L’œil du recruteur revient et c’est toujours le même principe. Un rapport détaillé, technico-tactique d’un joueur de nos championnats, qui mériterait de jouer à un niveau un peu plus élevé qu’il ne le fait actuellement. L’occasion de vous faire découvrir un joueur que vous devriez voir dans un championnat plus huppé d’ici peu. Aujourd’hui, Ianis Hagi du FC Viitorul.

IANIS HAGI

Nom complet : Ianis Hagi
Né le : 22 octobre 1998 à Istanbul
Pays : Roumanie
Taille – Poids : 1.78 m – 68 kg
Poste (pied) : Milieu offensif (droitier)
Autre(s) poste(s) : Ailier gauche, ailier droit
Club : FC Viitorul Constanta – Liga 1, Roumanie
5 sélections avec la Roumanie

Carrière

Si Gheorghe était surnommé « le Maradona des Carpates », Ianis doit-il l’être « le Messi des Carpates » ? Avec un nom et un héritage pareils, Ianis Hagi était destiné au football et la moitié de ses chromosomes lui garantissait un talent au-dessus de la moyenne. Étrangement, la vie est tellement bien faite que ça n’a pas loupé. Ianis Hagi est Roumain, meneur de jeu, numéro 10 et élégant balle au pied. Son histoire est avant tout l’histoire d’une précocité incroyable. La Roumanie est célèbre pour faire jouer des joueurs très jeunes, souvent en Division 2 car les clubs, sans moyen, sont obligés de faire démarrer des garçons à 15 ou 16 ans. Le numéro 10 du FC Viitorul n’a pas eu besoin de ça pour se faire sa place. Hagi a montré sur le terrain qu’il ne devait rien à son père, propriétaire, président et entraîneur de son club. Gheorghe a fait débuter Ianis un mois et demi après ses 16 ans, à la 88e d’un match face à Botosani, début novembre 2014. Lors de la dernière journée de cette saison 2014/2015, encore face à Botosani, il est titulaire et marque pour la première fois. La saison suivante, Ianis Hagi prend le brassard de capitaine dès la quatrième journée et le portera à chaque titularisation. Il a toujours 16 ans.

Image may contain: 1 person, standing, playing a sport, stadium and outdoor
© Ianis Hagi / Facebook

S’il y a quatre ans, quand il a démarré dans le club de son père, il se voyait sûrement déjà parti du FC Viitorul à 20 ans, c’est que sa première expérience à l’étranger ne s’est pas exactement déroulée comme il le souhaitait. A 17 ans, Hagi rejoint la Fiorentina pour deux millions d’euros. 18 mois et deux entrées en jeu en Serie A plus tard, le fiston retourne à la maison pour le même montant, frustré de ne pas avoir eu sa chance malgré d’excellentes prestations avec la Primavera. Et si sur le terrain, l’expérience ne s’est pas montrée convaincante, c’est un autre Ianis Hagi qui est revenu au Viitorul. D’entrée, Hagi s’est montré plus assertif, influent sur le terrain, avec également quelques kilos de muscle en plus. Six buts en 14 matchs sur la fin de saison 2017/2018 ont montré qu’il n’avait rien perdu de son talent en Italie. Les 10 buts et sept passes décisives cette saison n’ont fait que le confirmer. Une saison de grande qualité qui lui a ouvert les portes de la sélection de Roumanie avec une première sélection en novembre dernier. La jeunesse roumaine se porte bien, notamment au milieu de terrain, et Ianis Hagi n’en est que la proue. Les prétendants sont déjà nombreux pour un transfert cet été. Et cette fois, si Ianis Hagi a sa chance, nulle doute que le résultat sera totalement différent.

