De la Baltique au Caucase, des Carpates au Kazakhstan, la Gazette de l’est revient sur les événements marquants du week-end dernier. Actu, matchs, polémique et Histoire, votre dose hebdomadaire d’Europe de l’Est c’est ici et nulle part ailleurs.

Quelques jours après sa déception européenne et une défaite à domicile contre l’Espanyol Barcelone, le CSKA Moscou, leader du championnat, recevait Rostov. Equipe surprise du début de saison, le club du sud de la Russie s’accroche au haut de tableau et comptait bien mettre des bâtons dans les roues des Moscovites.

Il faut attendre seulement dix minutes pour voir le premier but du match, et c’est Rostov qui crée la surprise. Seul au second poteau, Bayramyan reprend de demi-volée et ouvre le score pour les visiteurs. Dans un match très fermé, Rostov joue bien son jeu. Juste avant la pause, Bayramyan double la mise sur une contre-attaque d’une belle frappe enroulée. Le CSKA est K.O.

Archi dominé, le CSKA encaisse un nouveau but par Shomurodov. Un but seulement, car Akinfeev sauve de nombreux ballons chauds ! Le but de Vlasic sur pénalty en fin de match est anecdotique, le CSKA a été aux fraises. Et c’est très inquiétant pour la suite de la saison.

One team in Tallinn

C’est un épisode cocasse qui se déroule à Tallinn ce 9 octobre 1996. Un match d’éliminatoires comptant pour la Coupe du Monde 1998 qui a vu l’Estonie s’incliner à domicile… après avoir refusé de se présenter face à l’Ecosse !

Dans ce groupe 4 des éliminatoires pour le Mondial français, l’Ecosse se déplace ainsi en Estonie pour la troisième journée. Avec une victoire et un nul, les hommes de Craig Brown comptent un point de plus que les Estoniens. L’enjeu est donc important pour les deux équipes lorsque les Écossais se rendent au Kadrioru Staadion pour leur entraînement la veille du match. Le début des problèmes. Au terme de leur séance, ces derniers émettent des doutes sur la qualité de l’éclairage. Le Kadrioru Staadion étant en effet sous équipé, la fédération estonienne (EJL) a fait installer des installations provisoires, louées en Finlande. Le Luxembourgeois Jean-Marie Gantenbein, délégué FIFA du match, les inspecte, mais confirme la possibilité de donner la coup d’envoi à 18h45 le lendemain.

Et au petit matin, revirement total de situation. Après protestation auprès de la FIFA des Ecossais, le comité exécutif organise une réunion et décide, à 2h30 du matin, d’avancer l’heure du coup d’envoi à 15h00. En apprenant la décision dans la matinée, les Estoniens sont incrédules. Et protestent à leur tour. Selon l’EJL, il est impossible de réorganiser la logistique prévue pour le match, notamment en matière de sécurité. Plus grave : nous sommes mercredi, et certains de ses joueurs semi-professionnels sont encore au travail à l’heure du coup d’envoi – tout comme les spectateurs. Les autres joueurs sont eux basés dans leur camp d’entraînement distant de cent kilomètres. De plus, la BBC, qui avait promis 50 000 livres sterling pour la diffusion du match, n’a pas de créneau disponible à 15h00, heure où elle diffuse les cérémonies en mémoire du massacre de Dumblane. Aivar Pohlak, l’omniprésent président de l’EJL, monte au créneau : « Nous quitterons notre base à 16h00, comme prévu, pour un coup d’envoi à 18h45. Nous savons que les Écossais seront déjà repartis à cette heure et il n’y aura pas de match aujourd’hui. Nous pensons que la fédération écossaise a été très, très injuste avec nous.« 

C’est ainsi qu’à 15h00, seule la sélection écossaise entre sur le terrain. Devant une Tartan Army qui chante « One team in Tallinn ! There’s only one team in Tallinn ! » sur l’air de Guantanamera. Le capitaine John Collins serre la main des arbitres, puis pousse le ballon au coup d’envoi. Et trois secondes après le début du match, l’arbitre yougoslave en siffle la fin. Hilares, les Écossais lèvent les bras, tandis que leurs supporters, quelque peu déçus de la tournure des événements, envahissent le terrain pour jouer à leur tour.

Tout le monde est déjà reparti lorsque les joueurs estoniens arrivent. Commence alors une deuxième série de débats. Les Écossais se voient tout d’abord attribuer une victoire 3-0 sur tapis vert. Avant que la FIFA ne modifie finalement sa décision un mois plus tard, et ordonne de rejouer le match sur terrain neutre. En février 1997, les deux équipes se retrouvent ainsi au Stade Louis-II de Monaco, qu’elles quitteront sur un match nul (0-0). Le quatrième et dernier point pris par les Estoniens dans cette campagne. Deuxième derrière l’Autriche, l’Ecosse obtient quant à elle son billet pour la France.

