C’est l’histoire de deux sélections qui n’avaient a priori pas vocation à s’affronter si souvent mais que le hasard des tirages au sort a réuni à plusieurs reprises. Pendant longtemps, la France a été l’équipe que l’Ukraine avait le plus affronté dans son histoire jusqu’au 11 octobre 2019 et un match comptant pour les éliminatoires de l’Euro 2020 face à la Lituanie (victoire 2-0) qui avait fait de la sélection balte l’adversaire le plus fréquent de la Zbirna depuis son indépendance.

Un match amical en octobre dernier a permis à la France de revenir à hauteur de la Lituanie à ce niveau (dix matchs) et le sort a fait à nouveau s’affronter les Bleus et la sélection ukrainienne, cette fois dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde 2022.

La rencontre qui se jouera le mercredi 24 mars au Stade de France sera la onzième entre la France et l’Ukraine. Dans cet article, il s’agira de revenir sur les dix confrontations précédentes qui ont très souvent tourné à l’avantage des Français.


Les vidéos sont issues du site Donetsk Way que vous pouvez également retrouver sur Twitter. Les compositions d’équipes ont été établies grâce au site Soccerway.


Éliminatoires Euro 2000 – match aller

France 0-0 Ukraine

27 mars 1999 – Stade de France – Saint-Denis
Compositions d’équipe :
France : Barthez/Thuram – Blanc – Desailly – Lizarazu/Deschamps© – Petit (78′ Boghossian)/Pirès (84′ Dhorasoo) – Djorkaeff – Dugarry (69′ Wiltord)/Anelka
Sélectionneur : Lemerre
Ukraine : Shovkovskyi/Luzhny© – Mykytyn – Vashchuk – Holovko – Popov/Kovalyov (55′ Kosovskyi) – Husin (86′ Skrypnyk)/Shevchenko – Skachenko (69′ Maksymov) – Rebrov
Sélectionneur : Sabo

La première confrontation entre la France et l’Ukraine a eu lieu il y a 22 ans, presque jour pour jour. Versées dans le même groupe de qualification pour l’Euro 2000, les deux équipes occupent les deux premières places du groupe, l’Ukraine (trois victoires en trois matchs, dont un 3-2 face au rival russe en ouverture) devançant les Bleus (deux victoires et un nul) au classement au coup d’envoi. Ces deux sélections sont dans une bien meilleure dynamique que la Russie, pourtant outsider désigné du groupe, qui a perdu ses trois premiers matchs.
Ce duel oppose une équipe de France championne du monde en titre mais privée de son maître à jouer Zinédine Zidane, blessé, à une équipe d’Ukraine qui a pour ossature la dernière grande équipe en date qu’a connu le Dynamo Kiev. Le club de la capitale ukrainienne écrase alors le championnat domestique et se distingue par quelques performances sur la scène européenne : il atteindra à l’issue de la saison 1998/1999 les demi-finales de la Ligue des Champions.
Sept des onze joueurs ukrainiens présents au coup d’envoi évoluent au Dynamo Kiev parmi lesquels Andriy Shevchenko, celui qui est l’homme à surveiller pour les Français. La rencontre est plutôt équilibrée et si les Français se procurent le plus de situations sans toutefois réellement mettre en danger Shovkovskyi, ce sont les Ukrainiens qui auront une énorme balle de match en fin de rencontre : Shevchenko, lancé par son coéquipier en club Rebrov, manque son face à face avec Fabien Barthez.
C’est sur un match nul 0-0 que s’achève le premier France – Ukraine de l’histoire, un résultat qui arrange davantage les Ukrainiens que les Français.

