En attendant la deuxième journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2018

Karim Hameg
Karim Hameg - Publié le 6 octobre 2016

Durant cette trêve internationale d’octobre, nous aurons droit à deux journées d’éliminatoires réparties sur six jours consécutifs. Voici les enjeux de la deuxième journée, qui s’étendra du jeudi 6 au samedi 8 octobre 2016.

Groupe A : matchs de gala pour la Bulgarie et la Biélorussie

(tous les matchs auront lieu le 7 octobre à 20h45)
Pays-Bas – Biélorussie (à Rotterdam | diffusion sur Canal + Sport)
France – Bulgarie (à Saint-Denis | diffusion sur TF1)
Luxembourg – Suède (à Luxembourg)

Plutôt performantes lors de la première journée, la Biélorussie et la Bulgarie disputeront des matchs prestigieux. S’ils ne partent pas favoris, ils ont un coup à jouer. Auréolée de son match nul face à l’équipe de France, la Biélorussie n’aura rien à perdre aux Pays-Bas, chez une équipe en reconstruction et loin de son meilleur niveau.

La Bulgarie, leader du groupe, se déplacera de son côté au Stade de France pour y affronter des Bleus supérieurs sur le papier, mais quelque peu dans le doute après leur contre-performance initiale et qui seront en plus affaiblis par les blessures. Les Bulgares voudront sans doute réaliser le même coup que lors de leur dernier déplacement parisien, un certain 17 novembre 1993. Le dernier match du groupe verra la Suède se déplacer au Luxembourg avec sans doute une victoire à la clé.

Groupe B : se ressaisir pour la Hongrie, confirmer pour la Lettonie

(tous les matchs auront lieu le 7 octobre à 20h45)
Portugal – Andorre (à Aveiro)
Hongrie – Suisse (à Budapest)
Lettonie – Îles Féroé (à Riga)

Incapable de venir à bout des îles Féroé en ouverture de ces éliminatoires, la Hongrie ne peut plus se permettre de perdre des points si elle veut participer à la Coupe du monde 2018. Cette opération « reconquête » ne démarre pas de la manière la plus aisée qui soit pour Balázs Dzsudzsák et ses coéquipiers qui recevront la Suisse, leader du groupe sur un nuage après son succès inaugural face au champion d’Europe portugais.

La Lettonie recevra quant à elle les îles Féroé. Si les Baltes ont peu de chances de se qualifier pour la prochaine Coupe du monde, ils pourraient toutefois se retrouver leaders du groupe à l’issue de cette journée s’ils parviennent à battre des insulaires à leur portée. Pour rappel, les Lettons ont démarré leur campagne éliminatoire par une courte victoire en Andorre. L’Andorre, c’est justement l’équipe qu’affrontera le Portugal. Revanchards après leur défaite initiale face à la Suisse, les vainqueurs de l’Euro 2016 devraient l’emporter face aux Catalans.

Groupe C : mission périlleuse pour la République tchèque, bon coup à jouer pour l’Azerbaïdjan

(tous les matchs auront lieu le 8 octobre)
Azerbaïdjan – Norvège (à Bakou | 18h00 | diffusion sur Foot +)
Allemagne – République tchèque (à Hambourg | 20h45 | diffusion sur Foot +)
Irlande du Nord – Saint-Marin (à Belfast | 20h45)

Tenue en échec à domicile par l’Irlande du Nord lors de la première journée, la République tchèque doit l’emporter pour lancer véritablement ses éliminatoires. Problème : elle se déplacera en Allemagne, chez le champion du monde en titre. La Reprezentace tentera de faire aussi bien que lors de son dernier déplacement en Allemagne il y a neuf ans, au cours duquel elle avait écrasé la Nationalmannschaft (3-0) lors des éliminatoires de l’Euro 2008. Néanmoins, il faut préciser que l’Allemagne alignait une équipe bis ce jour-là, après avoir assuré sa qualification lors de la journée précédente.

Dans un groupe très homogène derrière l’Allemagne, trois voire quatre équipes ont une chance d’atteindre la deuxième place. L’Azerbaïdjan, qui a démarré par une courte victoire à Saint-Marin, pourrait se positionner en cas de succès face à la Norvège. Laminés à domicile par l’Allemagne lors de la première journée, les Scandinaves ne sont pas en confiance. L’Irlande du Nord devrait quant à elle logiquement s’imposer face à Saint-Marin, l’une des deux plus mauvaises équipes du continent.

