Saison 2015/2016 : 5 espoirs du championnat roumain

Pierre-Julien Pera
Pierre-Julien Pera - Publié le 18 juin 2015

Dans notre grande série de présentation des espoirs Footballski, partons à la rencontre de cinq espoirs de Liga 1 roumaine. Avec un petit retour également sur ceux que nous vous avions présenté l’an dernier. Avec pour nous accompagner un consultant de luxe, le journaliste roumain Emanuel Roșu, qui a accepté de nous donner son avis sur chacun des joueurs sur lesquels nous avons décidé de nous pencher.

Nos précédents espoirs :

Footballski vous les a présentés l’an dernier. Après une nouvelle saison de Liga 1, voyons ce que sont devenus les « anciens » espoirs du championnat roumain.

Cristian Manea (FC Viitorul | 09.08.1997)

Le plus grand espoir de Liga 1, c’est lui! Titulaire indiscutable au poste de latéral droit du FC Viitorul, Manea a montré une maturité exceptionnelle pour son âge, et un niveau de jeu qui lui a permis d’honorer sa première sélection en équipe nationale avant même son 17e anniversaire. Capitaine de la sélection U17, également sélectionné en U19 et U21, Manea va néanmoins quitter la Roumanie cet été. Acheté par Chelsea pour pas moins de 3 millions d’euros (!), le jeune latéral devrait être prêté au Vitesse Arnhem, équipe satellite des Londoniens, la saison prochaine.

Florin Tănase (FC Viitorul | 30.12.1994)

Pour sa deuxième saison en Liga 1, Tănase est devenu une pièce maîtresse de l’effectif du FC Viitorul. L’ailier gauche a profité du système de son équipe, basé sur les contre-attaques, pour dynamiter les défenses adverses grâce à sa vitesse et son excellente technique. Egalement pilier de la sélection U21, il a profité de sa bonne progression pour faire ses deux premières apparitions en équipe nationale lors de deux matchs amicaux.

florin tanase

Florin Tănase

Robert Vâlceanu (FCSB | 29.03.1997)

Un petite déception. Après des débuts très médiatisés l’an dernier, notamment grâce à son but face au Gaz Metan, le jeune milieu offensif de poche (1,66 m) n’a pas flambé cette saison. Titulaire avec la réserve, il a pu faire une dizaine d’apparitions avec l’équipe première cette saison. Certes sans confirmer l’emballement médiatique de l’an dernier, mais en gagnant encore un peu d’expérience, et continuer d’espérer jouer bientôt un rôle plus important dans l’effectif du triple champion en titre.

Dorin Rotariu (Dinamo Bucarest |  29.07.1995)

La grande déception de cette saison. Alors que le Dinamo a vécu une année difficile, tant sur le plan financier que sportif, Rotariu n’a pas su être la locomotive qui aurait sorti l’équipe bucarestoise de la crise, avec un seul petit but et sept passes décisives. Au point de démarrer la moitié de ses matchs depuis le banc. Un gros désaveu pour celui qui était vu comme un des plus espoirs roumains ces deux dernières années. L’ailier qui intéressait autrefois Manchester United n’a toujours pas eu l’occasion d’être sélectionné avec l’équipe nationale.

Dorin Rotoriu

Dorin Rotariu

Cristian Bărbuț (ACS Poli Timișoara | 22.04.1995)

Malgré la relégation de l’ACS Poli Timișoara la saison dernière, Bărbuț est resté fidèle à son club pour une troisième saison consécutive. Malgré une blessure qui l’a écarté des terrains en fin de saison, durant une bonne partie des play-offs, l’ailier droit termine deuxième meilleur buteur de son équipe, avec six buts marqués en 20 matchs. Une blessure qui l’a également empêché d’évoluer avec la sélection U21, où il avait certainement sa place. Après avoir survolé son groupe en Liga 2, le club de Timișoara retrouvera cette saison l’élite avec un groupe sans grande modification. Cristian Bărbuț, titulaire sur le flanc droit, devrait donc, sauf surprise, avoir encore beaucoup de temps de jeu en Liga 1.

