Après être revenu sur les meilleures équipes de la compétition, il est temps pour nous de regarder vers le bas du classement avec le ventre mou et la charrette. Entre déceptions, mauvaises performances et ascenseur émotionnel, les six premiers mois de compétition n’ont pas été de tout repos. On vous présentera également notre Onze du cycle aller.

9ème – Rubin Kazan – 28 points

Le cycle aller

Avec Leonid Slutsky présent sur son banc, le Rubin Kazan avait de bons espoirs cette saison pour enfin retrouver le haut du classement qui le fuit depuis désormais plusieurs saisons. Pour le meilleur et pour le pire, voilà comment on pourrait définir le cycle aller du Rubin Kazan. Capable de réaliser d’excellentes performances, le Rubin est également capable de réaliser des performances catastrophiques.

A vrai dire, on pourrait comparer le Rubin avec Robin des Bois. « Je vole des points aux riches pour les donner aux pauvres ». Deux victoires contre le CSKA Moscou, un succès sur la pelouse du Zénit Saint Pétersbourg, un autre sur la pelouse du Dinamo Moscou, avec un tel résumé on aurait pu s’attendre à voir le Rubin Kazan dans les hauteurs du classement. Mais voilà, le Rubin tombe facilement face à des adversaires jugés plus faciles sur le papier, Khimki et l’Oural en ont notamment profité. Le problème principal pour le club de Kazan c’est les prestations à domicile, seulement trois petites victoires à la maison depuis le début de la saison. S’appuyant sur un jeu tout de même plaisant à regarder, le Rubin se place donc dans le ventre mou du classement à l’issue de la première moitié de la saison. On regrettera tout de même l’élimination de la Coupe de Russie avec une défaite fatale contre le SKA Khabarovsk, pensionnaire de FNL.

Le top joueur

Pour sa deuxième saison en Russie, Oliver Abildgaard a réalisé un très bon cycle aller au milieu de terrain. Ratisseur mais aussi distributeur, le danois a régalé. On notera aussi la bonne arrivée de Despotovic. L’ancien buteur d’Orenbourg a marqué sept buts depuis son arrivée et est le meilleur buteur du club. Kvaratskhelia a été un peu moins en vue mais aura lui aussi pesé sur les défenses adverses.

L’avenir

Avec quatorze points d’avance sur la zone rouge, le Rubin est déjà quasiment sauvé. Alors, il peut se permettre de regarder vers le haut! Sera t-il capable d’élever son niveau de jeu quand c’est nécessaire? En tout cas, Slutsky est en train de réussir tout doucement à mettre son projet de jeu en place. Une qualification européenne serait une bonne chose pour le nouveau Rubin Kazan.

10ème – Akhmat Grozny – 26 points

Le cycle aller

Bis repetita pour l’Akhmat Grozny qui semble se diriger vers une année de plus dans le ventre mou du championnat russe. Après un épisode 2019/2020 raté, le club de Kadyrov espérait bien se racheter et viser mieux au classement, mais cela fait désormais de longues saisons que l’Akhmat déçoit. Malgré une dixième place au classement, l’équipe de Tchétchénie réalise pourtant un cycle aller correct. Dans les succès majeurs on retiendra la victoire sur la pelouse du Lokomotiv Moscou alors que l’Akhmat jouait à 9 mais aussi le succès contre Krasnodar.

Le club de Grozny aurait même pu espérer finir l’année 2020 à une meilleure place au classement, mais une mauvaise série de cinq matchs dans succès à mis un frein dans les ambitions des verts et blancs. On retiendra également le bon parcours en Coupe de l’Akhmat qui a sorti Rostov la semaine dernière et qui atteint les quarts.

Le top joueur

Présent en Tchétchénie depuis de nombreuses années, Bernard Berisha reste le joueur clé de l’Akhmat Grozny. L’international kosovar reste le maître à jouer de l’Akhmat avec une technique bien au dessus de la moyenne. Il est également le meilleur buteur de son équipe avec six buts. Pour sa deuxième saison à Grozny, Vladimir Iljin poursuit son adaptation dans son équipe. Quatre petits buts pour l’ancien buteur de l’Oural Iekaterinbourg, mais des performances en amélioration.

L’avenir

Assez loin de l’Europe mais quasiment sauvé, l’Akhmat Grozny devrait connaître un cycle retour plutôt tranquille. Toujours en lice en Coupe de Russie, l’Akhmat pourrait se fixer cet objectif s’il souhaite jouer en Europe la saison prochaine.

