Éliminatoires Coupe du Monde 2018 – 7ème journée

Pierre Vuillemot
Pierre Vuillemot - Publié le 3 septembre 2017

De journée en journée, la Coupe du Monde en Russie se rapproche à grands pas. De quoi alimenter les doutes chez certains, les joies chez d’autres ou encore les déceptions chez une autre petite poignée.

Groupe B : La Hongrie retrouve (un peu) le sourire

HongrieLettonie : 3-1

Suisse – Andorre : 3-0

Portugal – Îles Féroé : 5-1

Près de trois mois après sa terrible déconvenue en Andorre (1-0), la Hongrie devait une revanche à son public. Face à la Lettonie, les Magyars prennent la rencontre par le bon bout et ouvrent le score dès la sixième minute de jeu, grâce à une belle tête de Tamás Kádár. C’est également de la tête qu’Ádám Szalai fait le break quelques minutes plus tard, sur un corner parfaitement tiré par Balázs Dzsudzsák (26e). Les hommes de Bernd Storck gèrent à leur main, mais offrent un but aux visiteurs juste avant la mi-temps. Mihály Korhut rate complètement sa passe et Gints Freimanis en profite pour aller tromper Péter Gulácsi (40e). Pas de quoi affoler les Hongrois, qui repartent de l’avant après la pause. Dzsudzsák trouve même la faille sur un coup-franc rentrant qui semble légèrement dévié par un défenseur letton (68e). Le « Nemzeti 11 » relève donc la tête et fait plaisir à ses supporters, quelques jours avant la réception du Portugal.

Les champions d’Europe, justement, n’ont fait qu’une bouchée des Îles Féroé (5-1) grâce notamment à un triplé de Cristiano Ronaldo. La Suisse n’a pas non plus eu de mal à se défaire d’Andorre (3-0) et conserve la tête du groupe. Troisièmes, les Hongrois pourraient conserver un microscopique espoir de qualification pour les barrages en cas de victoire face aux Portugais dimanche (20h45). La Lettonie, elle, est dernière de la poule.

Groupe C: C’est quasiment fini pour les Tchèques

République Tchèque – Allemagne: 1-2

Norvège – Azerbaïdjan: 2-0

Saint Marin – Irlande du Nord: 0-3

Que c’est cruel pour la République Tchèque. Opposés à des Allemands qui seront qualifiés s’ils remportent leurs deux prochains matchs, les hommes de Jarolim devaient impérativement remporter au moins un point pour ne pas voir s’envoler l’Irlande du Nord et sa deuxième place. Tout commence bien mal à l’Eden Arena de Prague avec un but allemand signé Werner sur une merveille de passe d’Ozil dès la quatrième minute. Ce but a le mérite de réveiller les Tchèques qui poussent durant toute la rencontre pour tenter d’égaliser. Récompensés en fin de match avec un but sublime de Darida, ils craquent finalement en encaissant un but contestable d’Hummels, de la tête, en toute fin de match. Cruel, car dans le même temps l’Irlande du Nord a facilement disposé de Saint Marin 3-0 et possède sept points d’avance sur des Tchèques qui devront donc impérativement l’emporter à Belfast la semaine prochaine. Dans le dernier match du groupe, la Norvège a battu l’Azerbaïdjan 2-0, les deux équipes sont éliminées.

Groupe D : La bonne affaire pour la Serbie, l’Autriche hors course

Géorgie – Irlande : 1-1

Serbie – Moldavie : 3-0

Pays de Galles – Autriche : 1-0

Quatrième victoire en sept matchs pour une équipe de Serbie facile vainqueur de la Moldavie dans un JNA Stadium qui sonnait un peu creux. Les Serbes ont eu le mérite de se mettre rapidement à l’abri, inscrivant un premier but à la 20e par Gacinovic, qui conclue du plat du pied une passe en retrait de Kostic. 10 minutes plus tard, un débordement de ce même Gacinovic sur le côté droit amène un centre fuyant devant le but, repris victorieusement au second poteau par…Kostic. Les deux font la paire et les Serbes peuvent alors contrôler le reste du match. Mitrovic vient inscrire le but du 3-0 à 10 minutes de la fin du match, taclant au point de penalty un nouveau centre de Kostic, et parfaire une soirée qui voit les Serbes prendre la tête du groupe avec désormais deux points d’avance sur l’Irlande, où ils se déplaceront dès mardi prochain. Un résultat en terre irlandaise signifierait alors à coup presque sûr la première qualification en phase finale de Coupe du Monde de leur histoire.

