Flora Tallinn, le triomphe de la jeunesse

Pierre-Julien Pera
Pierre-Julien Pera - Publié le 10 novembre 2015

Après trois années d’échecs derrière Nõmme Kalju et surtout son grand rival, le Levadia, le Flora Tallinn retrouve enfin les sommets du football estonien en remportant son dixième titre national. Un succès qui fait de lui le club le plus titré du pays, devant le Levadia et ses neuf couronnes. Mais surtout, un titre qui est l’aboutissement d’une politique entreprise depuis deux ans par le président du club Aivar Pohlak et son manager Norbert Hurt. Tel un Ajax ou un Viitorul estonien, Pohlak et Hurt ont décidé de faire de leur club un véritable club formateur, vivier de jeunes joueurs poussés à jouer et à progresser jusqu’à atteindre l’équipe nationale, et pourquoi pas attirer l’attention de clubs étrangers.

L’été dernier, Footballski vous présentait cinq espoirs à suivre en cette deuxième partie de saison 2015 en Estonie. Parmi eux, trois provenaient du FC Flora: Rauno Sappinen (19 ans), Maksim Gussev (21 ans), et Joonas Tamm, buteur de 23 ans de retour en grâce après une longue traversée du désert que le club n’allait pas tarder à faire venir du Tulevik Viljandi. Mais bien d’autres auraient pu en faire partie. Mihkel Ainsalu, Joseph Saliste, Madis Vihmann, Kevin Aloe, German Slein ou Brent Lepistu sont autant de noms à retenir parmi les très jeunes qui n’ont pas laissé leur part aux chiens et ont compté cette saison dans le parcours des Triibulised.

Lorsque Norbert Hurt arrive sur le banc du Flora à la fin du mois de juillet 2013, l’équipe n’est pas dans sa meilleure forme. Après un doublé en championnat, le Flora mené par Marko Lelov sort d’une saison décevante, terminée à la 3e place du championnat, et n’est pas parti pour faire mieux puisqu’il occupe la même position à mi-saison. Si ce changement sur le banc apporte une petite amélioration, l’année 2013 reste mauvaise avec une modeste quatrième place au classement à plus de vingt points du Levadia, champion, et derrière le Nõmme Kalju et même Sillamäe Kalev. Trois équipes contre lesquelles le Flora accumule les contre-performances, avec deux victoires pour un nul et neuf défaites en championnat! Le sort n’est pas meilleur en Eesti Karikas, la Coupe d’Estonie, où le Flora tombe une nouvelle fois (0-2) face au Levadia Tallinn, et ce dès les 16e de finale. Le club est au fond du trou, mais en coulisses, le renouveau est en marche.


Voir aussi : Aivar Pohlak, l’excentrique homme orchestre du football estonien


Dans sa volonté de rajeunir le groupe, Pohlak n’a pas choisi son entraîneur au hasard. Éphémère entraîneur de la sélection estonienne U18 en 2010 puis U16 en 2012, Norbert Hurt est également passé à la tête de l’équipe réserve du Flora de 2011 à 2013, avant de devenir l’assistant de Lelov. Une position qui fait de lui l’homme idéal pour prendre les rênes de l’équipe, après avoir formé la jeune génération de joueurs plusieurs années durant. Mais dans un premier temps, Hurt ajoute quelques touches d’expériences dans un effectif jeune durant la longue intersaison hivernale. Le défenseur central Taavi Rähn (32 ans) arrive en tant que capitaine de l’équipe, accompagné du milieu récupérateur Sergei Mošnikov (26 ans) et du défenseur Raio Piiroja (35 ans) qui vient donner un dernier coup de main avant de prendre sa retraite. Des arrivées également accompagnées de celles de plusieurs jeunes joueurs, et de juniors qui rejoignent l’équipe première. Et pour le premier match officiel de l’année 2014, le Flora, vainqueur de la Coupe d’Estonie en mai 2013, s’impose en Supercoupe face au Levadia double champion en titre. Une première réussite pour Hurt, qui aligne sur ce match une équipe de 22,3 ans de moyenne, dont deux joueurs seulement ont plus de 25 ans (Rähn, 32 ans, et Jürgenson, 26 ans).

