En attendant la troisième journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2018

Karim Hameg
Karim Hameg - Publié le 9 octobre 2016

Tout s’enchaîne rapidement : voici la présentation de la troisième journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2018 dans la zone Europe.

Groupe A : redressement obligatoire

(tous les matchs auront lieu le 10 octobre à 20h45)
Pays-Bas – France (à Rotterdam)
Suède – Bulgarie (à Solna | diffusion sur Canal + Sport)
Biélorussie – Luxembourg (à Borisov)

De miracle il n’y a pas eu pour la Bulgarie et la Biélorussie, toutes deux lourdement battues par les deux favoris du groupe. L’important pour ces deux équipes sera de reprendre confiance rapidement pour ne pas déjà être décrochées dans la course à la qualification.

La Bulgarie aura la tâche la plus difficile puisqu’elle se déplacera en Suède. Une victoire lui assurerait l’une des deux premières places à l’issue de cette troisième journée : la première si les Pays-Bas et la France font match nul, la deuxième sinon. Face à une équipe de Suède peu convaincante depuis le début de ces éliminatoires, la Bulgarie aura sa chance à condition de hausser son niveau de jeu.

La Biélorussie va quant à elle recevoir le Luxembourg. Elle part largement favorite mais elle devra tout de même se méfier d’une équipe qui lui a souvent posé problème par le passé. La dernière confrontation en date entre les deux équipes, en septembre 2015, a vu les Biélorusses s’imposer.

La troisième rencontre du groupe sera le choc de la soirée entre les Pays-Bas et la France, tous deux favoris du groupe.

Groupe B : plus vraiment le droit à l’erreur

(tous les matchs auront lieu le 10 octobre à 20h45)
Îles Féroé – Portugal (à Tórshavn)
Andorre – Suisse (à Andorre-la-Vieille)
Lettonie – Hongrie (à Riga)

La Lettonie comme la Hongrie ne garderont pas de bons souvenirs de cette deuxième journée. Pendant que les Magyars s’inclinaient de justesse face à la Suisse, les Lettons se faisaient humilier à domicile par les Îles Féroé. Lettons et Hongrois vont s’affronter lors de cette deuxième journée en ayant l’obligation de s’imposer pour ne pas se laisser distancer dans un groupe que la Suisse et le Portugal devraient dominer.

Pendant ce temps, les deux favoris du groupe auront des matchs à leur portée à négocier et ils devraient s’en sortir chacun avec la victoire. Le Portugal ira aux Îles Féroé, chez l’inattendu deuxième du groupe, tandis que la Suisse se déplacera en Andorre.

Groupe C : pour survivre ou pour prolonger le rêve

(tous les matchs auront lieu le 11 octobre à 20h45)
Allemagne – Irlande du Nord (à Hanovre)
République tchèque – Azerbaïdjan (à Ostrava)
Norvège – Saint-Marin (à Oslo)

Deux matchs, deux victoires. L’Azerbaïdjan a parfaitement débuté sa campagne qualificative et il voudra continuer sur sa lancée avec en ligne de mire les barrages. Il lui faudra pour cela l’emporter en République tchèque, ce qui ne s’annonce pas vraiment aisé malgré la mauvaise passe traversée actuellement par les Tchèques. Ces derniers n’ont glané qu’un point en deux matchs et ils seront donc obligés de gagner pour ne pas devoir oublier la Coupe du monde.

Dans le même temps, l’Allemagne recevra l’Irlande du Nord avec l’étiquette de favori. La Norvège va quant à elle recevoir Saint-Marin et elle devrait s’imposer et prendre ses premiers points dans ces éliminatoires.

Groupe D : une affiche au programme

(tous les matchs auront lieu le 9 octobre)
Pays de Galles – Géorgie (à Cardiff | 18h00 | diffusion sur Canal + Sport)
Serbie – Autriche (à Belgrade | 20h45 | diffusion sur Multisports 2)
Moldavie – Irlande (à Chisinau | 20h45)

Comme attendu, quatre équipes semblent en mesure de lutter pour la qualification dans ce groupe. La Moldavie et la Géorgie, qui comptent toutes deux zéro point après deux matchs, devraient se contenter de faire de la figuration. Opposées aux deux équipes des îles Britanniques présentes dans ce groupe D, respectivement l’Irlande et le Pays de Galles, les deux ex-républiques soviétiques devraient à nouveau s’incliner.