Groupe D : un premier choc au programme

(tous les matchs auront lieu le 6 octobre à 20h45)
Autriche – Pays de Galles (à Vienne | diffusion sur Foot +)
MoldavieSerbie (à Chisinau | diffusion sur Multisports 3)
Irlande – Géorgie (à Dublin)

Le choc entre les deux favoris de ce groupe D aura lieu du côté de Vienne. Tous deux repartis avec les trois points lors de la première journée, l’Autriche et le Pays de Galles auront tous deux à cœur de s’imposer pour prendre un avantage déterminant tant au niveau comptable que sur le plan psychologique. En embuscade, la Serbie voudra profiter de son déplacement en Moldavie pour se replacer dans la course à la qualification. En cas de succès chez une équipe qui peine à se redresser, les Serbes feront quoiqu’il arrive partie des grands gagnants de la soirée.

De son côté, la Géorgie n’a déjà plus le droit à l’erreur et elle devra gagner en Irlande pour croire en ses chances. Ce match ne rappelle pas de bons souvenirs aux Caucasiens qui avaient déjà affronté les Irlandais lors des éliminatoires du Mondial 2010. En février 2009, la Géorgie menait au score à Dublin avant de concéder un penalty inexistant à vingt minutes du terme de la fin pour finir par s’incliner (1-2).

Groupe E : la Roumanie et la Pologne attendues au tournant

(tous les matchs auront lieu le 8 octobre)
ArménieRoumanie (à Erevan | 18h00 | diffusion sur Multisports 1)
MonténégroKazakhstan (à Podgorica | 18h00)
Pologne – Danemark (à Varsovie | 20h45 | diffusion sur Foot +)

Dans ce groupe où figurent cinq équipes de l’est, la Roumanie et la Pologne faisaient partie des favoris. Les deux équipes ont déçu lors de la première journée (match nul pour l’une comme pour l’autre) et elles se voient contraintes de réagir. La Roumanie ira à Erevan pour y affronter une équipe d’Arménie qui s’est inclinée lors de la première journée et qui sera obligée de l’emporter.

La Pologne recevra quant à elle le Danemark pour l’une des affiches de cette session éliminatoire. Les Scandinaves sont seuls leaders du groupe, car étant les seuls à avoir gagné un match lors de la journée précédente. Enfin, le Monténégro recevra le Kazakhstan. Ces deux équipes, qui ont tenu en échec les deux favoris du groupe en ouverture, tenteront de bonifier le point obtenu lors de la première journée.

Groupe F : Un « Slo – Slo » pour se relancer

(tous les matchs auront lieu le 8 octobre)
Angleterre – Malte (à Londres | 18h00)
SlovénieSlovaquie (à Ljubljana | 20h45 | diffusion sur Multisports 3)
Écosse – Lituanie (à Glasgow | 20h45 | diffusion sur Multisports 2)

La Slovénie comme la Slovaquie auraient espéré un meilleur départ. S’il semblait logique de voir les Slovaques s’incliner face à l’Angleterre (et encore, dans les dernières secondes), il apparaissait beaucoup plus improbable de voir la Slovénie perdre deux points en Lituanie. Les deux équipes au nom et au drapeau assez similaires vont s’affronter à Ljubljana et le vainqueur éventuel de cette rencontre fera une bonne opération (un match nul n’arrangerait en revanche personne). Pour rappel, ces deux sélections figuraient dans le même groupe qualificatif lors des éliminatoires du Mondial 2010 et la Slovénie l’avait emporté à deux reprises (2-1 puis 2-0) même si la Slovaquie avait fini en tête du groupe. La Slovénie s’était elle aussi qualifiée par l’intermédiaire des barrages.

La Lituanie va se déplacer en Écosse, leader du groupe. Les Baltes, qui ont laissé échapper de peu la victoire face à la Slovénie, auront leur chance à Hampden Park, chez une équipe qui n’a pas vraiment convaincu malgré sa victoire à Malte. Ce sera l’occasion pour les deux équipes de se retrouver, elles qui avaient été versées dans le même groupe lors des éliminatoires de l’Euro 2012 (0-0 à Kaunas et victoire écossaise 1-0 à Glasgow). Enfin, l’Angleterre devrait l’emporter à Malte malgré son changement inattendu de sélectionneur et le flou qui l’entoure.