Utilisation actuelle

C’est assez simple, Ianis Hagi est l’homme à tout faire de son club. Gheorghe Hagi ne change jamais de système et joue tout le temps en 4-3-3. A partir de là, son fils peut et a joué partout au milieu de terrain, sur les côtés ou dans l’axe, mais un détail reste : Ianis Hagi a toujours une liberté créative très importante. Il a le feu vert pour se déplacer peu importe où il le souhaite sur le terrain. Il décroche régulièrement, joue entre les lignes, vient raser les lignes de touche. L’objectif est de le toucher un maximum au bénéfice de son équipe. Bref, Hagi est un meneur de jeu moderne, le meilleur joueur de son équipe – voire du championnat – et se comporte comme tel.

Profil

– Ianis Hagi a ce truc qui fait que l’on repère très vite son talent : la cadence des touches de balle. Un pas pour une touche de balle avec changements de direction réguliers. Sa conduite de balle est une petite merveille, il est d’une propreté technique rare.

– Cela lui offre ainsi plusieurs possibilités. Il peut ainsi casser des lignes grâce à ces dribbles, peut dézoner sur le côté et battre un latéral en un contre un avec de la vitesse. Brut, Hagi n’est pas le joueur le plus rapide, mais il l’est en revanche avec le ballon.

– Cela rejoint sa propreté technique mais la qualité de sa première touche est excellente, et ce des deux pieds. Hagi est droitier mais utilise son pied gauche sans problème.

– Bien que sa meilleure position soit meneur de jeu axial, Hagi est polyvalent. Il a déjà évolué sur les ailes mais était logiquement attiré par le milieu du terrain, logiquement.

– Meneur de jeu oblige, Ianis Hagi est un joueur créatif. Il trouve l’espace là où les autres ne le font pas. Il trouve la passe là où les autres ne le voient pas. Il a une vista autour de lui, cette imprédictibilité qui le rend dangereux à chaque fois qu’il touche le ballon. Cela se répercute parfois contre lui où il peut tenter des choses qui n’ont aucune chance de réussir plutôt que d’être patient.

– La qualité de ses passes n’est pas à présenter. C’est déjà du top niveau, qu’elles soient longues, à mi-distance ou courtes.

– L’un des gros points forts de Ianis Hagi est sa technique de frappe. En mouvement, Hagi est constamment dangereux lorsqu’il tente sa chance. Il le fait parfois un peu trop, mais dès lors que l’on rentre à 30 mètres, il ne vaut mieux pas le laisser en position.

– Cela se constate également sur les coups de pied arrêtés. Hagi est un maître en la matière, a déjà marqué quelques coups francs, peu importe la distance. Ses coups francs indirects sont pareillement dangereux, tout comme ses corners… qui peuvent être directs.

– Hagi met constamment du mouvement dans son jeu. En tant que meilleur joueur du Viitorul et actant comme tel, Hagi est toujours en mouvement, à la recherche du ballon. Il n’hésite pas à décrocher, à jouer entre les lignes pour se rendre disponible, rendant le travail de ses coéquipiers plus facile. Son équipe est clairement meilleure quand il est sur le terrain et cela s’est déjà vu avec la sélection A lors de son entrée face à la Norvège il y a dix jours.

– Le Roumain est un vrai joueur d’équipe. Cela lui arrive de garder le ballon trop longtemps mais généralement, il aime faire jouer les autres et cela se voit. Ceci devrait également s’accentuer quand il aura des coéquipiers à son niveau et n’aura pas le poids du résultat sur les épaules.

– Produit du FC Viitorul, Ianis Hagi est très bien formé. Les fondamentaux techniques et tactiques sont acquis. Chaque joueur formé au Viitorul peut en dire de même et ce n’est pas une surprise si l’on retrouve 10 joueurs formés au club dans la sélection U21 pour cet Euro (11 si Denis Dragus n’avait pas déclaré forfait).

– Ce n’est pas son premier rôle mais en tant que milieu de terrain, on aimerait le voir participer avec un peu plus d’envie aux tâches défensives. Il ne les évite pas mais ça reste en-dessous de la moyenne.