RPL

Les gros ont tous gagné ce week-end en Russie à l’exception du CSKA Moscou. En déplacement sur la pelouse de l’Oural Ekaterinbourg, le Zenit n’a pas tremblé en s’imposant 3-1 avec notamment un bijou collectif conclu par Ozdoev. Très mal en point en compétition européenne, le FK Krasnodar a fait le plein de confiance avant la trêve avec un succès 2-1 contre un Spartak Moscou qui plonge au classement. De son côté, le Lokomotiv Moscou a été chahuté par l’Arsenal Tula à domicile mais s’est également imposé sur le score de 2-1.

Dans les autres rencontres, Orenbourg enfonce encore un peu plus le Dynamo Moscou dans la crise en s’imposant 2-0. Le Rubin Kazan devant une très faible affluence s’impose contre Tambov 2-1 et l’Akhmat l’emporte sur la pelouse d’Ufa (0-1). Dans le dernier match de la journée, Samara est venu à bout de Sochi (0-2) et s’est donné un bon bol d’air avant la pause internationale.

FNL

La FNL jouait sa 16e journée de compétition le week-end dernier. Le Torpedo a repris sa marche en avant après sa défaite 1-0 contre Neftekhimik. Un but contre son camp de Pokidyshev et un penalty de Ryazantsev ont suffi au bonheur du Torpedo qui bonifie sa victoire en mettant Khimki à deux points de plus grâce au nul des Khimkitsy contre Khabarovsk (1-1).

Khimki voit le poursuivant le plus proche mettre la pression. Le Rotor enchaine une nouvelle victoire contre Saransk (1-0). Mais l’équipe qui impressionne depuis quelques temps par sa régularité, c’est Neftekhimik. Les hommes de Yutki Utkulbaev son quatrième de FNL grâce à leur victoire 2-0 contre le FK Chayka.

L’autre club qui sort les dents, c’est le Baltika. Le club de Kaliningrad avait horriblement débuté la saison avec cinq défaites en 6 matchs. Mais depuis, les choses se sont améliorées et le Baltika n’a plus perdu, enchainant même une troisième victoire contre Krasnodar 2 (4-1).

Et puis comment ne pas souligner la deuxième victoire consécutive de Enisey face à Nizhny Novgorod (1-3) ? Le club de Krasnoyarsk reprend des couleurs et s’est placé dans la course au maintien !

LE JOUEUR DU WEEK-END

Deux buts et une passe décisive contre le CSKA Moscou, Khoren Bayramyan a sorti un très gros match avec Rostov ce week-end. Une performance de haute volée pour un joueur clé de son club. Nul doute que si Bayramyan conserve une telle efficacité et un tel niveau de jeu, alors Rostov pourra viser haut cette saison.

C’était le choc de cette journée d’Erovnuli Liga et ce fût épique. A Batumi, sous une pluie battante, le Dinamo Batumi et le Dinamo Tbilissi se sont quittés sur un score de parité (1-1) élogieux pour les Dinamoelis de Tbilissi. Dominateur, poussé par les milliers de spectateurs ayant bravé le déluge pour supporter leur équipe dans l’unique tribune sans toit de leur base d’entraînement, mais aussi autour du grillage attenant, le Dinamo Batumi a cru faire la différence grâce à son inévitable Brésilien Flamarion sur penalty, avant que Mchedlidze n’égalise en toute fin de match. Grand match, grand spectacle (chapeau aux jardiniers de Batumi qui ont réussi à maintenir une pelouse correcte malgré les trombes d’eau) et égalité en tête de classement à 6 matchs de la fin du championnat. Toute reste encore à jouer !

L’Ararat reprend un peu d’air. Le leader, qui venait d’essuyer deux défaites en trois matchs, s’est rassuré sur la pelouse du FC Yerevan et reprend trois points d’avance sur Shirak et l’Ararat Armenia. Bien leur en a pris car l’Ararat Armenia revient en trombe après une début de saison raté. Le duel des Ararat aura bien lieu.

Le clan des 7. 7 victoires en 7 matchs pour Qarabag dans le championnat azéri et 10 points d’avance sur le deuxième. On fera ainsi le décompte chaque semaine dans la gazette jusqu’à ce que cette série parfaite s’arrête.