Éliminatoires Euro 2000 – match retour

Ukraine 0-0 France

4 septembre 1999 – NSC Olimpiyskiy – Kiev
Compositions d’équipe :
Ukraine : Shovkovskyi/Luzhny© – Dmytrulin (46′ Mykytyn) – Vashchuk – Holovko – Popov/Maksymov (67′ Konovalov) – Husin (81′ Tsykhmeystruk)/Shevchenko – Rebrov – Kosovskyi
Sélectionneur : Sabo
France : Barthez/Thuram – Blanc – Desailly – Lizarazu/Karembeu – Deschamps© – Vieira/Djorkaeff (68′ Pirès) – Zidane/Anelka (52′ Laslandes)
Sélectionneur : Lemerre

Les retrouvailles entre Ukrainiens et Français ont lieu à la rentrée 1999. L’horizon s’est quelque peu assombri pour les deux équipes dans les éliminatoires de l’Euro 2000 : l’Ukraine n’a pris que cinq points sur neuf possibles lors des trois matchs précédant celui-ci tandis que la France n’en a pris que quatre, concédant notamment face à la Russie la première défaite de son histoire au Stade de France et la première depuis son titre de championne du monde (2-3). La Russie a justement refait une partie de son retard et s’est relancée dans la course à la qualification : au coup d’envoi de ce match, elle compte douze points contre quatorze à la France et quinze à l’Ukraine.
L’Ukraine comme la France alignent leur meilleure équipe dans l’ambiance survoltée de l’ancienne version du NSC Olimpiyskiy de Kiev. Shevchenko, qui a rejoint l’AC Milan à l’intersaison, est titulaire avec la Zbirna tout comme Zinédine Zidane avec les Bleus. Les deux vedettes seront les principaux détonateurs de leur équipe au terme d’une partie où les situations seront ukrainiennes mais durant laquelle il n’y aura que peu d’occasions franches. Comme au match aller, aucun but ne sera marqué et ce résultat ne fera les affaires de personne sinon celles de la Russie qui s’emparera de la deuxième place au détriment de la France grâce à sa victoire (2-0) face à l’Arménie.
Jusqu’au bout, la lutte fera rage entre l’Ukraine, la Russie et la France. Lors de la dernière journée se jouait un Russie – Ukraine décisif. En ouvrant le score à un quart d’heure du terme, la Sbornaya pensait avoir fait le plus dur puisqu’elle était alors directement qualifiée pour l’Euro 2000. Tout basculera à deux minutes du terme : un coup franc d’Andriy Shevchenko mal capté par Filimonov permettra à l’Ukraine de décrocher le match nul (1-1) et une place en barrages. Ce résultat permettra du reste à la France d’accrocher sur le fil la première place du groupe grâce à sa victoire face à l’Islande (3-2). La Russie allait quant à elle terminer troisième du groupe et rater, pour la seule fois depuis son indépendance, le championnat d’Europe.
L’Ukraine et la France connaîtront ensuite des destinées bien différentes : alors que la Zbirna perpetuera face à la Slovénie sa tradition d’échec en barrages (1-2, 1-1), les Bleus remporteront le tournoi en battant l’Italie en finale (2-1 a.p.) Ce triomphe, la France le doit donc un peu à l’Ukraine.
Un article à ce sujet a été écrit sur Footballski, par Philippe Ray.

Match amical

France 1-0 Ukraine

6 juin 2004 – Stade de France – Saint-Denis
But : Zidane (88′)
Compositions d’équipe :
France : Barthez/Gallas (76′ Sagnol) – Thuram – Silvestre – Lizarazu/Pirès (83′ Wiltord) – Vieira – Makélélé (83′ Pedretti) – Zidane©/Saha (76′ Marlet) – Henry
Sélectionneur : Santini
Ukraine : Shovkovskyi/Yezerskiy – Starostyak (71′ Bindenko) – Rusol – Fedorov (78′ Checher) – Nesmachniy/Husyev (61′ Rebrov) – Tymoshchuk© (90′ Venhlinskiy) – Shelayev – Rotan (84′ Nazarenko)/Vorobey (69′ Kosyrin)
Sélectionneur : Blokhin

