#70 Les images de la semaine

Pierre Vuillemot
Pierre Vuillemot - Publié le 3 mai 2016

Pologne : Une finale folle


On commence ces images de la semaine en Pologne avec la finale de la coupe entre le Lech et le Legia qui nous a, une nouvelle fois, régalé.

Le Legia s’en est sorti avec une victoire 1-0 sur le terrain, pendant que les supporters du Legia et du Lech se sont eux rendu coup pour coup avec une multitude d’animations dans les tribunes. La folie.

Le premier à dégainer est le Lech Poznan avec un tifo représentant un supporter cagoulé et le slogan « Pociagamy za sznurki » – « Nous tirons les ficelles ». Puis, le Legia répond avec un tifo à feuilles représentant « 1916 » et « Ultras CWKS » pour Centralny Wojskowy Klub Sportowy avec en guise de banderole « Ludzie starej daty » – « Gens de la vieille école ». Après ça, les supporters du Legia mirent le feu au secteur avec, apparemment, 1916 fumigènes de craqués.

"Pociagamy za sznurki" - "Nous tirons les ficelles"

« Pociagamy za sznurki » – « Nous tirons les ficelles »

"Ludzie starej daty" - "Gens de la vieille école"

« Ludzie starej daty » – « Gens de la vieille école »

Ensuite, les supporters du Legia frappent une nouvelle fois un grand coup avec une énorme voile et la banderole « Honorem legionisty zwycięstwo w walce » – « Honorer la victoire des légionnaires dans la bataille. » Disons-le clairement, très peu de pays peuvent se targuer d’une telle ambiance.

Mais ce n’est pas terminé. Du côté du Lech, un nouveau tifo fait son apparition avec le message « Typowo poznański styl. Drugiego takiego nie ma » – « C’est typiquement le style de Poznan. Il n’y en a pas deux (autres) comme ça »

Un porte-parole de l’Association polonaise de football a déclaré qu’il devrait y avoir des sanctions à l’encontre des deux clubs après les jets de pyros sur la pelouse qui ont stoppé le match durant un long moment.

Pologne : Un an après

13112853_1086521324734418_984807778047472880_o-1024x768-11 13133122_885599071548788_7122518469141146783_n1

Il y a un an, le samedi 2 mai 2015, lors du match entre le Concordia Knurów et le Ruch Radzionkow en quatrième division polonaise, Dawid Dziedzic avait succombé à un tir de flashball d’un policier afin de riposter à un envahissement de terrain de quelques supporters du Ruch qui se dirigeaient vers les 50 supporters du Concordia.

Touché au cou et au torse, Dawid fut rapidement pris en charge par une ambulance et directement envoyé aux urgences où il décédera des suites de ses blessures. Une nouvelle qui avait alors provoqué quelques émeutes dans la ville où près de 200 personnes s’étaient rendues devant l’hôpital puis devant le poste de police, donnant lieu à des affrontements avec les forces de l’ordre.

Suite à ce décès, tout le mouvement ultra avait rendu un vibrant hommage au jeune père de 27 ans, avec également une collecte d’argent pour son fils et l’épouse du défunt.

Un an après, le mouvement polonais s’est une nouvelle fois réuni pour honorer l’un des siens. Des supporters du Concordia, ROW Rybnik, Górnik Zabrze, Wisłoka Dębica ou encore du Zawisza Bydgoszcz et Pogon Szczecin ont participé à la messe qui a eu lieu à l’église Notre-Dame de Częstochowa. Puis, ils ont formé une rangée allant du stade à l’hôpital tout en allumant un cortège de fumigène. Tout le long du chemin, on pouvait alors admirer des banderoles rendant hommage à Dawid ou rappelant les retards de procédure de la justice polonaise dans cette affaire.

Ukraine : Les tensions ukrainiennes

Le Classico ukrainien nous a encore livré son lot de « spectacle » dimanche soir. Malgré un match sans enjeu, le Dynamo étant déjà assuré du titre, les choses ont dégénéré en fin de rencontre avec une bagarre générale impliquant plusieurs internationaux ukrainiens. Comme à l’aller, le score sera de 3 à 0 en faveur du Shakhtar. Un Shakhtar qui va bénéficier durant la rencontre d’une certaine impunité, pourrait-on dire, lors de contacts musclés très à la limite. La frustration d’une rencontre qui échappe au Dynamo s’ajoutant à l’arbitrage contestable va faire monter la tension dans le match jusqu’à ce que le bouchon saute après le 3ème but.

Taras Stepaneko viendra en bas du parcage visiteur chambrer les supporters du Dynamo, un geste qui fera rentrer Sergiy Rybalka dans une colère noire. En regagnant le rond central, le milieu du Shakhtar va recevoir un coup de la part d’Andriy Yarmolenko. S’en suivront une bagarre générale puis des coups violents échangés entre Yarmolenko et Oleksandr Kucher sortie du banc pour en découdre. Les trois ukrainiens, Stepanenko, Kucher et Yarmolenko seront exclus, tout comme Mircea Lusescu fou de rage après ces incidents.

Stepanenko n’a pas été tendre avec Yarmolenko en conférence de presse d’après match annonçant que leur amitié était terminée. On avait l’habitude en Ukraine de voir des derbys bouillants sur le terrain, impliquant souvent des joueurs brésiliens, cette fois-ci, le bordel fut 100% ukrainien, une bonne nouvelle pour l’ambiance dans le vestiaire de la sélection à un mois de l’Euro.

Russie : Derby moscovite

Derby moscovite entre le Lokomotiv et le Spartak. Alors que les supporters du Lokomotiv voulaient la victoire comme ils ont pu le montrer dans leur tifo et leur message « 5 victoires – la clé pour l’or », c’est finalement le Spartak Moscou qui s’impose 2-0 grâce à un but contre son camp de Durica et un autre dans les derniers instants pour Zé Luis.

