On a vécu Slovénie vs. Colombie

Invité - Publié le 1 décembre 2014

Ce mardi 18 Novembre, une ambiance particulière règne dans la petite capitale slovène. Malgré le froid et le brouillard, les supporters se rendent en nombre au stade ou dans les cafés/bars pour suivre le match de la sélection. La Slovénie affronte en amical la Colombie pour la première fois de son histoire au Športni Park Stozice de Ljubljana. Après une défaite 3-1 le week-end précédent en Angleterre dans le cadre des éliminatoires de l’Euro 2016, la sélection slovène se doit de réagir devant son public pour finir l’année sur une bonne note. Environ 15 000 personnes sont attendues au stade, qui contient une capacité maximale de 16 000 places. Nous sommes bien loin du stade presque vide lors des matchs de l’Olimpija. Aux abords du stade l’ambiance est bon enfant, de nombreuses familles sont présentes ainsi que plusieurs centaines de supporters Colombiens, venant des quatre coins de l’Europe et qui, comme toujours, contribuent à l’ambiance.

slocol1

slocol2 slocol3

 

slocol4

slocol5

Pour ce match amical, le sélectionneur slovène, Srečko Katanec change de dispositif, le 4-4-2 est remplacé par un 4-5-1 et l’effectif qui a affronté l’Angleterre est entièrement remanié. Aucun des 11 joueurs ayant joué à Wembley n’est présent sur la pelouse au coup d’envoi. Katanec décide de se passer de Handanovic, Birsa (blessé lors du match), Kurtic, Kampl, Novakovic, César et compagnie tandis qu‘Ilicic a purement et simplement refusé la convocation et boycottera la sélection tant que Katanec sera en poste. L’occasion est donc belle pour certains seconds couteaux d’avoir du temps de jeu tandis que de jeunes espoirs tenteront de marquer des points. On pense notamment au gardien Jan Oblak (Atletico Madrid), aux jeunes défenseurs latéraux Martin Milec (Standard de Liège) et Erik Janža (Domžale, qui honore sa première sélection) ainsi bien sur, qu’à l’attaquant du Rapid de Vienne, Robert Beric dont on vous a déjà parlé dans l’article consacré aux espoirs du championnat autrichien. La défense centrale et le milieu de terrain sont composés de joueurs déjà plus capés et habituellement remplaçants comme Maroh (Cologne), Filipović (Maribor), Lazarević (Chievo Vérone) ou encore Cvijanović (Rijeka). Le brassard de capitaine quant à lui revient à l’expérimenté milieu de terrain de l’Etoile Rouge, Nejc Pecnik, qui compte déjà 24 sélections.

slocol7

José Pekerman, quant à lui, ne change pas (ou très peu) une équipe qui gagne et reconduit le 4-4-2 vainqueur 2-1 des Etats-Unis. Seul changement notable, la titularisation de Zapata en défense alors que les 2 buteurs du week-end précédent, Carlos Bacca et Teófilo Gutierrez sont remplacés sur le front de l’attaque par Adrian Ramos et Jackson Martinez. Au milieu, Juan Cuadrado et James Rodriguez (le capitaine) sont bien sur présents.

La Slovénie commence fort le match, et maintient un pressing haut qui dans les premières minutes du match met en difficulté la Colombie. A la 2ème minute de jeu, Pecnik, bien servi par Beric, décoche une frappe de 20 mètres qui rase de quelques centimètres le poteau droit de Vargas. S’en suit une période de jeu hachée avec beaucoup de fautes, d’imprécision et de passes manquées de part et d’autres. La défense slovène tient bien alors qu’Aguilar et Cuadrado semblent avoir du mal à trouver des espaces et ne jouent pas toujours juste. Néanmoins, la Colombie a la possession et il est évident qu’elle est supérieure techniquement. De très bonnes séquences de tiki-taka ont lieu, et l’une d’elle, peu avant la demi-heure de jeu conduit à la première situation chaude autour du but d’Oblak. Après une très longue possession, James combine avec Cuadrado et d’une subtile déviation le met en très bonne position. Celui-ci choisit plutôt de centrer mais le ballon ne peut être repris d’un rien par Ramos et est dégagé en catastrophe par la défense slovène. Les Cafeteros assoient petit à petit leur domination même si celle-ci reste stérile. Les Zmajceki (Dragons) quant à eux, défendent bien mais ont ensuite du mal dans la relance et en attaque ; les nombreux coups de pied arrêtés obtenus sont mal exploités. Les occasions sont rares, si ce n’est une frappe de loin de Lazarević qui fuit de peu le cadre.