Pour la première fois, la France et l’Ukraine se rencontrent en match amical. Pour les Bleus, il s’agit du dernier match de préparation à l’Euro 2004 ; une compétition à laquelle l’Ukraine ne participe pas car n’ayant terminé que troisième de son groupe de qualification derrière l’Espagne et la surprenante équipe de Grèce. La Zbirna a à sa tête la légende Oleh Blokhin, arrivé en septembre 2003 pour prendre la suite de Leonid Buryak. L’opération Euro 2004 ayant échoué, l’Ukraine (privée ce soir-là de Shevchenko) a alors pour objectif de préparer les éliminatoires de la Coupe du monde 2006. De son coté, l’équipe de France alors dirigée par Jacques Santini est en pleine forme (davantage certes au niveau des résultats que du jeu) et elle s’apprête à aller défendre son titre de championne d’Europe au Portugal en tant que favorite.
Il n’y aura pas grand chose à retenir de ce match si ce n’est le but inscrit par Zinédine Zidane à la suite d’une remise de la tête de Thierry Henry à deux minutes du terme du temps réglementaire. Ce but qui offrira la victoire à la France est le premier inscrit lors d’un France – Ukraine : il aura fallu attendre pour cela 268 minutes.
Après cette rencontre et alors que l’Ukraine est en vacances, l’équipe de France décevra à l’Euro 2004 en quittant la compétition dès les quarts de finale. Le nom de son bourreau n’est ni plus ni moins que la Grèce (0-1) qui avait déjà terminé devant l’Ukraine en éliminatoires et qui finira par remporter le tournoi.

Éliminatoires Euro 2008 – match aller

France 2-0 Ukraine

2 juin 2007 – Stade de France – Saint-Denis
Buts : Ribéry (57′) et Anelka (71′)
Compositions d’équipe :
France : Coupet/Clerc – Thuram© – Gallas – Abidal/Toulalan – Makélélé/Ribéry – Nasri (81′ L. Diarra) – Malouda/Anelka (77′ Cissé)
Sélectionneur : Domenech
Ukraine : Shovkovskyi©/Yezerskiy (78′ Levchenko) – Rusol – Chyhrynskyi – Nesmachniy/Tymoshchuk/Husyev – Mykhalyk – Hai – Kalynychenko (64′ Rotan)/Voronin (72′ Vorobey)
Sélectionneur : Blokhin

Un an plus tôt, la France comme l’Ukraine avaient réalisé un parcours mémorable en Coupe du monde. La Zbirna avait atteint, pour sa première participation à une phase finale, les quarts de finale du Mondial allemand tandis que la France avait échoué en finale. Le point commun entre l’élimination des deux équipes ? L’Italie, qui éliminera les Ukrainiens (3-0) avant de s’imposer face aux Bleus (1-1 a.p., 5-3 t.a.b.) Le hasard avait réuni, quelques mois avant la Coupe du monde 2006, ces trois équipes dans le même groupe de qualification pour l’Euro 2008. La lutte pour la qualification est âpre : la France, l’Ukraine et la surprise écossaise dominent le groupe avec douze points pris en cinq matchs soit deux de plus de l’Italie qui a accusé un certain retard au démarrage.
Au Stade de France, chaque équipe doit faire avec quelques absents de marque : la France est privée de Sagnol, Vieira et Henry tandis que l’Ukraine doit faire sans Shevchenko qui aura achevé sur une blessure une première saison totalement ratée à Chelsea. Si la domination est plutôt française en première période, l’Ukraine manque d’un rien d’ouvrir le score sur un fait de jeu inattendu : un coup de sifflet venu des tribunes peu avant la pause fera s’arrêter de jouer les Bleus qui pensaient à tort que la pause était sifflée. C’est en deuxième période que la décision se fera avec des buts inscrits par Ribéry et Anelka sur deux ouvertures de Claude Makélélé. L’équipe de France s’impose logiquement (2-0) et prend seule la tête du groupe. Pour l’Ukraine, c’est en revanche le début d’une série négative qui lui fera manquer l’Euro.
À noter que ce match détient toujours à l’heure actuelle le record de spectateurs au Stade de France pour un match des Bleus.

