6 mois de football en Ukraine

Rusko - Publié le 27 février 2015

C’est la trêve en Ukraine. L’occasion pour nous de faire le point sur la bien nommée Прем’єр-ліга. Les supporters ukrainiens sont sevrés de football depuis mi-décembre et attendent avec impatience la reprise des festivités qui aura lieu ce 27 février !

Un leader incontesté

Saison particulière que nous offre cet exercice 2014/2015 en Ukraine. Outre le nouveau format du championnat, la situation géopolitique du pays ne prête pas aux plus grandes réjouissances et à la bonne pratique du football partout dans le pays. Avec 5 clubs situés dans les zones séparatistes de Lugansk et Donetsk, de nombreux matchs sont donc délocalisés, joués dans des ambiances feutrées dignes de matchs amateurs. Toujours est-il que, mis à part le club de Mariupol, les équipes concernées par la délocalisation s’en sortent plutôt bien. Mais avant de parler de ces équipes plus en détail, revenons sur le leader incontesté et incontestable du championnat.

Dynamo – 1er – 36 pts (14 matchs)

Avec 11 victoires pour 3 petits matchs nuls (Olimpik, Zorya et Karpaty), le Dynamo domine l’UPL comme rarement il n’a pu ou su le faire ces dernières années. Victorieux du Metalist, du Dnipro et du Shakhtar, l’équipe de Rebrov a envoyé un signal très fort à tous ces adversaires : cette saison et ce titre est pour eux.

AndriyYarmolenko_2768635
Emmené par un Yarmolenko en très grande forme (9 buts, 5 passes décisives), le Dynamo possède la meilleure attaque du championnat. Kravets s’affirme sur le front de l’attaque, Mbokani revient en forme, Jeremain Lens donne enfin la pleine mesure de son talent. Au milieu, Sydorchuk a pris ses galons de titulaire et stabilise parfaitement le jeu de l’équipe. Entre talent offensif et combat physique, Rebrov a parfaitement trouvé l’équilibre. Son équipe apparaît impossible à bouger et semble surtout marcher sur ses adversaires comme rarement. Témoin de cette impression, la victoire obtenue sur la pelouse du Dnipro a impressionné tant le Dynamo semblait supérieur à son adversaire. Un mois plus tôt, le Dynamo venait à bout du Shakhtar grâce à un but du croate Vida, une victoire qui a validé le travail de Rebrov et renforcé une confiance au beau fixe.

Si rien n’est encore joué pour le titre, le Dynamo possède, à la trêve, la meilleure attaque et la meilleure défense du championnat, mais surtout 5 points d’avance sur le Shakhtar. Reste à savoir si le Dynamo peut conserver cette avance avant d’entamer la deuxième phase du championnat. Espérons également un beau parcours en Europa League pour redonner un peu le sourire au football ukrainien.

Pour le plaisir, voici le but inscrit par Andryi Yarmolenko face au Metalurg  :

Des délocalisations plutôt réussies

Donetsk

Shakhtar – 2ème – 31 pts (14 matchs)

Luiz-Adriano
Véritable symbole et fierté de la ville, le Shakhtar alterne entre Kiev, pour les entraînements et quelques matchs, et Lviv pour d’autres matchs plus importants en général. Après un début de championnat parfait, la machine Shakhtar s’est enraillée. Tout d’abord, « à domicile » face à Zorya avec une défaite 1-0, puis à Kiev face au Dynamo (défaite 1-0), avant de tomber une troisième fois, face au Metalurg Donetsk et d’enchaîner avec un match nul 0-0 face au Dnipro. Des performances en-deçà du standard habituel pour les hommes de Lucescu qui semblaient alors en panne de solution, en manque de créativité et surtout bien peu inspirés dans les surfaces de réparation. Les 3 derniers matchs de championnat viennent redorer un peu cette première partie de saison, mais, contrairement aux années précédentes, le Shakhtar est aujourd’hui en position de chasseur. Une position qui ne peut que pimenter une deuxième partie de saison et une deuxième phase de championnat où les Luiz Adriano, Alex Teixeira et autre Bernard devront montrer de quoi ils sont faits pour aller arracher le titre.

