#80 Les images de la semaine

Pierre-Julien Pera
Pierre-Julien Pera - Publié le 11 octobre 2016

Roumanie: Cătălin Hîldan, 16 ans déjà

Le 5 octobre 2000, Cătălin Hîldan s’effondrait à la 74e minute du match amical opposant le SN Olteniţa au Dinamo Bucarest, victime d’un AVC à 24 ans seulement. Celui que les supporters du Dinamo appellent aujourd’hui encore « Unicul Căpitan » (l’unique capitaine) a été fêté dignement lundi soir. Après un moment de recueillement dans le vestiaire du Dinamo, où le maillot porté par Hîldan lors de l’Euro 2000 était entouré par le père, le frère et le neveu du défunt, mais également par les anciens capitaines du club Florentin Petre, Marius Niculae et Giani Kiriță, les supporters de la Peluza Cătălin Hîldan sont allés faire un spectacle pyrotechnique sur la pelouse de Ștefan cel Mare. Un bel hommage.

pch2

© Cristi Preda / Gazeta Sporturilor

sans-titre

© Cristi Preda / Gazeta Sporturilor

Arménie: boycott et bagarre

Entre résultats décevants, des choix discutables du sélectionneur Varuzhan Sukiasyan et conflits internes à la fédération, les supporters arméniens n’en peuvent plus. Seuls 7 000 sont ainsi venus voir les leurs subir une nouvelle (grosse) défaite face à la Roumanie. Un boycott en partie suivi, qui n’a pas empêché les problèmes avec les forces de l’ordre présentes dans le stade. Des heurts ont ainsi eux lieu entre les deux partie après que la police – accompagnée d’un membre de l’UEFA – a retiré manu-militari des drapeaux des grilles du Republican Stadium au simple motif que ceux-ci étaient barrés des mots « L’honneur de la patrie est au-dessus de tout » et « A vendre. » Mais ce n’est pas tout.

armenie-a-vendre

© Photolure

armenie-a-vendre-2

© armsport.am

Les 70 supporters roumains ayant fait le déplacement ont eux aussi subi le zèle des policiers arméniens. Ceux-ci sont en effet venus arracher les nombreux drapeaux que les supporters roumains ont accroché aux grilles du stade. Un geste dont la raison est hallucinante: les officiels arméniens imposent aux supporters roumains de payer un espace publicitaire pour pouvoir poser leurs drapeaux et bannières sur les grilles!  Après de multiples protestations et slogans « UEFA mafia! » les supporters ont pu soutenir leur équipe, mais les drapeaux à la main.

57f9503a95f9cfe90141b84c

© digisport.ro

Des supporters roumains qui n’ont également pas pu faire entrer dans le stade une banderole « 1,5 million de croix brillent dans ciel, au moins quelqu’un devrait essayer de dire ‘pardonnez-nous.’ » Une banderole pourtant en faveur de la reconnaissance par la Turquie du génocide arménien.

armro-banderole

@Footballyan

Estonie: ce si doux Vassiljev

Cette saison est celle de Konstantin Vassiljev. En Ekstraklasa polonaise, le milieu offensif marche sur l’eau depuis cet été avec le Jagiellonia Białystok. Un talent qui rejaillit également en équipe d’Estonie, comme face à Gibraltar, où Vassiljev marque le deuxième but des siens d’un lob magnifique. L’un des plus beaux buts de la semaine.

Moldavie: blessure d’Igor Armaş qui sort lentement du terrain

Au cours du match de la Moldavie face à l’Irlande (1-3), Igor Armaş s’est gravement blessé sur un duel avec Shane Long, en première mi-temps. On ne sait pas encore pour combien de temps il en a et s’il devra se faire opérer ou non, mais le diagnostic est une blessure à l’articulation du genou et au ménisque selon Moldfootball. Ces derniers ont d’ailleurs filmé en partie sa sortie sur civière, sous les applaudissements du public de Chişinău. Un public qui a eu le temps de lui souhaiter ainsi un bon rétablissement puisque Igor Armaş fait 1,92 mètre pour 76 kilos, ce qui nécessite quelques pauses pour les brancardiers de la Croix Rouge locale durant le tour de terrain… Recuperare grabnică, Igor!

Pologne: Tour des divisions inférieures

Vous le savez maintenant, les divisions inférieures polonaises, c’est notre grande passion. Semaine internationale ou pas, les celles-ci continuent de s’enflammer sur les terrains et, surtout, les tribunes. C’est l’heure de votre petit tour en terre polonaise, avec tout d’abord le choc de la quatrième division opposant le Jagiellonia II Białystok au Widzew Łódź.