Éliminatoires Euro 2008 – match retour

Ukraine 2-2 France

21 novembre 2007 – NSC Olimpiyskiy – Kiev
Buts : Voronin (14′) et Shevchenko (46′) pour l’Ukraine | Henry (20′) et Govou (34′) pour la France
Compositions d’équipe :
Ukraine : Pyatov/Husyev (90’+1 Milevskyi) – Fedorov – Vashchuk – Romanchuk (81′ Yezerskiy)/Hai – Tymoshchuk – Hrytsay – Rotan/Voronin (85′ Shelayev) – Shevchenko©
Sélectionneur : Blokhin
France : Frey/Clerc – Thuram© – Gallas – Abidal/Govou – L. Diarra – Makélélé – Ribéry (89′ Ben Arfa)/Benzema (46′ Nasri) – Henry
Sélectionneur : Domenech

Ce match comptant pour la dernière journée des éliminatoires de l’Euro 2008 et sans enjeu. La France a validé sa qualification sans jouer grâce à la victoire de l’Italie en Écosse lors de la journée précédente. L’Ukraine est quant à elle éliminée depuis longtemps. Elle est en revanche assurée de sa qualification pour l’Euro suivant, en 2012, puisque l’UEFA l’avait désigné pays coorganisateur du tournoi avec la Pologne quelques mois plus tôt. Le NSC Olimpiskiy de Kiev, où se déroule cet Ukraine – France, doit accueillir la finale du tournoi et en ce 21 novembre 2007 on y joue pour la dernière fois un match international avant plusieurs années de travaux.
Malgré l’absence d’enjeu, les deux équipes sont sur le papier compétitives. L’Ukraine aligne notamment un duo d’attaque 100% Premier League composé d’Andriy Shevchenko (Chelsea) et d’Andriy Voronin (Liverpool). C’est d’ailleurs ce dernier qui ouvre le score peu avant l’entame du premier quart d’heure d’une frappe croisée à l’entrée de la surface, devenant le premier joueur ukrainien à marquer un but face à l’équipe de France. L’avance ukrainienne ne dure que quelques minutes, le temps pour Henry d’égaliser après une action individuelle (20′) avant que Govou, suite à une combinaison avec Benzema, ne donne l’avantage aux Français (34′). La France mène au score à la pause mais se fera surprendre à la sortie des vestiaires sur une action qui semblait anodine : Shevchenko reprend de la tête un long ballon de Vashchuk. La balle semble à portée de Sébastien Frey mais le gardien, qui fête ce jour-là sa première sélection, se manque en tentant de reprendre le ballon d’une main et le laisse échapper. Il accusera plus tard les projecteurs du stade de l’avoir ébloui.
Le score final est de 2-2 : la France termine deuxième de son groupe de qualification (une condition suffisante, à l’époque, pour se qualifier) et l’Ukraine quatrième. Ce match est le dernier du premier mandat d’Oleh Blokhin sur le banc de la sélection ukrainienne. L’équipe de France ratera quant à elle dans les grandes largeurs son Euro 2008 pour ce qui ne sera que le début de deux années difficiles.

Match amical

Ukraine 1-4 France

6 juin 2011 – Donbass Arena – Donetsk
Buts : Tymoshchuk (53′) pour l’Ukraine | Gameiro (58′), Martin (87′, 90’+2) et Kaboul (89′) pour la France
Compositions d’équipe :
Ukraine : Pyatov/Kobin – Kucher (33′ Khacheridi) – Ishchenko – Shevchuk/Husyev (74′ Khudobyak) – Tymoshchuk© – Nazarenko (62′ Kozhanov) – Rotan/Voronin (60′ Milevskyi) – Dević (68′ Seleznyov)
Sélectionneur : Blokhin
France : Mandanda©/Réveillère – Kaboul – Sakho (76′ Abidal) – Évra/Cabaye (76′ Martin) – M’Vila – Matuidi (76′ Diaby)/Rémy (64′ Ribéry) – Gameiro (64′ Benzema) – Ménez (65′ Malouda)
Sélectionneur : Blanc