Car dans le même temps l’Irlande a été méconnaissable à Tbilissi, et peut même s’estimer heureuse de revenir avec un petit point de Géorgie. Tout avait pourtant commencé au plus mal pour les Géorgiens. Dès la 4e minute sur un long ballon plutôt anodin le gardien Makaridze se troue complètement et laisse Duffy, resté aux avant-postes, placer une tête qui finit dans le but vide. Ce but a l’avantage de réveiller l’allant des Géorgiens qui proposent un jeu assez brouillon durant les 20 premières minutes. Mais, les Irlandais ayant laissé la possession aux Géorgiens en ce début de match, les locaux reprennent de l’allant progressivement, et finissent par trouver la faille par Qazaishvili qui conclue de prêt à la 34e minute, sur un excellent service d’Ananidze dans la surface de réparation. Le meneur de jeu du Spartak aura clairement été le géorgien le plus en vue ce soir et aurait mérité d’ajouter plusieurs passes décisives à sa prestation de ce soir. Une tête sur corner, bien sortie par Makaridze juste avant la mi-temps, restera la seule action dangereuse des hommes de Martin O’Neill pour le reste du match, dominé de la tête et des épaules par une équipe géorgienne entreprenante, mais sans tranchant dans la finition. La première victoire géorgienne de cette série d’éliminatoires ne sera toujours pas pour ce soir. Si l’on doit saluer la performance géorgienne, il n’en reste pas moins que cette équipe se cherche toujours des automatismes. Une chose est sûre ils continueront à assurer leur rôle d’équipe piège pour les leaders de ce groupe.

Des leaders qui se seront débarrassés de l’Autriche à l’issue de cette journée de qualification. Dans ce match relevé, on a assisté a une belle confrontation entre deux équipes au jeu très ouvert, l’une, car elle est mise en confiance par un formidable public, l’autre, car il s’agissait de sa dernière chance de s’accrocher à une place de barragiste. La chance aurait pu basculer de l’un ou l’autre côté, mais il faut souligner encore une fois l’énorme performance de Gareth Bale, venu sauver du bout des crampons une occasion de but en or dans les pieds d’Arnautovic. Finalement le travail de sape aura payé à la 74e minute quand Woodburn ajuste une frappe imparable aux 20m après un mauvais dégagement de Danso. Une ultime occasion de Arnautovic sauvé d’une belle manchette par Henessey confirmera le score. L’Autriche est désormais hors course, avec seulement deux petites victoires en 7 matchs. Le Pays de Galles se relance en revanche dans ce groupe et revient à un point de l’Irlande et de la place de barragiste.

Groupe E : énorme chute de la Pologne!

Roumanie – Arménie : 1-0

Kazakhstan – Monténégro : 0-3

Danemark – Pologne : 4-0

« Demisia! Demisia! Demisia! » Malgré la victoire, l’Arena Națională de Bucarest a clairement choisi son camp et manifeste bruyamment son mécontentement envers le sélectionneur Christoph Daum. Il faut dire qu’après les défaites face à la Pologne (0-3 et 1-3) et les nuls face au Danemark et au Kazakhstan, la Roumanie n’a plus gagné dans ces éliminatoires depuis cinq matchs… et sa victoire 5-0 en Arménie. Le public roumain attendait une nouvelle belle victoire face aux Arméniens, dont Henrik Mkhitaryan et Pizzelli sont titulaires derrière Barseghyan en pointe. Mais rien ne s’est passé comme espéré. Les Roumains mènent, mais manquent de précision au tir. Tant et si bien que c’est Tătărușanu qui sort le premier arrêt du match, seul face à Barseghyan à bout portant. Andone ouvre ensuite le score, mais le but est refusé pour hors-jeu. En seconde période, les Arméniens sont réduits à dix après l’expulsion de Voskanyan pour une main dans la surface. Bogdan Stancu tire le penalty… qui est repoussé par Meliksetyan, parti tôt du bon côté! Rien ne va. Et plus les minutes passent, plus le public bucarestois siffle. Les Roumains font le siège du but adverse, mais ratent systématiquement la cible, à l’image de Vlad Chiricheș qui, sur corner, voit sa tête piquée effleurer la transversale. A la 81e minute, sur un tir de Romario Benzar, Meliksetyan est battu. Le ballon file vers le petit filet, mais est poussé juste devant la ligne par Maxim, largement en position de hors-jeu! On se dirige vers une nouvelle déconvenue, jusqu’au temps additionnel, où le même Maxim reprend victorieusement d’une sorte de Madjer un centre puissant de Benzar. La Roumanie s’impose et Daum sauve sa tête, mais pour combien de temps? Les résultats des autres matchs n’arrangent pas les Roumains, dont les espoirs de qualification restent infimes. Personne n’y croit d’ailleurs. Pour retrouver la confiance du public, il faut maintenant un exploit au Monténégro. Sans Pintilii, suspendu.

