Cet article est une reprise autorisée d’un interview réalisée par Tom Eisenchteter pour le site Kafkadesk et parue le 28 août 2019.

Kafkadesk s’est entretenu avec Jonathan Davies, expatrié vivant à Prague, entraîneur des jeunes du Slavia Prague et entraîneur principal du club de football des Raptors de Prague. Il nous parle de son travail, sur le terrain et en dehors, avec les Raptors de Prague, de son expérience avec le Slavia Prague, de sa vision du derby explosif de Prague, face au Sparta, et de sa vie d’expatrié dans la capitale tchèque.

Pouvez-vous commencer par nous parler un peu du Prague Raptors Football Club et de sa création en 2017 ?

Nous avons créé le club de football des Raptors de Prague il y a environ 18 mois. Cependant, avant cela, Daz Moss (notre président et propriétaire) et son fils Lukas, alors âgé de 6 ans, ont lancé l’idée originale en 2017. Daz a parlé à Lukas et ils ont discuté de la création d’une équipe de football à Prague. Il a demandé à son fils comment l’équipe devait s’appeler et à cette époque, Lukas, comme beaucoup de jeunes garçons, aimait les dinosaures. Son dinosaure préféré était le vélociraptor et ils ont donc décidé d’appeler le club Prague Raptors ! Sa couleur préférée était le bleu, donc notre kit maison est bleu ! C’est une histoire étonnante qui résume l’atmosphère familiale que nous avons essayé d’entretenir au club depuis sa création jusqu’à aujourd’hui.

Quels sont vos objectifs dans le cadre de cette initiative ?

Il y a deux objectifs clairs. Sur le terrain, notre objectif est d’être le plus compétitif possible. Je suis un entraîneur ambitieux et je veux emmener le club aussi loin que possible pour ce qui est de gagner des matchs de football et d’obtenir une promotion dans les divisions supérieures du football tchèque. D’après ce que j’ai vu du football tchèque, il n’y a aucune raison que nous ne puissions pas (avec un peu de chance et de patience) atteindre le sommet. Ce ne sera pas facile, mais nous avons obtenu une promotion dès notre première saison, ce qui montre le potentiel et la qualité que nous possédons déjà.

… et hors du terrain ?

En dehors du terrain, nous visons à améliorer la société, la communauté locale et la communauté du football. La beauté de notre projet, c’est qu’il ne s’agit pas seulement de football. Nous avons des liens étroits avec diverses organisations caritatives en République Tchèque et ailleurs. Notre objectif est de redonner à la communauté, de rendre le monde meilleur en transmettant nos valeurs de respect, de charité et d’égalité pour tous. Le football peut être un puissant outil pour changer le monde et unir les gens, et nous voulons exploiter ce pouvoir pour rendre le monde meilleur de toutes les manières possibles.

Vous dites que vous avez des joueurs, des entraîneurs et du personnel de 35 nationalités, mais qui sont les Raptors de Prague aujourd’hui ? Qui sont vos fans ?

En fait, les Raptors de Prague abritent maintenant plus de 40 nationalités et ce nombre ne cessera de croître au fur et à mesure que le club grandira ! Nous sommes fiers d’être un club qui promeut l’inclusion et le respect sans distinction d’ethnie, de nationalité, de sexe et d’orientation sexuelle. Le football est pour tous. Le sport est pour tous. Cette attitude nous a valu de nombreux soutiens du monde entier. Heureusement, notre président possède une entreprise de marketing numérique prospère et son expertise nous a aidés à gagner une certaine présence sur les réseaux sociaux. Je ne dirais pas que nous sommes célèbres, mais pour un club de notre âge et de notre taille, en termes de notoriété, nous nous en sortons très bien.

Vous avez l’intention d’atteindre la Ligue nationale tchèque d’ici 2027. Quelles sont les prochaines étapes ?

L’ambition engendre le succès. Nous sommes ambitieux. On ne peut pas le cacher. Nous en sommes aux premiers stades de notre développement, mais les premiers signes sont prometteurs. Comme je l’ai dit, nous avons obtenu notre promotion dès notre première saison et les joueurs commencent à comprendre ce que je leur demande sur le plan technique et tactique. Cela n’a pas été facile parce qu’il a fallu du temps à nos joueurs pour s’habituer à penser au football d’une manière plus cérébrale. Beaucoup de mes joueurs n’avaient jamais été entraînés dans un environnement professionnel auparavant, alors leur faire comprendre la valeur de ce que nous essayons de réaliser a été difficile.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ces défis ?

Il nous a fallu une saison entière pour mettre en place une philosophie tactique. Nous jouons d’une certaine manière et avec une certaine identité. Nous avons des principes tactiques que nous demandons à nos joueurs de suivre. Il est difficile pour les joueurs amateurs de s’adapter à une philosophie tactique alors qu’ils n’ont vu le football que comme une activité de loisir. C’était difficile, mais à force d’insister, on dirait que nous y arrivons.