Ce match aurait pu être un match sans histoire, un de ces amicaux de fin de saison qui sont légion lors des années sans compétition internationale. L’équipe de France, qui se cherche encore un an après le désastre sud-africain, profite de son match éliminatoire en Biélorussie (1-1) pour organiser une tournée chez les organisateurs de l’Euro 2012 : l’Ukraine, puis la Pologne. De son coté, la Zbrina se montre irrégulière à un an du coup d’envoi de son Euro. Elle qui a raté (comme souvent, au stade des barrages) le train de la Coupe du monde 2010 a choisi de refaire appel en avril 2011 à Oleh Blokhin pour succéder à Yuriy Kalitvintsev. Ce dernier assurait l’intérim après la démission de Myron Markevych qui avait lui-même succédé à Oleksiy Mykhaylychenko, démissionnaire après l’échec en barrages qualificatifs pour le Mondial.
Les deux équipes n’alignent pas leurs meilleurs joueurs, loin de là. L’Ukraine est privée de Shevchenko et de ses meilleurs jeunes (notamment Rakitskiy, Yarmolenko et Konoplyanka) partis au Danemark disputer l’Euro espoirs. La France a choisi de largement faire tourner et aligne une équipe expérimentale et inexpérimentée.
Dans une Donbass Arena qui sonne creux, rien ne sera à signaler jusqu’à l’ouverture du score ukrainienne signée Tymoshchuk en début de seconde période. La frappe lointaine du capitaine ukrainien a une trajectoire flottante qui surprend Mandanda. L’avantage ukrainien ne dure que cinq minutes, le temps pour Gameiro d’égaliser d’une jolie frappe à l’entrer de la surface. À un quart d’heure du terme, Marvin Martin fait son entrée à la place de Yohan Cabaye pour sa première sélection. Le joueur de Sochaux fait le show et marque la fin du match de son empreinte, s’offrant un doublé (87′ et 90’+2) entrecoupé par une passe décisive pour Younès Kaboul qui marquera lui aussi pour sa première sélection (89′).
C’est finalement sur un score quelque peu irrationnel de 4-1 en faveur de la France que se termine cette rencontre. Les Bleus se qualifieront par la suite tant bien que mal pour l’Euro 2012. Rendez-vous est pris au même endroit un peu plus d’un an plus tard.

Euro 2012 – phase de groupes

Ukraine 0-2 France

15 juin 2012 – Donbass Arena – Donetsk
Buts : Ménez (53′) et Cabaye (56′)
Compositions d’équipe :
Ukraine : Pyatov/Husyev – Mykhalyk – Khacheridi – Selin/Yarmolenko (68′ Aliyev) – Tymoshchuk – Nazarenko (60′ Milevskyi) – Konoplyanka/Voronin (46′ Dević)/Shevchenko©
Sélectionneur : Blokhin
France : Lloris©/Debuchy – Rami – Mexès – Clichy/Cabaye (68′ M’Vila) – A. Diarra/Ménez (73′ Martin) – Nasri – Ribéry/Benzema (76′ Giroud)
Sélectionneur : Blanc

Le tirage au sort de la phase de groupes de l’Euro 2012 a placé la France dans le groupe D, celui de la Suède, de l’Angleterre et de l’Ukraine. Les retrouvailles entre la Zbirna et les Bleus étaient programmées le 15 juin 2012, un peu plus d’un an après la dernière confrontation entre les deux équipes, à l’occasion de la deuxième journée.
Les deux sélections ont connu des fortunes diverses lors de leur premier match dans la compétition. L’équipe de France a déçu en ne pouvant faire mieux qu’un nul (1-1) face à une équipe d’Angleterre pourtant affaiblie tandis que l’Ukraine a brillé pour le premier match de son histoire dans la compétition en battant la Suède (2-1) grâce à deux coups de tête d’Andriy Shevchenko.
C’est donc en leader du groupe que l’Ukraine affronte la France à Donetsk. Le coup d’envoi de la rencontre est prévu à 18h00, au moment où des trombes d’eau et le tonnerre s’abattent sur la Donbass Arena. La rencontre démarre tant bien que mal dans des conditions extrêmes, si extrêmes qu’au bout de cinq minutes l’arbitre se voit contraint de renvoyer les deux équipes aux vestiaires. Au vu du calendrier très serré de la compétition, un report de la rencontre au lendemain parait impossible. Les jardiniers de Donetsk travaillent donc d’arrache pied pour drainer la pelouse et faire en sorte que la rencontre reprenne dans les meilleurs conditions possibles. Le match peut finalement reprendre à 19h00, et tant pis si l’interruption a excédé les 45 minutes réglementaires pour la reprise d’un match.
La domination d’ensemble est plutôt française même si Shevchenko, pour l’Ukraine, se procurera une énorme occasion en première période en butant sur Lloris. La rencontre basculera en début de deuxième mi-temps : Ménez puis Cabaye, tous deux servis par Benzema, marqueront à trois minutes d’intervalle et mettront fin au suspense.
La France s’impose 2-0 au terme d’une rencontre maîtrisée, s’offrant sa première victoire en phase finale depuis 2006. Elle s’empare de la tête du groupe au détriment de l’Ukraine, reléguée à la troisième place puisque dans le même temps l’Angleterre l’a emporté face à la Suède (3-2). Les Bleus atteindront les quarts de finale malgré leur défaite face à la Suède (0-2) tandis que pour l’Ukraine le parcours s’arrêtera au premier tour avec une défaite (0-1) face à l’Angleterre pour le dernier match de la carrière d’Andriy Shevchenko. L’équipe de France s’arrêtera quant à elle au tour suivant, battue (0-2) par l’Espagne pour le dernier match de Laurent Blanc à la tête de la sélection française.