Pour l’occasion, les supporters du Widzew avait affrété un train spécialement pour se tendre dans la capitale de Podlasie. Malgré la division, pas moins de 1600 supporters visiteurs avaient décidé de faire le voyage à Białystok. Un match que certains n’auront pas l’occasion de voir, la faute à une capacité d’accueille de 1 027 places. Malgré négociations, certains supporters ont du rebrousser chemin et retourner à Łódź en étant raccompagnés à la gare. Un déplacement qui ne commençait pas vraiment sous les meilleurs auspices. Pour au final, un match nul 1-1.

Autre match, même division. Direction Rzeszów pour retrouver le Resovia qui accueillait l’Unia Tarnów. Un match marqué par un retour dans l’Histoire avec le retour d’une vielle amitié. Amis dans les années 80, les supporters des deux clubs n’avaient plus cohabité ensemble dans une tribune depuis de nombreuses années. Finalement, ce week-end, Unia et Resovia ont décidé de mettre fin à cette querelle en se remémorant le passé et en retrouvant, ensemble, une tribune. Pour le plus grand plaisir de l’ambiance.

Pour le troisième match du jour, direction les bas fonds des championnats polonais avec un match du Sparta Złotów en Klasa okręgowa. Un club dont les supporters n’ont pas hésité à se rendre en masse à Krajenka pour le derby Iskra Krajenka – Sparta Złotów. Au programme, des pyros, une belle ambiance et une banderole « NAJWIĘKSZA SIŁA REGIONU » (« La plus grande résistance de la région« ).

pol1

© Charles Potapowicz

pol2

© Charles Potapowicz

pol3

© Charles Potapowicz

En cinquième division polonaise, nous avons également eu le droit à quelques fumigènes et supporters pour garnir les tribunes. La preuve en image avec les ultras du Ostrovia Ostrow Wielkopolski ayant fait le déplacement pour voir leur équipe affronter le Victoria Ostrzeszów.

© Ostrovia Ostrów Wielkopolski

© Ostrovia Ostrów Wielkopolski

Enfin, terminons ce tour de Pologne avec les ultras du troisième club de Cracovie, peut-être le moins connu, à savoir Hutnik Nowa Huta. Un moment spécial pour les ultras du club qui, après trois ans d’attente, ont eu le droit de se déplacer à Oświęcim, plus connu sous le nom d’Auschwitz. En effet, ces derniers avaient, il y a trois ans, eu l’occasion de s’affronter avec les ultras de l’Unia et étaient, depuis, interdits de s’y rendre. Ainsi, 250 ultras du club ont eu l’occasion de faire le déplacement afin de voir leur club affronter l’Unia Oświęcim. Les ultras locaux n’étaient pas en reste avec une belle mobilisation dans les tribunes et quelques pyros des familles.

© Hutnik.org

© Hutnik.org

© Hutnik.org

© Hutnik.org

© Unia Oświęcim Kibice

© Unia Oświęcim Kibice

Russie: le nouveau stade de Krasnodar est splendide

Le FK Krasnodar se dote d’un nouveau stade absolument sublime. Inauguré lors du match Russie – Costa-Rica (3-4), ce dernier impressionne notamment par son épatant écran à 360° au-dessus des tribunes. Un bel écrin de 33 000 places qui illustre les grandes ambitions du club européen cette saison.

stade-krasnodar-1

© Facebook / FK Krasnodar

stade-krasnodar-2

© Facebook / FK Krasnodar

stade-krasnodar-3

© Facebook / FK Krasnodar

La rédaction Footballski


Image à la une : © Unia Oświęcim Kibice

#80 Les images de la semaine
5 (100%) 4 votes

A propos de l'auteur

Pierre-Julien Pera

Pierre-Julien Pera

Papy de la team. Tombé amoureux de Bucarest un jour d'hiver 1998. L'est devenu de toute la Roumanie au fil des ans. Ecrit envers et contre tous la gloire et la beauté de son football depuis 2006 sur Parlonsfoot et Footballski. Regarde les matchs de Liga 1 roumaine et de Premium Liiga estonienne. En attendant désespérément le retour du Yakutia Yakutsk en 3e division russe. Faut vraiment être cinglé.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Le match sans fin Ceaușescu – Drăghici, symbole du football roumain communiste.

La période suivant la fin de la Seconde Guerre mondiale est une période de troubles pour de nombreux pays soviétiques,...

Fermer