Olimpik 4ème – 22 pts (14 matchs)

Étonnant et magnifique promu, l’Olimpik Donetsk, outre le fait d’avoir un président joueur, a la particularité d’avoir la pire différence de buts du championnat (-12). Il faut dire que quand l’équipe perd, elle ne fait pas semblant : deux fois 5-0 et deux fois 4-0. 4 petites défaites en 14 matchs, des victoires face à des adversaires comme Chornomorets, Metalurg Donetsk ou Zorya, mais surtout des matchs nuls face au Dynamo et au Metalist. Certes l’équipe marque peu de buts, mais l’Olimpik Donetsk est la bonne nouvelle de cette saison ukrainienne, une éclaircie dans un championnat qui ne peut que régresser face à la situation actuelle du pays.

Metalurg – 10ème – 14 pts (14 matchs)

3 petites victoires, une moyenne d’un point par match, le Metalurg limite la casse tant bien que mal. Longtemps privé de son buteur vedette Junior Moraes, le Metalurg reste une équipe compliquée à bouger, comme en témoignent les matchs nuls obtenus match au Metalist ou au Dnipro mais n’arrive que trop rarement à faire basculer le match de son côté.

junior-morales
L’exception du match face au Shakhtar n’a pas créé l’émulation qui aurait envoyé l’équipe dans la lutte pour les places européennes. Évidemment, rien n’est figé et le retour de Junior Moraes ne pourra qu’aider le club en deuxième partie de saison.

Lugansk

Zorya – 5ème – 21 pts (14 matchs)

Après avoir perdu Sunjic, Danilo et Boli cet été, et avec une obligation de délocalisation, on s’attendait à une saison très difficile pour le club de Lugansk. Pourtant, malgré un début de saison très compliqué (2 défaites consécutives), jamais Zorya n’a semblé en perdition, bien au contraire. Solidaires et appliqués, s’ils ne sont pas flamboyant, les joueurs de de Lugansk sont particulièrement difficiles à manœuvrer. Ainsi, les mauvais résultats du début de saison laissaient présager de meilleurs lendemains. Le déclic intervint à la dernière minute du match face au Dynamo, lorsque Ljubenovic égalisa et offrit un bon point à son équipe. Une semaine plus tard, Zorya battait le Shakhtar. La marge de manœuvre de l’équipe reste faible, comme en témoignent les rechutes face à Vorskla et Metalist, mais Zorya termine parfaitement l’année en enfonçant un Dnipro méconnaissable.

Mariupol

Illichivets – 14ème – 3 pts (14 matchs)

Mise à part les soucis financiers du Karpaty, on ne voit pas ce qui pourrait sauver Illichivets cette saison. Aucune victoire, 3 matchs nuls pour une saison en enfer pour les clubs de Mariupol.

Dnipro en panne, Metalist sur le retour

Dnipro – 3ème – 28 pts (14 matchs)

En tête après 9 journées de championnat, avec alors 1 seul match nul concédé, le Dnipro s’est effondré depuis. Cet effondrement prend source, notamment dans la défaite à plate couture concédée à domicile 3-0 face au Dynamo. Une défaite lourde et cruelle tant les hommes de Markevych se sont faits marcher dessus. Suite à cette défaite, le match nul ramené de Lviv contre le Shakhtar aurait pu être un bon résultat s’il n’avait pas été suivi de deux matchs nuls face à Zakarpattya et Metalurg Donetsk. Pis encore, le Dnipro termine son année ukrainienne avec une défaite face à Zorya. La première partie de saison du Dnipro a finalement très mal tourné.

yevhen-konoplyanka-dnipro
En tout cas, la trêve ne devrait pas être de tout repos du côté de Dnipropetrovsk. Markevych annonce d’ores et déjà qu’il faut reconstruire l’équipe. Konoplyanka arrive en fin de contrat et doit partir pour sa progression. L’ailier gauche est doué mais stagne et a besoin de franchir un cap que seul un championnat plus relevé peut lui proposer.

D’autres questions se posent face à cette première partie de saison du Dnipro. Pourquoi Zozulya ne marque plus ? Kalinic a pris le dessus sur Zozulya et Seleznyov, mais que font les deux ukrainiens pour retrouver leur poste ? Après un début de saison canon, Bruno Gama s’est complètement éteint. Matheus joue très peu (souvent blessé) et n’a pas le rendement qui était le sien lors des saisons précédentes. Bref, de prétendant au titre après 9 journées, le Dnipro semble, aujourd’hui, devoir se contenter d’une place en Europa League. Espérons pour les partenaires de Rotan que 2015 puisse offrir de nouvelles opportunités au Dnipro.

Metalist – 7ème – 19 points (12 matchs)

Avec deux matchs de moins au compteur, dont une victoire quasi assurée puisque le match face à Volyn a été arrêté peu avant la fin alors que le Metalist menait 2-1, le club de Kharkiv est virtuellement 4ème du championnat.