11ème – FK Khimki – 25 points

Le cycle aller

Voilà une belle surprise de cette saison 2020-2021! Le FK Khimki marquait son retour dans l’élite russe suite à sa promotion comme dauphine de FNL en 2020. Il avait brièvement figuré en RPL à la fin des années 2000.
 
Pourtant, Khimki a longtemps été en grande difficulté pendant cette saison. En huit matchs, Khimki n’avait pas remporté la moindre victoire, concédant même des points à domicile contre la lanterne rouge, le Rotor Volgograd, et encaissant un sévère 7-2 contre Krasnodar. Cette période a été marquée par une valse des entraîneurs. Sergei Yuran est licencié en août 2020 juste avant le début de la saison et son successeur Dmitri Gunko annonce sa séparation avec le club par consentement mutuel en septembre.
 
Toutefois, le vent a tourné. Khimki remporte sa première victoire contre le Dinamo Moscou (1-0) dans la foulée de la nomination d’Igor Cherevchenko comme entraîneur et, malgré trois défaites sans démériter contre le Lokomotiv Moscou (1-2), le Spartak Moscou (2-3) et le Zenit Saint- Pétersbourg (0-2), le club engrange cinq victoires dans les six derniers matchs avant la trêve hivernale, battant notamment Krasnodar (1-0), le Lokomotiv au terme d’une fin de match folle (3-2) pour un bon point pris au CSKA Moscou dans son antre de la VEB Arena (2-2).

Le top joueur

Nous pourrions parler du défenseur nigérian expérimenté Brian Idowu , prêté par le Lokomotiv, mais aux succès du club, la contribution du jeune Mohamed Konaté ne fait aucun doute et c’est donc lui que nous allons relever. Le Burkinabé est une figure centrale et indiscutable de l’attaque du FK Khimki. Il se démarque tout particulièrement par ses compétences techniques et la qualité de contrôles loin d’être évidents à accomplir. Son physique lui permet également de s’imposer dans les airs sur coups de pieds arrêtés.

L’avenir

Le FK Khimki va commencer la deuxième partie de la saison avec onze points d’avance sur le premier barragiste, c’est-à-dire plus que l’écart qui le sépare de l’Europe. Le club a de plus un calendrier favorable en ayant joué les double-rencontres contre Krasnodar, le CSKA Moscou et le Lokomotiv. Une gestion sérieuse devrait en principe permettre de poursuivre l’aventure dans l’élite, seules des performances abyssales combinées à une grosse réussite des autres équipes pouvant le mettre en danger. Khimki sera aidé par un effectif dans l’ensemble plutôt intéressant pour son calibre qui comprend un mélange intéressant d’expérimentés comme Glushakov, Dyadyun, Mirzov ou Mogilevets et de jeunes comme Lipovoy ou Koryan.

12ème – FK Oural Iekaterinbourg – 21 points

Le cycle aller

Alors que l’objectif mis en avant par le président de l’Oural Iekaterinbourg depuis plusieurs années est d’atteindre l’Europe, l’Oural termine son cycle aller comme à son habitude dans les bas fonds de la RPL. Malgré des ambitions intéressantes, le club ne semble pas se donner les moyens de passer la vitesse supérieure. La faute à un recrutement, parfois plus que moyen, depuis plusieurs années. 

Comme à son habitude, le seul moyen pour l’Oural d’atteindre l’Europe sera de remporter la Coupe de Russie. Malgré deux finales perdues et un échec en demi-finale la saison dernière contre le FK Khimki, l’Oural retente sa chance cette saison et sera confronté à Ufa dans quelques jours. Car les places européennes sont inaccessibles pour le club de Sibérie occidentale. Incapable d’être régulier (le club n’a pas réussi à enregistrer deux victoires consécutives), l’Oural se contente de petits exploits à droite à gauche. L’arrivée de Matveev la saison dernière sur le banc ne semble pas provoquée une dynamique nouvelle. Englué dans le ventre mou, le club est surtout le spécialiste du match nul (9 sur 18 matchs). Bien insuffisant pour viser plus haut au classement.

