Saison 2015 : 5 espoirs du championnat letton

Dāvis Ikaunieks | © futbolavirsliga.lv
Maxime Bonnet
Maxime Bonnet - Publié le 8 février 2016

Au terme d’une saison 2015 qualitativement et sportivement meilleure que la précédente, j’ai voulu mettre en avant certaines individualités sur lesquelles, à mon sens, il peut être intéressant de s’attarder. Les joueurs retenus ont été sélectionnés à la fois pour leurs qualités footballistiques, mais également pour leur potentiel futur qui, espérons-le, leur permettra un jour d’aller exprimer leur talent dans un championnat plus huppé que la modeste Virsliga.  Jeunes, déjà sélectionnés en équipe nationale (1), et tous titulaires dans leur club respectif, ils représentent l’avenir du football letton à court et moyen terme, et ils ont bien mérité qu’on s’intéresse un peu à eux.

Davis Ikaunieks (FK Liepaja | 07.01.1994)

Pur produit du FK Liepaja (autrefois appelé le FK Liepajas Metalurgs), Davis Ikaunieks n’est autre que le frère aîné de Janis Ikaunieks, le seul et unique ressortissant letton jouant dans l’hexagone (2). Récemment couronné champion de Virsliga avec son club, Davis peut aussi se vanter d’avoir remporté le titre honorifique de meilleur buteur du championnat avec 15 réalisations.

Toutefois, au-delà de ses qualités de buteur, il faut savoir que Davis est le véritable fer de lance de son équipe. Seul véritable atout offensif du club depuis le départ de son frère, Davis a en quelque sorte pris sa place en décidant de s’exiler sur un côté lorsque le besoin s’en faisait ressentir.

Avant-centre de formation, il n’a pas éprouvé la moindre difficulté à s’excentrer afin de tirer profit de ses qualités de dribble et d’accélération. Plus libéré dans son jeu, ce poste lui convient beaucoup plus étant donné son gabarit un peu frêle (bien qu’il mesure 185cm, il ne pèse que 75kg) et son agilité balle au pied. Enfin, un peu à la Thierry Henry, Davis se plaît à repiquer dans l’axe et tenter sa chance dès qu’il en a l’occasion en enroulant une belle frappe du pied droit dont il a le secret.

Né dans la région de Kurzeme, dans une petite ville au nom de Kuldiga (3), Davis ne s’est jamais vraiment mis en danger. J’entends par là qu’il a toujours évolué auprès de ses proches et qu’il n’a jamais encore connu de transfert à l’âge de 22 ans. Pourtant, fort d’une expérience conséquente et couronnée de succès au sein de l’ensemble des équipes de jeune de la Lettonie (Davis a joué en tout et pour tous 45 matchs officiels et a inscrit la bagatelle de 15 buts), aucun club ne s’intéresse vraiment à lui aujourd’hui. Au dire de son président Maris Verpakovskis, il est pourtant prêt à passer à l’échelon supérieur en changeant de pays et ne sera pas retenu pour une offre de l’équivalent de 100k€. Certaines indiscrétions font même état d’un accord entre le club et le joueur d’accepter une éventuelle offre de prêt payant (on parlerait de 20k€) pour 6 mois.

Espérons qu’un club tchèque ou polonais se saisisse du dossier, le gamin semble fin prêt !

Son dernier fait d’armes en vidéo : un but d’anthologie contre le Monténégro avec les U21 (le premier but)

Vladislavs Gutkovskis (FC Skonto Riga | 02.04.1995)

Au FC Skonto Riga depuis sa plus tendre enfance, Vladislavs Gutkovskis a joué dans l’ensemble des équipes de jeunes du club avant d’intégrer l’équipe première lors d’un match de championnat face au FK Liepajas Metalurgs alors qu’il n’a encore que 16 ans. Vous l’aurez compris, Vladislavs est un talent précoce, repéré depuis sa plus tendre enfance et qui totalise aujourd’hui, à 20 ans, déjà 76 matchs de Virsliga pour 39 buts marqués.

Doté d’un gabarit impressionnant lui permettant d’asseoir sa suprématie dans le jeu aérien, Vladislavs n’en est pas moins véloce et rapide, surtout lors des premiers mètres de ses accélérations qui laissent très souvent les défenseurs adverses sur le carreau. Bon, toute proportion gardée (j’insiste), pas mal d’observateurs et/ou de journalistes locaux le comparent à Lewandowski, tant le joueur est  à l’aise avec le ballon bien que physiquement au-dessus de ses adversaires de Virsliga.

Auteur d’une saison 2014 en tous points réussie durant laquelle il intègrera l’équipe de Lettonie des moins de 21 ans, il finit également meilleur buteur de Virsliga avec 28 buts inscrits en 34 matchs, au nez et à la barbe d’un certain Janis Ikaunieks (23 buts). Moins efficace en 2015 (seulement 10 buts inscrits en 22 apparitions en championnat), il lui a notamment été reproché de ne trouver le chemin des filets que contre les « petites » équipes telles que le BFC Daugavpils et le  FS Metta/LU Riga (4).