UPL

10/10 pour le Shakhtar Donetsk. La victoire du champion en titre sur le terrain du SK Dnipro-1 (2-0) est sa dixième en dix matchs. S’il s’impose après la trêve face au Kolos Kovalivka, le Shakhtar aura réussi l’exploit de remporter tous ses matchs aller, une performance qu’il avait déjà réalisé lors de la saison 2012/2013 (quinze matchs à l’époque).

Loin derrière, le Desna Chernigiv continue de surprendre. Son succès arraché en fin de rencontre face au dernier, l’Olimpik Donetsk (1-0) lui permet de conserver sa deuxième place à égalité avec le Dynamo Kiev qui a décroché sur le terrain du Kolos Kovalivka (4-0) sa troisième victoire consécutive en championnat.

Oleksandriya, en s’imposant (2-1) face au Karpaty Lviv, reste à un point du Desna et du Dynamo.

La mauvaise opération est à mettre à l’actif du Zarya Lugansk, incapable de s’imposer chez l’avant-dernier, le FK Lviv (0-0). Le Zarya est désormais à quatre points de la deuxième place.

Enfin, il n’y a pas eu de vainqueur entre le Vorskla Poltava et Mariupol (1-1). Ce dernier, qui a laissé échapper la victoire dans les arrêts de jeu de la deuxième période, s’éloigne du Top 6.

PERSHA LIGA

L’Obolon Brovar conserve la tête du championnat malgré sa défaite surprise à Petrove. L’Ingulets accède au podium grâce au doublé de Nika Sichinava, désormais meilleur buteur de D2. Sans briller non plus, le Metalist 1925 gagne une position avec son nul (0-0) et profite surtout lui aussi de la défaite du FC Minay sur la pelouse du Girnik-Sport, qui fait un bon de trois places jusqu’au neuvième rang.

Les positions restent globalement inchangées dans le reste du classement. En fond de peloton, la situation est préoccupante pour le Kremin, le Cherkashchyna ainsi que le Metalurg qui accusent sept points de retard sur le premier non-relégable.

LE JOUEUR DU WEEK-END

Buteur lors des trois dernières rencontres de championnat, le Slovène Benjamin Verbic semble avoir retrouvé de sa superbe. L’ailier gauche du Dynamo Kiev a su se montrer indispensable ces dernières semaines.

La Coupe d’Europe à Suruceni !

Encore impensable en début de saison, le Sfântul Gheorghe l’a pourtant fait : il jouera la Ligue Europa l’été prochain. Grâce à une solide saison, ainsi qu’un Milsami pas au rendez-vous ou un Speranța qui a complètement raté son championnat, le Sfântul Gheorghe vient placer Suruceni sur la carte du football moldave et européen.

Il faut dire que la petite localité, située à une vingtaine de kilomètres de Chișinău, ne paie à priori pas de mine. Au-delà d’un monastère du XVIIIe siècle, Suruceni est surtout le point de passage de la route vers le poste frontière de Leușeni, vers la Roumanie. Moins de 2 000 habitants peuplent cette petite bourgade paisible, que le SGS (pour « Sfântul Gheorghe Suruceni ») vient réveiller une semaine sur deux.

Malgré la faible performance de la saison dernière (l’équipe avait terminé avant-dernière), le projet du Sfântul Gheorghe est solide et sérieux, avec une stabilité de son management et un recrutement intelligent – un mélange d’expérience et de joueurs à relancer. La finale de Coupe, perdue sur le fil face au Sheriff en mai dernier, avait déjà prouvé qu’il fallait compter sur ce Sfântul Gheorghe-là cette saison. Bien parti pour garder sa deuxième place face au Petrocub (huit points séparent les deux équipes), Suruceni compte déjà les jours jusqu’à fin juin. Jusqu’à ce rêve européen.

Lors d’un Sfântul Gheorghe vs. Petrocub, la saison passée. | © https://www.facebook.com/FCSGS

Estonie : Konstantin Vassiljev au cinéma

Depuis son retour en Premium Liiga sous le maillot du Flora Tallinn cette année, le meneur de jeu aux 115 sélections nationales crève l’écran. A tout point de vue, puisqu’est sorti cette semaine dans les cinéma estoniens Kastist väljas (Hors de la boîte), un documentaire d’une heure retraçant la vie de celui que l’on surnomme « Maestro. » Depuis son enfance à Maardu – ville limitrophe de Tallinn très majoritairement russophone et berceau du Levadia où il a démarré sa carrière – à son retour triomphant en Premium Liiga cette année, la carrière de Vassiljev n’a pas été sans embûche. Un moment d’introspection pour mieux revenir sur la vie et la carrière du meilleur footballeur estonien de l’histoire, avec ses questions, ses secrets, ses joies et ses doutes.

Lituanie : refonte de la A Lyga ?

