Ombres et lumière du football kosovar

Tristan Trasca - Publié le 11 septembre 2014

Le week-end dernier, le public kosovar a pu trouver pléthore de matchs dans la région de Prishtina pour rassasier sa soif de football. Trois matchs complètement différents mais finalement complémentaires pour comprendre l’état actuel du football kosovar, ses problématiques et pistes d’amélioration pour le futur.

 

Une première victoire internationale pour la sélection !

Débutons avec le match de la sélection du Kosovo qui recevait dimanche l’Oman de Paul le Guen. Après avoir déjà reçu Haïti puis la Turquie, le Kosovo affrontait donc une sélection d’Asie. Alors que les deux matchs internationaux précédents s’étaient disputés à Mitrovica, celui-ci s’est déroulé à Prishtina, capitale du pays.

kosovo oman

Ce choix a entraîné un large travail de rénovation avec notamment le remplacement de tous les sièges dans la tribune principale. Mais cette décision a été très largement critiquée pour diverses raisons:

  • le stade de Prishtina est bien loin des standards UEFA/FIFA, alors que celui de Mitrovica répond mieux à ces critères
  • hormis le fait que les pontes du pays et de la fédé soient à Prishtina, aucune raison logique ne validait le choix de Prishtina plutôt que Mitrovica
  • les supporters du club de Prishtina (Plisat) ne supportent pas la sélection du Kosovo, comme nous l’avons déjà expliqué

Bien entendu, le résultat brut est positif avec une victoire 1-0 grâce à un but sur péno de Bunjaku en fin de match. Mais toutes les raisons exposées ont terni la fête. Les supporters du Kosovo ont eu beaucoup de mal à se faire entendre, alors que subsiste la problématique de groupes de supporters de clubs qui ne s’organisent pas vraiment pour former un kop uni lors des matchs du Kosovo. Les supporters de Trepca Mitrovica ne se sont pas déplacés puisque le match se déroulait à Prishtina. Et pour arranger le tout, les Ultras Plisat, fidèles à l’Albanie, se sont fait entendre en dehors du stade avec des « United States of Albania » scandés pendant une bonne vingtaine de minutes…

Pour finir, vu la qualité de la pelouse, l’organisation de ce match international tout juste un jour après un autre match amical était tout simplement un risque inconsidéré.

Roberto Carlos à Prishtina !

Eh oui, car la veille de ce match international, le club local de Prishtina recevait le club turc de Sivasspor. Bien entendu, le fait que le club turc soit entraîné par l’idole brésilienne Roberto Carlos avait beaucoup aidé au niveau du marketing, avec des portraits du Brésilien aux quatre coins de la ville. L’atmosphère fut belle pour ce match avec notamment une belle présence des Ultras de Plisat (bien mieux que lors du match du Kosovo le lendemain) alors que sur le terrain, les coéquipiers de John Utaka et Cicinho ont tapé les Kosovars 0-2.

roberto carlos

Mais pour le FC Prishtina, l’essentiel est ailleurs. Le club essaye depuis de longs mois de tisser des liens avec des clubs étrangers. Ce fut le cas avec le Standard de Liège, où plusieurs jeunes espoirs du club sont partis comme Edon Zhegrova. C’est maintenant le cas avec Sivasspor dans un contexte de relations diplomatiques et économiques très chaleureuses entre le Kosovo et la Turquie, comme je vous l’expliquais lors du récit du match Kosovo-Turquie.

 

Hajvalia-Trepca: comédie aquatique en D1

Le championnat du Kosovo continuait malgré ces matchs amicaux. Vendredi, le leader Hajvalia recevait Trepca dans la Raiffeisen League. Hajvalia est un petit club du championnat kosovar mais fut tout de même finaliste de la dernière coupe du Kosovo. Ses installations font cependant penser à celles d’un club de district en France avec un terrain au pied de la colline, sans tunnel d’entrée pour les joueurs, tribunes pour les supporters ou encore avec des vestiaires désuets.

hajvalia

Malheureusement, ce vendredi, le petit stade d’Hajvalia, à la sortie du village serbe de Gracanica, a connu un triste sort suite aux fortes pluies des jours précédents. Le spectacle offert – pourtant télévisé – fut une farce grotesque, non pas à cause des joueurs mais à cause des conditions de jeu avec un terrain tout simplement devenu un énorme champ de boue. Le match a malgré tout été joué jusqu’à son terme avec une victoire des locaux qui sont actuellement leaders.

Mais ces conditions indignes rappellent également la réalité du football kosovar qui se joue parfois dans des stades de campagnes bien loin des standards européens, si ce n’est à Prishtina ou Mitrovica. Rappelons pour l’anecdote qu’Hajvalia était le club qui avait offert un contrat à Suarez cet été, cela lui aurait sans doute plu comme aire de jeu…

hajvalia

Le résultat final du match de dimanche reste un rayon de soleil et ouvre une nouvelle page pour le football kosovar. Cependant, si la sélection doit être la locomotive du changement au Kosovo, le football local doit aussi profiter de cette nouvelle ère. Et sur ce point, le chemin sera sans doute encore plus long que celui de l’affiliation à la FIFA…

 

 Tristan Trasca

Ombres et lumière du football kosovar
Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Tristan Trasca

1 commentaire

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Le Zorya Vorochilovgrad, un intrus parmi les grands d’URSS

Ah l’URSS, une belle nation de football ! Yachine, Strelstov, Blokhine et compagnie : que des mecs classieux. L’URSS, c’était aussi un...

Fermer