L’autre rencontre concernera deux prétendants à la qualification : la Serbie et l’Autriche s’affronteront à Belgrade. Le vainqueur éventuel de la rencontre réalisera une excellente opération alors qu’un match nul n’arrangera personne sinon, sans doute, le Pays de Galles et l’Irlande.

Groupe E : pour confirmer

(tous les matchs auront lieu le 11 octobre)
Kazakhstan – Roumanie (à Astana | 18h00 | diffusion sur Foot +)
Danemark – Monténégro (à Copenhague | 20h45 | diffusion sur Multisports 1)
Pologne – Arménie (à Varsovie | 20h45 | diffusion sur Multisports 2)

Le Monténégro, la Roumanie et la Pologne l’ont tous trois emporté lors de la deuxième journée et se sont installés aux premières places du groupe. Ces trois équipes tenteront de confirmer lors de la prochaine journée.

La mission s’annonce a priori aisée pour la Roumanie et la Pologne. Les Roumains, qui l’ont brillamment emporté en Arménie, se déplaceront au Kazakhstan. Sur le terrain de l’équipe la plus faible du groupe, il faudra éviter le piège et bien gérer le long déplacement. La Roumanie n’oubliera sûrement pas que la Pologne a laissé échapper deux points en Asie centrale au début de sa campagne qualificative.

La Pologne devra quant à elle affronter à domicile une équipe d’Arménie qui a perdu ses deux premiers matchs, concédant notamment un 0-5 à domicile face à la Roumanie. La Pologne part largement favorite même si elle sera privée d’Arkadiusz Milik, blessé pour un long moment.

Enfin, le Monténégro aura la mission la plus difficile puisqu’il devra se déplacer au Danemark, chez l’un des prétendants à la qualification. L’actuel leader du groupe devra réaliser un grand match en terre scandinave pour continuer à rêver de Coupe du monde.

Groupe F : à la conquête du Royaume-Uni

(tous les matchs auront lieu le 11 octobre à 20h45)
Slovénie – Angleterre (à Ljubljana | diffusion sur Canal + Sport)
Slovaquie – Écosse (à Trnava)
Lituanie – Malte (à Vilnius)

Relancée dans la course à la deuxième place après sa victoire face à la Slovaquie, la Slovénie va affronter l’Angleterre avec la possibilité de prendre la tête du groupe en cas de succès. L’Angleterre part bien sûr favorite mais elle traverse actuellement une période de doute avec son changement inattendu de sélectionneur et elle s’est montrée peu convaincante face à Malte. Aux Slovènes d’en profiter. Les deux équipes figuraient déjà dans le même groupe lors des éliminatoires de l’Euro 2016 et les Anglais, qui avaient réalisé le sans faute, l’avaient emporté à deux reprises (3-1 à Londres, 3-2 à Ljubljana) sans que la Slovénie n’ait démérité pour autant.

La Slovaquie recevra quant à elle une autre équipe britannique : l’Écosse. Les Slovaques, qui ont perdu leurs deux premiers matchs, doivent absolument s’imposer pour rester en course face au deuxième du groupe. Néanmoins, le classement est flatteur pour une sélection écossaise qui n’a pas convaincu lors de ses deux premiers matchs.

La Lituanie peut quant à elle réaliser un excellent coup. Auteur de deux matchs nuls frustrants lors des deux premiers matchs, les Baltes vont recevoir Malte, l’équipe la plus faible du groupe. En cas de victoire, ils se placeraient comme candidats aux barrages.

