L’oeil du recruteur #3 : Andrija Zivkovic

Lazar Van Parijs
Lazar Van Parijs - Publié le 26 novembre 2015

L’œil du recruteur revient et c’est toujours le même principe. Un rapport détaillé, technico-tactique d’un joueur de nos championnats, tous les quinze jours, qui mériterait de jouer à un niveau un peu plus élevé qu’il ne le fait actuellement et l’occasion de vous faire découvrir un joueur qui pourrait débarquer dans un grand championnat d’ici quelques mois. Aujourd’hui, Andrija Zivkovic du Partizan Belgrade.

ANDRIJA ZIVKOVIC

Nom complet : Andrija Zivkovic
Né le : 11 juillet 1996 à Nis
Pays : Serbie
Taille – Poids : 1.70 m – 66 kg
Poste (pied) : Ailier droit (gaucher)
Autre(s) poste(s) : Ailier gauche, deuxième attaquant
Club : Partizan Belgrade – Superliga, Serbie
3 sélections, 1 but avec la Serbie

Carrière

Andrija, c’est le renouveau du football serbe. Entré au centre de formation du Partizan à 13 ans, Andrija Zivkovic a fait sa première apparition avec l’équipe première à 16 ans, avant de devenir le capitaine des Blanc et Noir à 17 ans, 7 mois et 18 jours. Les records de précocité ne s’arrêtent pas là. Sinisa Mihajlovic, profitant de sa bonne forme, l’a appelé à 17 ans et 3 mois pour devenir le plus jeune international A serbe de l’histoire. Bref, ce joueur représente le futur. Ses performances qui ont conduit l’équipe serbe à devenir championne du Monde U20 l’ont propulsé sur le devant de la scène.

© Star sport

© Star sport

Dès sa première saison complète au Partizan, Zivkovic a joué 25 matchs et marqué cinq buts. Cette première saison s’est conclue en beauté avec le titre de meilleur jeune. La saison dernière, le joueur originaire de Nis a trompé la vigilance des gardiens à sept reprises en 40 matchs, lors desquels il a délivré quatre passes décisives. Bien que sa carrière soit courte, il a déjà deux titres nationaux et une Coupe du Monde des moins de 20 ans. Ainsi, avec un total de 86 matchs pour le Partizan, il a marqué 21 buts et délivré 12 passes décisives. Très prometteur !

Utilisation actuelle

Difficile de se prononcer là-dessus présentement puisque, durant sa blessure d’un mois qu’il vient de surmonter, le Partizan a changé de coach, Ljubinko Drulovic prenant place sur le banc en lieu et place de Zoran Milinkovic. Néanmoins, en étant le danger principal de son équipe, son rôle ne devrait pas drastiquement évoluer. Ainsi, on devrait le voir sur le côté droit, probablement dans un système à un seul attaquant, avec une certaine liberté de mouvement. Il ne sera naturellement pas exempt de tâches défensives.

Profil

  • Il faut remettre le joueur dans son contexte, le championnat serbe. De la même façon que Sporar présenté il y a peu, Zivkovic a l’occasion d’avoir des défenses assez passives. Cependant, ses bonnes performances lors de la Coupe du Monde U20 sont là pour nous donner de plus amples indications sur le niveau du joueur. Cela étant dit, Zivkovic sent le jeu, sait se déplacer de manière à condamner les défenses. C’est un ailier qui aime dribbler, accélérer, provoquer la panique dans la défense adverse.
  • D’un point de vue physique, le numéro 17 du Partizan est assez frêle, 66 kilos pour 1 mètre 70, ce qui tend à renforcer la comparaison avec Messi. Face à des défenses physiques, il a eu du mal en Nouvelle Zélande, nul doute qu’il va devoir s’épaissir dans les années à venir. Son jeu de tête est quasi inexistant.
  • Il aime jouer en une ou deux touches de balle, lui permettant d’éliminer son adversaire juste après son contrôle.
  • Zivkovic joue principalement sur l’aile droite, mais, gaucher, il aime partir de son aile pour ensuite repiquer à l’intérieur et se mettre en position de tir sur son bon pied pour frapper au but à la manière d’Arjen Robben. Comme lors de ce but face à Augsburg en Europa League.
    • Exemple : Zivkovic est lancé à la limite du hors-jeu sur l’aile droite. A l’entrée de la surface de réparation, il change de rythme et fait un crochet net à 90° pour se placer sur son pied gauche et tirer.


