Le Steaua au bord du gouffre

Tristan Trasca - Publié le 16 juillet 2014

Cet été a confirmé un renouvellement complet des cadres au Steaua. Que ce soit sur le banc ou sur le pré, le Steaua 2014/2015 se destine à une nouvelle identité mais pour avoir le temps de la mettre en place, il faudra d’abord bien négocier ce second tour qualificatif de Ligue des Champions contre Stromsgodset, qualifié de « très compliqué » par la formation roumaine.

Le départ de Reghecampf, la fin d’une épopée

Laurentiu Reghecampf aura été l’homme du renouveau pour le Steaua. Avant son arrivée sur le banc du club de Bucarest en 2012, le club n’avait plus été champion depuis 7 ans. Pour ses deux années sur le banc stelisti, Reghe a gagné deux titres et a perdu une finale de coupe de Roumanie. De plus, l’équipe sous Reghecampf a réussi quelques performances européennes allant jusqu’en 8è d’Europa League en 2013, battant notamment l’Ajax avant de perdre très honorablement contre Chelsea avant de renouer la saison dernière avec la Ligue des Champions, qui fuyait le Steaua depuis 2008/2009.

Reghecampf aura tout simplement mis à nouveau le Steaua sur le trône qui est le sien en Roumanie. Plus que les résultats, c’est surtout l’impression laissée sur le terrain et la peur créée chez ses adversaires qui auront marqué l’ère Reghecampf. Fin psychologue et sachant s’entourer de très bons collaborateurs (Mihai Stoica comme directeur sportif, Thomas Neubert en tant que préparateur physique), Reghecampf était tout simplement perçu comme l’étoile montante des entraîneurs roumains.

Et comme trop d’entraîneurs roumains, il est parti se perdre en Arabie Saoudite à Al-Hilal, happé par les millions de dollars. Comme Dan Petrescu ou Cosmin Olaroiu, Reghecampf est donc parti loin du football de haut niveau et des vrais défis techniques. Une décision qui en dit aussi long sur le flou régnant au Steaua alors que le financeur du club (Gigi Becali) et son directeur sportif (Mihai Stoica) sont toujours en prison.

Costel Galca, le cadeau empoisonné

Pour prendre la suite de Reghecampf parti avec tout son staff, l’hésitation a duré quelques jours avant qu’un nom sorte du lot : Costel Galca. Ancien joueur du Steaua (1991-1996), Galca a surtout connu une longue carrière en Espagne où il a joué pour Majorque, l’Espanyol et Villareal notamment. Galca fait également partie de la génération d’Or, celle qui a brillé en 1994 aux Etats-Unis où il a d’ailleurs joué dans les matchs décisifs malgré ses 22 ans à l’époque.

galca

Déjà soucieux le Costel

Si son parcours de joueur lui donne de la légitimité, on ne peut pas en dire autant de son parcours d’entraîneur. Galca n’a entraîné que la réserve d’Almeria une saison avant d’être le sélectionneur de la sélection U17 roumaine pendant 12 mois. Et pourtant Galca fut le choix de Becali – qui n’a pas réussi à convaincre Dan Petrescu.

Pourquoi un tel choix alors ? Galca suit tout simplement le modèle qui a marché avec Reghecampf : un entraîneur jeune avec des idées nouvelles et une réelle envie de prouver. Là où Galca se différencie de son prédécesseur, c’est dans sa conception du football qu’il voudrait plus hispanique, à savoir un jeu de possession, fait de passes courtes alors que Reghecampf misait plus sur une grosse explosivité et un jeu rapide vers l’avant.

