Coup de gueule sur la Russie : racisme, insultes, sanctions ridicules

Soviet Xav - Publié le 12 décembre 2014

Avant de commencer, je souhaite signaler un point important, ce que je vais dénoncer ici n’est pas spécifique à la Russie. Ces phénomènes sont présents un peu partout, mais là où on préfère nuancer pour certains pays on accentue et on amplifie le phénomène pour d’autres. Le racisme, les violences, les insultes, les comportements indécents de certains individus se revendiquant « supporters » ne sont pas des « spécificités » ou des caractéristiques du championnat de Russie. Le racisme est un fléau qui va au-delà du sport et que l’on retrouve dans différent pays. Bref.

Ceci est un coup de gueule, pas une analyse poussée, ni un rapport sociologique, simplement l’avis d’un amoureux du football russe. Je vais revenir sur plusieurs événements qui ont eu lieu ces dernières semaines, mois, saisons dans le championnat de Russie (plus particulièrement en Premier League) où des affaires liées au racisme ont alimenté les papiers des journaux ouest-européens qui s’en sont d’ailleurs donné à coeur joie pour attaquer une nouvelle fois la Russie.

L’affaire Kanga, l’affaire de trop ?

 Passons outre les blagues douteuses de l’entraîneur de Rostov Igor Gamulo sur les joueurs noirs, il a été justement sanctionné, ce n’est pas la peine de revenir sur le sujet. Parlons plutôt du défenseur ivoirien de l’Alania Vladikavkaz Akès Da Costa Goore en 2013 sur la pelouse du Spartak Moscou, Christopher Samba du Dinamo Moscou il y a quelques semaines sur la pelouse du Torpedo Moscou et dernièrement Guelor Kanga de Rostov lui aussi sur la pelouse du Spartak il y a quelques jours seulement. Le point commun entre ces 3 joueurs ? Des joueurs noirs qui craquent sur le terrain, qui n’en peuvent plus de se faire insulter pendant 90 minutes par des « supporters » de l’équipe adverse alors ils décident de répondre par un doigt d’honneur en direction des tribunes… Choquant ? C’est certain mais ce qui l’est encore plus, c’est la réaction des instances du football, ces «commissions de discipline» et «comité d’éthique», qui décident de sanctionner le joueur plus sévèrement que les dégénérés à l’origine de ces incidents. On condamne la réaction d’un joueur à chaud sous le coup de l’émotion et on tape sur la main du club et des quelques supporters souvent facilement identifiables.

En janvier dernier entrait en vigueur une nouvelle législation relative aux supporters, une législation élargissant le panel de sanctions afin de débuter l’assainissement progressif des tribunes. En théorie…

Il y a quelques semaines, Sport-Express, un site de sport russe, est parti à la rencontre d’Alexander Meytin, le chef du département de sécurité de la Russian Premier League pour faire le point sur cette nouvelle législation. Dans son interview Meytin déclare : « Il n’y a pour le moment aucune procédure efficace qu’on peut mettre en oeuvre pour améliorer la situation ». La nouvelle législation des supporters n’est donc effective que sur le papier. D’après Meytin, si un hooligan banni veut trouver un moyen d’aller au stade aujourd’hui, il n’aura aucun problème pour y arriver. Un constat terrifiant, les autorités reconnaissent donc publiquement qu’elles sont totalement impuissantes pour enfin mettre un terme aux agissements de certains individus au comportement raciste/violent, c’est open-bar et ça ne choque visiblement personne puisque ça fait des mois et des mois que ça dure.

Que le racisme soit un fléau difficile à combattre, personne ne dit le contraire, mais comment ne pas être choqué voir dégoûté quand d’un côté on vous dit que la mise en place de sanctions pour les supporters est purement théorique et de l’autre les instances du football n’hésitent pas a sanctionner des joueurs qui ont le malheur de réagir (à chaud) après 90 minutes intenses d’insultes racistes  ? Des décisions qui n’ont aucun sens, et qui font perdre un peu plus en crédibilité au projet Russie 2018, des jugements stupides qui donnent du grain à moudre aux journaux de l’Ouest de l’Europe qui s’en donnent à cœur joie pour dénoncer (à juste titre) puis amplifier et exagérer la situation, comme si c’était courant de croiser des drapeaux Nazi en tribunes en Russie…

Banalisation vs Exagération

Nous avons eu aussi l’occasion de traduire une interview des supporters du CSKA à l’origine de la campagne #CSKAGAINSTRACISM qui travaillent dans le but de changer les mentalités chez certains supporters du CSKA, afin d’arrêter ou du moins de créer une scission claire entre les vrais supporters du CSKA qui vont au stade pour voir leur équipe et les autres qui viennent pour insulter et se battre.

Malheureusement ces initiatives isolées sont trop peu nombreuses à l’heure actuelle de mon point de vue pour avoir un réel impact. C’est la Fédération qui doit prendre les choses en main, mais elle ne le fait pas et traite ce genre de problèmes comme des affaire courantes.

Quand on parle de racisme en Russie, il y a souvent de l’exagération ou de l’amplification mais ça ne justifie pas la gestion calamiteuse de ces affaires par les instances du football. Il y a des problèmes avec les supporters, quelques fois liés au racisme, mais c’est déjà trop. La Russie organisera la coupe du monde en 2018, à défaut d’être parfaite sur le terrain compte tenu du niveau de la sélection, il ne faudrait pas qu’en plus de ça ces problèmes viennent perturber une fête déjà contestée.

En tant qu’amoureux du CSKA Moscou et du football russe de manière générale, je déplore ce genre d’événements qui continuent à alimenter les idées parfois fausses que l’on se fait vis-à-vis de ce championnat. Des événements qui créent une agitation négative, et c’est exactement ce qu’attendent certains médias pour parler du football russe via le prisme du racisme ou de la violence (relayés d’avantage depuis l’attribution de la coupe du monde 2018). D’un autre côté, cette médiatisation sélective a le mérite d’accélérer le processus de pacification de certaines tribunes. En mettant un peu plus la pression sur les instances.

Bref, j’avais envie de m’exprimer par rapport aux derniers événements qui ont été largement relayés à droite à gauche, je ne cherche à convaincre personne ni même à créer le débat, j’avais juste envie de dire ce que je pensais de tout ça.

SovietXav
Retrouvez l’interview de Guelor Kanga ici
Retrouvez l’interview du collectif CSKA Fans against Racism ici
Coup de gueule sur la Russie : racisme, insultes, sanctions ridicules
Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Soviet Xav

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Le Vardar Skopje à la sauce russe

Le FK Vardar Skopje est le grand club historique du football macédonien. Seulement, ces dernières années, son hégémonie sur le...

Fermer