Serbie : Vazura attaqué


Miloš Vazura, directeur général du Partizan a été pris à partie par des supporters. Son chauffeur et son garde du corps ont été attaqués, mais lui a réussi à s’enfuir. Une attaque qui fait suite aux oeufs jetés sur la direction en plein match ainsi qu’à l’intervention de la sécurité lors du premier match de play-off, dans le derby, alors que des Grobari s’étaient infiltrés en salon VIP menaçant alors ce même Vazura. Le Partizan est aujourd’hui dans une grosse lutte d’influence avec l’assemblée générale qui a été annulée récemment, le tout dans une saison sportive catastrophique. Si Nenad Bjeković, directeur sportif du Partizan, a affirmé ne pas être derrière l’attaque et condamner celle-ci, on en sait aujourd’hui un peu plus sur les assaillants.

85272_10.0.0.223-07-20160428161731424_f-620x388Ainsi, parmi ces trois assaillants, nous retrouvons Aleksandar Stanković, 30 ans, ancien Delije et plus connu sous le nom de Sale Mutavi. Ce dernier avait été condamné à cinq ans de prison pour trafic de drogue et possession d’armes. Pour l’accompagner, Velja, ancien membre des Junajted Fors (United Force), du FK Rad, un autre club de Belgrade, un petit groupe de supporters extrêmement respecté dans le milieu et qui a fait sa réputation en étant considéré comme le groupe le plus « extrême », d’un point de vue politique et physique, de la ville. Enfin, on y retrouve un certain Milan, surnommé l’Ours. Il n’a pas vraiment été compliqué pour les forces de l’ordre de retrouver les auteurs de cette attaque. Ces derniers étaient à visage découvert et n’hésitaient pas à narguer la caméra de sécurité.

Géorgie : Retour du championnat féminin

Plus sympa, le championnat féminin refait son retour en Géorgie. Arrêté en 2004, remis au gout du jour sous forme de tournois en août depuis 2010, la formule championnat est réinstaurée cette année avec la participation de 6 équipes. La première journée avait lieu mardi avec un premier match au stade Tengiz Burjanadze du Dila Gori, entre Iveria Tbilisi et le club « Ecole 35 » (faut encore que je me renseigne sur ce nom…). Victoire 3-2 pour les joueuses de la capitale, déjà vainqueurs plusieurs fois des championnats et coupes organisées précédemment.

Roumanie : Popa furax

Direction la seconde division roumaine, où, durant le match Gaz Metan – Chindia Târgoviste, Daniel Popa a pété un câble. Alors que Chindia obtient un penalty, Popa se jette sur le ballon pour le tirer. Cependant, son entraîneur en avait décidé autrement et avait prévu son remplacement à ce moment-là. Daniel Popa sort alors furax… jugeant que marquer lui permettrait de s’attirer les faveurs du Dinamo, qui le suit parmi d’autres.

Croatie : Dans les ligues inférieures …

13149834_10209751884860000_216368746_nQuand tu es second arbitre et que tu dois te rendre à un rendez-vous après le match, ça donne ça.

Le week-end des champions

Car il n’y a pas que Leicester :

showpic_el100

Troisième titre d’affilée pour Qarabag qui n’a pas vraiment eu d’adversaire à sa taille cette année. On attendait le Qäbälä de Grigorchuk, c’est finalement le promu Zira qui se dresse en dauphin des hommes de Gurbanov. Et c’est par une victoire 0-2 chez eux, dont un deuxième but superbe de Reynaldo, que Qarabag officialise son titre!

i7918

Quatrième titre pour le Viktoria Plzen après sa victoire face au Banik Ostrava, qui est lui officiellement relégué après 50 ans dans l’élite du football tchèque.

e3cae036c4e2bea1fb8b65e8b2938a97_XL

L’Astra Giurgiu remporte pour la première fois de son histoire le titre de champion de Roumanie.

DSC_6522

Trencin remporte sa seconde coupe de Slovaquie dans un match splendide face au Slovan Bratislava. Le doublé coupe – championnat est en ligne de mire.

515241462207769

Le Legia a aussi remporté sa finale de coupe, avant un probable titre de champion de Pologne.

c1d7ac750984ca604576cfad6ac95faa

Autre pays, autre coupe. Le Zenit remporte facilement la coupe de Russie après avoir disposé du CSKA Moscou d’un cinglant 4-1. 9a35b3a82c58b3ee21ca2defb338345b

À Chypre, l’APOEL de Fernando Cavenaghi est officiellement champion après sa victoire 2-0 face à l’AEK.

13096355_480054575519621_1232235775270828221_n

Au Kosovo, en plus de fêter son titre de champion, Feronikeli aura le droit de participer à la Ligue des Champions après l’acceptation du pays à l’UEFA aujourd’hui. Un grand moment pour les joueurs et le championnat local.

41002

Le Ferencvaros de Zoltán Gera remporte son 29ème titre de champion après une belle saison.

1449403

Victorieux 5-0 face à Kalloni, l’Olympiakos a surtout pu fêter son titre de champion, le 43ème de son histoire.

Pierre Vuillemot


Image à la une : Lech vs. Legia

#70 Les images de la semaine
5 (100%) 2 votes

A propos de l'auteur

Pierre Vuillemot

Pierre Vuillemot

Kolik jazyků umíš, tolikrát jsi člověkem.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Semaine Spéciale Steaua 86 : La naissance d’une équipe de légende (Partie 1)

« Dis-moi, camarade Olteanu, comment ça se passe avec cette équipe de football là ? Comment ça se fait que tu ne...

Fermer