On a discuté avec l’équipe d’Ex-Yu Fudbal, collectif qui fait revivre l’histoire du football en Yougoslavie

Tristan Trasca - Publié le 14 janvier 2015

Depuis, quelques mois, des images de joueurs et d’équipes d’ex-Yougoslavie fleurissent sur la toile. Cette résurgence d’images d’antan est le fruit du travail du collectif Ex-Yu Fudbal avec qui on a eu le plaisir de parler de leur projet, du football yougoslave, de souvenirs et de promesses inachevées.

Comment vous est venue l’idée de publier toutes ces vieilles photos de football yougoslave et de créer Istorija ex-yu fudbala ?

Tout d’abord, je voudrais signaler que ce n’est pas une initiative individuelle, nous sommes une équipe éditoriale composée des éditeurs des meilleurs sites historiques liés au sujet sur le web. Notre idée a été de faire une sorte de grande encyclopédie du football yougoslave en unissant nos passions pour les divers clubs de Yougoslavie. Nous avons commencé à bosser sur ce projet avec beaucoup d’enthousiasme sans vraiment savoir à quoi s’attendre. Nous étions conscients des obstacles que nous allions rencontrer mais nous avions cette superbe et noble idée. Les gens ont reconnu l’énergie que nous mettons dans ce projet et tout le monde a été incroyablement positif dès le début si bien que le site a connu du succès bien plus vite que prévu. En 4 mois d’existence, nous avons atteint la barre de 10 000 visiteurs et ce dont nous sommes très heureux, c’est que les visiteurs proviennent de toutes les républiques d’ex-Yougoslavie, mais aussi de l’étranger sans problème de nationalité ou de religion. Nous réconcilions les irréconciliables avec ce projet.

Où est-ce que vous trouvez toutes ces photos ?

On peut dire qu’on avait des trésors cachés à domicile. Mais notre domicile est toute la Yougoslavie, du Vardar à Triglav. Bien que chacun d’entre nous soit supporter d’un club en particulier, nous traitons toutes les équipes de manière équitable et les chérissons de la même manière. Notre slogan veut qu’il n’y a pas de petite équipe et chaque club a sa riche tradition – ses glorieuses générations, ses trophées… Chacun d’entre nous a une collection de photographies liées à l’histoire de son club préféré que nous partageons. En peu de temps, Ex-Yu Fudbal est devenu une marque, si bien que les gens sont fiers quand une photo de leur club apparaît sur le site. Les gens nous écrivent, nous envoient des photos et essayent de faire publier des photos des clubs qu’ils aiment. Bien entendu, nous sommes parfois critiqués sur le fait de mettre en avant certains clubs au détriment d’autres. Mais nous ne sommes pas des magiciens, nous faisons avec les photos que nous avons et on ne peut inventer ce qui n’existe pas ! Même certains clubs nous appellent pour nous remercier de publier certaines images. Pendant que je vous écris, on a reçu un message de supporters du club de football Trepca à Kosovska Mitrovica – le club serbe, puisque aujourd’hui malheureusement il y a deux Trepca, un serbe et un albanais – qui nous disent : « Messieurs, nous sommes énormément reconnaissants que vous ayez publié des photos de notre club, nous plaçant parmi les autres grands du football yougoslave. Nous supportons votre travail et chaque photo que vous postez finira sur le mur du club ! Continuez comme cela ! Salutations de Kosovska Mitrovica ! »

Le genre de trésor qu'on trouve chez Ex-Yu Fudbal

Le genre de trésor qu’on trouve chez Ex-Yu Fudbal

Le championnat yougoslave était considéré comme un des meilleurs en Europe avec de nombreuses équipes de qualité, d’excellents joueurs, des stades pleins et un championnat incertain.

Qu’est ce qui rendait le football yougoslave spécial selon vous ?

La spécificité du football yougoslave est une grande décrépitude entre ses grandioses force et taille passées et son état actuel. La Yougoslavie était une superpuissance du football dans les années 60, champion olympique en 1960, vice-champion d’Europe en 1960 et 1968. L’Etoile Rouge a aussi été champion d’Europe et du monde en 1991. Le championnat yougoslave était considéré comme un des meilleurs en Europe avec de nombreuses équipes de qualité, d’excellents joueurs, des stades pleins et un championnat incertain. Aujourd’hui, les clubs yougoslaves ne se qualifient plus pour les coupes d’Europe et les jeunes de 16-17 ans partent dans les grands clubs d’Europe, si bien que ne restent que ceux qui ne peuvent être vendus. La qualité du football dans toutes les anciennes républiques de Yougoslavie est très basse ; sans grands matchs et grands joueurs, les spectateurs s’ennuient. Les gens sont désolés par la situation actuelle, se remémorant avec nostalgie l’ancien temps et c’est ce qui les attire vers notre idée et notre site internet.

La nostalgie va si loin que je suis heureux en me souvenant de certaines défaites parce qu’en comparaison avec les victoires et les titres actuels, les défaites de l’époque avaient de la grandeur.

Etes-vous nostalgiques de cette période ?

Je ne peux répondre que pour moi-même. Nous sommes un groupe hétérogène avec certains plus nostalgiques alors que d’autres ont une attitude plus réaliste ou nationaliste. Ce qui nous rassemble est notre amour du football. Personnellement, je suis très nostalgique de cette période et je me rappelle avec enthousiasme ma jeunesse, l’atmosphère qui régnait dans cet état, l’ambiance dans les stades, les grands matchs, les grands victoires, les belles rivalités et les grands maîtres. La nostalgie va si loin que je suis heureux en me souvenant de certaines défaites parce qu’en comparaison avec les victoires et les titres actuels, les défaites de l’époque avaient de la grandeur.

