République Tchèque Euro 2016 : Présentation de la République Tchèque

Pierre Vuillemot
Pierre Vuillemot - Publié le 4 juin 2016

Après une très bonne phase de qualification, la République Tchèque de Pavel Vrba a su gagner son ticket pour cet Euro 2016 avec brio, se basant sur un groupe de joueurs locaux qui illuminent la Synot Liga tous les week-ends. Découverte d’un groupe qui aime le football avec, notamment, son meneur de jeu : la légende Tomáš Rosický.

Rep tcheque

LA SÉLECTION

Gardiens :

Petr Čech (Arsenal), Tomáš Vaclík (Basel), Tomáš Koubek (Slovan Liberec)

Défenseurs :

Theodor Gebre Selassie (Werder Bremen), Roman Hubník (Viktoria Plzen), Pavel Kadeřábek (Hoffenheim), Michal Kadlec (Fenerbahce), David Limberský (Viktoria Plzen), Daniel Pudil (Sheffield Wednesday), Marek Suchý (Basel), Tomáš Sivok  (Bursaspor).

Milieux :

Vladimír Darida (Hertha Berlin), Bořek Dočkal (Sparta Prague), Daniel Kolář (Viktoria Plzen), Ladislav Krejčí (Sparta Praha), David Pavelka (Kasımpaşa Spor Kulübü), Jaroslav Plašil (Bordeaux), Tomáš Rosický (Arsenal), Jiří Skalák (Brighton), Josef Šural (Sparta Praha)

Attaquants :

David Lafata (Sparta Prague), Tomáš Necid (Bursaspor), Milan Škoda (Slavia Praha)

L’ÉQUIPE TYPE

Créé via best11.eurosport.com

Créé via best11.eurosport.com

LES POINTS FORTS

Pavel Vrba, l’homme de base

Prophète dans son pays, le sélectionneur de l’équipe nationale tchèque est un homme connu et reconnu, lui qui a su métamorphoser l’envergure du Viktoria Plzeň, et avant ça du MŠK Žilina. Un meneur d’hommes, tacticien sûr de ses convictions et de ses ambitions. Proposant dans toutes ses équipes un jeu alléchant, ce dernier est connu pour mettre en place un jeu fait de pressing haut et avec une haute intensité. Mais pas seulement. Comme l’expliquait Daniel Kolář durant l’époque Plzeň du coach, les joueurs ont dû passer « de nombreuses heures à [voir des] vidéos nous montrant comment bien défendre. […] Nous avons dû apprendre à défendre, puis est venu un autre temps et une certaine liberté offensive. » Coach flexible, capable de s’adapter à ses adversaires et à ses joueurs, il reste aussi, et avant tout, un joueur proche de ses joueurs : « J‘ai la confiance de l’entraîneur Vrba, ce qui est très important pour chaque joueur et j’essaye de lui rembourser. En outre, le style de jeu de l’équipe était tel que je n’ai pas eu de problèmes pour m’y adapter. »

Des joueurs pour le jeu

Bořek Dočkal, Daniel Kolář, Ladislav Krejčí, Tomáš Rosický, Jiří Skalák, Josef Šural. Voilà une petite poignée des joueurs de ballon de la sélection tchèque. Si la plupart jouent dans le championnat local, et ne sont que très peu connus de la plupart des Français, ils restent des manieurs de ballon hors pair pouvant apporter le danger à tout moment.

D’un côté, Bořek Dočkal. Titulaire sur le flanc droit de l’attaque, le joueur du Sparta Praha est l’une, si ce n’est la plus grande attraction de la Synot Liga. Élu meilleur joueur du championnat cette saison, le joueur dispose de la confiance de son coach et est le dépositaire du jeu de la République Tchèque en l’absence de Tomáš Rosický. Dočkal, plus beau pied droit du championnat, élégant, technique, est l’un des joueurs à suivre. Prêt à vous émerveiller. Et que dire d’un Ladislav Krejčí de retour à son meilleur niveau après une saison 2014-15 très décevante, où encore de Jiří Skalák, qui, bien que non titulaire avec le retour de Rosický, est capable de jouer n’importe où sur le front de l’attaque et pouvant apporter une touche de folie et de percussion très intéressante en cours de match.

