Footballski continue à vous faire revivre le troisième tour de cette Ligue des Champions 2019/2020 avec des performances remarquables, salutaires ou tristes selon les cas. Au tableau.

🇷🇺 Krasnodar – A

Pour sa grande première en Ligue des Champions, le FK Krasnodar a réalisé un exploit retentissant. Défait 1-0 sur son terrain par le FC Porto, le club du sud de la Russie a sorti un énorme match au Portugal. Pourtant largement dominé à domicile par Porto, Krasnodar roule sur son adversaire et inscrit trois buts aux Portugais en un peu plus de trente minutes ! Déjà héros de son équipe l’année dernière en Ligue Europa, Shapi Suleymanov plante un doublé. Plus en difficulté en seconde période, Krasnodar s’impose finalement 3-2 et obtient son billet pour les barrages contre l’Olympiakos. Cabella en profite pour montrer que son choix de rejoindre le club russe n’était pas motivé que par l’aspect financier…

🇷🇴 CFR Cluj – A

Le Celtic perd rarement à domicile. Mais seul le PSG avait réussi à lui marquer quatre buts à Celtic Park ces dernières années, c’est dire l’exploit réalisé par le CFR Cluj ! Malgré deux buts encaissés sur d’immenses erreurs défensives dans la dernières demi-heure, le champion de Roumanie a su revenir à chaque fois, et même à s’imposer sur le fil. Mention spéciale à Billel Omrani, auteur de deux buts et de la passe décisive sur l’ouverture du score. Avec six buts en six matchs européens cette saison, l’ex-Marseillais est l’homme fort de l’équipe en ce moment. Et mention toute particulière à George Țucudean, buteur à la 97e minute : recalé à des tests dans sa jeunesse par le Celtic, l’attaquant a gardé un certain amour pour le club écossais. Opéré du cœur à deux reprises cet été, Țucudean est passé tout près d’arrêter sa carrière. Et c’est en larmes qu’il a quitté le terrain hier soir.

🇬🇷 Olympiakos – A

Quatre matchs européens, et toujours aucun but encaissé pour l’Olympiakos, qui a réussi à contourner l’obstacle Bașakșehir en finissant le travail à la maison (2-0). Avec un très bon Matthieu Valbuena, passeur décisif à l’aller et buteur au retour, les joueurs du Pirée ont surtout pu compter sur José Sa, leur gardien portugais, pour continuer de maintenir leur cage inviolée. Dans ce parcours du combattant qui mène jusqu’à la phase de poules de la Ligue des Champions, l’Olympiakos continue de monter en puissance, et peut légitimement espérer décrocher son précieux sésame si la mayonnaise continue de prendre. Et en continuant les clean-sheets, l’affaire devrait être un peu plus facile encore…

🇦🇹 LASK Linz – A

Dans la famille des nombreuses magnifiques performances du milieu de semaine pour nos clubs, je demande le LASK. On pouvait se douter des capacités du club autrichien à continuer sur la lancée de sa brillante saison dernière. Promu, le LASK avait terminé à la deuxième place derrière l’intouchable Salzburg. Mais cet été, Oliver Glasner est parti vers Wolfsburg et a laissé sa place à Valérien Ismaël sur le banc, lui qui ne possède pour l’instant pas un CV très reluisant après ses expériences manquées à Wolfsburg ou Nuremberg.

Mais Ismaël et ses joueurs ont parfaitement maîtrisé la première double confrontation de l’histoire du club de Linz. Opposé à un cador de la compétition à ce niveau-là en la personne du FC Bâle, le LASK a parfaitement maîtrisé le match aller, remporté deux buts à un en Suisse grâce notamment à un Peter Michorl de gala. Il a en revanche beaucoup plus souffert au match retour, concédant beaucoup d’occasions mais en étant très efficace sur les siennes. L’excellent combo de jeunesse (Tetteh, Klauss) et d’expérience (Pogatetz) a payé. Salzburg a attendu plus de dix ans pour réussir à se qualifier pour les poules de Ligue des Champions. Le LASK affrontera le Club Bruges en barrages et pourrait atteindre ce stade de la compétition dès sa première participation.

