#134 – Les images de la semaine

Antoine Gautier
Antoine Gautier - Publié le 25 octobre 2018

Chaque semaine, il se passe des choses sur nos terrains, en dehors, en tribunes, sur les réseaux sociaux…Et chaque semaine, nous vous faisons vivre cela avec un petit tour des images marquantes de l’Europe du football de l’Est. Au programme aujourd’hui : Grèce, Serbie, Moldavie, Hongrie, et un hommage national en Roumanie.

Grèce : Derby brûlant à Thessalonique

On l’attendait depuis quelques jours celui-là et il n’a pas déçu. Ce derby de Salonique entre l’Aris et le PAOK a régalé en tribune quand sur le pré c’est Prijovic qui s’est régalé en marquant deux buts pour offrir une victoire précieuse au PAOK (2-1). On retiendra donc des tifos, des pyros (beaucoup), et surtout les dizaines de « prises de guerre » (drapeaux, écharpes, maillots) du PAOK, accrochés sur les grilles et brûlés en cours de match, le tout retransmis gratuitement sur la télévision publique.

Serbie : Radonjic a un message

On attendait les performances de Nemanja Radonjic sur le terrain face à Nice, autant dire qu’on a été un peu déçu du jeune espoir serbe. Heureusement on a retrouvé l’attaquant de l’OM pour une interview à la télévision serbe pour laquelle il portait un message assez… suggestif. « Legalize it » soit « Légalisez la. »

Roumanie : Ilie Balaci n’est plus

Il était l’un des plus grands joueurs de l’histoire de la Roumanie. La Merveille blonde Ilie Balaci s’en est allé dimanche matin, victime d’un arrêt cardiaque. Légendaire numéro 8 du Craiova Maxima, la plus belle génération qu’ait connue l’U Craiova, Balaci a remporté trois titres de champion de Roumanie, quatre coupes nationales et deux titres de meilleur joueur roumain de l’année durant les douze saisons passées au club. C’est également avec lui que l’U Craiova est devenue en 1983 la toute première équipe roumaine à atteindre une demi-finale de coupe d’Europe, avec une élimination au but à l’extérieur face au Benfica.

Balaci est une légende à Craiova. Le symbole de la plus belle génération que son club formateur (il y a passé huit ans en équipes de jeunes avant sa carrière professionnelle) ait connue. Le soir même, le CS U Craiova jouait à domicile face au FCSB. Un match joué à guichets fermés, où un bel hommage lui a été rendu avant le coup d’envoi. Signe de l’importance du personnage, joueurs des deux équipes et même arbitres sont entrés sur le terrain avec des t-shirts à son effigie. Au-delà de Craiova, c’est tout un pays qui pleure une de ses légendes.

© capture d’écran LookTV

© Octavian Vasilescu / Prosport

© Remus Badea / Mediafax

Le match Craiova-FCSB s’est donc disputé dimanche soir dans une ambiance particulière. En hommage au numéro 8 que Balaci a porté durant toute sa carrière au club, le club et les supporters ont décidé d’arrêter le match à la huitième minute du match pour un grand lancer de fleurs depuis les tribunes, toutes lumières éteintes. Ironie du sort, c’est pile une seconde plus tôt que le Croate Kelic marque bien malgré lui un but contre son camp, qui offre l’ouverture du score au FCSB! Un but qui n’a néanmoins pas trop gâché l’hommage. Il a au contraire donné des ailes aux Olténiens, qui ont dominé la seconde période pour s’imposer 2-1, et dédier leur victoire face à leur plus grand rival à Balaci.

https://www.youtube.com/watch?v=Ni0qTuHod0Q

Lundi, l’heure était au recueillement. Après la cérémonie religieuse, un grand hommage a été rendu à Ilie Balaci. D’abord par de très nombreux anonymes dans l’enceinte du stade Ion Oblemenco de Craiova, puis au centre de son terrain par les différentes équipes de la ville ainsi que par les plus grands joueurs du pays, tels que Hagi, Popescu, Pițurcă, et ses anciens coéquipiers.

© Octavian Vasilescu / Prosport

© Octavian Vasilescu / Prosport

© Octavian Vasilescu / Prosport

© Octavian Vasilescu / Prosport

© Octavian Vasilescu / Prosport

© Octavian Vasilescu / Prosport

© Octavian Vasilescu / Prosport

Ce sont ensuite des milliers de personnes qui ont accompagné le cortège funèbre jusqu’au cimetière pour le dernier voyage. Un cortège qui s’est notamment arrêté devant la mairie, où Ilie Balaci a reçu les honneurs militaires.