Éliminatoires de la Coupe du monde 2014 – barrage aller

Ukraine 2-0 France

15 novembre 2013 – NSC Olimpiyskiy – Kiev
Buts : Zozulya (61′) et Yarmolenko (83′ sp)
Compositions d’équipe :
Ukraine : Pyatov/Fedetskyi – Kucher – Khacheridi – Shevchuk/Rotan© – Stepanenko/Yarmolenko – Edmar (76′ Bezus) – Konoplyanka (90’+2 Husyev)/Zozulya (86′ Seleznyov)
Sélectionneur : Fomenko
France : Lloris©/Debuchy – Koscielny – Abidal – Évra/Pogba – Matuidi/Rémy (62′ Sissoko) – Nasri (80′ Valbuena) – Ribéry/Giroud (70′ Benzema)
Sélectionneur : Deschamps

Depuis l’Euro 2012, l’Ukraine et la France ont vécu les mêmes choses. Tout d’abord, un changement de sélectionneur mais pas à la même période : si Didier Deschamps a succédé à Laurent Blanc juste après l’Euro 2012, il a fallu attendre la fin de l’année 2012 pour voir Mykhaylo Fomenko succéder à Oleh Blokhin. Le Ballon d’or 1975 a été appelé au chevet de son cher Dynamo Kiev et son état de santé ne lui permettait pas de cumuler les deux rôles. La Zbirna et les Bleus ont également vécu des éliminatoires en demi-teinte, contrastés et marqués par de nombreux regrets : celui d’un départ raté pour l’Ukraine qui n’avait pris que deux points lors de ses trois premiers matchs avant de carburer en fin de parcours pour ne finir qu’à un point de l’Angleterre et celui d’un tournant raté pour la France qui, en s’inclinant à domicile face à l’Espagne (0-1) a manqué l’occasion de se qualifier directement et d’envoyer le tenant du titre en barrages.
Le tirage au sort des barrages a fait s’affronter l’Ukraine, tête de série au moment du tirage, et la France. Le match aller a lieu à Kiev, dans une ambiance survoltée.
Cette ambiance portera la sélection ukrainienne qui dominera la rencontre et se procurera les meilleures situations. C’est en toute logique qu’elle ouvre le score peu après l’heure de jeu par le toujours actif mais rarement efficace Roman Zozulya. L’attaquant du Dnipro est à la conclusion d’une belle action collective qu’il aura initié avant d’aller pousser le ballon au fond des filets tout en hargne. Zozulya, toujours lui, aurait pu obtenir un penalty pour une faute d’Abidal mais il en obtiendra un en fin de rencontre sur une faute de Koscielny ; un penalty transformé par Yarmolenko malgré le fait que Lloris ait touché le ballon. La fin de rencontre, électrique, sera marquée par les expulsions de Kucher et Koscielny.
L’Ukraine bat la France pour la première fois de son histoire et au meilleur moment possible. Son succès 2-0 lui ouvre en grand les portes du Brésil et semble sonner la fin de la malédiction des barrages. La France du football est quant à elle au bord du gouffre, sur le point de rater une Coupe du monde pour la première fois depuis 1994. Un retournement de situation semble à ce stade bien improbable.