🇨🇾 APOEL – B

La mission était quasi-impossible, mais elle a quand même été réalisée. Battus 2-1 sur leur pelouse par Qarabağ, les Chypriotes se rendaient en Azerbaïdjan avec l’obligation de gagner par deux buts d’écart pour voir les barrages. Et, dans un stade plus qu’hostile, les joueurs de Thomas Doll, nommé quelques jours avant cette rencontre cruciale, ont parfaitement géré leur affaire, ouvrant d’abord la marque grâce à un penalty de De Vincenti, avant que le Serbe Uros Matic ne porte l’estocade finale après l’heure de jeu. Un scénario idéal, qui assure au passage la présence de l’APOEL en Coupe d’Europe, puisque le club disputera au minimum la phase de groupes de la Ligue Europa.

🇬🇷 PAOK – B

Peu d’équipes peuvent se targuer d’avoir mis autant en difficulté l’Ajax ces dernières années. Déjà, à l’aller, les joueurs d’Abel Ferreira avaient réalisé une belle prestation (2-2), gâchant quelques occasions sur la fin de la première période alors que les Néerlandais étaient au plus mal. Finalement punis sur un but casquette d’Huntelaar, ils abordaient le match retour aux Pays-Bas avec la ferme intention de réaliser un exploit. Et ce ne fut pas loin du tout, tant les Grecs ont mis en danger l’Ajax, qui ne doit son salut qu’à trois penaltys accordés dans le même match, alors que Diego Biseswar avait ouvert le score pour le PAOK, qui s’incline finalement 3-2 et qui gardera longtemps de gros regrets. Car après un sacre invaincu l’an dernier, la possibilité de frapper fort sur la scène européenne était là, à portée de mains…

🇭🇺 Ferencváros – C+

Difficile d’être trop sévère avec cette équipe de Ferencváros, rossée à domicile par le Dinamo Zagreb (0-4) après avoir accroché un nul méritant au Maksimir une semaine plus tôt (1-1). L’écart de niveau entre les deux formations était net, et la démonstration croate du match retour l’a prouvé de manière incontestable. Les joueurs de Serhiy Rebrov doivent maintenant se remobiliser afin d’aborder les barrages de Ligue Europa dans les meilleures dispositions possibles.

🇸🇮 Maribor – C

Comme à l’aller, Maribor s’est écroulé en Norvège lors de la seconde période. Malgré une première mi-temps prometteuse laissant croire à l’exploit (en menant 1-0), les Violets ont vu Soderlund très vite éteindre leurs espoirs. Le tout dans un contexte difficile, puisque le coach Milanic avait donné sa démission à Zahovic après la première victoire du week-end dernier en championnat. Une démission refusée par le directeur sportif.

Ce qui est frustrant, c’est que sur les deux matchs, Maribor a eu beaucoup d’opportunités et a énormément gâché. Et l’extrême naïveté de l’équipe défensivement a coûté très, très cher. Au final, le bilan est négatif mais le fond de jeu est bien présent. Rosenborg a notamment vécu un enfer à domicile lors des 45 premières minutes lors desquelles Maribor aurait dû marquer au moins trois buts. Il faudra être plus réaliste autant offensivement que défensivement pour écarter le Ludogorets Razgrad lors du barrage.

🇺🇦 Dynamo Kiev – E

Le F est évité de justesse, seulement pour le spectacle offert par quelques joueurs combatifs jusqu’au bout. En revanche, l’ensemble est loin du compte avec un match nul (3-3) face au FC Bruges. L’égalisation des Belges (1-1) au Stade Olympique de Kiev signifiait que les Ukrainiens devaient l’emporter pas deux buts d’écarts. Une fin de match folle avec des attaques-défense, deux cartons rouges et c’en est fini de la C1 pour le Dynamo.

Éliminé en tour préliminaire pour la troisième année consécutive, le club de la capitale s’est (enfin) séparé de son entraîneur, le Biélorusse Aliaksandr Khatskevich. Une prestation insuffisante sur les deux matchs au vu des talents de cette équipe.

La rédaction de Footballski

Photo de couverture : Dimitris Lampropoulos / NurPhoto

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.