Dans les autres matchs, la Pologne est revenue à la réalité des terrains, encaissant une énorme claque face au Danemark d’un Christian Eriksen en feu tandis que le Kazakhstan, de son côté, a subi la loi du Monténégro sur le score de trois buts à zéro. Une nouvelle défaite pour les Kazakhs tandis que le Monténégro, lui, se place à la seconde place, à égalité de points avec le Danemark.

Groupe F : La Slovaquie prend le dessus

Malte – Angleterre : 0-4

SlovaquieSlovénie : 1-0

Lituanie – Écosse : 0-3

C’était le match à ne pas perdre, ce duel Slo – Slo s’annonçait comme la date clé pour connaître le probable futur qualifié de ce groupe F, derrière l’Angleterre. Dans un Štadión Antona Malatinského faisant le plein, la Slovaquie emmenait avec elle quelques nouvelles têtes titulaires, à commencer par Lobotka, grand gagnant des récentes performances durant l’Euro U21.

À l’image du match aller, ce sont bien les Slovaques qui dominent le jeu. Dès la sixième minute de jeu, Vladimir Weiss déclenche un contre, stoppé par Oblak. Premier sauvetage de la soirée qui va en appeler d’autres. Quelques minutes plus tard, le portier de l’Atlético se met une nouvelle fois en évidence, repoussant une tentative à bout pourtant de Nemec. Puis, à la 33e, Oblak continue son show en sortant un coup franc, pourtant superbement tiré, de Marek Hamsik. En attendant, la Slovénie n’est absolument pas dangereuse et ne peut que compter sur son gardien. Un nouveau sauvetage avant la mi-temps, et le doute s’installe un peu plus dans les rangs slovaques … jusqu’à la 80e minute. Après un magnifique travail de Robert Mak sur son côté, ce dernier adresse un centre à ras de terre pour Marek Hamsik, trouvant la barre transversale, puis repris par Nemec dans le but vide. La Slovaquie l’a fait, Oblak a été battu. Pour la première et seule fois du match. Une victoire sur le plus petit des scores qui permet néanmoins à la Slovaquie de confirmer sa seconde place du groupe F. Dans les autres matchs, l’Angleterre s’est logiquement imposée face à Malte tandis que la défense lituanienne a pris l’eau face à l’Écosse.

Groupe G : Petit espoir albanais

Albanie – Liechtenstein : 2-0

Espagne – Italie : 3-0

Israël – Macédoine : 0-1

Dans une soirée où tous les regards étaient braqués vers Madrid et le choc entre l’Espagne et l’Italie, les autres matchs du groupe G ne suscitaient que peu d’attention. Un peu à raison il est vrai tant la domination écrasante des deux mastodontes du groupe avait transformé les deux autres rencontres de cette septième journée en matchs amicaux.

Dans un match quasiment sans enjeu, donc, l’Albanie recevait le Liechtenstein qu’elle avait battu (2-0) au match aller pour la première de Christian Panucci en tant que sélectionneur. Les Albanais mettent d’entrée la pression sur le Liechtenstein et multipliaient les occasions sans parvenir à ouvrir le score. Les plus nettes d’entre elles arrivaient en fin de première période : une belle reprise de volée de Llullaku qui finissait au-dessus (40’) et un tir de Grezda repoussé par l’emblématique gardien et capitaine Peter Jehle (44’). La domination albanaise ne faiblira pas en deuxième période et la sélection sera logiquement récompensée à la 54e minute : un corner albanais, frappé par Memushaj, était repoussé sur Migjen Basha dont la frappe était déviée par Odise Roshi pour l’ouverture du score. Le deuxième but arrivera à la 77e minute par l’intermédiaire du capitaine Ansi Agolli. L’arrière gauche, en position idéale, prenait sa chance du pied droit et marquait d’une belle frappe enroulée. Score final : 2-0 pour l’Albanie qui conforte sa troisième place et qui s’offre le droit de rêver encore un peu aux barrages malgré le calendrier infernal qui l’attend en octobre (déplacement en Espagne puis réception de l’Italie). Les chances restent très minces.

De son côté, la Macédoine, déjà éliminée, se déplaçait en Israël après s’être inclinée à domicile face à cette même équipe au match aller (1-2). Israël était avant la rencontre quatrième du groupe a égalité de points avec l’Albanie. À Haïfa, les meilleures intentions sont clairement macédoniennes et celles-ci sont récompensées à la 20e minute avec un but de Ristevski, bien placé à la réception d’un coup franc de son capitaine Pandev et aidé par une sortie hasardeuse du gardien israélien Omri Glazer. Néanmoins, le but est refusé par l’arbitre qui estimait que Nestorovski, en position de hors-jeu, avait influé sur l’action avant que son coéquipier ne pousse le ballon au fond des filets. Pas de quoi entamer le moral des Macédoniens qui poursuivent leur domination en fin de première période. Ce n’est qu’au cœur de la deuxième mi-temps qu’Israël se montre dangereux, mettant à contribution le gardien macédonien Dimitrievski via notamment son capitaine Zahavi (66’).