© Octavian Vasilescu / Prosport

© Octavian Vasilescu / Prosport

© Octavian Vasilescu / Prosport

© Octavian Vasilescu / Prosport

© Octavian Vasilescu / Prosport

Immédiatement, les hommages ont afflué de toutes parts. En Roumanie tout d’abord, où la mairie de Craiova a annoncé qu’une rue de la ville portera bientôt le nom d’Ilie Balaci. A Drobeta Turnu-Severin, le stade de la ville porte depuis lundi son nom. En 1989-90, Balaci y a démarré sa carrière d’entraîneur, avec succès puisqu’il a porté l’AS Drobeta à la promotion en Divizia A dès sa première saison sur le banc. Devenu entraîneur, Balaci a par la suite parcouru le monde, remportant de nombreux trophée nationaux et internationaux en Asie et en Afrique (Ligue des Champions d’Afrique, Coupe des Coupes d’Afrique, Coupe des Champions du Golfe, Coupe des Coupes du Golfe, Prince Cup, President Cup, etc.). Sur Twitter, les nombreux clubs qu’il a entraîné ont tenu à laisser un message à sa mémoire.

Terminons avec Alexandru Mateiu, l’actuel porteur du numéro 8 au CS U Craiova. Ce dernier a annoncé avoir demandé au club de retirer le numéro qu’il porte actuellement. Mateiu s’est dit prêt à changer de numéro afin que le 8 reste associé à son plus illustre porteur.

Moldavie : Sheriff champion

Sans surprise, et avec un suspense tué depuis bien longtemps contrairement aux saisons précédentes, le Sheriff Tiraspol remporte le championnat de Moldavie à quatre matchs de son terme, son 17e au total, après un match nul face à son dauphin, le Milsami Orhei (1-1). C’est grâce à un joli but de l’inévitable Ziguy Badibanga, toujours là dans les moments importants, que le Sheriff s’est mis à l’abri, l’égalisation de Platica en fin de match ne changeant rien à la donne. Habitués à être champions, la fête est restée très sobre à la fin du match, avec un petit coucou aux supporters mais pas grand chose d’autre. Le pari est en tout cas réussi pour Goran Sablic, qui avait repris les rênes du club après la période dorée de Roberto Bordin. L’objectif reste le même : aller le plus loin en C1 l’été prochain, ainsi qu’en C3.

Du coup, au palmarès, le Sheriff n’a laissé que deux titres échapper depuis le premier obtenu en 2001, soit en 2011 (Dacia, désormais défunt) et en 2015 (Milsami). Une domination de deux décennies dont on ne voit objectivement pas venir la fin.

Le Milsami devra batailler pour garder sa seconde place face au Petrocub, qui possède le même nombre de points – même s’il s’agit d’une lutte pour l’honneur des médailles, étant donné que les deux places du podium donnent chacune droit au premier tour préliminaire de la Ligue Europa. Derrière, le Speranta se maintient virtuellement après une victoire au Dinamo-Auto, tandis que le Zimbru engrange une victoire décisive face au Zaria (3-1), qui lui permet de laisser la lanterne rouge à son adversaire et de respirer un peu.

Hongrie : Un lob improbable et Ferencváros perd son invincibilité

Solide leader du championnat hongrois, Ferencváros s’est incliné pour la première fois de la saison samedi, sur le terrain de la Puskás Akadémia (1-0). Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les Aigles verts ont encaissé un but assez incroyable. Chargé de tirer un coup-franc depuis sa moitié de terrain, dans le rond central, János Hegedűs a réussi à lober Dénes Dibusz, et cela en ayant pris très peu d’élan. Même le réalisateur a été surpris !

La rédaction Footballski


Image de couverture : © Remus Badea / Mediafax

#134 – Les images de la semaine
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Antoine Gautier

Antoine Gautier

Khinkalis et khatchapouris sur footballski. Caucasiophile, mon horizon s'élargit à l'Est toujours avec un stylo et un micro.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Saison 2018 : 5 espoirs du championnat serbe

Fidèle à ses bons résultats en équipe de jeunes, la Serbie s'est présenté à la Coupe du Monde avec une...

Fermer