Joueur caractériel, Vladislavs n’en est pas moins une personne attachante faisant preuve d’une qualité rare dans le football d’aujourd’hui : la loyauté envers son club. En effet, à en croire certains de ses ex-coéquipiers, le FC Skonto Riga qui souffre de problèmes financiers conséquents, n’aurait pas versé de salaires à ses joueurs pendant plus de cinq mois, permettant ainsi à ceux qui voulaient partir de le faire sans qu’une quelconque indemnité de transfert ne soit versée au club. Toutefois, Gutkovskis a lui décidé de rester en attendant qu’un club paye le montant réclamé par son club. Seulement, le problème est justement que les dirigeants du FC Skonto Riga demandent environ 450k€ pour leur pépite maison, soit un montant au-dessus du marché pour un joueur pas encore sélectionné chez les A. Selon certaines indiscrétions, le club tchèque du Dukla Prague (club où joue le capitaine de la sélection lettone, à savoir Kaspars Gorkss) aurait fait une offre conséquente (on parlerait de près de 200k€) au FC Skonto Riga, permettant au passage au club letton de faire face à ses problèmes financiers. Vladislavs, lui, s’est déclaré très intéressé par cette offre qui potentiellement lui permettrait de découvrir un nouveau championnat et également de multiplier son salaire par cinq.

Avant le club tchèque, Vladislavs avait également suscité l’intérêt de clubs au standing international, à savoir les Anglais du Everton FC et les Écossais du Rangers FC. Malgré une semaine d’essai passée dans chacun des deux clubs britanniques, Vladislavs n’aura pas convaincu les dirigeants au point de les pousser à offrir les 450k€ demandés par son club.

Pour ceux qui veulent se faire une idée du talent de ce véritable numéro neuf, voici une petite vidéo :

Janis Grinbergs (FC Skonto Riga | 28.02.1999)

Devenu à 15 ans et 102 jours le plus jeune buteur de l’histoire de la Virsliga pour sa première apparition chez les pros, Janis Grinbergs est, à n’en pas douter, le plus talentueux joueur du pays de sa génération. Capitaine des U17, il s’impose petit à petit au sein de son club de toujours, le FC Skonto Riga, et cette nouvelle année devrait être celle de l’explosion pour ce jeune homme qui n’a que seize ans, notamment à cause des difficultés financières de son club qui ont poussé plusieurs membres de l’équipe première à plier bagage à l’intersaison.

Milieu de terrain de formation, Janis est ce genre de joueur au volume de jeu impressionnant qui marque de son empreinte chaque match qu’il dispute tant il sait se rendre indispensable dans le cœur du jeu. Doté d’une très bonne qualité de passe et d’une vision qui n’a rien à envier à celle des joueurs plus confirmés de son équipe, Grinbergs sait tout faire : récupération, accélération, dribble, changement de rythme, jeu court, jeu long… Bref, le petit est un talent pur et il sera à n’en pas douter l’une des attractions de la saison 2016 en Virsliga.

C’est en tout cas ce qu’il faut lui souhaiter, car bien qu’il soit le détenteur du record de précocité pour un but marqué en Virsliga, Janis n’a joué en tout et pour tout que 80 minutes en Virsliga, réparties sur huit matchs lors de la saison 2014. L’an dernier, décision fut prise de le laisser s’exprimer avec l’équipe de jeunes du club (dont il est également le capitaine) afin d’accumuler du temps de jeu. Idéal pour le joueur qui brilla de mille feux et qui fut élu « meilleur joueur de la saison 2015 » par un ensemble de journalistes locaux.

Très en vue lors des matchs de qualifications pour l’Euro des U17 disputés à Riga au mois d’octobre 2015 (5), Janis a d’ores et déjà suscité l’intérêt de pas mal de clubs européens, et pas des moindres. Parmi eux, l’AS Rome qui a même proposé à Grinbergs d’effectuer un essai d’une semaine afin de pouvoir tester le joueur dans le but de peut-être l’intégrer aux équipes de jeunes du club. Bien évidemment Janis y a brillé, poussant même les Italiens à négocier avec les dirigeants du FC Skonto Riga dans le but d’acquérir ce jeune talent. Cependant, encore une fois, le club letton demande trop d’argent. On parle de pas moins d’un demi-million d’euros, ce qui semble surréaliste pour un joueur tout juste passé professionnel.

Laissons du temps à Janis, donnons-lui sa chance au plus haut niveau local, souhaitons-lui de continuer de briller avec la sélection et de devenir un joueur professionnel aussi accompli que son talent le laisse espérer.