Borek Dockal |© PHILIPP GUELLAND/AFP/Getty Images

Borek Dockal |© PHILIPP GUELLAND/AFP/Getty Images

En clair, la République Tchèque possède en son sein un grand nombre de joueurs offensifs talentueux, que ça soit au milieu de terrain ou en attaque de pointe, avec l’un des derniers vrais renards des surfaces, David Lafata, qui, malgré l’âge, est toujours là pour terminer meilleur du championnat et marquer ses buts. Alors que Tomáš Necid revient bien en Turquie après des années de galères et de blessures, lui qui reste le meilleur attaquant tchèque du moment et est le buteur le plus complet dans cette sélection. Enfin, dernier larron de devant, Milan Škoda, l’homme à la trajectoire folle. De joueur médiocre, Milan Škoda a eu une illumination il y a maintenant deux ans. Béni de la main de Dieu depuis, le joueur ne cesse d’impressionner à la pointe de l’attaque du Slavia, marquant but sur but, mais aussi en sélection nationale où ce dernier a su se faire une place. Une alternative à Necid capable de sauver les miches de la sélection en marquant des buts importants, comme dernièrement lors du match face au Kazakhstan en qualification pour cet Euro.

LES POINTS FAIBLES

Un manque de banc

Si offensivement le banc tient parfaitement la route et les possibilités sont quasi illimitées, défensivement, par contre, la situation reste un peu plus délicate. La défense type est composée du très bon Pavel Kadeřábek sur le flanc droit, des expérimentés KadlecSivok et enfin de la tête brûlée David Limberský, capable de faire la une des tabloïds pour ses dérapages extrasportifs et de se retrouver dans l’équipe type de la Synot Liga depuis des années pour ses performances sportives.

Pavel Kaderabek |© Dean Mouhtaropoulos/Getty Images

Pavel Kaderabek |© Dean Mouhtaropoulos/Getty Images

À côté de ça, nous retrouvons Theo Gebre SelassieDaniel PudilRoman Hubník. Si les deux premiers restent des habitués de la sélection, le dernier sera le back-up de la charnière centrale tchèque. Vieux briscard, Roman Hubník a fait son retour dans la sélection après des années d’absences grâce à une superbe saison avec le Viktoria Plzeň. D’autant qu’une place en défense centrale se jouera entre le joueur de Plzeň et Kadlec qui, sur la forme actuelle, ne mérite pas vraiment son statut de titulaire.

Le retour de Tomáš Rosický

Quoi ?! Tomáš Rosický ?! Dans les points faibles ?! Alors oui, moi-même, je suis un grand fan du génie de Tomáš Rosický. Pourtant, on peut tout de même noter une chose : la pression qui accompagne sa participation à l’Euro. Alors que tout le pays n’attendait que ça, la présence de Tomáš Rosický peut aussi s’avérer être un problème. À force de vouloir être trop dépendant de son génial meneur de jeu, la République Tchèque peut aussi connaitre un retour de bâton et un certain effet néfaste. Bien que son niveau de jeu, lui, ne laisse que peu de doute.

© PHILIPP GUELLAND/AFP/Getty Images

© PHILIPP GUELLAND/AFP/Getty Images

L’HOMME À SUIVRE

Tomáš Rosický ? Non. L’homme à suivre côté tchèque se trouve un peu plus bas au milieu de terrain, et se nomme Vladimir Darida. Véritable moteur de l’équipe, le joueur du Hertha Berlin est le joueur primordial de la sélection tchèque. Sortant d’une magnifique saison en Bundesliga, il a aujourd’hui passé un cap et possède une expérience importante fortement appréciée en sélection tchèque. Véritable poumon de l’équipe, Darida est bel et bien l’homme à suivre.

LA PRÉVISION

Croatie, Espagne, Turquie. Disons-le, la poule de la République Tchèque, derrière les Espagnols, reste très homogène et pourrait permettre aux Tchèques de poursuivre la compétition après les groupes. Mais avant ça, il ne faudra pas se louper. Un huitième de finale, ce n’est pas si mal, non ?

Pierre Vuillemot 


Image à la une : © MICHAL CIZEK/AFP/Getty Images

République Tchèque Euro 2016 : Présentation de la République Tchèque
4.67 (93.33%) 3 votes

A propos de l'auteur

Pierre Vuillemot

Pierre Vuillemot

Papa de Footballski. À l'Est de nulle part avec mon crâne rasé, un stylo et du football slovaque. Kolik jazyků umíš, tolikrát jsi člověkem.

Contact : [email protected]

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Ukraine Euro 2016 : Mykhaylo Fomenko, Soviet’ éponge

Après avoir manqué la Coupe du Monde 2014 d'une courte tête, l'Ukraine est de retour à l'Euro, quatre ans après...

Fermer