2015 – Six mois de football en Russie – Partie 2

Adrien Laëthier
Adrien Laëthier - Publié le 29 décembre 2015

Deuxième partie du compte-rendu RPL de la mi-saison pour se pencher cette fois sur le bas de tableau du championnat de Russie. L’ensemble de la rédaction russe qui vous accompagne toute l’année avec nos résumés RPL (Adrien Morvan, Antoine Jarrige, Robin Bjalon, SovietXav, Karim Hameg et moi-même Adrien Laëthier) vous offre ce retour comme dernier bonbon avant le Nouvel An si important au pays de Dostoïevski et Sychev.


Voir aussi : 2015 – Six mois de football en Russie – Partie 1


Avant toute chose, voici un petit rappel du classement. Cette deuxième partie se clora avec les plus beaux buts de ce premier tour.

Le CSKA voit revenir la meute et surtout Rostov juste avant les vacances.

Neuvième – Rubin Kazan – 20 points

Une jolie cinquième place, de nombreux joueurs se révélant et, cerise sur le gâteau, une place en coupe d’Europe obtenue après l’exclusion du Dinamo Moscou, un effectif stable : le Rubin Kazan avait tout pour aborder la saison 2015/2016 sous les meilleurs auspices, surtout avec la perspective d’un retour progressif dans la Kazan-Arena, occupée durant l’été par les championnats du monde de natation.


Voir aussi : Rubin Kazan 2015, qu’est devenue la fierté du Tatarstan ?


La saison démarrera pourtant de manière catastrophique en championnat avec pour commencer la saison une série de quatre défaites consécutives sans le moindre but marqué. À l’issue de la septième journée, le Rubin comptait déjà six revers et pouvait craindre pour sa place dans l’élite. Cette série désastreuse a eu pour conséquence le départ de l’entraîneur Rinat Bilyaletdinov, remplacé par Valery Chaly, mais aussi celui du président du club.

Après quoi, le club tatar s’est progressivement relancé et a notamment fini assez fort l’année 2015 avec dix points pris sur les cinq derniers matchs. Actuel neuvième, le Rubin Kazan s’apprête à vivre une fin de saison sans relief. Trop loin des places européennes (dix points de retard sur Krasnodar, cinquième), le Rubin n’est pas pour autant sauvé des affres de la relégation, le Kuban Krasnodar (premier relégable) n’étant qu’à cinq points.

Le Rubin ne pourra même pas se consoler avec des parcours en coupe : il a quitté l’Europa League dès le premier tour malgré un match nul décroché sur le terrain de Liverpool et il a été sorti dès les seizièmes de finale de la coupe de Russie par le SKA-Energiya Khabarovsk, pensionnaire de deuxième division (0-2). Dans cette ambiance morose, un joueur a tiré son épingle du jeu. Placardisé au point d’être prêté en deuxième division qatarie en fin de saison dernière, Marko Devic a été relancé par Valery Chaly. L’international ukrainien a marqué sept buts toutes compétitions confondues cette saison et il se remet à rêver d’Euro 2016.

Meilleur buteur : Marko Devic (5 buts)
Affluence moyenne : 11 795 spectateurs (8/16) – 39%

Dixième – Amkar Perm – 20 points

A ce stade de la compétition l’Amkar Perm était quatorzième la saison passée. Alors bien sûr malgré un jeu toujours aussi ennuyeux (15e meilleur attaque de la RPL) le club de Perm réalise pour le moment une saison correcte. Renforcé l’été dernier par de nombreux joueurs assez doué techniquement comme Uzochukwu de Midtjylland et Salugin du Torpedo Moscou, le club a réalisé une première partie de championnat assez poussive avec seulement 5 victoires en 18 matchs.

Des résultats en dents de scie, en effet les rouges et noirs ont tout de même remporté le dernier match du cycle aller dans des conditions extrêmes 2-0 contre le leader le CSKA et ont cherché le match nul 1-1 à Saint-Pétersbourg. Mais de l’autre côté le club est également capable du pire, une défaite 2-1 contre le modeste club d’Ufa et surtout un mois d’octobre désastreux avec une défaite 3-0 à Moscou contre le Lokomotiv et une autre 3-1 dans le derby contre l’Ural Ekaterinbourg. L’objectif de la seconde partie de saison sera bien sûr le maintien mais aussi de continuer le bon parcours en coupe, en effet l’Amkar est toujours en lice après avoir écarté Nalchik et le Lokomotiv à Moscou!