Éliminatoires de la Coupe du monde 2014 – barrage retour

France 3-0 Ukraine

19 novembre 2013 – Stade de France – Saint-Denis
Buts : Sakho (22′, 72′) et Benzema (34′)
Compositions d’équipe :
France : Lloris©/Debuchy (78′ Sagna) – Varane – Sakho – Évra/Pogba – Cabaye – Matuidi/Valbuena – Benzema (82′ Giroud) – Ribéry
Sélectionneur : Deschamps
Ukraine : Pyatov/Mandzyuk – Khacheridi – Rakitskiy – Shevchuk/Rotan© – Edmar/Yarmolenko – Bezus (64′ Husyev) – Konoplyanka/Zozulya (76′ Seleznyov)
Sélectionneur : Fomenko

Après l’exploit, il fallait tenir pour l’Ukraine. Conserver son avance et si possible marquer un but qui obligerait les Bleus à marquer au moins quatre fois pour se qualifier. La Zbirna pouvait compter sur sa solidité, elle qui n’avait encaissé qu’un but de toute l’année 2013 mais elle devait faire sans Fedetskiy et Kucher, tous deux suspendus et remplacés par Mandzyuk et Rakitskiy. Il opte du reste pour une tactique plus offensive en faisant reculer Edmar d’un cran et en mettant Stepanenko sur le banc pour le plus offensif Bezus. Didier Deschamps a quant à lui opté pour une révolution en remplaçant cinq des titulaires de Kiev. Son équipe n’a plus grand chose à perdre.
Comme prévu, l’équipe de France domine dès les premières minutes et accule les Ukrainiens dans leur camp. Pyatov doit s’employer dès les premières minutes sur la pelouse très dégradée du Stade de France qui a accueilli un match de rugby quelques jours plus tôt. La sélection ukrainienne finira par craquer à la 22e minute : Sakho est à l’affut sur une frappe de Ribéry repoussée par Pyatov pour ouvrir le score. Benzema pensera ensuite avoir remis les deux équipes à égalité mais son but était refusé, à tort, pour une position de hors-jeu. Peu importe : il marquera peu après le demi-heure de jeu alors qu’il était cette fois bien en position de hors-jeu (34′). Avant même la pause, les Bleus ont refait leur retard et tout est relancé. Un but ukrainien changerait toutefois la physionomie du match et celui-ci manque de peu d’arriver juste avant la pause quand un tir de Yarmolenko est repoussé devant sa ligne par Debuchy. En tout début de deuxième période, la situation se complique encore un peu plus pour la Zbirna avec l’expulsion de Khacheridi pour cumul de cartons suite à une faute sur Ribéry. Et l’inévitable finit par arriver à la 72e minute : Sakho, resté aux avants-postes, reprend du genou un centre de Pogba dans le but vide et porte le score à 3-0. Plus rien ne sera marqué malgré une ultime tentative lointaine de Rakitskiy captée par Lloris.
Grâce à cette victoire (3-0), la France se qualifiera pour la Coupe du monde 2014 mais plus encore qu’une qualification, une équipe est née ce soir-là. D’aucuns racontent que c’est ce match qui a fait naitre l’équipe qui remportera la Coupe du monde quatre ans et demi plus tard. De son coté, l’Ukraine aura des regrets éternels et ce d’autant plus que son football finit par décliner : quelques jours après ce match démarreront des manifestations. S’en suivra une guerre qui n’en finit pas et qui a eu des répercussions tant sur le pays que sur son football.
Conforté à son poste malgré l’élimination, le sélectionneur ukrainien Mykhaylo Fomenko parviendra à vaincre la malédiction des barrages et à qualifier l’Ukraine pour l’Euro 2016 en France mais il quittera son poste à l’issue de la compétition, sur un fiasco (trois défaites en autant de matchs et zéro but marqué) et sera remplacé par son adjoint, un certain Andriy Shevchenko.