Image d'archives du club de Lovcen au Monténégro

Image d’archives du club de Lovcen au Monténégro

Quels sont vos meilleurs souvenirs liés au foot yougoslave ?

Mes meilleurs souvenirs sont liés à 1991 à Bari et Tokyo, quand mon Etoile Rouge a touché l’olympe du football, gagnant les titres de champions d’Europe et du monde ! Je me rappelle avec nostalgie du championnat du monde juniors de 1987 quand une jeune équipe de Yougoslavie a gagné le titre ainsi que le Mundial 1990 en Italie, où nous avons été éliminés par l’Italie en quarts aux pénos. Mais en parlant de cette période, il y a des sentiments contraires à cause des grandes injustices infligées à la Yougoslavie et à l’Etoile Rouge. A cause des sanctions économiques, l’Etoile Rouge n’a pu défendre son titre de champion d’Europe à domicile (NDLR: lors de la saison 1991/1992, le club joua ses matchs à domicile en Hongrie ou Bulgarie) alors que je pense que cette équipe aurait pu remporter à nouveau ce titre de champion d’Europe par deux fois pour réaliser la même performance que le Bayern, l’Ajax ou Milan. S’il n’y avait pas eu cette satanée guerre, qui fut largement du fait des grandes puissances mondiales, la Yougoslavie de 1994 et 1998 aurait pu devenir championne du monde, c’est mon avis et celui de nombreux Yougoslaves. Avec des cadors comme Stojkovic, Savicevic, Prosinecki, Mijatovic, Pančev, Boban, Suker, Boksic, Jugovic, Mihajlović, je vois mal quelle équipe aurait pu être à la hauteur de la Yougoslavie. C’était une vraie dream team !

C’était mes moments préférés mais je suis certain que chaque éditeur a aussi des souvenirs liés aux succès de son club. Ceux du Partizan se rappellent la génération de 1966 et la finale de coupe d’Europe des clubs champions contre le Real Madrid, Dinamo Zagreb 1967 et la victoire en coupe des villes de foires, l’Hajduk et la génération 1970 qui a conservé 5 ans la coupe de Yougoslavie. Ceux de Sarajevo se souviennent des générations gagnantes de Zeljzenicar et Sarajevo, les gens de Mostar la génération BMV des années 70 suivant les initiales de leurs trois meilleurs joueurs (Bajević, Marić, Vladić), les Macédoniens se souviennent du grand Vardar, les Monténégrins préfèrent Savicevic et Mijatovic…

Le grand Dragan Stojkovic dit Pixie

Le grand Dragan Stojkovic dit Pixie

Qui étaient vos joueurs préférés ?

Mes joueurs préférés étaient Dragan Džajik, qui en son temps était considéré comme le meilleur ailier gauche du monde et Dragan Stojkovic Pixie, un des derniers vrais n°10 du monde du football. S’il avait évité les blessures, Pixie serait devenu un des meilleurs de tous les temps. Il aurait gagné le Ballon d’Or trois ans de suite, bien avant Messi. Mes collègues éditeurs mentionneraient certainement d’autres joueurs, les fans du Partizan parleraient de Vukotić, Mance ou Mijatović, les fans de l’Hajduk Jerković, Slišković, Šurjak, ceux du Dinamo Boban, Suker, Mlinarić, les Macédoniens préfèrent Pancev, les Monténégrins Savićević, les Albanais Vokri, les Bosniens Sušić…

Malheureusement, mes images préférées n’ont jamais eu lieu, donc elles n’ont pu être photographiées : la Yougoslavie sur le podium d’une Coupe du Monde, Dragan Stojkovic avec le Ballon d’or et un retour magnifique au pays d’une génération championne du monde, de la joie du Vardar à Triglav !

Selon toi, pourquoi est-ce que votre initiative est devenue si populaire ?

J’ai déjà évoqué quelques raisons. C’est l’évocation de temps plus beaux et meilleurs quand tous les Yougoslaves respiraient comme une personne, quand le football était la seule nationalité pour oublier un présent difficile. Nous savons bien entendu que tout cela n’est qu’une illusion et ne nous laissons pas bercer par la perspective d’une nouvelle Yougoslavie, notre espoir va vers des ligues communes comme en basketball. Nous sommes réalistes; face aux nationalistes, notre vision est celle d’outsiders et nous n’avons aucune chance de gagner.

Quelles sont vos 3 images préférées de cette époque ?

Mes trois images favorites de cette période sont quand l’Etoile Rouge a soulevé le trophée à Bari, le moment quand Dragan Stojkovic a marqué contre Zubizarreta en huitièmes du mondial 1990 et les images de notre jeunesse dorée au Chili en 1987. Malheureusement, mes images préférées n’ont jamais eu lieu, donc elles n’ont pu être photographiées : la Yougoslavie sur le podium d’une Coupe du Monde, Dragan Stojkovic avec le Ballon d’or et un retour magnifique au pays d’une génération championne du monde, de la joie du Vardar à Triglav !

Merci à eux et longue vie à leur projet qu’on apprécie particulièrement chez Footballski. Vous pouvez les suivre ici.

Tristan Trasca
#JeSuisCharlie

On a discuté avec l’équipe d’Ex-Yu Fudbal, collectif qui fait revivre l’histoire du football en Yougoslavie
Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Tristan Trasca

4 Commentaires

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
OTP Bank Liga Hongrie 2015
6 mois de football en Hongrie

C’est la trêve en Hongrie. L’occasion pour nous de faire le point sur la bien nommée Nemzeti Bajnokság – OTP...

Fermer