Groupe G : une opportunité à saisir pour l’Albanie

(tous les matchs auront lieu le 6 octobre à 20h45)
Italie – Espagne (à Turin)
Liechtenstein – Albanie (à Vaduz)
Macédoine – Israël (à Skopje)

Le choc entre l’Italie et l’Espagne attirera tous les regards en Europe. Cette rencontre entre deux des géants du football européen s’annonce serrée et pourrait d’ores et déjà constituer un tournant dans la course à la première place. Quoi qu’il en soit, l’un des deux favoris perdra des points pendant que l’Albanie aura à gérer un déplacement à sa portée au Liechtenstein. Les Albanais, qui ont remporté leur premier match, pourraient donc se retrouver à l’une des deux premières places du groupe à l’issue de cette deuxième journée.

Battue en Albanie lors de la première journée, la Macédoine recevra de son côté Israël qui s’est également incliné en ouverture. La Macédoine devra l’emporter pour ne pas voir ses chances de qualification, déjà minces, s’amenuiser.

Groupe H : un derby et une affiche au programme

(tous les matchs auront lieu le 7 octobre à 20h45)
Belgique – BosnieHerzégovine (à Bruxelles | diffusion sur Foot +)
GrèceChypre (au Pirée)
Estonie – Gibraltar (à Tallinn)

Un déplacement en Belgique rappellera autant de bons que de mauvais souvenirs à la Bosnie-Herzégovine. Edin Džeko et ses coéquipiers s’y étaient imposés lors des éliminatoires du Mondial 2010 (4-2), mais ils y ont perdu il y a un peu plus d’un an, en match qualificatif pour l’Euro 2016 (1-2). Pour cette confrontation, la Belgique part favorite, mais la Bosnie-Herzégovine, leader du groupe, aura des arguments à faire valoir.

La Grèce a idéalement démarré ces éliminatoires même si sa victoire face au faible Gibraltar n’est pas vraiment révélatrice. Opposée à son voisin Chypre à l’occasion de cette deuxième journée, la Grèce aura l’occasion de se mesurer à une opposition un peu plus relevée et elle tentera d’en profiter s’imposer comme trouble-fête dans ce groupe. Humiliée en Bosnie-Herzégovine en ouverture, l’Estonie devrait cette fois s’imposer et pourquoi pas sur un score plutôt large puisqu’elle recevra Gibraltar.

Groupe I : toujours serré ?

(tous les matchs auront lieu le 6 octobre à 20h45)
Kosovo – Croatie (à Shkodër (Albanie))
Islande – Finlande (à Reykjavik | diffusion sur Multisports 2)
Turquie – Ukraine (à Konya | diffusion sur Multisports 1)

Dans ce groupe où les six équipes sont à égalité parfaite, cette deuxième journée devrait permettre de voir les choses se décanter. Pour le premier match officiel à domicile de son histoire, le Kosovo recevra la Croatie à Shkodër, en Albanie, faute de stade aux normes. Les Croates partent favoris mais ils n’ont pas été épargnés par les blessures : ils devront notamment se passer de leurs deux géniaux milieux de terrain Modrić et Rakitić. De quoi donner espoir aux Kosovars.

La Finlande ne partira pas vraiment favorite en Islande, chez le surprenant quart de finaliste de l’Euro 2016, pour ce « Nordico » qui opposera les deux pays les plus septentrionaux du continent. Enfin, l’Ukraine se déplacera en Turquie, à Konya. Elle tentera d’imiter la génération Shevchenko qui s’était qualifiée pour la Coupe du monde 2006 en écrasant les Turcs sur leur terrain (3-0, novembre 2004).

 

Karim Hameg


Image à la une : © Fifa.com

En attendant la deuxième journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2018
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Karim Hameg

Karim Hameg

Ex-géographe aujourd'hui dans l'informatique, passionné de football russe et ukrainien.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Villes de Coupe du Monde – Épisode 2 : Moscou

Après un grand été international, il est temps de se plonger dans la prochaine grande compétition internationale afin de ne...

Fermer