Et votre toute nouvelle académie, les Micro Raptors ?

Cela témoigne de la rapidité avec laquelle les Raptors se sont développés. Nous sommes en mesure de lancer notre académie dès notre deuxième saison d’existence seulement ! Le plan était de construire le club lentement avec une équipe masculine, mais en raison de la demande et du taux de croissance spectaculaire, nous avons maintenant deux équipes masculines, une équipe féminine et aussi l’académie. Pour commencer, nous voulons offrir aux enfants la possibilité de jouer à ce jeu. L’inclusion est une pierre angulaire importante du projet Raptors. Nous voulons que les gens aiment le jeu autant que nous. Construire une académie est la meilleure façon de faire connaître le football à la jeune génération et de donner quelque chose en retour à la communauté locale.

En dehors du terrain, vous travaillez pour Fare Network, Street Child, Brave Bear CZ, ainsi que pour d’autres ONG et associations. Pouvez-vous nous parler un peu du travail social que vous faites ?

Les Raptors de Prague ne sont pas seulement un club de football. Nous voulons avoir une influence positive sur la communauté locale et la société en général. Lorsqu’il est utilisé correctement, le football peut être une force puissante pour répandre le bien. Il rassemble les gens et a le potentiel de générer d’importantes sommes financièress et de sensibiliser les gens à des causes méritoires partout dans le monde. Nous n’en sommes encore qu’aux premières étapes de notre engagement auprès des organismes caritatifs et des organisations que vous mentionnez, mais à mesure que le club grandit, nous avons l’intention de faire de plus en plus pour les aider. La semaine dernière, nous avons organisé un événement caritatif avec le Supporting Charities Football Club, une équipe d’anciens professionnels et de célébrités du Royaume-Uni. Nous avons récolté plus de 1 000 livres sterling pour Brave Bear CZ, une organisation caritative basée dans la ville tchèque d’Olomouc, qui aide les enfants dans toutes sortes de situations désespérées.

Kafkadesk a récemment rencontré l’équipe de football des expatriés de Cracovie, le Dragoons FC, en Pologne. Y a-t-il des liens entre les équipes d’expatriés dans la région ? Est-il facile de communiquer avec les gens par le biais du langage international du football ?

L’un des avantages de faire partie d’un projet multinational, c’est que nous avons déjà des liens avec des pays du monde entier. Nous sommes allés à Leipzig en juin pour jouer contre le SG Lausen, après avoir noué des liens par le biais des réseaux sociaux et les membres de leur club ont depuis fait le voyage à Prague pour nous rencontrer et pour nous soutenir. Notre présence sur les réseaux sociaux a également établi des liens avec des clubs au Royaume-Uni, dont certains se sont rendus à Prague pour jouer contre nous au cours des 18 derniers mois. Comme vous le dites, la beauté du football, c’est qu’il s’agit d’une langue internationale. Il relie des gens du monde entier et nous espérons en faire partie depuis longtemps. Prague a aussi une communauté florissante d’expatriés et c’est d’ici que viennent la plupart de nos joueurs. Nous avons des relations avec beaucoup d’équipes d’expatriés et on nous demande régulièrement des matchs amicaux. Malheureusement, il n’y a tout simplement pas assez de temps pour jouer avec tous ceux qui nous demandent !

Vous venez de Stoke-on-Trent et supporta Stoke City. Qu’est-ce qui vous a mené jusqu’à Prague ?

Je suis arrivé à Prague en octobre 2017, après sept années passées en Asie (Chine et Taiwan). J’ai travaillé pour une académie internationale de football à Taiwan appelée Master Football Academy (MFA), où j’ai entraîné des enfants locaux et tenté de développer le football sur l’île. Après quatre ans là-bas, j’ai voulu poursuivre ma carrière d’entraîneur et être plus près de chez moi. J’ai toujours voulu être entraîneur de football professionnel, mais même si j’ai apprécié mon séjour, Taiwan n’avait pas de football professionnel. J’avais beaucoup entendu parler de Prague et, dans mon esprit, j’avais ciblé le Slavia Prague comme destination potentielle dans ma carrière d’entraîneur. Cependant, je pensais qu’il me faudrait trois ou quatre ans pour mettre le pied dans la porte. En réalité, j’ai eu beaucoup de chance. Après quelques emails, le Slavia m’a invité à un entretien. J’ai travaillé comme volontaire à l’académie pendant six mois, j’ai appris et acquis de l’expérience et j’ai finalement obtenu mon tout premier contrat dans le football professionnel. Je ne peux pas décrire ce que c’est que de faire partie d’un club comme Slavia. C’est un rêve devenu réalité et je n’arrive toujours pas à le croire !

