’idole des supporters du CSKA qui voient en lui l’homme capable de rendre crédible la nouvelle philosophie de recrutement du club basée d’avantage sur les jeunes joueurs talentueux plutôt que des joueurs confirmés tout en restant compétitif.

Longtemps bras droit de Roman Babaev, le directeur sportif du CSKA Moscou, les deux hommes ont formé avec le président Evgeny Giner et l’entraîneur Leonid Slutsky une structure solide permettant au club de se développer, de construire un projet sportif cohérent et au passage d’établir de  accords commerciaux avec des nouveaux partenaires. (Reebok, Aeroflot, Bashneft, Adidas, etc).

Evmenov - Babaev - Slutsky, triptyque gagnant au CSKA | © sports.ru

Evmenov – Babaev – Slutsky, triptyque gagnant au CSKA | © sports.ru

Evmenov grimpe encore les échelons mais connait ses premiers échecs

La machine était bien huilée, tellement que le CSKA remporta un nouveau titre de champion et une coupe de Russie à l’issue de la saison 2012/2013 récoltant ainsi les fruits de longues années de travail et d’investissement. Afin de profiter de cette incroyable dynamique, Evgeny Giner s’empressa de donner un rôle plus important à Roman Babaev, le désignant Directeur Général du CSKA, lui laissant ainsi une plus grosse place au sein du club afin de prendre du recul par rapport au cadre sportif et développer les « à cotés » avec la construction du nouveau stade et entretenir des relations avec les nouveaux sponsors venant frapper à la porte du club moscovite.

Un changement dans la hiérarchie qui entraîne donc la nomination immédiate d’Evmenov en tant que directeur sportif du club le 1er Aout dernier afin de remplacer Roman Babaev et ainsi établir une continuité dans la politique sportive du club.

Cependant si le nom d’Anton Evmenov est apparu ces dernières semaines, c’est avant tout à cause des nombreuses critiques à son égard. Enchaînant les contre-performance en coupe d’Europe et en championnat avec une 5 ème place à la trêve, c’est le recrutement estival du CSKA (le premier d’Evemenov en tant que directeur sportif donc) qui est pointé du doigt.

Steven Zuber, Georgi Milanov et Victor Vinícius Coelho dos Santos alias Vitinho, 3 joueurs achetés pour prendre le relais de joueurs cadres mais qui peinent à trouver leur place au sein de l’effectif du CSKA.

0 but inscrit par ces 3 joueurs depuis le début de saison, un bilan qui fait tache, surtout pour Vitinho, acheté 13,7 millions $ et qui n’a joué que 6 matchs avec le CSKA, dur bilan pour un joueur que l’on annonçait comme le digne successeur de Vagner Love (3 championnats et 1 Coupe UEFA avec le CSKA). L’épisode Vagner Love qui va d’ailleurs marquer l’un des tournants du mercato du CSKA puisque le brésilien sera vendu en catimini au club chinois de Shandong Luang pour la somme néanmoins alléchante de 12 million $.

Anton Evmenov n’avait pas encore été nommé directeur sportif mais c’est lui qui prit la responsabilité de cette vente, précisant que le CSKA était en contact avec le club chinois depuis 3 longs mois et que la situation était sous contrôle. Une véritable onde de choc pour les supporters du CSKA qui se sont rués sur le site officiel du club le rendant inaccessible pendant de longues heures. le joueur déclarera plus tard via un communiqué que c’était « une offre qui ne se refuse pas et qu’on reçoit une seule fois dans une carrière » en précisant que « son coeur et son âme resteront au CSKA Moscou et qu’il ne pouvait qu’exprimer sa gratitude envers le club. » de quoi calmer un peu les fans pris à contre pied par cette annonce.

La démission avant une nouvelle aventure ?

L’accumulation des résultats décevants ainsi que le mercato estival sans cesse désigné comme le principal facteur de l’échec du CSKA, Anton Evmenov décide donc de quitter son poste au CSKA seulement 6 mois après sa prise de fonction en tant que directeur sportif (fonction désormais endossée par Roman Babaev). « Maintenant je veux développer mes compétences, apprendre le métier ailleurs à l’étranger, je ne peux pas en dire trop pour le moment » Un départ qui, à défaut d’être un tournant dans la fin de saison du CSKA, aura forcément un impact sur les prochains recrutements du CSKA qui continuera à se structurer de la même façon en axant son recrutement sur les jeunes joueurs suffisamment talentueux pour apporter une plus-value sportive sur le long terme ainsi qu’une hausse de leur valeur marchande au fil des années.

Oleg Yarovinsky remplace désormais Anton Evmenov en tant que chef de la section recrutement du CSKA, Yarovinsky étant lui aussi un ancien du FC Moscou, passé par le Krylya Sovetov de Samara et accessoirement l’agent sportif de joueurs tchèques de Premier League comme Marek Suchy, Martin Jiranek et Jan Holenda.

SovietXav


Photo à la une : © cskamoskva.ru

Anton Evmenov, l’homme de l’ombre du CSKA Moscou
Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Soviet Xav

pays de l'auteur footballski

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Des têtes tombent dans le « dossier des transferts »

La nouvelle a fait l’effet d’une bombe ce mardi en Roumanie. La justice roumaine s’est montrée intransigeante avec des peines...

Fermer