L’imbroglio Lucescu au Dynamo Kiev, la qualification européenne historique du Kolos Kovalvka en Ukraine et des scores complètement fous en Estonie, la Gazette de l’est revient sur les événements marquants du week-end dernier.

Bras de fer au Dynamo Kiev autour de la venue de Lucescu

La nouvelle avait fait sensation en Ukraine. L’entraîneur mythique du Shakhtar Donetsk Mircea Lucescu posait la semaine dernière ses valises à Kiev. La levée de bouclier fut immédiate de la part des ultras, qui ont multiplié les messages hostiles sur les réseaux sociaux à l’encontre du technicien roumain. Dans la foulée de sa signature, les représentants des ultras s’étaient rendus au stade pour s’expliquer avec le président Igor Surkis.

Alors que l’on pensait la situation réglée, un coup de tonnerre médiatique à retenti lundi avec l’annonce du départ de Lucescu, quatre jours seulement après son arrivée, la presse mettant en avant le conflit immédiat avec les supporters du Dynamo. L’intéressé estimait impossible de travailler dans ces conditions, sans le soutien des tribunes.

Mais le feuilleton ne s’est pas arrêté là. Lucescu est finalement revenu à Kiev afin de passer un nouvel entretien avec la direction et est revenu sur sa décision. Le média roumain Digi Sport mentionne une baisse de salaire, passé de 3 millions d’euros à 1,2 million d’euros. L’annonce de ce revirement de situation n’a fait qu’exciter les supporters, qui sont revenus à la charge.

Le lendemain, mardi 28, Lucescu s’est rendu au stade pour assister au match des U19. Igor Surkis a alors orchestré un coup de com’ avec le traditionnel hommage à Valeriy Lobanovskiy. Tout entraîneur voulant appartenir à la grande famille du Dynamo se doit en effet de déposer une gerbe de fleurs au pied de la statue de Lobanovskiy, à l’entrée de l’ancien stade. L’officieux serment d’allégeance prêté par Lucescu, et voulu par Surkis, n’a en rien ému les ultras du club, qui ont déboulé au stade pour une démonstration de force. Dans le même temps, le White Boys Club (principal groupe ultras du Dynamo) a lâché un communiqué sans équivoque. Lucescu est accusé d’avoir choisi l’argent plutôt que l’honneur du maillot. Le WBC lui a promis « les millions les plus difficiles de sa carrière, » avant de rappeler ses déclarations passées sur la Russie et l’Ukraine qui « ne forment qu’un seul pays ». Le conflit a donc aussi pris une tournure politique et est sorti du champ strictement sportif de la rivalité entre le Dynamo et le Shakhtar.

© profootballukr

Au-delà du seul cas de Mircea Lucescu, les groupes ultras semblent maintenant décidés à régler leurs comptes avec les frères Surkis. La gestion du club est en effet très critiqué depuis plusieurs années. Et si la signature de Lucescu n’était en réalité qu’un prétexte pour déclencher une guerre à la direction et enfin faire sauter le clan Surkis ? On peut légitimement se poser la question aux vues des dernières attaques des supporters. Mercredi, le groupe Druzi Dynamo a mis en évidence les liens d’affaire entre Grigoriy Surkis et Viktor Medvedchuk, leader du parti pro-russe OPZG.

L’arrivée de Lucescu est visiblement la goute d’eau qui pourrait faire déborder le vase au Dynamo. La décision d’Igor Surkis de faire venir le technicien roumain a entrouvert la boîte de Pandore. Moins d’une semaine après la signature de l’ancien sélectionneur de la Turquie, le bras de fer initié par les ultras a déjà pris une tournure politique qui dépasse de loin la venue de Lucescu ou non. Le feuilleton de l’été est là.

UPL

Dernier acte de la saison en UPL avec les barrages européens. Les équipes classées de la quatrième à la septième place (première du groupe relégation) étaient appelées à participer aux barrages pour la dernière place qualificative en Europe.

Après s’être débarrassé du Dnipro-1, le vainqueur du groupe relégation, le Kolos Kovalivka a décroché sa place en Europe en s’imposant 1-0 contre Mariupol grâce au but de Denys Antyukh. Une première historique pour le Kolos et pour la ville de Kovalivka, qui ne compte que 1 500 âmes.

PERSHA LIGA

Malgré son nul lors de la réception du Chornomorets (0-0), l’Ingulets Petrove conserve ma tête du championnat devant le FC Minay qui a quant à lui étrillé le Cherkashchyna (6-2). L’opposition phare de la 26e journée était celle entre l’Agrobiznes (4e) et le Volyn Lutsk (3e). Dans l’optique de la montée, l’Agrobiznes a mis à mal un concurrent direct en s’imposant nettement face au Volyn (3-0). Les deux clubs échangent donc leurs places au classement.

Dans le milieu de tableau, l’Obolon-Brovar, candidat à la montée il y a peu, continue sa chute après une défaite (1-0) au Kremin.

LE JOUEUR DU WEEK-END

Auteur d’un beau doublé ce week-end, Bogdan Orynchak a permis à son équipe du FC Minay de triompher largement sur la pelouse du Cherkashchyna (6-2) et ainsi consolider sa seconde place au classement.

Estonie : folklore sur le terrain…

Quelques semaines après la victoire du Flora Talinn en finale de Coupe d’Estonie, la compétition reprend déjà. Avec, comme chaque année, de nombreux scores fleuves. Une particularité de cette compétition, qui met aux prises dès les premiers tours les clubs de Premium Liiga et des équipes issues de ligues amateurs, équivalent des équipes corpos en France. Des équipes aux noms parfois incroyables. La folie estonienne!

© jalgpall.ee

… et en dehors !

A côté de la Coupe d’Estonie, la Premium Liiga se poursuit. Dans une ambiance enfin de retour. Grâce à la bonne situation sanitaire (le pays compte officiellement moins d’une cinquantaine de cas de covid-19 en cours), les autorités ont relevé la jauge à 2 000 personnes par match. bien plus qu’il n’en faut pour remplir de nouveau les stades du championnat ! Et toujours avec l’aspect bon enfant qui caractérise le foot local, comme on a pu le voir lundi à Kuressaare. Face à la lanterne rouge Kalev, les insulaires n’ont pu faire mieux que 2-2 à domicile, lors d’un match où l’arbitre a notamment accordé un penalty imaginaire aux visiteurs, tout en refusant d’en accorder deux aux locaux, sur des fautes pourtant plus évidentes. De quoi pousser les supporters de Kure à l’attendre à sa sortie du stade… en chanson !

L’ACTU EN BREF

  • Le Karpaty repartira en D3 : Relégué à l’issu de la saison, le Karpaty Lviv a choisi, comme de nombreux clubs, de faire table rase en repartant en D3. Un nouveau coach, un nouveau staff, et une équipe qui s’appuiera largement sur son académie. Le président du club de l’ouest ukrainien a d’ores et déjà annoncé une remontée en D1 pour la saison 2022/2023. Ambitieux lorsque l’on voit les difficultés que connaissent les anciens pensionnaires de l’UPL.

La rédaction Footballski

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.