Exclu par l’UEFA, le Dinamo Moscou reconstruit sa politique sportive

Adrien Laëthier
Adrien Laëthier - Publié le 7 juillet 2015

Il y a quasiment un an, nous vous avions présenté les nouvelles ambitions du Dinamo Moscou sous l’impulsion de son nouveau président, l’homme d’affaire Boris Rotenberg. Aujourd’hui, le Dinamo sera privé de Coupe d’Europe suite à une décision de l’UEFA car le club ne respecte pas les règles du fair-play financier, une explication était donc attendue.

L’ancien club du NKVD est aujourd’hui dirigé par Boris Rotenberg qui souhaite redonner au club le lustre qu’il a depuis longtemps perdu. Nouveau milliardaire et ancien judoka, il a fait fortune en créant,  grâce à ses amitiés avec Vladimir Poutine (Saint-Pétersbourg, Judo) et en compagnie de son frère, la banque SMP Bank, qui, aujourd’hui, est dans un consortium avec la banque VTB (par ailleurs sous sanctions européennes car jugée très proche du pouvoir). Il a ainsi pris la tête du Dinamo Moscou (section football, mais ayant un œil sur le hockey) en 2013 alors que l’un de ses fils joue dans ce même club et ce de plus en plus régulièrement. L’ancien capitaine du Zenit, Igor Denisov avait d’ailleurs été écarté de l’équipe première pour avoir ouvertement critiqué la décision de Cherchessov de titulariser le fils du président plutôt que l’international Kozlov. La famille est ainsi très présente dans le sport car son autre fils est dirigeant du club de hockey de Saint-Pétersbourg, le SKA (enfin champion cette année).

Revenons-en aux faits, et ils sont compliqués à interpréter car le déficit pris en compte par l’UEFA est de 257 millions d’Euros sur la période 2012-2014, avec une masse salariale s’élevant à près de 80% du budget du club pour la saison qui vient de se terminer. Deux des facteurs qui ont donc poussé l’instance internationale à exclure le club. Mais rappelez-vous, Rotenberg est arrivé en 2013, donc il n’en est pas entièrement responsable. Le désormais ex-directeur sportif du club Guram Adjoev rejette la faute sur ses prédécesseurs qui ont recruté en quelques années près de soixante joueurs qui n’ont que très peu joué et qui selon lui avaient des salaires démesurés. La plupart de ces joueurs sont partis en fin de contrat et n’ont rien rapporté au club comme Noboa, Tasci, Ignatovic, Dyadyun, Florescu, Fernandes, Frolov, Gatagov, Sapeta, Rykov, Wilkshere, Semshov, Epureanu, Chicherin, Bakkal, ou encore Lomic. Une liste longue et non exhaustive symbole de cette exode de « free agent » lors des saisons précédentes. Il est cependant difficile pour Adjoev d’échapper aux critiques, bien que son président ait pris sa défense à la suite de sa démission. En effet, Guram Adjoev figure dans la ligne de mire de nombreux spécialistes du football russe qui n’hésitent pas à rappeler le recrutement de six joueurs de l’Anzhi pour une somme rondelette à l’automne 2013. Ainsi, Ionov, Gabulov, Denisov, Samba, Zhirkov et Kokorin avaient rejoint le club qui n’avait sans doute pas les moyens de faire cela d’un coup. « Au moins, eux ont joué régulièrement et apporté au Dinamo » contre-attaque Adjoev.

« Nous étions sous la menace de cette exclusion et nous avons préféré faire des économies qui nous empêchaient de faire signer de juteux nouveaux contrats »

Aujourd’hui, Adjoev a été remplacé par Andrey Kobelev qui aura pour tâche de redresser le club et d’appliquer la nouvelle politique promue par Rotenberg, à savoir « se concentrer sur les joueurs russes ». Il n’empêche que les joueurs continuent à quitter le club gratuitement et la plupart d’entre-eux sont d’ailleurs russes et prometteurs ainsi cette saison l’allemand Kuranyi ne devrait pas faire de vieux os en Russie mais surtout les russes Smolov, Yusupov et Granat partent également du Dinamo de Boris Rotenberg.

Du côté des dirigeants l’explication est toute trouvée: « Nous étions sous la menace de cette exclusion et nous avons préféré faire des économies qui nous empêchaient de faire signer de juteux nouveaux contrats ». C’est d’ailleurs selon ces mêmes dirigeants la raison de la deuxième partie de saison inquiétante du Dinamo qui n’a ainsi pas pu recruter pour continuer à se battre pour le titre. Et cela pourrait se corser dès cette saison car l’UEFA attend des ventes pour être rassuré et pourrait d’ores et déjà exclure le Dinamo pour un an supplémentaire (prochaine qualification en coupe européenne lors des quatre prochaines années). Mais qui vendre ? Quels sont les joueurs bankables encore présents ? Valbuena avait fait part de ses doutes, en refusant de continuer dans un club sans être sûr du professionnalisme de la structure dirigeante mais il est sans doute le seul joueur intransférable des bleus et blancs. Dzsudzak, Kozlov (qui a refusé Anzhi car il ne veut pas vivre au Dagestan) et Douglas sont également annoncés sur le départ et pourraient rapporter un peu d’argent mais cela affaiblirait grandement le club ! Quid de Denisov, écarté ? A en croire le club, ils n’auraient reçu aucune offre pour l’expérimenté milieu de terrain.

L'équipe-type pour 2015 à ce jour avec sur le banc -> Shunin, Rotenberg, Douglas, Hubocan, Zhirkov, Zobnin et Kuzmin.

L’équipe-type pour 2015 à ce jour avec sur le banc -> Shunin, Rotenberg, Douglas, Hubocan, Zhirkov, Zobnin et Kuzmin.

Enfin, l’UEFA a également dévalué le contrat de sponsoring de la VTB-Bank qui se chiffrait à 65 Millions d’Euros annuels, ce qui selon l’instance européenne ne correspondait pas à la réalité du marché et a préféré retenir seulement 6,5M€ (cas similaire au contrat de sponsoring de l’office du tourisme du Qatar pour le PSG). Cette décision a poussé la banque à revoir sa stratégie financière dans le monde sportif, cette dernière va donc financer seulement l’organisation « Dinamo » qui ensuite répartira l’argent entre les différentes entités (notamment football et hockey). Il faut également souligner que d’un point de vue financier, la rentrée d’argent de par la billetterie est un problème car les Dinamovtsy évoluent loin, à Khimki pour être précis, et le nouveau stade ne devrait pas voir le jour avant quelques années.

La phrase de conclusion revient à Sergey Stepashin, ex-membre du conseil de surveillance du Dinamo « cinq dirigeants aux commandes d’un club de football (Rotenberg, Dinamo, Banque,…), c’est beaucoup trop pour arriver à faire quelque chose. La structure dirigeante doit être dynamique »

Adrien Laëthier

Exclu par l’UEFA, le Dinamo Moscou reconstruit sa politique sportive
5 (100%) 2 votes

A propos de l'auteur

Adrien Laëthier

Adrien Laëthier

Amoureux de la Russie et de l'Ukraine et spécialiste de ces footballs, ainsi que du football de l'Est en général ! A vécu en Russie, à Chelyabinsk là où les météorites tombent. J'essaye de faire vivre sur Footballski les différents championnats d'ex-URSS (Ukraine, Caucase, Baltique,...) ainsi que la RPL par les résumés hebdomadaires.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Ondrej Duda, sans aucun doute

Ondrej Duda, ce nom vous est peut-être encore inconnu. Pourtant, en Slovaquie, ce dernier est considéré depuis des années comme...

Fermer