C’est le premier événement de la saison pour Footballski et les supporters de clubs d’Europe de l’Est : le premier tour préliminaire de la Ligue des Champions avait lieu ces mardi et mercredi avec l’entrée en lice de nombreux de nos champions nationaux. L’occasion de faire le point, en vrac.

Le choc : FK Astana (KAZ) 1 – 0 CFR Cluj (ROU)

Malgré tous les problèmes récents, les rumeurs et les débats autour du champion du Kazakhstan, il était considéré comme le favori de la confrontation avec l’équipe roumaine au regard de la qualité de l’effectif et de l’historique en Coupe d’Europe.

Très critiqué, l’entraîneur Roman Grigorchuk choisit de faire confiance au même onze qui avait battu le leader du championnat Tobol quelques jours plus tôt. Mais dès les premières minutes, les Roumains décident de presser haut et d’attaquer. Et malgré de grossières erreurs défensives et une énorme occasion pour Cluj, les Kazakhs laissent passer l’orage sans frais. Le premier quart d’heure passé, Astana touche enfin la balle et tourne autour de la surface de réparation adverse, tentant vainement de créer un danger. 0-0 à la mi-temps.

La deuxième mi-temps commence et le constat est le même : Astana manque d’un attaquant, Dorin Rotariu décrochant trop, dans un rôle de faux-neuf qui n’est pas le sien. Alors que l’on se dit que la tactique de Grigorchuk n’est encore une fois pas la bonne, les Kazakhs obtiennent un corner. La nouvelle recrue islandaise Sigurjonsson le frappe et après dans un cafouillage, Postnikov se retrouve miraculeusement à marquer !

L’ouverture du score semble donner confiance à Astana qui pousse pour marquer un 2e but. Le CFR Cluj procède à des remplacements sous le signe de l’offensive et Bilel Omrani se retrouve seul au point de penalty devant un but vide… mais ne marque pas ! La chance des Roumains est passée mais rien n’est joué. Au retour, Cluj aura sa chance contre des Kazakhs faiblards à l’extérieur et en manque de confiance !


Le but improbable : Ararat-Armenia (ARM) 2 – 1 AIK (SUE)

L’Ararat-Armenia, club nouvellement créé, débute son histoire en Ligue des Champions. Et vu ce but qui leur donne l’avantage 2-1, on dira que la chance a souri aux débutants ! L’AIK, très rapidement réduit à dix, reste cependant largement favori pour la qualification.


Le chiffre : Nõmme Kalju (EST) 0 – 1 KF Shkendija (MAC)

Un. 1. UN. C’est le chiffre du jour : le nombre de tirs cadrés par le Nõmme Kalju dans ce match ! Loin du niveau affiché lors de son titre l’an dernier, le club estonien n’est que l’ombre de lui-même en 2019. Quatrième de Premium Liiga et désormais quasiment éliminé de Ligue des Champions. Regroupé en défense, ses joueurs ont subi tout le match face à Shkendija, qui mérite amplement sa victoire, même acquise sur un penalty douteux en fin de match.


Le MVP : Rok Kronaveter (Maribor, SLO)

Né à Maribor, attaché au club, il n’avait pourtant jamais eu l’occasion de jouer sous les couleurs du club phare de sa ville ! Il a donc fallu qu’il attende sa 32ème année pour connaître ce privilège. Une situation d’autant plus cocasse qu’il jouait pour l’Olimpija, l’ennemi de Maribor !

Pour son premier match officiel, il a régalé, offrant deux passes décisives et marquant un but. Cela faisait d’ailleurs longtemps que Maribor n’avait plus offert un aussi beau spectacle en Europe, et cette victoire 3 – 0 en Islande, face au Valur Reykjavik, lui est largement due !


La performance : Sheriff Tiraspol (MOL) 0 – 3 FC Saburtalo (GEO)

Pour le premier match européen de son histoire, le FC Saburtalo, champion de Géorgie et club qui a accédé à l’élite géorgienne il y a quelques années seulement, s’est permis le luxe d’aller battre le Sheriff Tiraspol sur son terrain par 3 buts à 0. Si l’an dernier le Torpedo Kutaisi était allé disposer de Vikingur Gota 4 – 0 aux Îles Féroé en Ligue Europa, cela faisait belle lurette qu’un club géorgien ne s’est pas imposé de façon aussi large lors d’un match de Ligue des Champions, qui plus est à l’extérieur. Avec ces trois buts d’écart, ce n’est ni plus ni moins que la plus large victoire à l’extérieur d’un club géorgien en C1. Pas mal pour une première, à confirmer au retour.