 

 Nos futurs espoirs :

Claudiu Bumba (ASA Târgu Mureș | 5.01.1994)

Pas vraiment un espoir mais plutôt la confirmation des espoirs placés en lui. Après une saison pleine en Liga 1 avec le FCM Târgu Mureș, Bumba se voyait offrir sa première sélection avec l’équipe nationale roumaine à 18 ans à peine. Onze petites minutes contre le Turkménistan, puis plus rien. Prêté à la Primavera de l’AS Roma suite à la relégation de son club, Bumba disparaît des écrans radars. Revenu en Roumanie l’année dernière après une saison moyenne en Italie, il joue un rôle important dans la montée de l’ASA. Avant de s’épanouir totalement cette saison. Vice-champion de Roumanie, Bumba retrouve enfin son meilleur niveau, et l’équipe nationale depuis février dernier, trois ans après sa première sélection. Et l’arrivée sur le banc de Dan Petrescu aurait pu être une bonne chose pour sa progression, mais l’ASA n’ayant pas les moyens de le conserver, il devrait partir en Israël dans les jours (heures) qui viennent. Et c’est vraiment dommage!

L’avis d’Emanuel: « C’est un joueur polyvalent et très talentueux qui peut à lui tout seul décider du sort d’un match. Plus jeune, il semblait être un ailier classique, mais il a maintenant découvert qu’il pouvait être important dans le jeu, avec plus de responsabilité. Mais il a un problème, probablement dû à son âge, du moins c’est ce que nous espérons: il est inconstant. Sur certains matchs, il est purement et simplement transparent. »

Claudiu Bumba sous le maillot de l'ASA Târgu Mureș

Claudiu Bumba sous le maillot de l’ASA Târgu Mureș

 

Bogdan Vătăjelu (CS U Craiova | 24.04.1993)

Vous me direz que 22 ans, c’est bien vieux pour un espoir. Et vous aurez raison! Mais Bogdan Vătăjelu mérite d’être présenté tant sa progression a été fulgurante cette saison! Rodé aux joutes de Liga 2, le petit latéral gauche (1,71m seulement) a été une pièce maîtresse du promu oltène, ne ratant qu’un seul match cette saison, pour cumul de cartons jaunes. Ce qui l’a amené à honorer sa première cape en équipe nationale cet hiver, avant son 22e anniversaire, alors qu’il n’a jamais été sélectionné avec les espoirs! Une éclosion inespérée pour la sélection nationale, qui cherche avec inquiétude un remplaçant valable à l’inamovible Răzvan Raț (34 ans).

L’avis d’Emanuel: « Il a été formé au Steaua, mais personne n’a eu la patience de le voire grandir là-bas. Il est alors parti jouer en deuxième division et il y a été excellent. Au point d’être repéré par le sélectionneur, ce qui est énorme pour un joueur de Liga 2. C’est un défenseur au jeu physique et un jeune joueur intelligent et audacieux. Il a un excellent contrôle de balle et une très bonne frappe. Peut-être n’est-il pas encore suffisamment bon d’un point de vue tactique et semble se déconnecter par moments. Il sort facilement d’un match. Mais c’est un joueur à suivre, c’est une certitude. Je m’attends à ce qu’il fasse une saison remarquable. »

Ianis Hagi (FC Viitorul | 22.10.1998)

Ianis Hagi et sa frimousse de gamin

Ianis Hagi et sa frimousse de gamin

Enfin le nom Hagi revient en Liga 1! Lors de sa première apparition sous le maillot du FC Viitorul, c’est tout un pays qui a scruté les premiers pas dans l’élite du jeune Ianis, seize ans à peine. Une poignée de minutes de jeu cet hiver, puis des entrées en jeu régulières en fin de saison. Avant sa première titularisation lors de la dernière journée, couronnée par un premier but en tant que professionnel. Quelques jours plus tard, son illustre paternel, entraîneur et président annonce son transfert à la Fiorentina pour un million d’euros. Mais avant de découvrir l’Italie, le jeune milieu offensif devrait rester encore une saison au FC Viitorul, en prêt, histoire de gagner du temps de jeu et progresser avant de porter le maillot de la Viola.

