Legia Varsovie, le meilleur espoir polonais

JG "U" Burlet - Publié le 18 septembre 2014

Bien qu’il ne soit pas le club le plus titré en championnat polonais ni même celui qui l’a dominé ces 20 dernières années, le Legia Varsovie se trouve actuellement dans une très bonne dynamique et reste sur deux titres consécutifs en Ekstraklasa. Placés dans le groupe L de la Ligue Europa, les Militaires tenteront de faire oublier leur décevante campagne de l’an passé mais surtout leur incroyable bourde administrative face au Celtic, qui les a privés d’une possible qualification en Ligue des Champions cette saison. Découvrons ensemble ce qui rend ce club incontournable pour tout amateur de football d’Europe de l’Est.

Histoire du club

Photo de l’album du Legia prise en 1916

La Pologne a souffert d’une histoire contemporaine chaotique et le siècle dernier n’a pas épargné ses clubs de football. Fondé en 1916 par des sportifs servant dans les armées prussiennes, russes ou austro-hongroises, le Legia a connu des hauts et des bas jusque l’après-guerre de 39-45 lorsqu’il devint le club sportif de l’armée centrale, suite à la prise de pouvoir des communistes. S’ensuivirent des années fastes avec 4 titres nationaux et 8 coupes de Pologne, sans oublier le parcours historique en Coupe des Clubs Champions en 1970 avec une demi-finale perdue contre le Feyenoord et une victoire contre le Saint-Etienne de Revelli, Herbin et Larqué. Au total, le Legia a remporté 10 titres nationaux, 16 coupes de Pologne (un record), 1 coupe de la Ligue et 4 Supercoupes, ce qui en fait le seul club de l’ère moderne à avoir remporté chaque trophée national au moins une fois. Leurs principaux rivaux sont les autres grands clubs du championnats – le Lech Poznań, le Wisła Cracovie et le Widzew Łódź – ainsi que le Polonia, l’autre club de la ville, avec qui d’épiques derbys ont eu lieu au fil des saisons pour un bilan équilibré (29V-20N-29D). Parmi les anciens joueurs du Legia figurent entre autres des talents incontestés du football polonais au poste de gardien de but, puisque Wojciech Szczęzny, Łukasz Fabiański et Artur Boruc ont tous trois porté les couleurs du club de la capitale. Quant au meilleur buteur de l’histoire du Legia, il s’agit de Lucjan Brychczy avec 182 réalisations qui le placent d’ailleurs 2ème du classement historique des buteurs en championnat polonais – derrière une autre ancienne gloire du club, Ernst Pohl.

Entraîneur

Depuis le 1er janvier 2014, le Legia est entrainé par Henning Berg, ancien défenseur des Blackburn Rovers de Kenny Dalglish et d’Alan Shearer avec qui il est devenu le 1er Norvégien à remporter le titre en 1995. Champion d’Europe en 1999 avec Manchester United, Berg a fini sa carrière de joueur aux Glasgow Rangers avant d’entrainer en Norvège entre 2005 et 2011. Une courte pige infructueuse à Blackburn fin 2012 lui a valu une belle traversée du désert, qui s’est donc achevée à Varsovie. Depuis sa prise de fonction, son taux de victoire approche les 66% et l’esprit conquérant qu’il a su insuffler pour remporter le doublé en championnat et progresser en phase de qualifications pour la C1 font de lui un coach très apprécié à Varsovie. Entouré d’un staff presque exclusivement polonais, son assistant personnel mis à part, Berg utilise aujourd’hui un 4-2-3-1 avec un joueur offensif derrière l’attaquant et des joueurs polyvalents ayant déjà évolué à plusieurs postes cette saison, en défense notamment.

Onze-type

Dušan Kuciak : 10 apparitions internationales pour la Slovaquie dont 5 en éliminatoires de la CM 2014, au club depuis 2011. Plutôt bon sur sa ligne, capable de belles parades et investi dans le centre de formation auprès des jeunes gardiens.

Bartosz Bereszyński : ancien du club rival du Lech Poznań, 2 sélections récentes. Au coeur de l’élimination sur tapis vert face au Celtic suite à son entrée en jeu alors qu’il était suspendu. En concurrence avec Igor Lewczuk et Łukasz Broź.

Jakub Rzeźniczak : au club depuis 10 ans mais titulaire depuis 2008, ancien taulier des U21 et 9 sélections au total. Le plus polyvalent des défenseurs de Berg puisqu’il a une formation de DC mais sait prendre les côtés. Vice-capitaine du Legia.

Dossa Júnior : défenseur central naturalisé Chypriote (11 sélections), il était de l’épopée de l’AEL Limassol en 2012 et reste donc sur 3 titres nationaux consécutifs. Apporte volontiers le surnombre sur coup de pied arrêté, capable de marquer.

Tomasz Brzyski : bientôt 10 ans d’expérience en Ekstraklasa, ancien du Polonia, 1 sélection en amical début 2014. Capable de jouer latéral ou ailier gauche, il sait provoquer des fautes, obtenir des corners et tirer les coups de pied arrêtés. 

