La jeune histoire de la sélection de Bosnie-Herzégovine

Invité - Publié le 19 janvier 2016

Récemment éliminée en barrages pour l’EURO 2016, l’équipe de Bosnie ne passera pas son été en France. L’occasion pour nous de revenir sur l’histoire de cette sélection qui a joué, il y a vingt ans à peine, son premier match officiel.

Les premières fois

En effet, le 30 novembre 1995, alors que la Bosnie n’est pas encore officiellement sortie de la guerre, sa sélection nationale joue son premier match officiel à Tirana contre l’Albanie.

Ce n’est pourtant pas la première fois qu’une sélection de Bosnie se réunit pour jouer un match. Entre 1993 et 1995 une première sélection a déjà joué quelques matches sous les couleurs de la Bosnie-Herzégovine. Cette équipe n’est cependant pas reconnue par la FIFA et joue uniquement dans un but humanitaire. C’est donc pour soutenir leur pays en guerre que se réunissent, entre autres, Safet Sušić (jeune retraité et futur entraîneur), Mehmed Baždarević (FC Sochaux) et Blaž Slišković (Pescara Calcio) capitaine de cette équipe, sous le nom de Bosnia-Herzegovina Humanitarian Stars. Cette équipe joue tout d’abord deux matches contre les clubs de Genk (victoire 1-3) et de Kaiserslautern (défaite 4-1) les 9 et 22 mars 1993 puis continue à jouer de manière non-officielle jusqu’en 1995.

© klix.ba

Échauffement de la sélection de Bosnie à Genk | © klix.ba

Ce n’est que le 30 novembre 1995, suite à l’invitation de l’Albanie pour un match amical, que la sélection bosnienne dispute son premier match reconnu par la FIFA. Alors que les négociations pour les accords de Dayton (qui visent à mettre fin à la guerre en Bosnie) ne sont terminées que depuis neuf jours et que la création d’un État de Bosnie n’est prévue que pour le 14 décembre, soit deux semaines plus tard, l’équipe nationale obtient un statut provisoire de la part de la FIFA pour disputer son premier match officiel.

Celui-ci se joue donc à Tirana. Si la victoire 2-0 de l’Albanie est anecdotique, tout comme les maillots de l’équipe de Bosnie qui ne sont en fait que des t-shirts achetés dans un magasin de sport une heure avant de décoller pour l’Albanie, ce match reste le premier événement sportif où a été joué l’hymne national « Jedna si jedina » (Tu es la seule et unique). Même officiellement remplacé en 1998, cet hymne est aujourd’hui encore considéré comme le véritable hymne national et reste celui qui est joué lors des événements sportifs. Par la suite, la Bosnie devient un membre officiel de la FIFA, en juillet 1996, mais n’est affiliée à l’UEFA qu’en 1998, ce qui en fait le seul pays a avoir rejoint la FIFA avant de rejoindre sa confédération continentale.

La Bosnie gagne son premier match le 6 novembre 1996 (2-1)  au stade Koševo de Sarajevo contre une équipe d’Italie qui a terminé deuxième du mondial 1994 et qui est alors cinquième au classement FIFA, soit 165 places devant son vainqueur du jour. Les buteurs, Salihamidžić et Bolić, offrent donc sa toute première victoire à la Bosnie contre une équipe d’Italie qui compte dans ses rangs Paolo Maldini, Roberto Di Matteo ou encore Fabrizio Ravanelli. Hasan Salihamidžić avait lui marqué le tout premier but de la sélection un mois plus tôt lors de la défaite 1-4 face à la Croatie dans un match de qualification pour la Coupe du Monde 1998.

Cette campagne de qualification pour le Mondial en France représente la première participation de la Bosnie dans une compétition officielle. Malheureusement, elle termine quatrième de son groupe, composé du Danemark, de la Grèce et de deux autres pays issus de l’ex-Yougoslavie: la Croatie et la Slovénie.

De mieux en mieux

D’autres échecs suivent ce premier faux pas en qualifications, cependant l’équipe continue à progresser. Elle termine tout d’abord troisième de son groupe de qualifications pour l’Euro 2000, à égalité de points avec l’Estonie et la Lituanie. En tête du groupe, la République Tchèque se balade avec dix victoires en autant de matches et l’Écosse assure sa deuxième place.

Pour le mondial 2002, la Bosnie réalise un parcours plus compliqué et ne compte que deux victoires dans un groupe dominé par l’Espagne.

Lors des qualifications pour l’Euro 2004 la Bosnie commence par deux défaites contre la Roumanie à domicile et en Norvège. Elle se reprend ensuite contre le Luxembourg et le Danemark, qu’elle bat tous deux sur le score de 2-0. Après une nouvelle défaite en Roumanie, elle gagne contre la Norvège et le Luxembourg. Lors de la dernière journée elle reçoit le Danemark en ayant son destin entre ses mains. En effet, elle est troisième du groupe avec deux points de retard sur la Roumanie, qui a déjà joué son dernier match, et sur le Danemark. Une victoire lui permettrait donc de disputer pour la première fois une phase finale. Le match commence mal. À la 12ème minute, les Danois ouvrent le score grâce à une frappe à l’entrée de la surface de Martin Jorgensen. Elvir Bolić réussit tout de même à égaliser à cinq minutes de la mi-temps d’un but de la tête qui redonne toute ses chances à la Bosnie. En deuxième mi-temps les supporters du stade Koševo de Sarajevo ne verront malheureusement aucune des nombreuses occasions de leur équipe se transformer en but. Ce match nul ne permet donc pas à la Bosnie de se rendre au Portugal en 2004. De plus, la victoire de la Norvège sur le Luxembourg la rétrograde à la quatrième place d’un groupe où les quatre premières équipes se tiennent en deux points.

