On a vécu Olimpija Ljubljana vs. NK Domzale

Nicolas Kohlhuber - Publié le 3 juin 2015

Samedi 30 mai : 13h. Après 8h30 de route, nous arrivons sous un soleil presque estival à Domzale, dans la banlieue de Ljubljana. Au programme de la journée, le dernier match de la saison de Prva Liga slovène entre l’Olimpija Ljubljana et le NK Domzale. C’est en face du stade de ces derniers que se fait notre arrivée en Twingo, comme pour donner à ce périple des airs de péplum. Nous profitons de la terrasse du NK Bar, le bar du club pour prendre un rafraîchissement. Photos, maillots, fanions de l’équipe trônent dans le bâtiment adjacent au siège du club champion en 2007 et 2008. A un peu moins de quatre heures du match apparaît alors un client de luxe : Luka Elsner. L’entraîneur du club actuellement troisième du championnat en profite pour saluer l’ensemble des personnes présentes sur le chemin des bureaux.

En ce samedi après-midi, aucune des deux formations n’a quelque chose à jouer sur le plan sportif. Les locaux finiront quatrièmes quoi qu’il arrive, derrière leurs adversaires du jour qui peuvent encore espérer décrocher la deuxième place, en cas de défaite de Celje.

Bananes et Jacques Chirac

Dans la capitale slovène, hormis quelques panneaux publicitaires mettant en avant des joueurs de l’équipe nationale, aucune trace du football. A l’image du pays, où le basket est le sport national, le Stadion Stozice se remarque à peine à côté de l’Arena en forme de tortue, théâtre de la victoire de la France lors de l’Euro de Basket 2013. La gestion anarchique de l’Olimpija par Izet Rastoder, n’arrange rien à la situation. Les supporters, ultras notamment, boycottent les matchs à domicile pour déstabiliser cet industriel ayant fait fortune dans la culture de la banane (Vous pouvez aussi lire: On a discuté avec les Green Dragons de l’Olimpija Ljubljana). A notre arrivée au stade, difficile de s’imaginer qu’un match entre deux équipes du haut de tableau est sur le point d’avoir lieu. Le parking est étonnamment vide et le parvis du stade fréquenté par trois personnes à 30 minutes du coup d’envoi.

l'entrée du stade à H-30min

L’entrée du stade à 30 minutes du coup d’envoi

Dans l’enceinte, une seule tribune est ouverte au public, et n’accueillera au final pas plus de 400 personnes. Des familles principalement. Un beau gâchis vu l’infrastructure toute récente… Sous un soleil de plomb, sans enjeux et avec une ambiance bien calme, le match à des faux airs d’amical de pré-saison. Dans le onze de départ rajeuni de Domzale, deux Français : Antonin Trilles qui garde les buts pour la première et dernière fois de la saison et Benjamin Morel, qui est venu se relancer et a réussi son pari avec sept buts. Amusé d’entendre des encouragements en français, certains supporters nous répondrons en prononçant tant bien que mal un « Jacques Chirac ? » sur le ton de l’humour, quand sur le terrain, le milieu français profite d’un temps mort pour en chercher la provenance.

Pas un amical, ni un huis-clos, la 36ème journée de Prva Liga

Pas un amical, ni un huis-clos, la 36ème journée de Prva Liga

Ils sont venus, ils ont Vuk, ils ont vaincu

Sur le terrain, les locaux démarrent mieux le match en ayant la possession de balle. Mais les deux principales actions sont en faveur des hommes de Luka Elsner. Le jeu est haché, de nombreux duels physiques se disputent au milieu de terrain. Peu à peu, les jaune et bleu prennent l’ascendant, grâce à un bloc équipe impressionnant, remportant tous les duels en défense. Dans l’entre-jeu Lucas Horvat est omniprésent, c’est d’ailleurs à partir d’un excellent travail de ce dernier, que Slobodan Vuk ouvrira la marque à la demi-heure de jeu après un centre en retrait de Skubic. 0-1, ça sera le score à la pause. Peu de temps après le retour sur le pré des 22 acteurs, les Dragons encaissait un second but de l’inarrêtable Vuk. L’attaquant profitait encore une fois d’un bon mouvement collectif de ses partenaires pour marquer un doublé.

DSCN1846

Le show Vuk

L’addition aurait pu être plus lourde à la 64ème minute quand Luka Zinko concédait un pénalty après un tacle maladroit. Une faute qui allait également lui valoir une expulsion sévère. A onze mètres, Benjamin Morel dans un jour sans, glissait lors de son duel avec Seliga, expédiant le ballon bien loin des cages. Le reste du match gardera le même schéma avec un NK Domzale dominateur et solide, face à un Olimpija déboussolé et inoffensif. L’arbitre n’attendra même pas les deux minutes de temps additionnel pour mettre fin à la partie, laissant les joueurs saluer le faible public présent. Le départ du stade se fera tout aussi facilement que l’arrivée, nous permettant d’aller rapidement dans le sympathique centre-ville pour une visite. Le lendemain, l’heure du retour sonne déjà, encore une fois, sans temps additionnel.

 Nicolas Kohlhuber

On a vécu Olimpija Ljubljana vs. NK Domzale
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Nicolas Kohlhuber

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
On a (presque) vécu Nouvelle-Zélande U20 – Ukraine U20

Magie d'internet, j'ai pu vous faire le compte rendu du match d'ouverture de la Coupe du Monde des moins de...

Fermer