Le gratin Kairat Almaty

Lazar Van Parijs
Lazar Van Parijs - Publié le 6 août 2015

Jour d’Europa League oblige, la rédaction est aux acquêts prête à supporter son club fétiche. Pourtant, si l’on écrit cette preview sur le club kazakh du Kairat Almaty c’est surtout pour préparer notre avant match avec nos collègues d’Hat Trick, le Kairat se rendant en Écosse affronter le Aberdeen. Bienvenue au Kazakhstan.

Le Kairat Almaty, c’est un peu le Lokomotiv local. Fondé en 1954 et considéré comme le club des employés des chemins de fer kazakhs, le Kairat eut d’ailleurs comme ancien nom, le Lokomotiv Almaty. L’année suivante, le club s’est appelé Urozhai pour encore changer en 1956 et prendre le nom avec lequel on le connaît aujourd’hui, « Kairat Almaty ».

source: https://www.flickr.com/photos/irene2005/2575543604

source: https://www.flickr.com/photos/irene2005/2575543604

Pratiquement située à la frontière chinoise, Almaty est une ville d’1,5 million d’ habitants, aux pieds des montagnes. Aller là-bas, c’est la garantie du dépaysement, tant à cause du voyage – plus d’une dizaine d’heures d’avion minimum au départ de Paris avec une escale, qu’à cause du paysage. Le « Stade Central », construit en 1958, contient 23 804 places en configuration de coupe d’Europe et sert également aux équipes nationales de football et de rugby. On note différent groupes de supporters. « Yuzhnyi Bars » -les bars du sud- sont les plus récents, crées en 2009, les « Yuzhnyi Krest » les plus agés -La croix du sud- et enfin les « Kairat Ultras » datant de 2006. On retrouve ces supporters dans le bloc 34 est.

Loin de la médiatisation d’autres clubs, le Kairat reste un club historique et est connu pour être le premier club soviétique à avoir gagné une Coupe d’Europe. En 1971, le club a battu le Rapid Bucarest 2-1 pour remporter la Coupe d’ Europe des cheminots, un tournoi qui n’existe plus aujourd’hui mais qui voyait la plupart du temps le Lokomotiv Moscou finir vainqueur. De plus, le club d’ Almaty a joué pas moins de 24 saisons en première division d’ URSS et représente ainsi le club d’Asie centrale le plus prestigieux de la période soviétique. A cette époque, le rival était le FK Pakhtakor Tashkent. Le désormais club Ouzbek représentait alors le rival éternel et était avec le Kairat l’acteur du grand derby d’Asie Centrale. Le club Ouzbek n’étant plus dans la même ligue, le grand rival est aujourd’hui Astana. La nouvelle capitale contre l’ ancienne, la ville contre la montagne, tout est réuni pour opposer les deux.

Après la chute de l’URSS, le club fut champion national par deux fois en 1993 et 2004. En 2006, Temir Zholy (la SNCF locale) se désengagea du club, forçant un collectif d’investisseurs à apporter 4 millions d’euros mais le club fut déclaré en faillite en 2009 et descendu en 1ère division, l’équivalent de notre Ligue 2. Championnat que le club gagnera tout de suite pour remonter dans l’élite en Premier Liga.

Depuis cette faillite de 2009, KazRosGas est devenu le sponsor maillot et, depuis 2012, actionnaire du club avec 70% de ses parts. Le club est dirigé par Kairat Boranbayev, businessman local et ex-dirigeant de KazRosGas. Il s’est notamment fait connaitre en Occident grâce à une action bien éloignée du football, offrant 100 000 livres à Nicole Scherzinger pour chanter lors de son anniversaire. Plus récemment il racheta la licence McDonalds pour importer la compagnie de fast-food au Kazakhstan. Enfin, KazRosGas est détenu à 50% par le géant énergétique Russe Gazprom.

Le club a ouvert en 2013 sa propre académie, c’est d’ailleurs le seul club du pays à en avoir une, pour un coût de plus de 20 millions d’euros. L’objectif étant d’attirer les meilleurs talents du pays et de leur permettre de jouer été comme hiver. Ce qui n’est pas une mince affaire au Kazakhstan, vu les conditions météorologiques. Pour encadrer ces nouvelles ambitions, le club a su s’encadrer de personnes compétentes et surtout de Patrick van Leeuwen, ancien du Feyenoord Rotterdam et du Shakhtar Donetsk. Le Néerlandais est aujourd’hui le directeur sportif du club et doit ainsi instaurer les nouvelles ambitions des Kazakhs. Ce dernier a pour mission d’inculquer une même philosophie de jeu à toutes les équipes, de recruter, de s’occuper de la vie de l’académie, de gérer les 45 coaches des différentes équipes et d’organiser les clubs satellites.