Match amical

France 7-1 Ukraine

7 octobre 2020 – Stade de France – Saint-Denis
Buts : Camavinga (9′), Giroud (24′, 33′), Mykolenko (39′ csc), Tolisso (65′), Mbappé (82′) et Griezmann (89′) pour la France | Tsyhankov (53′) pour l’Ukraine
Compositions d’équipe :
France : Mandanda (46′ Maignan)/Pavard – Upamecano (46′ Varane) – Lenglet – Digne/Camavinga (60′ Pogba) – Nzonzi – Tolisso/Aouar (59′ Griezmann)/Giroud© (73′ Ben Yedder) – Martial (46′ Mbappé)
Sélectionneur : Deschamps
Ukraine : Bushchan/Konoplya – Zabarnyi – Mykolenko (46′ Cheberko) – Mykhaylichenko (46′ Sobol)/Kharatin – Makarenko (62′ Shepelyev)/Malinovskyi (46′ Tsyhankov) – Shaparenko – Zubkov (71′ Bezus)/Yarmolenko© (62′ Yaremchuk)
Sélectionneur : Shevchenko

C’est l’histoire d’un match amical qui aurait du avoir lieu plus tôt et qui a failli ne jamais avoir lieu. Après des débuts mitigés à la tête de la sélection ukrainienne, Andriy Shevchenko a pris la mesure de son poste et cela s’est concrétisé par une accession à la Ligue A en Ligue des nations et surtout par une qualification pour l’Euro 2020 acquise de main de maître, sans la moindre défaite et en terminant en tête du groupe devant le Portugal champion d’Europe en titre, ce qui avait du reste permis à l’Ukraine d’être tête de série au moment du tirage au sort. La Zbirna avait prévu de démarrer l’année 2020 par un match de prestige face au champion du monde français, au Stade de France. La pandémie de Covid-19 a changé les choses en provoquant l’annulation du match comme du reste celle de tous les matchs de football prévus à cette époque.
Ce n’était toutefois que partie remise puisque la rencontre a finalement pu avoir lieu, au mois d’octobre 2020 et devant 1 000 personnes à une époque où les restrictions étaient un peu moins sévères.
Les deux sélections alignent ce jour-là des équipes expérimentales mais pour des raisons différentes : si la France a choisi de faire tourner en vue d’échéances décisives en Ligue des nations, l’Ukraine a été victime dans ses rangs d’une épidémie de Covid-19. Certains joueurs, malades, n’ont pu faire le déplacement jusqu’à Saint-Denis tout comme les joueurs considérés comme cas contact (préservés en vue de deux matchs à domicile en Ligue des nations). En tout, quatorze joueurs manquent à l’appel dont trois gardiens et la tenue du match ne tient qu’à l’état de santé de Heorhiy Bushchan, l’unique gardien ukrainien disponible. La sélection ukrainienne fait le choix surprenant d’inscrire un autre gardien sur la feuille de match en la personne d’Oleksandr Shovkovskyi, 45 ans et à la retraite depuis près de quatre ans, entraîneur des gardiens de la sélection.
Bushchan tiendra finalement sa place et fêtera sa première sélection au Stade de France tout comme trois de ses coéquipiers du onze de départ. Le gardien du Dynamo Kiev va vivre une première cauchemardesque en encaissant quatre buts en quarante minutes (Camavinga, Giroud à deux reprises et son coéquipier Mykolenko contre son camp). Au fond du trou, l’Ukraine se réveillera en fin de première période et sera récompensée de ses belles intentions juste après la pause grâce à un but en solitaire inscrit par l’entrant Tsyhankov. Ce sera la seule éclaircie du match pour l’Ukraine qui encaissera trois autres buts par Tolisso puis par Mbappé et Griezmann tous deux rentrés en deuxième période.
Laminée 1-7 à Saint-Denis, l’Ukraine a encaissé ce soir-là la plus lourde défaite de son histoire dans des circonstances il est vrai particulière. Si Giroud est devenu à l’occasion de ce match, et pour sa centième sélection, le deuxième meilleur buteur de l’histoire de l’équipe de France, il n’a pas été la vedette de la soirée : lui comme son compatriote Kylian Mbappé sont allé chaleureusement saluer Andriy Shevchenko à la fin du match.

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.