Meilleur buteur : Aleksandr Salugin et Alikhan Shavaev (3 buts)
Affluence moyenne : 7 562 spectateurs (12/16) – 38%

Onzième – Dinamo Moscou – 20 points

Une quatrième place, un bon parcours en Europa League : le Dinamo Moscou avait de quoi être satisfait de sa saison 2014/2015. Malheureusement, il a dû subir de lourdes sanctions de la part de l’UEFA (4 ans d’interdiction de coupe d’Europe pour non-respect du fair-play financier) et a été fortement touché par la restriction du nombre de joueurs étrangers dans le championnat russe. Ainsi, le Dinamo s’est nettement affaibli au mercato : Kurányi (Hoffenheim), Valbuena (Lyon), Yusupov (Zenit), Douglas et Dzsudzák (Turquie) ont quitté le club. Pavel Pogrebnyak, de retour après six ans d’exil, et Vitali Dyakov ont quant à eux constitué les principaux renforts.

Le début de saison du Dinamo sera très poussif : il faudra attendre la quatrième journée pour voir le club de la capitale s’imposer (3-2 sur le terrain de l’Anzhi). Alors qu’il comptait trois victoires en sept matchs à la fin août, le Dinamo va subir une longue période creuse qui ne s’achèvera que début novembre face au Kuban Krasnodar (2-1, 15ème journée).

Actuellement, le Dinamo Moscou n’est que onzième du championnat, très loin des premières places et sans véritable perspective puisqu’il n’y aura pas de coupe d’Europe au bout. Le club devra veiller à ne pas s’enliser, surtout qu’il risque de perdre de nombreux cadres au mercato hivernal : Ionov, Zhirkov et Kokorin sont annoncés sur le départ. La seule satisfaction pourrait venir de la coupe : qualifié pour les quarts de finale, le Dinamo affrontera l’Amkar Perm pour une place dans le dernier carré.

Du côté des joueurs, les satisfactions relatives proviennent de la défense plus que de l’attaque (deux défenseurs figurent d’ailleurs parmi les trois meilleurs buteurs du club : Kozlov (4 buts) et Dyakov (3)). Le meilleur joueur de ce début de saison est l’un des espoirs du club et du football russe, Grigori Morozov (22 ans en juin prochain). Dans la morosité ambiante, le jeune latéral s’est installé comme titulaire indiscutable.

Meilleur buteur : Aleksey Kozlov et Aleksandr Kokorin (4 buts)
Affluence moyenne : 6 654 spectateurs (14/16) – 35%

Douzième – Krylya Sovetov Samara – 19 points

On ne présente plus le club de notre français Yohan Mollo, champion de FNL la saison dernière avec 22 victoires en 34 matchs le club de Samara abordait cette saison comme étant l’équipe pouvant créer la sensation. Renforcé au mercato par l’arrivée du macédonien Sadik, du serbe Rodic et bien sûr par le prêt de Mollo le Krylya Sovetov a fait sensation… deux mois.


Voir aussi : On a discuté avec Yohan Mollo, attaquant du Krylya Sovetov Samara


Sixième à l’issue de la neuvième journée en battant notamment le Zenit à Saint Pétersbourg sur le score de 3-1 et le Kuban sur le score de 3-0, les bleus et blancs devenaient alors des prétendants sérieux pour une place européenne. Malheureusement pour eux lors des 9 derniers matchs, ils n’obtiendront qu’une seule victoire (une nouvelle fois de prestige 2-0 contre le CSKA). Bilan insuffisant pour prétendre à autre chose que le maintien en seconde partie de saison. En effet le Krylya ne dispose que de trois petits points d’avance sur Ufa, premier club dans la zone de barrage de relégation.

Au point de vue de la coupe l’équipe a passé un petit tour en dominant dans la douleur Tambov avant de tomber contre le Dinamo Moscou. Le Krylya reste malgré tout le meilleur promu cette saison, l’équipe joue un jeu porté sur la contre-attaque mais plutôt efficace et on imagine donc que les joueurs de Samara vont se sauver cette saison. A noter que le stade du Krylya est un des plus remplis cette saison avec une moyenne le plaçant en quatrième position, preuve encore que le football de haut niveau ne doit pas quitter Samara.