Finalement à la 42 ème minute, la Colombie ouvre le score par l’intermédiaire d’Adrián Ramos. Tout part d’une très bonne remontée de balle de Lazarević (encore lui) qui se fait faucher à une vingtaine de mètres du but colombien par Zapata. L’intervention semble plus que limite mais l’arbitre de la rencontre ne siffle pas. Le jeu continue sous la bronca du public et la Slovénie concède un coup-franc anodin très loin de son but. Cependant, les joueurs slovènes viennent protester auprès de l’arbitre quant à la faute non sifflée auparavant. Pendant ce temps-là, alors que la défense n’est pas attentive et pas placée, Cuadrado, malicieux, joue vite le coup-franc, donne le ballon à James qui lance en profondeur l’ex-buteur du Hertha Berlin. Celui-ci, complètement seul, ne se fait pas prier, dribble le portier et marque dans le but vide. Ce but juste avant la mi-temps va faire très mal à la sélection balkanique. S’il y a clairement une erreur d’arbitrage sur la première faute non sifflée, les slovènes ne peuvent s’en vouloir qu’à eux même pour ce manque de concentration.

slocol8

slocol9

slocol10

Dès le retour des vestiaires, Katanec effectue plusieurs changements en défense et au milieu tandis que Pekerman garde son 11 initial. On assiste notamment à l’entrée en jeu de Jasmin Kurtic (Fiorentina), de Siniša Anđelković (Palerme) et surtout, pour sa première sélection, à l’âge de 19 ans, du prodige de Maribor Petar Stojanović. La Slovénie se montre plus dangereuse, grâce principalement à Lazarevic dont les accélérations mettent en difficulté les défenseurs sud-américains qui commettent de nombreuses fautes. Cependant, la défense colombienne tient et les Slovènes n’arrivent pas à s’approcher de la surface de réparation. L’ambiance est excellente, elle est clairement plus dans les tribunes que sur le terrain grâce aux ultras locaux et aux visiteurs. De nombreuses olas ont lieu. A noter, tout de même, une frappe, encore une fois de loin, de Kurtic qui ne passe pas loin du but à la 53ème minute.

slocol11

Devant la faiblesse offensive de son équipe, à l’heure de jeu, Katanec décide de faire rentrer le feu follet de Maribor, Damjan Bohar, ce qui aura pour effet de redynamiser le jeu. Beric, lui est remplacé par Džengis Čavušević qui évolue dans le championnat suisse, à Saint-Gall. Le buteur du Rapid de Vienne (9 buts en 14 matchs cette saison) a trop été isolé et n’a pas reçu beaucoup de bons ballons à exploiter. Pekerman aussi choisit de donner du sang neuf à son équipe et fait rentrer plusieurs joueurs dont celui de Porto, Juan Quintero. James Rodriguez, auteur d’un match non transcendant mais satisfaisant et nous ayant gratifié de plusieurs passes et dribbles dont lui seul en a le secret sort à la 70ème minute de jeu sous l’ovation du public slovène.

slocol12

Les Colombiens jouent en contre et malgré quelques situations à 3 contre 2, ne parviennent pas à se mettre à l’abri. La Slovénie quant à elle se découvre de plus en plus et tente le tout pour le tout pour égaliser. On n’y passe pas loin à la 78ème minute quand Bohar (qui lui aussi fête sa première apparition) dévie un centre de Filipovic. Le gardien est pris à contre-pied mais le ballon échoue à quelques centimètre du cadre. La Colombie, elle, bien que clairement supérieure techniquement, fait beaucoup d’erreurs dans la dernière passe et ne se crée que très peu de réelles occasions. Elle recule dangereusement à la fin du match, ce qui permet aux Slovènes de tenter des frappes de loin. Dans le temps additionnel, les dernières occasions sont pour les locaux. Une frappe de loin de Rotman captée en deux temps par Vargas et un coup-franc de Pecnik, frappé fort mais sur le gardien. L’arbitre siffle la fin de la rencontre. La Slovénie pourra certainement s’en vouloir de ne pas avoir pu faire mieux face à une équipe colombienne pas à 100% de ses capacités. Le prochain match de la Slovénie sera au mois de mars face à Saint-Marin, pour le compte des qualifications à l’Euro 2016.

Nicolas Le Quillec

On a vécu Slovénie vs. Colombie
Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Invité

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Hajduk : une nouvelle lutte pour les bandits romantiques

Tout le passé de l’Hajduk Split est une histoire de défi. Dès le début, le club a été nommé en...

Fermer