L’avis d’Emanuel: « Je vais utiliser ce que Victor Pițurcă a dit de lui: ‘Il est plus talentueux et plus complet que son père à son âge.’ Un tel avis signifie qu’il est vraiment spécial. Tous les yeux sont tournés vers lui, il y a une pression énorme, mais il a tout pour construire là-dessus. Etant donné son nom, tout le monde le regarde et veut voir la même chose qu’avec son père. C’est encore un peu difficile pour le moment, il n’a pas encore fait de prestation remarquable. Mais on parle quand même d’un gamin de 16 ans lâché parmi des adultes. Pour le moment, son physique lui permet de jouer exclusivement derrière son attaquant. Il a une bonne éducation, ce qui l’aidera certainement. Il montre toujours une grande volonté, une grande capacité, il a un sublime contrôle de balle, mais il se précipite parfois un peu trop. Il lui manque encore le sang froid et le calme qui viennent avec l’expérience, quand on n’a plus l’impression de ne pas avoir offert aux gens qui te suivent ce qu’ils attendent.«  

Valentin Cojocaru (FCSB | 01.10.1995)

Pur produit du club, le grand (1,95m) gardien du Steaua a fait ses premières apparitions voilà deux ans en Liga 1, avant de disputer la Youth League (Ligue des Champions des U21) la saison dernière. Autant d’occaisons de montrer son potentiel. Malgré la présence de l’excellent Arlauskis, Cojocaru a eu l’occasion de disputer les matchs de Coupe de Roumanie et de Coupe de la Ligue, avant d’être également aligné en championnat lorsque le Lituanien a refusé de prolonger son contrat. Au total, treize matchs en tant que titulaire, dont sept sans encaisser le moindre but! S’il est peut-être encore tôt pour le voir aligner une saison complète, notamment avec l’objectif d’atteindre les groupes de Ligue des Champions, nul doute qu’il peut prétendre au poste de titulaire d’ici une paire de saisons.

L’avis d’Emanuel: « Des qualités fantastiques. Il a tout! Mais c’est encore un gamin et les gens ici disent qu’il se satisfait de peu. Je pense que le Steaua doit l’éduquer mentalement et assumer une saison avec lui comme titulaire. Il peut être une très bonne affaire. C’est un excellent gardien. Un de ceux sur lesquels les grands clubs doivent garder un œil. S’il parvient à résoudre ses problèmes de concentration, entendre les spectateurs l’appeler ‘Buffon‘ ne sera plus perçu comme une blague. »

Dragoș Nedelcu (FC Viitorul |16.02.1997)

Avec 54 buts encaissés, la défense du FC Viitorul a été plutôt poreuse, puisque la deuxième moins bonne du championnat. La faute notamment à l’inexpérience des joueurs qui la composent. Parmi eux se trouve Dragoș Nedelcu. Formé à l’Académie Gheorghe Hagi, Nedelcu a logiquement intégré l’effectif professionnel du club, et fait sa première apparition dans l’élite à 17 ans à peine. Avec au final pas moins de 15 matchs de championnat disputés cette saison, alternant souvent avec son capitaine, l’excellent Bogdan Țîru (qui méritait également une place dans cette liste), entre l’axe de la défense et un poste de milieu récupérateur. Une polyvalence voulue par Hagi afin d’emmagasiner rapidement de l’expérience. Une chose absolument nécessaire dans cette défense destinée à être renouvelée en partie, et donc à rester très jeune la saison prochaine.

L’avis d’Emanuel: « Il a eu du temps de jeu. Hagi lui a fait confiance et voit des qualités en lui. Ce qui est déjà un beau certificat de qualité en soi! En me rapportant strictement à ses prestations, je trouve personnellement que son rendement n’est pas suffisant. Mais c’est une conclusion froide. La confiance que lui porte Hagi signifie quelque chose, un grand ‘quelque chose’! Dans de nombreux cas, la patience accordée à ce ‘quelque chose’  a produit des joueurs géniaux. Espérons que Nedelcu soit l’un d’eux. »

 

Pierre-Julien Pera, avec un grand merci à Emanuel pour sa disponibilité.

Saison 2015/2016 : 5 espoirs du championnat roumain
5 (100%) 2 votes

A propos de l'auteur

Pierre-Julien Pera

Pierre-Julien Pera

Papy de la team. Tombé amoureux de Bucarest un jour d’hiver 1998. L’est devenu de toute la Roumanie au fil des ans. Ecrit envers et contre tous la gloire et la beauté de son football depuis 2006 sur Parlonsfoot et Footballski. Regarde les matchs de Liga 1 roumaine et de Premium Liiga estonienne. En attendant désespérément le retour du Yakutia Yakutsk en 3e division russe. Faut vraiment être cinglé.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Best of Ultras 2014/2015 – Russie

Tout le monde nous les envie, nos supporters tatoués, crâne rasés et plutôt fêlés sur les bords. Parce que les...

Fermer