Groupe G : le grand défi albanais

(tous les matchs auront lieu le 9 octobre)
Israël – Liechtenstein (à Jérusalem | 18h00)
Albanie – Espagne (à Shkodër | 20h45 | diffusion sur Canal + Sport)
Macédoine – Italie (à Skopje | 20h45 | diffusion sur Foot +)

L’Albanie est leader de son groupe devant l’Espagne et l’Italie. Cette situation étonnante mais pas dénuée de logique après la deuxième journée n’est pas amenée à durer en théorie. En pratique, l’Albanie peut conserver sa place de leader mais à condition de réaliser l’exploit face à l’Espagne, championne d’Europechampionne du monde… enfin, face à l’Espagne, qui partira évidemment favorite et qui n’a pas perdu de match qualificatif pour la Coupe du monde depuis 1993.

La Macédoine aura également droit à un match de gala, face à l’Italie. La Macédoine devra impérativement s’imposer après avoir perdu ses deux premiers matchs sous peine de déjà dire au revoir à la Coupe du monde 2018.

Enfin, Israël devrait l’emporter face au Liechtenstein, ce qui lui permettrait de devenir un prétendant aux barrages.

Groupe H : la Grèce pour confirmer, la Bosnie-Herzégovine pour se relancer

(tous les matchs auront lieu le 10 octobre à 20h45)
Gibraltar – Belgique (à Faro (Portugal))
Bosnie-Herzégovine – Chypre (à Zenica)
Estonie – Grèce (à Tallinn | diffusion sur Multisports 2)

Après sa lourde défaite en Belgique, la Bosnie-Herzégovine aura l’occasion de renouer avec la victoire face à Chypre, une équipe à sa portée et qui a perdu ses deux premiers matchs. Méfiance tout de même car Edin Džeko et ses coéquipiers ne gardent pas de bons souvenirs de Chypre. Lors des éliminatoires de l’Euro 2016, les Chypriotes avaient crée la surprise en l’emportant à Zenica (1-2) avant de s’incliner de justesse au match retour au terme d’un match renversant (3-2).

La Grèce reste sur deux victoires en deux matchs mais elle n’a affronté jusque là que les deux équipes les plus faibles du groupe en théorie. Le match en Estonie est à la portée des Grecs mais il sera sans doute un peu plus difficile que les deux précédents.

Enfin, la Belgique devrait logiquement l’emporter à Gibraltar et obtenir ainsi une troisième victoire en trois matchs.

Groupe I : à la Croatie et à l’Ukraine d’en profiter

(tous les matchs auront lieu le 9 octobre)
Finlande – Croatie (à Tampere | 18h00 | diffusion sur Foot +)
Ukraine – Kosovo (à Cracovie (Pologne) | 18h00)
Islande – Turquie (à Reykjavík | 20h45)

Dans ce groupe très serré, la confrontation entre l’Islande et la Turquie pourrait profiter à la Croatie et à l’Ukraine qui auront à gérer de leur côté des matchs à leur portée.
La Croatie se déplacera en Finlande, sur le terrain d’une équipe qui a mal débuté ses qualifications avec un nul à domicile et une défaite. Les Croates sont en pleine confiance après le 6-0 infligé au Kosovo et ils partent évidemment favoris.

L’Ukraine jouera de son côté face au Kosovo mais a décidément une histoire contrariée avec les matchs qu’elle doit jouer à domicile. Après avoir affronté l’Islande sans son public, elle se voit maintenant contrainte de recevoir le Kosovo à Cracovie, en Pologne, car l’Ukraine ne reconnaît pas l’indépendance du Kosovo. Sur le terrain, les Ukrainiens partent favoris au vu notamment de leur belle prestation face à la Turquie qui n’a malheureusement pas été récompensée par une victoire.
Enfin, l’Islande recevra donc la Turquie.

Karim Hameg


Image à la une : © Federația Moldovenească de Fotbal / FMF.md

Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Karim Hameg

Karim Hameg

Ex-géographe aujourd'hui dans l'informatique, passionné de football russe et ukrainien.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Éliminatoires Coupe du Monde 2018 – 2ème journée

La route vers Moscou continue dans la zone Europe et pour les pays Footballski. De la bonne surprise azerbaïdjanaise à...

Fermer