#0 Genèse du Legia Varsovie – Introduction

Raphaël Brosse
Raphaël Brosse - Publié le 26 décembre 2016

En cette année 2016, le Legia Varsovie a célébré son centième anniversaire. Tout au long de cette dernière semaine de l’année, Footballski vous propose un voyage dans le temps, à la découverte des origines du club polonais. Demandez le programme !

Dimanche 15 mai 2016, sur la place Zamkowy de Varsovie. Du haut de sa colonne, le roi Sigismond III (ou du moins sa statue) peut observer une impressionnante foule parée de noir et de blanc, qui chante, applaudit et craque des fumigènes par dizaines. Vainqueur, quelques heures plus tôt, du Pogon Szczecin (3-0), le Legia Varsovie vient d’être sacré champion de Pologne. Deux semaines auparavant, il avait déjà remporté la coupe nationale, face au Lech Poznań (1-0 a.p). Un doublé ayant une saveur toute particulière pour l’équipe varsovienne, qui vient alors de souffler sa centième bougie.

En un siècle d’existence, le Legia a marqué le football polonais de son empreinte. Avec onze titres de champion national, il n’est plus qu’à trois longueurs du record détenu par le Ruch Chorzów et le Górnik Zabrze (quatorze sacres chacun), clubs silésiens au glorieux passé mais dont les performances actuelles sont bien moins reluisantes. Sur la scène européenne, les Légionnaires comptent également quelques coups d’éclat à leur actif. En 1970, ils se retrouvent dans le dernier carré de la Coupe d’Europe des clubs champions, après avoir notamment éliminé l’AS Saint-Etienne et Galatasaray. L’année suivante, la bande à Edmund Zientara échoue de peu face à l’Atlético Madrid, en quarts de finale de cette même compétition.

Nous aurions pu parler de ces titres et de ces épopées continentales. Nous aurions pu dresser notre XI type du siècle qui vient de s’écouler, avec en pointe Lucjan Brychczy, meilleur buteur de l’histoire des Legioniści (227 réalisations). Nous aurions bien sûr pu rendre un vibrant hommage aux supporters de la Żyleta, qui partent soutenir leur équipe aux quatre coins de la Pologne et – nous l’avons constaté avec plaisir en C1 cette année – de l’Europe.

Mais il ne sera nullement question de tout cela. Nous avons décidé, plutôt, de nous pencher sur la genèse du Legia Varsovie, afin de comprendre comment ce club est venu au monde. Direction, donc, les champs de bataille de la Première Guerre mondiale, aux côtés des Légions du maréchal Piłsudski, le héros de l’indépendance retrouvée en 1918. Parmi ces soldats se trouvait un certain Stanisław Mielech qui, nous le verrons, a joué un rôle fondamental dans la création du Legia, en mars 1916. Puisque la grande Histoire est toujours jalonnée de petites histoires, nous reviendrons sur l’invraisemblable imbroglio durant lequel le Lechia Gdańsk a failli usurper l’identité de son rival varsovien. Enfin, il nous paraissait impossible de ne pas vous proposer un portrait de l’immense Kazimierz Deyna, figure emblématique des Wojskowi.

Voici donc ce qui vous attend durant cette semaine de trêve entre le réveillon de Noël et celui du Nouvel An :

  • Luni 26 décembre : #0 Genèse du Legia Varsovie – Introduction
  • Mardi 27 décembre : #1 Genèse du Legia Varsovie – Józef Pilsudski, le légionnaire
  • Mercredi 28 décembre : #2 Genèse du Legia Varsovie – Les Légionnaires au combat, des champs aux terrains
  • Jeudi 29 décembre : #3 Genèse du Legia Varsovie – Stanisław Mielech, « et pourquoi pas Legia » ?
  • Vendredi 30 décembre : #4 Genèse du Legia Varsovie – Quand le Lechia se voulait Legia
  • Samedi 31 décembre : #5 Genèse du Legia Varsovie – Kazimierz Deyna, de militaire au panthéon legioniści

Pierre Vuillemot, Raphaël Brosse et Mathieu Pecquenard


Image à la une : © Archives nationales

#0 Genèse du Legia Varsovie – Introduction
5 (100%) 6 votes

A propos de l'auteur

Raphaël Brosse

Raphaël Brosse

Etudiant en journalisme à Sciences Po Toulouse, je garde un souvenir inoubliable de mes quelques mois passés sur les rives de la Vistule, du côté de Varsovie. De retour en France, j'ai intégré la rédaction de Footballski, où j'écris principalement sur le foot hongrois. Avant, pourquoi pas, de repasser à l'Est.

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Dimitar Dimitrov, le Hero qui ne meurt jamais

Le héros est un homme qui réalise, au prix de n’importe quel sacrifice, le plus haut idéal du devoir, tel...

Fermer