Pour la Coupe du Monde 2006 et l’Euro 2008 la Bosnie n’y arrive toujours pas, mais se place tout de même aux 3ème et 4ème places. À noter qu’elle reste invaincue à domicile lors des qualifications pour le Mondial, dans un groupe où la Serbie et l’Espagne étaient de sérieux adversaires.

Viennent ensuite les qualifications pour le Mondial 2010 en Afrique du Sud. La Bosnie réussit à terminer deuxième de son groupe, derrière l’Espagne qui gagne tous ses matches. Elle perd donc ses deux matches contre cette dernière et obtient un match nul et une défaite contre la Turquie. Toutes ses autres rencontres se terminent par des victoires, que ce soit contre la Belgique (2-1, 2-4), l’Estonie (7-0, 0-2) ou l’Arménie (4-1, 0-2). Edin Džeko, meilleur buteur du groupe, inscrit neuf buts. La Bosnie joue donc pour la première fois les barrages et se retrouve face au Portugal. Mais pendant que la main de Thierry Henry qualifie la France, les Portugais gagnent par deux fois sur le score de 1-0 et valident leur ticket pour l’Afrique du Sud.

Pour l’Euro 2012 l’histoire se répète: la Bosnie obtient de bons résultats mais termine à un petit point de la France. C’est d’ailleurs contre celle-ci qu’elle clôture sa campagne de qualifications. Le match a lieu au Stade de France, où Edin Džeko ouvre le score pour la Bosnie à la 40ème minute. La Bosnie est donc provisoirement qualifiée jusqu’à ce que Samir Nasri égalise sur penalty à la 78ème et permette à la France de reprendre la première place. Ce sont donc de nouveaux barrages qui l’attendent et c’est encore une fois contre le Portugal que la Bosnie se fait éliminer.

Les choses changent enfin lors des qualifications pour le mondial 2014. En effet, la Bosnie réussit pour la première fois à finir en tête de son groupe, avec huit victoires pour un match nul et une défaite. Mais encore une fois la Bosnie se fait peur lors de la dernière journée. Alors que la Grèce, qui compte le même nombre de points que la Bosnie, gagne 2-0 chez elle contre le Liechtenstein, Vedad Ibišević ne marque qu’à la 68ème pour envoyer son pays au Brésil. C’est donc historique: deux semaines avant les dix-huit ans de son premier match officiel, la Bosnie obtient sa première qualification pour un tournoi majeur. Dès la fin du match, les rues de Sarajevo sont envahies par la population en liesse.

© Capture

Décision discutable lors du Mondial | © Capture

Grâce à cette performance, la sélection se retrouve 19ème au classement FIFA, ce qui représente à ce jour sa meilleure position. Au Brésil, la Bosnie est dans le groupe de l’Argentine, future finaliste, du Nigéria et de l’Iran. Sa seule victoire contre l’Iran ne lui suffit pas pour aller plus loin. Les supporters se rappellent notamment du but refusé à tort à Edin Džeko, qui venait d’ouvrir le score contre le Nigéria, à la suite de quoi les joueurs laissent filer le match, qui se termine sur le score de 1-0 pour le Nigéria. C’est donc à la troisième place de ce groupe que la Bosnie termine sa première Coupe du Monde.

Et puis finalement…

…la Bosnie, remplie d’espoir, attaque les qualifications pour l’Euro 2016 en France. Ces deux banderoles déployées par les supporters lors du premier match contre Chypre témoignent de leur enthousiasme: « Hvala za Brazil / Idemo u Francusku » (Merci pour le Brésil / Allons en France).

« Hvala za Brazil / Idemo u Francusku »

« Hvala za Brazil / Idemo u Francusku »

Mais cette campagne commence mal avec seulement deux points obtenus par les hommes de Safet Sušic lors des quatre premières journées. Ce dernier est donc remercié par la fédération le 17 novembre 2014, et remplacé par Mehmed Baždarević durant le mois de décembre. La suite se déroule beaucoup mieux pour la Bosnie qui se reprend et obtient cinq victoires pour une défaite et décroche une troisième place inespérée grâce aux mauvais résultats d’Israël. Ce sont donc deux nouveaux matches de barrages qui attendent les joueurs de « Mécha » qui rencontrent cette fois l’Irlande. Le premier match à Zenica se termine sur le score nul de 1-1, dans une rencontre que la Bosnie avait pourtant l’air de maîtriser. Le match retour est à sens unique et l’Irlande s’impose 2-0 contre une équipe qui ne joue pas à son niveau. N’ayant pas réussi à confirmer sa forme récente, elle ne participera donc pas à l’Euro 2016. Les BH Fanaticos, principal groupe de supporters de la sélection, n’auront donc pas l’occasion de poser sous la tour Eiffel comme ils l’avaient fait aux pieds du Christ Rédempteur de Rio.

Arthur de Wurstemberger


Image à la une : © prijedor24.com

La jeune histoire de la sélection de Bosnie-Herzégovine
4.1 (82.5%) 8 votes

A propos de l'auteur

Invité

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Ján Kozák jr., des terrains aux greens

Quand on vous parle de Ján Kozák, la plupart pensent certainement à l'actuel sélectionneur de l'équipe nationale slovaque. Pourtant, ce dernier...

Fermer