Alors que la saison se termine dans un gros mois, les yeux sont déjà tournés vers la saison 2020 et la possibilité d’étendre le nombre de participants de la A Lyga à douze clubs, contre sept cette année suite à la disparition du Stumbras Kaunas. Plusieurs clubs de seconde division ont été sondés et à priori Dziugas Telsiai, Banga Gargždai, Dainava Alytus, Vytis Vilnius et Kupiskis seraient de potentiels candidats à une promotion. Cette nouvelle a été accueillie avec un grand scepticisme, beaucoup doutant de la solidité financière des clubs précités et Kupiskis, club accepté par la fédération en D2 dans le but de développer le football dans la région, avec de très nombreuses dérogations aux conditions de la licence, s’est jusqu’ici surtout fait remarquer pour son implication dans des matchs truqués…

Sur le terrain, Suduva a remporté facilement la coupe contre Banga Gargždai (4-0) et, au niveau du championnat, a pour l’instant l’avantage aux points face à son concurrent direct, le Zalgiris Vilnius. On se dirige vers un doublé pour le club de Marijampolé.

Lettonie : plus d’étrangers en Virsliga

En Lettonie, une réforme du nombre d’étrangers présents sur le terrain vient d’être entérinée, augmentant la limite de cinq à huit. Cette petite révolution était fortement attendue par les « gros » du championnat : Riga FC, Riga FS, Spartaks Jurmala et Ventspils. Les « petits » étaient contre, avec le soutien du président de la fédération Kaspars Gorkšs qui subit un nouveau camouflet, les gros ayant déjà envoyé la semaine précédente un courrier incriminant sa mauvaise gestion et réclamant sa démission.

Ayant échoué de peu à rejoindre les groupes de Ligue Europa, le Riga FC se sent pousser des ailes suite à cette décision d’augmenter le nombre d’étrangers et a annoncé que ses projets futurs sont la participation à la phase de groupe de la Ligue Europa, la mise aux normes du Skonto Stadium et la construction du plus grand centre dédié au football dans la Baltique, avec une superficie de douze hectares !

Une grande première pour Kyzylorda !

En gagnant la Coupe du Kazakhstan en prolongations pour la deuxième fois de son histoire, le Kaisar Kyzylorda a gagné le précieux sésame pour la Coupe d’Europe 2020/2021 ! Ce sera une première dans l’histoire d’un club qui n’a jamais pu accéder à l’Europe, puisque l’année de son premier trophée (la coupe nationale de 1998), le Kazakhstan appartenait à la zone Asie. Pourtant, le Kaisar a bien failli être européen grâce à sa quatrième place en 2008, mais le club n’avait pas pu répondre aux exigences de l’UEFA. Même chose pour les 5e, 6e, 7e et 8e du championnat… C’est finalement le 9e du classement, Okzhetpes, qui a participé à la Coupe UEFA cette année-là !

C’est une belle histoire pour ce club d’une ville isolée que nous avions visitée il y a peu. Les supporters, malgré les aléas sportifs et organisationnels, ont toujours continué à suivre un club qui possède une belle ferveur. On leur souhaite de vibrer pour leur découverte de l’Europe !

LE BUT DE LA SEMAINE

Chance ou coup de génie ? En tout cas, le but de Wilker Angel pour l’Akhmat Grozny est un régal !

LA TRIBUNE DE LA SEMAINE

Kuban Krasnodar

L’ACTU EN BREF

  • Le Flora Tallinn y est (presque) : Avec une nouvelle victoire ce week-end, le leader a une main sur le trophée de champion d’Estonie. D’autant plus que son poursuivant, le FCI Levadia, n’a fait que match nul (1-1) face au Tammeka Tartu. Avec dix points d’avance, le Flora peut s’adjuger le trophée dès la prochaine journée, sur le terrain du Nõmme Kalju.
  • Astana a encore perdu des points à Shymkent (1-1). Ce qui fait le bonheur du Kairat Almaty, vainqueur 6-0 contre Aktobe. Cinq points séparent les deux équipes mais Astana a joué un match en moins.
  • La passion et le déluge à Batumi. Ils ont beau jouer sur le terrain de leur base d’entraînement en attendant la construction de leur nouveau stade, les supporters du Dinamo Batumi ont encore montré à quel point ils étaient probablement un des meilleurs publics de Géorgie. Malgré un déluge constant tout au long du match face au Dinamo Tbilissi, ils étaient encore des milliers présents dans les tribunes…mais aussi sur le parking, autour des grillages attenants au terrain, dans la forêt…Si le Dinamo batumi remporte le titre cette saison en Géorgie, ce sera probablement en partie grâce à son public.

La rédaction Footballski

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.