Norbert Hurt - capture écran ETV

Norbert Hurt | © PJ Pera / Capture d’écran ETV

Le renouveau est en marche au Flora. A 31 ans, Hurt modèle une équipe à son image: jeune et dynamique. Rapidement, la mayonnaise prend et le Flora s’envole en tête de Premier Liiga, comptant jusqu’à neuf points d’avance sur ses poursuivants. A la mi-saison, le Flora ne compte qu’une seule défaite. Seul bémol, son incapacité à faire la différence face au Levadia et à Kalju, ses principaux adversaires, contre qui le Flora ne compte qu’une victoire contre trois nuls au terme de la première série de matchs aller-retour. Et au creux de l’été, le vent tourne. Avec des blessures qui s’accumulent et un banc encore trop limité, le Flora connaît un mois d’août catastrophique, avec quatre matchs sans victoire, dont une défaite face au Nõmme Kalju, qui prend la tête du championnat l’issue de ce match. Si les jeunes du Flora reprennent de l’allant et se montrent intraitables face aux équipes plus faibles au classement, ils se montrent toujours incapables de battre leurs concurrents directs, échouant même face à Kalev, qui leur chipe la deuxième place du classement à la dernière journée. Troisième, le Flora est déçu par son classement, mais a vu ses joueurs afficher une énorme progression par rapport à la saison précédente.

Surtout, le club se montre actif très tôt sur le plan des transferts. Un mois à peine après la fin du championnat, le Flora a quasiment bouclé son effectif, alors que l’intersaison est encore longue de trois mois. Avec un grand remodelage de son point faible: la défense. Exit les trois trentenaires Sander Post, Taavi Rähn et Raio Piiroja. Pour les remplacer, le Flora fait appel à Einar Jääger, défenseur qui a dépassé les 110 sélections en équipe d’Estonie, et Gert Kams, qui retrouve son ancien club après deux années passées en Norvège. A ces arrivées s’ajoutent celles de jeunes prometteurs: Madis Vihmann, arraché à la réserve du Levadia, et Mihkel Ainsalu, arrivé de Kalju. Des arrivées qui vont se révéler inspirées.

Le début de saison du Flora Tallinn est dans la continuité de la précédente. Intraitable face aux « petites » équipes du championnat, le Flora s’avère toujours incapable de s’imposer face à ses deux concurrents pour le titre. Et cette fois-ci, les rôles sont inversés, et ce sont les banlieusards du Nõmme Kalju qui font la course en tête, loin devant ses rivaux de la capitale. Après avoir remporté ses neuf premiers matchs, Kalju connaît une première un premier passage à vide en mai, avant de céder définitivement durant l’été. Plus régulier, le Flora est à la lutte avec le Levadia à l’entrée du dernier tiers du championnat. Avec une équipe qui se renouvelle au fil des mois. Au contact des expérimentés internationaux, le défenseur Baranov (23 ans) fait sa première saison pleine en tant que titulaire, tandis que le jeune Vihmann (20 ans) devient incontournable en deuxième partie de saison. Avec au final la récompense d’être la meilleure défense de Premium Liiga cette année, avec 22 buts encaissés seulement. Et ce malgré le départ de Jääger vers Välerenga dès le mois d’août.