Comment avez-vous vécu l’impressionnante campagne européenne du Slavia Prague la saison dernière ? Quel a été le point culminant le plus mémorable de ce parcours ?

La saison dernière a été incroyable. Mes collègues me disent que c’est la meilleure saison qu’ils aient jamais connu. Au fur et à mesure que la saison avançait, vous pouviez sentir l’excitation et l’anticipation grandir dans tout le club. Nous savions que nous étions sur quelque chose de spécial. Je me souviens d’avoir participé au dernier match des huitièmes de finale contre Séville. Il y avait 2-2 après le match aller en Espagne. Une réalisation fantastique en soi pour un club de notre taille et de notre stature relative. Séville est une équipe énorme et elle méritait d’être favorite, mais il y avait ce sentiment, cette conviction que nous étions sur le point d’assister à quelque chose de spécial. Je ne suis pas Tchèque et je suis un Slavista adopté, mais je n’oublierai jamais la dernière minute de ce match tant que je vivrai. La balle qui tombe aux pieds d’Ibrahim Traoré. Son tir a éraflé le défenseur qui a tenté de défendre sur la ligne. Tout au ralenti. De l’ecstasy. Tout le stade était dans une euphorie pure. Incroyable !

Champion de République tchèque et quart de finaliste de Ligue Europa, le Slavia peut-il encore progresser ?

Sans aucun doute. Nous avons perdu nos deux meilleurs défenseurs centraux cet été, Michael Ngadeu-Ngadjui et Simon Deli. Ils ont tous les deux déménagé en Belgique. Jaromir Zmrhal, jeune de notre académie et légende du Slavia, a bougé à Brescia en Serie A. Le meneur de jeu, Miroslav Stoch, a rejoint le PAOK. Cependant, nous avons beaucoup de jeunes joueurs prometteurs ici. Il y a toujours moyen de s’améliorer dans le football. Rien n’est jamais parfait !

Le derby de Prague représente une rivalité importante et explosive dans le football tchèque.

Le football tchèque est en crise depuis l’époque de Karel Poborsky, Pavel Nedved et Vladimir Smicer dans les années 1990. En dehors des trois ou quatre meilleures équipes, la qualité des matchs est en baisse, ce qui entraîne une foule de rencontres non compétitives et une baisse de fréquentation des stades pendant la saiso. Le derby de Prague et la passion qu’il suscite sont un soulagement bienvenu de ce malaise. L’anticipation avant le derby est palpable. Il y a une agressivité brute et une haine sincère entre les groupes de fans qui peuvent souvent mener à la violence. Des fusées éclairantes et des feux d’artifice sont souvent lancés pendant le match car les tensions menacent de déborder. En République tchèque, les supporters extérieurs sont mis en cage dans un coin du stade, ce qui ajoute un élément presque animalier. Si vous êtes assis loin de l’action, ce peut être un spectacle impressionnant !

Un match en particulier vous vient à l’esprit ?

La saison dernière, nous avons profité d’un beau moment. Le titre étant déjà assuré, nous avons affronté le Sparta à domicile lors du dernier match. Trois supporters du Sparta ont pris la peine de traverser la ville pour voir leur équipe s’incliner (2-1). Ils ne sont pas restés pour la remise du trophée ! Au cours de l’été, nous avons engagé l’attaquant roumain Nicolae Stanciu. Il avait quitté le Sparta en janvier après deux ans, pour jouer en Arabie saoudite. C’est comme passer de Manchester United à Manchester City. Du Celtique aux Rangers. Ça promet d’être intéressant !

Enfin, en quelques mots, comment décririez-vous la vie d’un expatrié à Prague ? Quelle est la prochaine étape pour vous ?

Prague est une excellente ville. Pour les expatriés, la qualité de vie ici est très appréciable. L’architecture, les transports publics, l’histoire et bien sûr la bière la rendent extrêmement vivable. Mon histoire montre aussi que tout est possible ici. Mon travail avec le Slavia et les Raptors m’aide à progresser en tant qu’entraîneur et en tant que personne au quotidien. J’apprends sans cesse. Si j’arrête d’apprendre et que je sens que je ne progresse pas, je passerai à autre chose. Je veux être l’entraîneur principal d’une équipe de football professionnel un jour ou l’autre. Puis-je réaliser ce rêve avec le Slavia ou avec les Raptors ? Nous verrons bien !

Merci Jonathan, et bonne chance pour cette saison avec le Slavia et les Raptors !

Tous propos recueillis par Tom Eisenchteter pour Kafkadesk.org

Traduction autorisée par Lazar Van Parijs.

Image à la Une : © Compte Facebook des Prague Raptors

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.