L’équipe a perdu contre le Dynamo, Shakhtar, Dnipro et 3 défaites. Si l’année dernière, le Metalist pouvait encore rivaliser avec des équipes, cette année s’avère compliquée. Difficile, en effet, de digérer les départs de Sosa, Blanco, Gomez, Azevedo, Cristaldo ou encore Marlos et le début de saison est venu rappeler à tout le monde à quel point il serait difficile de reconstruire une équipe capable de lutter pour le titre. Certes, il reste de très bons joueurs du côté de Kharkiv. Je pense notamment à CleitonXavier, Villagra, Edmar ou encore Jaja, mais il manque désormais ce petit plus qu’apportait Sosa ou Blanco, cette folie qui mettait les adversaires à mal. Aujourd’hui, le Metalist reste compétitif, mais ne l’est plus qu’à l’échelle ukrainienne, et dans l’optique d’une place en Europa League.

La reprise en 2015 pourrait, toutefois, nous éclairer sur les progrés de l’équipe depuis le début de saison. En effet, le Metalist enchaînera Dynamo et Shakhtar pour débuter 2015. Grosse ombre au tableau du Metalist, le parcours calamiteux du club en Europa League avec 5 défaites en 5 matchs pour l’instant. Espérons éviter un ridicule 6 sur 6 lors du dernier match face à Lokeren.

Volyn – 6ème – 20 pts (13 matchs)

Dans mon bilan du championnat après 10 matchs, je voyais Volyn lutter pour le maintien. Force est de constater qu’il n’en est rien. Le club de Lutsk vient d’aligner 3 victoires consécutives avant de voir son match face au Metalist arrêté après l’invasion du terrain par des supporters.

Peu de matchs nuls (seulement 2), Volyn fait le plein, ou presque, face aux équipes abordables et perd face à plus fort (excepté face au Karpaty). Notons que le co-meilleur buteur du championnat nous vient de cette équipe de Lutsk, puisqu’il s’agit du Roumain Bicfalvi, auteur de 9 buts en 14 matchs.

Vorskla – 8ème – 18 pts (14 matchs)

Difficile de me renouveler. Si les chiffres ont changé, l’analyse faites après la 10ème journée reste identique. Vorskla marque peu, Vorskla encaisse peu, l’équipe de Poltava est parfaite pour faire déjouer ses adversaires. Ainsi, seul le Dynamo a réussi à passer 3 buts aux hommes de Sachko.

Chornomorets – 9ème – 15 pts (13 matchs)

4 défaites, les 4 face au 4 premiers du classement et sans être ridicule. Chornomorets doit son mauvais classement à une efficacité offensive proche du néant (seulement 13 buts en 13 matchs). Néanmoins, le travail de Grigorchuk à la tête de l’équipe d’Odessa ne peut être que salué et loué. Chornomorets est en reconstruction depuis l’hiver dernier et s’en sort tant bien que mal, mais surtout avec les honneurs.

Qui pour lutter avec Illichivets ?

Metalurg Zaporizhya – 11ème – 12 points (14 matchs)

Les 3 victoires obtenues face aux 3 seules équipes moins bien classées permettent à l’autre Metalurg du championnat d’envisager relativement sereinement la suite de la saison.

Zakarpattya Uzhgorod – 12ème – 9 pts (14 matchs)

9 buts marqués, 1 seule victoire. Le club d’Uzhgorod peut remercier les difficultés financières du Karpaty et la situation des plus compliquées de Mariupol. Le malheur des uns permet la survie des autres.

Karpaty – 13ème – 3 pts (14 matchs)

Miné par des problèmes financiers, le Karpaty lutte à la fois sur le terrain et dans les coulisses. Ambuté de 9 points pour cause de salaires non payés, le club de Lviv démontre une force de caractère incroyable. Ainsi, le Karpaty a notamment tenu en échec le Metalist, Chornomorets, mais surtout le Dynamo et n’a pris qu’une seule véritable raclée, 4-0 face au Dnipro. Malgré tout ces résultats et ses 3 victoires, le Karpaty n’a que 3 points au classement et devra lutter jusqu’au bout, et plus encore, pour sa survie.

Rusko & The Swindler – Retrouvez les sur le site Soccer-Populaire et via Twitter

6 mois de football en Ukraine
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Rusko

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Présentation du FK Ural, club de la quatrième ville de Russie, Ekaterinbourg

Fondé en 1930, le FK Oural – ou FK Ural Sverdlovskaya Oblast - est le club majeur de la ville...

Fermer