– Hagi a beaucoup travaillé physiquement et cela se voit dans les duels notamment. Il est vraiment solide au contact, beaucoup plus que son gabarit pourrait le laisser penser. Le Roumain est intéressant par la façon dont il joue avec son corps. Là-dessus, il y a un avant et un après Italie.

– Ianis Hagi a énormément progressé sur sa régularité depuis son retour d’Italie. Cette saison, il a enchaîné les grosses performances match après match. Une vraie bonne nouvelle et sûrement ce qui rend le plus optimiste concernant un nouveau départ à l’étranger. En Roumanie, il domine les rencontres. Si l’on est tatillon, on peut noter qu’il peut disparaître d’un match pendant une partie de celui-ci mais ça aussi a tendance à disparaître de son jeu.

– On parle là d’un joueur ayant été capitaine de son équipe à 16 ans. Son père lui a sûrement donné ce brassard pour qu’il s’affirme sur le terrain et cela a marché. Il aime les responsabilités et cette saison a montré qu’il les cherchait. Il ne se cache pas sur le terrain. A 20 ans, Hagi est déjà un leader aguerri.

– Ianis Hagi a également montré son caractère en revenant plus fort d’un échec en Italie. Revenir dans son club formateur l’a sûrement aidé à retrouver ses marques plus facilement mais tout de même. On notera également que malgré son peu de temps de jeu à la Fiorentina, il a, selon son niveau de jeu depuis un an et demi, très bien évolué là-bas, ce qui suggère un état d’esprit de travailleur et une envie de devenir meilleur.

Evaluation

Il ne fait aucun doute que le talent de Ianis Hagi est bien trop grand pour la Liga I et que son retour au FC Viitorul n’était qu’un passage avant une nouvelle tentative à l’étranger. Ce qui est intéressant, c’est qu’il est revenu meilleur qu’il ne l’était avant son départ à la Fiorentina et, malgré son temps de jeu, a semble-t-il fait bon usage de son temps en Italie. Hagi est un meneur de jeu à la fois traditionnel dans sa capacité à être omniscient dans le jeu de son équipe et moderne par ses qualités de vitesse et de percussion lorsqu’il se retrouve sur le côté. Le parfait mélange entre son père et l’évolution contemporaine du football. Ianis Hagi a tout simplement toutes les qualités nécessaires pour que le nom de Hagi ne soit pas uniquement lié à Gheorghe.

Le club qui achètera Ianis Hagi devra dépenser un petit pactole pour un joueur qui n’a finalement jamais fait ses preuves hors de Roumanie mais il semble valoir chacun de ces millions d’euros. Cet Euro U21 ne devrait qu’être la confirmation de la domination de Ianis Hagi cette saison dans le championnat roumain et si ses deux matchs en sélection A face à la Norvège et à Malte sont de quelconques indications concernant son état de forme, c’est que Hagi en a encore sous le pied en juin. De bon augure pour une Roumanie qui possède d’excellents joueurs de football dans son secteur offensif. Hagi devrait se régaler… et nous régaler.

Cibles types : Ajax Amsterdam, Schalke 04, Bayer Leverkusen, AS Roma, Olympique Lyonnais, Arsenal
Prix : 5.000.000 € – 7.000.000 €
Rapport qualité / prix : Très bon – avec une grosse plus-value potentielle
Note du joueur : A-
Note du potentiel : A+

Quentin Guéguen

Image à la une © Coli Caranica / Wikicommons

L’oeil du recruteur #37 : Ianis Hagi
5 (100%) 5 vote[s]

1 Comment

  1. Avatar SYLVAN 20 juin 2019 at 11 h 29 min

    Je souscris
    Je connais parfaitement Ianis et son père Gheorges
    Un de mes ancien joueur Marius Baciu (Steaua / LOSC / Equipe Nationale Roumanie avec G. HAGI) m’a fait découvrir et rencontrer Ianis
    Cordialement
    Olivier Sylvan

    Reply

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.