L’image : Ferencváros (HON) 2 – 1 Ludogorets Razgrad (BUL)

De retour en tour préliminaire de la Ligue des Champions pour la première fois depuis 2016, Ferencváros attendait de pied ferme le Ludogorets Razgrad ce mercredi. Si, sur le terrain, les Aigles verts ont pris une toute petite option sur la qualification avant de se rendre en Bulgarie (2-1), les supporters budapestois ont également fait le boulot en tribunes.

Entrés dans la partie avec un tifo explicite (voir ci-dessous), les ultras de Fradi ont donné de la voix et ont fait vibrer la Groupama Arena. Une chaude ambiance qui contrastait avec celles, bien plus feutrées, qui prévalent trop souvent lors des affiches du championnat hongrois.


Le match que vous n’avez pas vu et tant mieux : Partizani (ALB) 0 – 0 Qarabag (AZE)

Match nul entre le Partizani et Qarabag. 0-0. On répète, match nul. Bien nul même.


La plus belle progression : Suduva Marijampole (LTU)

C’est un club lituanien qui a cet honneur ! Suduva retrouvait l’Etoile Rouge de Belgrade un an après leur confrontation au deuxième tour qualificatif de la C1. Et cette fois-ci, le club de Marijampole a tenu le choc avec un 0-0 (contre deux défaites 0-2 et 0-3 l’an dernier).

Ce match avait l’air d’un petit derby des Balkans, Suduva alignant sept joueurs originaires de l’ex-Yougoslavie. La première mi-temps est dominée par les Serbes, qui subissent un coup de mou en deuxième mi-temps, probablement à court de rythme suite la préparation physique de début de saison.

Ainsi, Suduva a eu des occasions d’inquiéter le gardien canadien de l’Etoile Rouge, Milan Borjan, sans parvenir à inscrire ce petit but si important avant un retour qui s’annonce très compliqué à Belgrade.


Le match entre amis : BATE Borisov (BLR) 1 – 1 Piast Gliwice (POL)

Ennemis sur le terrain mais amis en dehors. Le BATE Borisov et le Piast Gliwice n’ont pas les scènes ultras les plus dynamiques de leur pays mais elles ont quand même quelques amitiés, dont celle que les deux groupes partagent. Les ultras du BATE ont d’ailleurs créé un petit tifo sympathique pour commémorer ce premier match officiel entre les deux équipes (voir ci-dessous).

Sur le terrain, chacun a eu sa mi-temps dans l’un des chocs de ce premier tour. Pour leur premier match dans la compétition, les joueurs du Piast Gliwice ont été dominant dans les 45 premières minutes, ouvrant logiquement le score par Parzyszek. Les joueurs de Waldemar Fornalik ont ensuite reculé et perdu le ballon de plus en plus vite. Les Biélorusses en ont profité grâce à Dragun après un excellent travail de Stasevich. Ce même Dragun a été expulsé juste avant la fin du match alors que Filipenko est sorti blessé dès le début de la rencontre. Les deux joueurs cadres du BATE manqueront le match retour, un coup dur pour le club biélorusse qui part déjà avec le désavantage du résultat.

Finalement, les deux équipes se sont quittées sur un math nul. Bons amis.


Le match indécis : Dundalk (IRL) 0 – 0 Riga FC (LET)

On ne savait pas trop à quoi s’attendre entre le large leader du championnat irlandais et son homologue letton. Une chose est sûre, Dundalk était considéré comme un bon tirage pour les Lettons qui envisageaient la possibilité d’une qualification.

Affichant une équipe extrêmement prudente, Riga n’a pas trop souffert à l’Oriel Park mais n’a pas non plus été trop dangereux malgré sa nouvelle recrue (la seule alignée) Roman Debelko (venu du Karpaty Lviv). Il faut attendre la 78e minute et la montée de Rakels en soutien de l’attaque pour que les Lettons sortent de leur tanière. Cela paie presque dans les arrêts de jeu avec ce même Rakels, qui manque d’ouvrir le score. Tout se jouera donc à Riga où une importante colonie irlandaise est annoncée !


L’hommage : FK Sarajevo (BOS) 1 – 3 Celtic Glasgow (ECO)

A Sarajevo, la pluie tombait drue comme si nous étions à Glasgow. C’est sous cette pluie lourde, que le Celtic l’a emporté dans le stade de Koševo loin d’être rempli, 25 000 supporters pour 37 000 places. Pessimistes, les Horde Zla n’y croyaient pas trop même si leur équipe a ouvert le score avant d’encaisser trois buts pour sceller le score final.

Cette rencontre a été l’occasion de voir une banderole en anglais, ce qui est assez rare dans la région, en hommage aux victimes du massacre de Srebrenica qui a débuté le 11 juillet 1995.

La rédaction Footballski

Image à la une : STRINGER / ANADOLU AGENCY via AFP Photos

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.