Meilleur buteur : Georgy Gabulos (4 buts)
Affluence moyenne : 14 285 spectateurs (4/16) – 43%

Treizième – FK Ufa – 16 points

On était nombreux à leur prédire l’enfer pour leur deuxième saison en Première Ligue, mais les Bachkirs ont tenu bon. Il faut dire que contrairement à leurs adversaires directs (Anzhi, Mordovia, Kuban), les Sang et Or ont misé sur la stabilité pendant l’intersaison et sur un recrutement made in FNL. Une sagesse étonnante étant donné l’âge du club, fondé en 2010 et sa proximité avec le pouvoir régional. Malheureusement, Igor Kolyvanov, l’entraîneur qui a mené Ufa de la PFL jusqu’en Première Ligue, n’a pas résisté au début de saison catastrophique des siens, avec sept points pris lors des 12 premières journées.

Son remplaçant, Evgueni Perevertaïlo, un habitué de la division inférieure, a réussi à redresser la barre grâce à de très bons résultats à domicile (7 points en 3 matchs). Pour continuer sur cette bonne dynamique, l’équipe devra trouver un second souffle en attaque et faire mieux que les 16 buts inscrits en 18 matchs lors de la première partie du championnat. Ufa peut au moins compter sur une jeunesse conquérante, avec l’attaquant formé au Spartak Vyacheslav Krotov et surtout la pépite ukrainienne Oleksandr Zinchenko, un milieu de terrain polyvalent de 19 ans passé par l’académie du Shakhtar. S’il continue comme ça, de gros clubs ukrainiens ou russes ne devraient pas tarder à s’intéresser à lui ! Une aubaine pour les Bachkirs, qui auront besoin de lui pour distancer le Mordovia et le Kuban, qui occupent actuellement les deux places réservées à la relégation directe.

Les Bashkirs ont, et c’est un événement, enfin la possibilité de jouer à domicile, mais le public ne suit pas plus que ça dans cette ville de hockey (problème récurrent à tous les stades de l’Oural comme à Perm ou à Ekaterinburg).

Meilleur buteur : Sylvester Igboun (3 buts)
Affluence moyenne : 6 800 spectateurs (13/16) – 45%

Quatorzième – Anzhi Makhachkala – 15 points

Le dauphin de la FNL 2014/2015 a connu un début de saison mouvementé en Première Ligue. La direction avait pourtant choisi de miser sur un entraîneur expérimenté, Youri Semin, qui avait déjà mené l’opération maintien avec succès à Saransk la saison dernière. Pari manqué, puisque les Daguestanais ont connu une série de six matchs sans victoire lors des six premières journées. Il a fallu compter sur la générosité du Spartak vis-à-vis des équipes en difficulté pour décrocher la première victoire de la saison, ce qui n’a pas suffi à Semin pour sauver son poste. Il a été remplacé au lendemain de la dixième journée par une légende locale, Rouslan Alagarov, qui a joué plus de 400 matchs avec l’Anzhi Makhatchkala entre 1991 et 2008.

Les résultats se sont un peu arrangés avec l’arrivée du nouveau coach : malgré deux défaites cinglantes contre Saint-Pétersbourg (5-1) et Saransk (4-0), l’Anji a réussi à remporter deux succès importants à l’extérieur contre le Lokomotiv et le Dinamo. La stat inutile du jour : le club de Makhatchkala a glané les 2/3 de ses points contre les clubs moscovites, ce qui leur permet de flotter juste au-dessus de la ligne de relégation directe à la trêve. L’objectif pour la suite de la saison est bien entendu le maintien. Ils pourront compter sur leur homme à tout faire en attaque, Ilya Maksimov, auteur d’une excellente première partie de championnat.

Meilleur buteur : Yannick Boli et Ilya Maksimov (5 buts)
Affluence moyenne : 11 476 spectateurs (9/16) – 37%

Quinzième – Kuban Krasnodar – 15 points

Depuis une défaite inaugurale face à Ural mi-Juillet, la saison de Kuban ressemble à un véritable parcours du combattant dans la course au maintien et le club va passer l’hiver en tant que relégable. Il a fallu un peu plus de deux mois aux joueurs de Sergei Tashuev pour accrocher une première victoire et l’équipe n’a gagné qu’une autre petite rencontre depuis, soulignant les limites rencontrées par le club cette saison.