Rauno Sappinen Flora Tallinn

Rauno Sappinen | © Janek Eslon

Les jeunes se font également une bonne place en attaque. Promu en équipe première cette année, Joseph Saliste est une belle révélation, avec six buts et cinq passes décisives en championnat. Même chose pour Brent Lepistu, qui est devenu à 22 ans titulaire sur la quasi-totalité des dix dernières journées du championnat. Mais la grande révélation de la saison est Rauno Sappinen. Présent une dizaine de fois dans l’effectif l’an dernier, Sappi est devenu incontournable cette année, au point de glisser avec succès de son poste de milieu offensif axial à celui d’attaquant de pointe, avec une belle réussite, puisque le milieu de 19 ans est le meilleur marqueur de son équipe cette saison avec 15 buts et six passes à son actif. Des arrivées qui se font au détriment d’Albert Prosa, buteur dont la saison a été gâchée par de graves blessures aux ligaments croisés puis au ménisque, ou encore de l’ailier gauche russo-géorgien Irakli Logua, qui a disparu du groupe dans la seconde partie de saison. Autre réussite, l’arrivée lors du mercato estival de l’attaquant Joonas Tamm. Sélectionné dans nos espoirs de la saison, le grand attaquant s’est fait une place au sein d’un effectif en pleine forme. Mais surtout, son départ du Tulevik Viljandi a signé la fin pour cette équipe, reléguée après une incroyable série de 18 défaites pour une seule victoire après son départ.

Symbole de la réussite de cette nouvelle génération, le Flora Tallinn s’offre son dixième titre national à trois journées du terme sur une victoire 1-0 face aux voisins de l’Infonet Tallinn, grâce à un but marqué par Joseph Saliste. Et une semaine plus tard, le Flora confirme sa suprématie par une victoire lors du Tallinna Klassik, le grand derby l’opposant au Levadia. A onze contre 10 durant toute la seconde période, l’effectif d’une moyenne d’âge de 23,6 ans seulement domine le match et s’impose 2-0 avec notamment un joli but de Brent Lepistu. Une 13e victoire consécutive qui confirme le succès de la politique de formation menée par Norbert Hurt. La défaite sur le terrain du Paide Linnameskond lors de la dernière journée reste anecdotique.

[youtube m5373umhdws]

A peine la saison terminée, les yeux se tournent déjà vers la prochaine période de transferts, et le début de la prochaine saison, en mars prochain. Certains jeunes pourraient partir à l’étranger si une offre était faite, le club n’ayant en effet pas pour habitude de retenir ses joueurs dans de tels cas, comme l’a encore montré le cas Jääger, parti six petits mois après son arrivée. En cas de départ de leaders tels que Maksim Gussev ou Sappinen, le club devra trouver de bons jeunes pour leur succéder. Une idée qui n’effraie pas le dernier nommé: « Nous avons confiance en la philosophie et les principes auxquels le club adhère. Je pense que nous sommes sur la bonne voie pour nous installer au sommet du championnat. » Une philosophie motivante pour les jeunes pousses, pour qui les portes de l’équipe première ne sont pas fermées. C’est ainsi que l’on pourrait bientôt voir en Premier Liiga des joueurs tels que Juhan Jograf Siim (19 ans), auteur de 21 buts en 30 matchs avec l’équipe réserve, deuxième d’Esiliiga, la deuxième division, Herol Riiberg, qui a déjà connu ses premières minutes de jeu avec l’équipe fanion à 18 ans à peine, ou encore Joosep Juha (19 ans), défenseur qui a joué une part active dans le redressement des Vagabonds de Paide, où il a été prêté durant la seconde moitié de la saison.

Pierre-Julien Pera


Photo à la une : © Siim Solman / sport.delfi.ee

Flora Tallinn, le triomphe de la jeunesse
5 (100%) 4 votes

A propos de l'auteur

Pierre-Julien Pera

Pierre-Julien Pera

Papy de la team. Tombé amoureux de Bucarest un jour d'hiver 1998. L'est devenu de toute la Roumanie au fil des ans. Regarde les matchs de Liga 1 roumaine et de Premium Liiga estonienne. En attendant désespérément le retour du Yakutia Yakutsk en 3e division russe. Faut vraiment être cinglé.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
#2 Les trophées Footballski

Second numéro des Trophées Footballski. Chaque semaine, nous reviendrons à travers ces quelques catégories sur ce qu'il se fait de...

Fermer