Le top joueur

Meilleur joueur du club depuis plusieurs années, Erik Bicfalvi a une nouvelle fois réalisé un bon cycle aller en terminant meilleur buteur de son équipe avec cinq buts au compteur. Arrivé cet été en prêt en provenance du CSKA, Pomazun a réalisé de belles prestations dans les cages mais est déjà de retour à Moscou. Avec seulement deux petits buts pour Panyukov et Pogrebnyak, les attaquants n’ont pas été en réussite.

L’avenir

Condamné à jouer une année de plus le ventre mou du championnat, l’Oural devra tout donner en Coupe de Russie. Avec plusieurs gros clubs déjà éliminés, cette année pourrait être la bonne pour les oranges.

13ème – Rotor Volgograd – 14 points

Le cycle aller

Il fut très longtemps la lanterne rouge mais s’en tire avec une treizième place inespérée. L’ancien top club de la Russie indépendante des années 90 célébrait son retour au plus haut niveau du championnat cette saison depuis sa descente en 2004. Depuis cette époque, le Rotor Volgograd évolue dans un nouveau stade, la Volgograd Arena, qui a été construit pour la Coupe du Monde 2018.
 
Comme beaucoup de promus, le Rotor Volgograd se préparait à se battre pour le maintien et, pendant longtemps, il a eu le profil parfait de l’équipe condamnée à descendre. Après onze matchs sans victoire dont deux défaites sur tapis vert contre Krasnodar et Rostov suite à des cas de Covid- 19, le Rotor a remporté une victoire surprise sur la pelouse d’un Lokomotiv Moscou fragilisé (2-1) pour ce qui reste le beau résultat du club en cette première moitié de saison. Néanmoins, le club enchaîne par la suite cinq matchs sans victoire jusqu’à ce que deux victoires en décembre contre Oufa et l’Arsenal Toula fasse subitement grimper Volgograd de trois places et le relance complètement dans la course au maintien.

Le top joueur

En attendant que Flamarion, solide joueur du championnat géorgien qui a rejoint le Rotor Volgograd en prêt l’été 2020, trouve davantage ses repères et marque plus souvent dans le jeu que sur penalty, Kamil Mullin reste une figure loyale et connue du Rotor qui a su trouver à quelques reprises les filets, dont lors de la victoire contre Oufa.

L’avenir

Malgré la remontée à la treizième place, le Rotor reste loin de Iekaterinbourg, premier non relégable, dont il n’est qu’aux deux tiers en nombre de points alors qua la lanterne rouge est à un point derrière. La lutte pour le maintien risque de continuer d’être très difficile.
Le Rotor peut tout de même espérer attirer de nouveau le public dans sa Volgograd Arena à la faveur des résultats de la fin de l’automne. Le public, après avoir commencé très fort compte tenu du Covid, avait commencé à s’écrouler au vu des résultats, ne faisant le plein que dans les grands matchs. Le premier déplacement contre Tambov (délocalisé à Saransk) qui lancera la deuxième moitié de la saison sera déjà d’une grande importance pour relancer l’attractivité du club.
 

14ème – Arsenal Tula – 14 points

Le cycle aller

Quelle déception … après trois saisons assez stables et un classement toujours entre la sixième et la huitième place, Arsenal Tula chute totalement et se retrouve quatorzième, en position de barragiste. Les raisons de cet effondrement sont multiples. On peut tout d’abord parler d’un changement d’entraîneur en juillet avec le licenciement d’Igor Tcherevtchenko. L’entraîneur tadjik avait réalisé une deuxième partie de saison en 2019/2020 plutôt moyenne et finalement le club avait terminé à la huitième place.
 
Objectivement son passage dans le club russe était globalement réussi, même si son équipe a été balayé lors des qualifications pour la Ligue Europa face au Neftchi Bakou et qu’il n’a pas réussi à décrocher une place pour l’Europe lors de sa deuxième et dernière saison. La suite quant à elle, est bien plus grave : Sergueï Popaldy signe pour le club de Toula en juillet 2020 et commence très mal la saison avec seulement deux victoires en 13 matchs de championnat. Il est remplacé en novembre 2020 par Dmytro Parfenov qui n’arrange pas la situation, voire pire, l’aggrave : deux nuls et quatre défaites en six matchs.
 
Si la succession de Tcherevtchenko a été totalement raté, il faut parler également des légers problèmes au sein de l’effectif : Evgeniy Lutsenko, troisième meilleur buteur du championnat la saison dernière avec 15 buts en 28 matchs, ne compte qu’une seule réalisation cette saison, et qui finalement n’a même pas apportée les trois points. Le jeune ailier Daniil Lesovoy qui faisait un début de saison prometteur n’a joué que six matchs avant de signer pour le Dinamo Moscou.