Tomasz Jodłowiec : passé par le Polonia et le Śląsk Wrocław avant le doublé 2013-14 avec le Legia. 26 sélections, un transfert avorté à Naples en 2009. Milieu défensif pouvant occuper la charnière centrale, en alternance avec Hélio Pinto.

Ivica Vrdoljak : transféré en 2010 du Dinamo Zagreb de Mandžukić pour 2 M€, ancien U21 Croate. Milieu complet à vocation défensive mais qui sait distribuer le jeu et marquer. A raté 2 penalties à l’aller face au Celtic. Capitaine du Legia.

Miroslav Radović : arrivé en 2006 du Partizan Belgrade pour 1 M€, ancien U21 Serbe à la double nationalité. Milieu offensif polyvalent, il est aussi bon passeur que buteur. Le joueur emblématique des Légionnaires. Vice-capitaine du Legia.

M.Radovic

Michał Kucharczyk : au club depuis 2009, en sélection depuis les U19. Ailier droit à la base, capable de permuter avec son homologue à gauche ou de repiquer dans l’axe. En balance avec Orlando Sá, ex-Limassol et actuel meilleur buteur du club.

Jakub Kosecki : passé par les centres de formation de Nantes et de Montpellier, 3 sélections. Ailier gauche de poche prêté à deux reprises, il est désormais aligné en championnat et représente avec le jeune Michał Żyro l’avenir du club et du pays. 

Marek Saganowski : véritable baroudeur (le Legia est son 11ème club), 33 sélections, 5 buts. L’avant-centre de 35 ans a failli perdre l’usage de ses jambes lors d’un accident de moto en 1998. En rotation avec le tout jeune Slovaque Ondrej Duda.

Perfs européennes

Comme évoqué précédemment, le meilleur résultat du Legia en compétition européenne à ce jour reste la défaite en demi-finale de Coupe des Clubs Champions en 1970 face au Feyenoord. Cela dit les Legionnaires ont à nouveau goûté amèrement à une demi-finale continentale – en Coupe des Vainqueurs de Coupe cette fois – s’inclinant face à Manchester United, futur vainqueur de l’épreuve. Le club a également atteint le stade des quarts de finale à quatre reprises : C1 en 1971 contre l’Atletico et en 1996 face au Panathinaikos, C3 en 1965 face au Munich 1860 et en 1982 contre le Dinamo Tbilissi. Plus récemment, le Legia n’est sorti de sa poule en Ligue Europa qu’une fois, en 2012, pour perdre en seizièmes face au Sporting Lisbonne. Nul ne saura jamais si une victoire dans les règles de l’art face au Celtic aurait pu en amener une autre contre Maribor en barrage de C1, même si l’écrasante majorité des supporters semblent y croire dur comme fer. Ce soir, le Legia entamera sa phase de poule contre Lokeren et tentera d’aller plus loin aux dépens de Trabzonspor et du Metalist Kharkiv, tombeur d’un autre club historique polonais en barrage (Ruch Chorzów).

Ambiance à domicile

En tant que club phare du championnat polonais, le Legia est forcement très populaire et possède une solide base de supporters. Ceux-ci sont plébiscités comme les meilleurs ultras du pays, même si des accès de violence organisée (comme le pugilat contre les fans du Jagiellonia Białystok en avril 2013) font resurgir les spectres du hooliganisme et de la mouvance d’extrême-droite parfois associés au mouvement ultra là-bas. Néanmoins le spectacle est toujours assuré à la Pepsi Arena, anciennement stade de l’Armée Polonaise, et les 31000 places ne sont pas de trop pour assister aux chants permanents des supporters et surtout aux tifos parfois grandioses proposés par les abonnés de la tribune Żyleta. Les relations des groupes de supporters du Legia sont bonnes avec les clubs de Sosnowiec et d’Elbląg, mais aussi avec l’ADO Den Haag et la Juventus pour des raisons caritatives.

Ce que pensent les fans du Legia de l’UEFA après l’affaire Celtic

Forme du moment

Actuel 2ème d’Ekstraklasa à 2 points du Wisła Cracovie, le Legia possède la meilleure attaque et a tendance à bien finir ses matchs. Orlando Sá est actuellement en pleine forme et l’équipe n’a connu qu’une défaite depuis le début de saison et les matchs perdus en ouverture du championnat et en Supercoupe. En outre, la période qui a suivi l’élimination en Ligue des Champions face au Celtic servirait presque de produit dopant pour le club, qui a vécu ces événements comme une injustice et aborde cette nouvelle campagne européenne avec une envie d’aller loin. De quoi justifier un statut d’outsider plutôt difficile à battre.

Legia Varsovie, le meilleur espoir polonais
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

JG "U" Burlet

Un daron franco-latino fan de foot polonais, vous y croyez vous ?

2 Commentaires

    • Dzięki Filip. La nuance est fine entre les amitiés officielles conclues entre ultras puis diffusées auprès de l’ensemble des fans, et les relations amicales qui existent d’ailleurs souvent avant la conclusion de tels accords et subsistent après. Merci d’avoir apporté cette précision et à bientôt sur le site.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
La renaissance spectaculaire du HNK Rijeka

A l'heure d'affronter le Standard Liège de Martin Milec pour le premier match de poule de la saison, le HNK...

Fermer