Zivkovic ausburg partizanZivkovic augsbourg Zivkovic 3

  • Le numéro 17 du Partizan peut également tirer du droit mais il doit l’améliorer. Doté d’une technique supérieure à la norme, il sait réaliser des transversales et tirer mais doit être plus régulier devant le but. C’est l’un de ses gros problèmes. Il a ainsi passé 266 jours sans marquer entre la fin de la saison 2014 et le début de la saison 2015. Cependant, il n’oublie pas ses coéquipiers et sait jouer collectif sur le terrain.
  • Pour le Partizan ou l’équipe nationale, il s’occupe des coups de pied arrêtés. Son coup-franc face au Mexique lors de la Coupe du Monde est resté dans les mémoires. Il peut faire les touches également, qui restent précises jusqu’à mi-distance.

Zivkovic – coup franc direct

  • D’un point de vue de ses capacités physiques, il a une bonne coordination et une bonne agilité permettant de s’imposer avec ses dribbles en un contre un. Ses qualités physiques lui permettent de changer de rythme, de dribbler mais également de se replacer en défense.
  • Si l’on s’intéresse au jeu sans ballon de Zivkovic, on voit que c’est un joueur qui mouille le maillot. Ce n’est pas le plus grand défenseur et ses qualités défensives sont en dessous de celles offensives, mais cela ne l’empêche pas de se replier dans une fonction d’ailier défensif, pressant la défense adverse pour les éviter de jouer vite et également réaliser quelques interceptions. Sa lecture du jeu offensif lui permet d’anticiper le déplacement des attaquants, lui permettant de bien anticiper. Bref, un joueur qui participe aux efforts défensifs.
  • Le numéro 17 du Partizan a beau être un jeune joueur, il sait s’imposer et se faire respecter. Quand il le fait, il lui est arrivé de sortir ses quatre vérités dans la presse. C’est un joueur qui sait où il veut aller et, contrairement à d’autres joueurs de sa génération, sait s’encadrer. Il fait les efforts nécessaires pour devenir un joueur de premier plan. D’après les échos que nous avons eu, le joueur a une bonne hygiène de vie. C’est un guerrier dans le sens positif, il guide ses coéquipiers, sait rester concentré.

Évaluation

Surnommé le Messi serbe (encore un, nous dirons les plus grincheux), le meilleur jeune joueur du championnat serbe 2013 est un joueur rare. Celui qui débute tout jeune, doté d’une excellente technique, d’un bon sens du jeu, qui ne s’enflamme pas et n’est pas doté d’un melon surdimensionné avant ses 18 ans. Zivkovic est une pépite grâce à ses qualités et sa capacité de jouer sur l’aile droite (mais aussi à gauche ou en soutien de l’attaquant). Il a toutes les cartes en main pour devenir un joueur de classe mondiale, capable de remonter le ballon et frapper après un crochet intérieur comme Robben, ou d’éliminer un joueur grâce à un dribble comme Messi, mais également de porter la pression du capitanat sur ses épaules.

A 19 ans, il a déjà un mental, une maturité et une expérience de très haut niveau. Il a su se rendre indispensable au Partizan : le bilan de son club pendant sa blessure d’un mois, soit six matchs ratés, parle pour lui : quatre défaites (dont deux en coupe d’Europe), un nul et une victoire en coupe contre un club de seconde division. C’est dire l’importance de ce joueur dans le jeu du Partizan ! Ou comment illustrer la fameuse maxime : « un seul être vous manque et tout est dépeuplé ».

Il doit maintenant changer de club, découvrir un championnat plus corsé afin de continuer sa progression. L’importante plus-value à la revente semble évidente !

Cibles types : Benfica, Atletico, Arsenal, Schalke 04, Borussia Dortmund, AS Roma
Prix : 5.000.000 € – son club ne détient que 25 % des droits, son père 25% et Zahavi, le parrain du football serbe détient, les 50 % restants.
Rapport qualité / prix : Très bon, avec potentielle plus-value importante.
Note du joueur : B
Note du potentiel : A+

Lazar Van Parijs


Photo à la une : © Sportsfile

L’oeil du recruteur #3 : Andrija Zivkovic
5 (100%) 4 votes

A propos de l'auteur

Lazar Van Parijs

Lazar Van Parijs

Je me suis réveillé un beau matin à Belgrade à cheval entre Europe de l' Ouest et le bloc soviétique après une nuit sur un Splav à boire de la Rakija. J'ai décidé de prendre le train de nuit suivant, direction Moscou, finir l'aventure devant l' Hotel Ukraina !

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

5 Commentaires

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Retour sur la journée 16 de RPL 2015-2016 – Championnat de Russie de football

Comme tous les mercredis, la Russian Premier League est présente sur notre site à travers cette chronique. Vous pouvez donc commencer...

Fermer