Le but macédonien, qui arrive à la 73e minute, sonne finalement presque comme un hold-up à ce moment là de la rencontre. Il n’en est pas moins superbe : bénéficiant d’un caviar d’Elmas, le capitaine Goran Pandev contrôle le ballon délicatement du pied gauche avant de reprendre et de battre Glazer. Ce but était un petit événement puisqu’il s’agissait du premier but de Pandev avec sa sélection en match officiel depuis 2008 et il suffisait pour donner la victoire (1-0) à la Macédoine. Ce succès ne change rien pour la Macédoine qui reste avant-dernière du groupe sans avoir encore remporté le moindre match à domicile. Israël vient quant à elle d’éteindre ses dernières chances de barrage avec cette défaite.
L’autre rencontre du groupe a vu l’Espagne écraser l’Italie (3-0). Les Espagnols se dirigent tout droit vers la qualification directe tandis que les Italiens filent vers les barrages et laissent encore une toute petite chance à l’Albanie de leur passer devant.

Groupe H : Des chypriotes au bout du suspens

ChypreBosnie-Herzégovine : 3-2

GrèceEstonie : 0-0

Belgique – Gibraltar : 9-0

Dans un groupe H où Gibraltar et Estonie font figure de figurants, le duel entre Chypre et la Bosnie-Herzégovine avait pour but de connaître les futurs adversaires de la Grèce pour cette seconde place. Tandis que ces derniers n’ont pas su faire mieux qu’un triste 0-0 face à l’Estonie, c’est leur voisin chypriote qui en profite grâce à un match fou. Un festival débutant dès la trentième minute de jeu avec le premier but de la partie signé Šunjić pour les Bosniens, grâce à un corner parfaitement repris. Puis, quelques minutes plus tard, après une splendide contre-attaque, 2-0, grâce à une belle finition de Višća -mention spéciale pour son déplacement- sur un centre de Kolašinac. Les visiteurs font le boulot et cette première mi-temps est a sens unique … jusqu’à la seconde et un renversement total de la situation. La révolte chypriote est tout d’abord emmenée par son capitaine, Christofi, sur une passe décisive de Laban. Le franco-chypriote est virevoltant et se et une nouvelle fois en vue avec une reprise de volée pleine lucarne remettant les deux équipes à égalité. La frappe est superbe, le scénario tout autant.  Et ce n’est pas tout. 75e. Les Chypriotes continuent de pousser, travaillant sur le côté gauche de la défense bosnienne. L’action se met en place, le centre à ras de terre de Demetriou trouve Soteriou qui voit sa frappe contrée tromper Begovic. 3-2, Chypre réalise son exploit et fait la bonne opération de la journée.

Groupe I : La belle affaire pour l’Ukraine

Ukraine – Turquie : 2-0

Finlande – Islande : 1-0

CroatieKosovo : reporté

Les Ukrainiens retrouvaient samedi soir Mircea Lucescu, sur le banc de touche de la Turquie, pour la 7e journée de ces éliminatoires. Après une grosse occasion manquée de la tête par Taras Stepanenko, l’ouverture du score arrive à la 18e avec une frappe totalement écrasée de Viktor Kovalenko qui termine bien heureusement dans les pieds d’Andriy Yarmolenko. Idéalement placé, l’Ukrainien n’a aucun mal à tromper le portier turc. Le nouvel attaquant du Borussia Dortmund double la mise avant la pause sur un service de Konoplyanka avant de passer en revue la défense turque et de conclure. Un second but entaché d’une controverse puisque le ballon était sorti des limites du terrain au moment de la passe de Konoplyanka.

Malgré quelques ratés à la finition, l’Ukraine a fait le boulot en prenant trois points importants et en dominant largement dans le jeu les Turcs de Lucescu. Une réussite sur le terrain, mais aussi en tribune pour le stade de Kharkiv, orphelin d’une équipe de D1, qui a retrouvé samedi l’ambiance des grands soirs.

Dans les autres rencontres, la Finlande avait surpris les Islandais en début de journée, s’imposant par la plus petite des marges grâce à Alexander Ring. La Croatie, quant à elle, devra attendre pour tenter de reprendre sa première place à l’Ukraine après l’interruption de son match face au Kosovo en raison de conditions climatiques désastreuses.

La rédaction de Footballski


Image à la une : © AFP PHOTO / VLADIMIR SIMICEK

Éliminatoires Coupe du Monde 2018 – 7ème journée
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Pierre Vuillemot

Pierre Vuillemot

Kolik jazyků umíš, tolikrát jsi člověkem.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Semaine #35 – 2017 : Matchs du week-end – Format court

Vous êtes fans du foot de l'est et cherchez à savoir ce qu'il se passe ce week-end ? Malgré la...

Fermer