L’Ukraine attendait de pied ferme la décision de l’UEFA concernant l’avenir des clubs de Crimée après la visite de Michel Platini à Kiev et sa rencontre avec le président Porochenko. Le secrétaire général de l’UEFA Gianni Infantino a officialisé jeudi l’interdiction aux clubs de Crimée d’évoluer dans le championnat russe, sans l’aval de la fédération ukrainienne et des instances européennes. Rien de neuf jusque-là puisqu’il s’agit en fin compte d’une simple interprétation des statuts de la FIFA.

Rappelons que les clubs ukrainiens du Tavria Simferopol et du FC Sevastopol avaient été dissous puis refondés sous d’autres noms afin de les intégrer à la 3ème division russe, après avoir pris soin de les épurer de leurs joueurs ukrainiens.

La Crimée sera considérée jusqu’à nouvel ordre comme une « zone spéciale ». La Fédération Russe a communiqué son intention de respecter cette décision afin de ne pas mettre en péril l’organisation de la Coupe du Monde 2018. Un verdict qui semble ne contenter personne, le président honoraire de la Fédération Russe (RFS) Viacheslav Koloskov a déclaré vouloir faire appel de cette décision « incompréhensible ». Son homologue ukrainien Pavel Ternovoi a quant à lui déclaré que « la décision de l’UEFA n’est pas la meilleure possible mais c’est la meilleure pour le moment ».

Le groupe de travail réuni par l’UEFA depuis septembre pour régler la question de la Crimée a annoncé une série de plusieurs points qui viennent compléter cette interdiction. En voici les grandes lignes :

– Interdiction pour les clubs de Crimée de participer au championnat russe.

– La Crimée est considérée comme « zone spéciale » jusqu’à nouvel ordre.

– Interdiction pour la Fédération Russe d’organiser des compétitions de football sur le territoire de Crimée.

– L’UEFA va financer un programme de développement du football en Crimée en faveur des jeunes et des infrastructures.

– Frantisec Laurinec (Slovaquie) est nommé à la surveillance de ces initiatives.

– Une délégation de l’UEFA devra se rendre en Crimée dès que la situation le permettra.

– La FIFA est invitée à élaborer des procédures relatives aux transferts concernant les joueurs en Crimée sur la base d’un « statut spécial ».

En visite à Kiev la semaine passée, Michel Platini avait demandé au président ukrainien le retrait des banderoles anti UEFA, visibles dans pratiquement tout les stades ukrainiens, ainsi que les messages « Crimea is Ukraine ».

10393918_10203093634637397_3006947339562536871_n
Ici à Dnipropetrovsk, un des nombreux drapeaux anti UEFA
i23555
Les ultras du Dynamo Kiev au Stade Olympique

Rémy GARREL

5 Comments

  1. Spirydon 5 décembre 2014 at 18 h 09 min

    František Laurinec est un homme.

    Reply
    1. Starlin 6 décembre 2014 at 16 h 26 min

      Merci ! Erreur de traduction cyrillique-latin. Mes excuses.

      Reply
  2. Pingback: Ultras Dynamo Kiev, un mode de vie - Partie III - Footballski

  3. Pingback: A la découverte de la D2 Yug (3eme division russe - zone sud) - Footballski

  4. Pingback: On a discuté avec Nikolay Gostev, président de la Fédération de Crimée de Football (RFFK) - Footballski

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.