Les cadres de la grosse saison 2012/2013 sont tous partis

Si ce nouvel élan pourrait être positif, il faut malgré tout prendre en compte le fait que Galca arrive dans une équipe amoindrie. De la belle saison 2012/2013, toute la colonne vertébrale de l’équipe a quitté le Steaua en 12 mois. Tatarusanu (Fiorentina), Chiriches (Tottenham), Bourceanu (Trabzonspor), Rusescu (Séville) et Pintilii (Al-Hilal) sont tous partis. Si l’on y ajoute le fait que le Steaua n’a pas pu retenir Piovaccari, prêté par la Sampdoria la saison dernière, cela commence à faire beaucoup.

steaua chelsea

De l’épique victoire 1-0 contre Chelsea en 2013, 5 joueurs majeurs sont partis

Les deux seules arrivées estivales sont pour l’instant Arlauskis, gardien lituanien en provenance du Rubin Kazan, et Alin Tosca, latéral gauche du Viitorul. Ca fait léger au moment d’aborder ces tours qualificatifs de Ligue des Champions déjà décisifs pour le futur du Steaua que ce soit pour cette saison ou celles qui suivent.

Les résultats avant le jeu ?

Lors du premier match de sa saison, le Steaua a perdu la supercoupe de Roumanie contre l’Astra aux pénaltys. Pas un résultat infamant mais les médias ont tôt fait de rappeler qu’un entraîneur n’a jamais tenu plus de 6 mois au Steaua en perdant le premier trophée de la saison.

Pour Galca, il s’agit donc d’avoir des résultats avant de pouvoir imposer son style de jeu. Ce soir, l’entraîneur devra également composer sans son défenseur central Gardos alors que la cohésion du milieu, qui a perdu ses deux tauliers Bourceanu et Pintilii (les deux titulaires en sélection en Roumanie), reste en question. Comme souvent, le Steaua devra avant tout compter sur Chipciu et Sanmartean, ses deux meilleurs joueurs.

610126-claudiu-keseru

Keseru doit être décisif dès ce soir

L’absence de pointe devrait aussi servir à Keseru qui va se retrouver titulaire. Si l’équipe norvégienne est annoncée comme très dangereuse en contres, nul doute que le Steaua a aussi des armes offensives à faire valoir. L’ancien Nantais sera sûrement le baromètre de la saison du Steaua et il peut sans aucun doute finir cette saison avec une vingtaine de buts en Liga I. Reste à savoir s’il aura également eu la chance de jouer dans les groupes de Ligue des Champions et d’avoir Galca comme entraîneur pour toute la saison ? Si les réponses sont négatives, alors il devrait y avoir beaucoup de mouvements au Steaua au niveau des transferts et l’Astra voire le Petrolul deviendront les vrais favoris pour le titre en Roumanie cette saison.

Tristan Trasca

Le Steaua au bord du gouffre
Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Tristan Trasca

2 Commentaires

  • Au bord du gouffre.. peut être pas, mais cette saison s’annonce très difficile c’est vrai et dépendra avant tout de la participation ou non en ligue des champions qui apportera les moyens de recruter au moins deux joueurs, un attaquant en priorité et un milieu voir un défenseur central supplémentaire. Il est vrai que le Steaua est amoindri et que Galca aura bien du mal, Petrolul me semble le mieux armé pour concurrencer le Steaua cette année, astra juste derrière mais ce sera bien plus serré que l’an dernier c’est sur. J’espère l’arrivée de Diagne de la Juventus, et de Luchin, voir Anton ( peu probable ) ou Breeveld comme annoncé dans les journaux. L’obstacle Stromsogset est normalement bientôt passé, si on ne tombe pas contre le Legia, ça devrait aller.

  • Au bord du gouffre.. peut être pas, mais cette saison s’annonce très difficile c’est vrai et dépendra avant tout de la participation ou non en ligue des champions qui apportera les moyens de recruter au moins deux joueurs, un attaquant en priorité et un milieu voir un défenseur central supplémentaire. Il est vrai que le Steaua est amoindri et que Galca aura bien du mal, Petrolul me semble le mieux armé pour concurrencer le Steaua cette année, astra juste derrière mais ce sera bien plus serré que l’an dernier c’est sur. J’espère l’arrivée de Diagne de la Juventus, et de Luchin, voir Anton ( peu probable ) ou Breeveld comme annoncé dans les journaux. L’obstacle Stromsogset est normalement bientôt passé, si on ne tombe pas contre le Legia, ça devrait aller.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
On a vécu un Lovcen vs. Zeljeznicar

Pendant que le monde du football avait les yeux tournés vers le Brésil, de nombreux clubs reprenaient le chemin de...

Fermer