Anatoliy Tymoschuk, le bel homme.

Anatoliy Tymoschuk, le bel homme.

Ainsi, intéressons-nous de plus près à cette équipe qui affrontera le Aberdeen ce soir. L’équipe joue en 4-2-3-1 et il convient notamment de surveiller :

  • Gerard Gohou, le serial buteur ivoirien passé notamment par le Neuchâtel Xamax et Krasnodar auteur de 18 buts en 24 matchs en 2015.
  • Anatoliy Tymoshchuk, c’est LA recrue star de l’été. L’Ukrainien ancien du Shakhtar, du Zenit et du Bayern Munich a signé pour 18 mois. Il joue au poste de milieu récupérateur. De là à mettre en avant les liens entre Gazprom et KazRosGas, entre le Zenit et le Kairat, il n’y a qu’un pas, que nous ne franchirons pas.
  • Djordje Despotovic, l’ancien buteur de Lokeren et de Zvezda, remplaçant de Gerard Gohou.
  • Bauyrzhan Islamkhan, le capitaine de l’équipe a 22 ans et est l’auteur d’un superbe patator au match aller face à Aberdeen, numéro 10 ou ailier gauche.

  • Sito Riera, l’ailier droit espagnol sort d’une bonne saison en Ukraine avec le Chornomorets et reste l’un des éléments-clés de l’équipe.
  • Isael, ailier gauche voir numéro 10, il alterne avec Islamkhan, passé notamment par Krasnodar. Peut jouer ailier droit. En fait les ailiers sont interchangeables dans une certaine mesure.
  • Bruno Soares, Défenseur central passé par Duisbourg et Dusseldorf. Du genre costaud physiquement.

Du côté du banc, on retrouve le Slovaque Vladimir Weiss, fils de … Vladimir Weiss et père de … Vladirmir Weiss. L’inventivité slovaque. Icône dans son pays, c’est notamment à lui que l’on doit l’incroyable parcours de la Slovaquie lors de la coupe du monde 2010, la sélection atteignant un huitième de finale pour sa première participation dans la compétition. Au club depuis 2012 après une saison mouvementée au Slovan Bratislava, il insuffla un renouveau dans le club s’appuyant sur ses principes de base. À savoir une équipe solide, capable de se porter rapidement vers l’avant et pouvant faire déjouer beaucoup de clubs. C’est d’ailleurs le mode opératoire préféré de l’équipe. Attendre, mettre des taquets, joueur physique, quelques fautes et contrer. L’équipe a ainsi marqué de nombreux buts en contre, jouant sur sa vitesse et profitant de l’adresse de Gerard Gohou devant le but. A noter que les attaquants et joueurs offensifs sont vifs, mais sauf exception pour le buteur ivoirien ne peuvent jouer de leur physique. En défense la paire Bruno Soares et Zarko Markovic c’est physique, respectivement 1m94 et 2m04. Les enfants de coeur vont être servis ! Après avoir fait déjouer Zvezda et Alashkert, l’équipe a faim de nouveaux succès. Et si jamais vous hésitez, sachez que l’équipe n’a rien à voir avec l’ AFC Almaty, la fameuse équipe de Futsal.

Enfin, il n’y avait pas de championnat Kazakh ce week-end, l’équipe d’Almaty a donc eu le temps de voyager sereinement et de s’habituer aux conditions écossaises tout en étant fraiche physiquement.

Lazar Van Parijis

Le gratin Kairat Almaty
4.6 (91.43%) 7 votes

A propos de l'auteur

Lazar Van Parijs

Lazar Van Parijs

Je me suis réveillé un beau matin à Belgrade à cheval entre Europe de l' Ouest et le bloc soviétique après une nuit sur un Splav à boire de la Rakija. J'ai décidé de prendre le train de nuit suivant, direction Moscou, finir l'aventure devant l' Hotel Ukraina !

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

6 Commentaires

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Bohemians Praha, l’histoire des Kangourous pragois

Les Bohemians Praha viennent de vivre une décennie délicate. Il y a 10 ans, l’un des clubs historiques du football...

Fermer