Le top joueur

Pas grand chose à retenir au niveau des individualités à Toula tant le jeu est pauvre. À la limite il est possible de souligner la saison correcte des frères Kangwa : Evans et Kings. Le premier et l’aîné ( 28 ans ) est à trois buts et trois passes décisives en 15 matchs tandis que le second, âgé de 21 ans, a un but et trois passes décisives en 16 matchs. Rien de spécial mais disons que les frères Zambiens arrivent à sauver les meubles, sachant qu’avec seulement trois buts, Evans est le meilleur buteur du club.

L’avenir

Que dire pour la suite du club ? Sortir de la zone rouge tout d’abord, et ensuite reconstruire cette équipe. Les supporters Toula aiment les joueurs techniques comme Zelimkhan Bakaev ou Daniil Lesovoy, alors il faudra pour commencer ; recruter un dynamiteur, un dribbleur qui permettra peut- être à Lutsenko de retrouver le chemin des filets et animer les rencontres. Le chantier est bien entendu plus large, il faut en réalité retoucher à toute l’équipe tant elle paraît triste sur le terrain.

15ème – FK Oufa – 13 points

Le cycle aller

C’est la mauvaise surprise de la saison. De plus en plus proche de Manchester City et avec de beaux projets (nouveau stade, nouveau complexe d’entraînement), le club d’Oufa est en train de vivre une saison très compliquée. Plutôt habitué de jouer le milieu de tableau ou les dernières places européennes, Oufa se retrouve à se battre pour son maintien!

Les prestations sont très préoccupantes pour les joueurs de Rakhimov, seulement trois victoires cette saison et des lourdes défaites contre le Zénit (6-0), Krasnodar (3-0) et le Rubin sur le même score. Pire encore, Oufa perd des points face à des concurrents directs pour le maintien avec une défaite mi-décembre contre le Rotor Volgograd. Oufa est donc dans la zone rouge et c’est plutôt surprenant par rapport à ce qu’on avait pu voir les saisons précédentes.

Le top joueur

Difficile de mettre un joueur en avant chez Oufa cette saison. Mais on retiendra tout de même l’arrivée intéressante en prêt d’Andric Kommen en provenance du Dinamo Zagreb en octobre. Avec trois buts en six matchs, il pourrait être le sauveur d’Oufa cette saison.

L’avenir

Le maintien et seulement le maintien! C’est l’objectif majeur cette saison pour Oufa, afin de poursuivre sa stabilisation et son évolution dans le football russe. Nul doute qu’une relégation aurait des conséquences économiques majeures pour le club …

16ème – Tambov – 13 points

Le cycle aller

Pour sa deuxième saison dans l’élite du football russe, le jeune FK Tambov semble dépassé et plus proche de la disparition que d’une stabilité en RPL. En proie à de très gros problèmes financiers, Tambov a vécu un cycle aller catastrophique. Difficile pour les joueurs de trouver de la motivation quand les salaires ne tombent pas pendant plusieurs mois.

Avec seulement trois victoires depuis le début de la saison, le club qui ne joue jamais à domicile à cause d’un stade qui n’est pas aux normes, il est logique de voir Tambov en position de lanterne rouge. Les rares satisfactions pour Tambov sont peut-être les matchs contre le CSKA Moscou et Krasnodar, des matchs dans lesquels le club n’a pas été ridicule malgré la défaite.

Le top joueur

Compliqué de mettre un joueur en avant tant la saison de Tambov est compliquée. On notera néanmoins les prestations correctes de German Onugkha, le joueur prêté par Krasnodar a inscrit 4 buts et était intéressant sur le front de l’attaque. De son côté, Sergei Ryzhikov a fait son possible dans les cages et a empêché Tambov de couler encore plus.

L’avenir

L’avenir est bien sombre pour le FK Tambov. Les problèmes financiers sont toujours présents et la majorité des joueurs ont quitté le club cet hiver. Avec seulement dix joueurs pro en début de stage de reprise, le club a du recruter des joueurs pour combler l’effectif. Résultats des courses, certains joueurs n’ayant même pas le niveau de FNL auront la chance de jouer dans l’élite du football russe pendant six mois.

Le XI du cycle aller

L’équipe Footballski Russie

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.