Malgré cela, l’équipe a montré de belles choses, notamment face au Zenit et surtout face au Lokomotiv, match durant lequel le duo Melgarejo-Ignatyev a fait des étincelles en attaque (6-2). Melgarejo, passé par Benfica au Portugal, est l’atout offensif numéro 1 cette saison et sa qualité technique est impressionnante tant il est facile et déconcertant. Malheureusement, il est trop esseulé en attaque et les sollicitations dont il va faire l’objet lors du mercato hivernal pourraient être un casse-tête pour Tashuev : si le Paraguayen était amené à partir (Besiktas malgré le conflit russo-turc ? Retour dans la péninsule ibérique ?), Kuban perdrait son élément majeur, et avec cela de grandes chances de ce sauver en Première division russe.

Vous l’avez compris, la profondeur de banc et les possibilités pour le remplacer apparaissent menues. Une deuxième partie de saison pas facile, dans la continuité de la première en somme. D’autant que d’autres joueurs sont annoncés sur le départ: Belenov, Xandao, Ignatyev notamment alors que le recrutement marketing du duo Arshavin-Pavlyuchenko ne s’est pour le moment pas avéré payant.

Meilleur buteur : Lorenzo Melgarejo (8 buts)
Affluence moyenne : 9 733 spectateurs (9/16) – 28%

Seizième – Mordovia Saransk – 14 points

Après une saison réussie et une belle huitième place sur la lancée de leur titre en FNL, la saison de la conformation s’annonçait plus dure pour les Mordves. En effet, une réduction du budget était en vue, ce qui poussa l’entraîneur Yuri Semin ainsi que plusieurs joueurs importants comme Danilo, Ebecilio ou encore Donald ont quitté la Mordovie pour des cieux plus accueillants. Le recrutement fut plus modeste (Revishvili, Rykov, Stevanovic) pour l’entraîneur débutant Andrey Gordeev.

Deux victoires seulement pour les joueurs du Mordovia Saransk, dont une face à un Rubin en plein doute et, l’autre, éclatante face à un rival direct au maintien. C’est tout ce que les fans des Grenats pouvaient se mettre sous la dent. La grande stabilité défensive instaurée par Semin s’était étiolée, avec en point d’orgue le match fou face au leader CSKA. Les Mordves menaient 3-0 après seulement un quart d’heure et ce pour finalement s’incliner sur le score de six buts à quatre.

Offensivement cela reste relativement chaotique malgré la révélation inattendue de Lutsenko, l’ancien buteur de Khabarovsk en étant déjà à sept buts soit 40% des réalisations de son équipe. Dans les buts, c’est la catastrophe. Revishvili et Cebanu rivalisent d’erreurs alors que leur ancien portier Anton Kochenkov passe du banc du Lokomotiv à celui de Krasnodar. En coupe, rien de mieux avec une piteuse élimination à Khmiki (D2 Ouest).


Voir aussi : On a discuté avec Damien Le Tallec à Saransk


La deuxième partie de saison s’annonce toute aussi galère pour Saransk qui ne pourra compter que sur l’orgueil voire sur l’effondrement d’autres équipes comme le Kuban en grande difficulté. Car les Mordves risquent de perdre d’autres éléments importants comme Le Tallec mais aussi et peut-être Phibel ou Djalo arrivant à la fin de son prêt.

Meilleur buteur : Evgeny Lutsenko (7 buts)
Affluence moyenne : 6 194 spectateurs (14/16) – 52%

Les plus beaux buts de la première partie de saison

1- Ablaye Mbengue pour le Terek Grozny contre le Spartak Moscou

2- Sergey Tkachev pour le Kuban Krasnodar contre le Lokomotiv Moscou

3- Ivelin Popov pour le Spartak Moscou contre le Zenit Siant-Pétersbourg


La rédaction Russie de Footballski sous la direction d’Adrien Laëthier


Photo à la une : © Flickr / Piotr Drabik

2015 – Six mois de football en Russie – Partie 2
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Adrien Laëthier

Adrien Laëthier

Amoureux de la Russie et de l'Ukraine et spécialiste de ces footballs, ainsi que du football de l'Est en général ! A vécu en Russie, à Chelyabinsk là où les météorites tombent. J'essaye de faire vivre sur Footballski les différents championnats d'ex-URSS (Ukraine, Caucase, Baltique,...) ainsi que la RPL par les résumés hebdomadaires.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
2015 – Un an de football en Lettonie

Riche en faits marquants, avec notamment l’exclusion pure et simple du FB Gulbene à la suite de soupçons de matchs...

Fermer