En bonus, une vidéo du premier but inscrit par le gamin en tant que capitaine des U17. Un pénalty obtenu et transformé tout en finesse à la dernière minute du match contre la Finlande en juin dernier :

Endijs Slampe (FK Liepaja | 24.07.1994)

Élément inamovible du onze de départ du FK Liepaja, Endijs Slampe vient de vivre sa troisième saison consécutive en tant que titulaire, et tout cela à seulement vingt-et-un ans. Auteur d’une année pleine, Endijs fut l’un des principaux artisans du sacre récent du FK Liepaja, son club de toujours. Natif de la ville, Endijs intégra les équipes de jeunes du club dès son plus jeune âge, poussé par un grand frère (Ingus de son prénom) lui aussi professionnel, lui aussi arrière latéral, mais côté gauche, l’aîné de la famille évoluant aujourd’hui au FK Spartaks Jurmala.

Footballistiquement parlant, Endijs est un véritable arrière droit de formation, à la fois rigoureux défensivement et pas avare d’efforts, notamment lorsqu’il s’agit d’apporter son soutien au joueur jouant sur son côté un peu plus haut sur le terrain. Doté d’un bon pied droit, il apporte régulièrement le danger en centrant depuis son côté. Il totalise déjà trois passes décisives à son actif en championnat et également une en sélection des U21, où il est également le titulaire indéboulonnable au poste d’arrière droit.

Au cours de la saison écoulée, Slampe a également évolué à plusieurs reprises au poste de latéral gauche, notamment après le départ de Vitalijs Maksimenko, l’habituel titulaire chez les A, pour le club autrichien du SV Mettersburg. Toutefois, Endijs devrait retrouver son côté droit favori la saison prochaine, étant donné la récente arrivée au club de Nikita Berenfelds, transfuge du FK Skonto Riga, et véritable pendant d’Endijs en sélection avec les U21.

En plus de son talent, le jeune garçon est éduqué, bien entouré et parle un anglais distingué. Ses courses incessantes et sa grosse activité sur le terrain attirent l’œil des recruteurs étrangers, mais aucune offre n’est arrivée sur le bureau du président Verpakovskis. Endijs ne se prend pas la tête avec cela, il sait qu’il a encore beaucoup à apprendre et qu’il aura l’occasion en juillet prochain de se tester aux joutes européennes lors des éliminatoires de Ligue des Champions avec, espérons-le pour lui, un choc contre des adversaires de bon niveau. Et puis, à bientôt vingt-deux-ans, il doit aussi avoir dans un coin de sa tête la possibilité d’intégrer la sélection des A, d’autant plus qu’il n’a pas à rougir de la comparaison de son niveau par rapport à la doublure actuelle au poste d’arrière droit : Gints Freimanis qui joue également en Lettonie au FK Jelgava.

C’est en tout cas tout le mal que l’on souhaite au jeune et prometteur Endijs, une ascension au plus haut niveau à la vitesse de l’éclair.

Petite vidéo pour ceux qui souhaiteraient apprécier les qualités de vitesse et la patte droite du jeune homme :

Arturs Karasauks (Piast Gliwice (ex- FK Skonto Riga) | 29.01.1992)

Récemment cédé par son club, le FK Skonto Riga, au club polonais du Piast Gliwice, Arturs Karasauks est un personnage incontournable lorsqu’il s’agit d’énumérer les joueurs talentueux présents en Virsliga. Déjà sélectionné à huit reprises en équipe nationale A par le jeune sélectionneur local Marians Pahars, il est le joueur le plus abouti de notre liste et porte pas mal d’espoirs sur ses épaules depuis déjà plusieurs années. En effet, l’éclosion d’Arturs n’est pas une surprise comme le prouvent ses deux expériences ratées (n’ayons pas peur des mots) à l’étranger.

En 2010, Arturs n’a que dix-huit ans, mais il joue et enchaîne déjà les belles prestations en Virsliga comme en attestent ses 2 buts et 5 passes décisives en l’espace d’une demi-saison seulement. Convaincu du talent du gamin, le club ukrainien du FK Dnipro l’engage pour une période de six mois en prêt. But de l’opération : intégrer le gamin à leur équipe de jeunes (l’une des meilleurs du pays) pour qu’il se frotte à des adversaires de son âge et de son talent. Arturs n’y brille pas vraiment, il s’ennuie en Ukraine et ne met pas vraiment toutes les chances de son côté pour réussir. La sanction tombe : les dirigeants ukrainiens décident de ne pas activer l’option d’achat prévue dans son contrat de prêt. Résultat : Karasauks retourne au pays.

Là, pendant deux ans, Arturs enchaîne les matchs et les performances de haut niveau. Mais la tête brûlée profite aussi un peu trop de la vie au goût de l’entraîneur de l’époque (6) qui décide alors de le sanctionner en l’envoyant en prêt pour six mois au sein d’une équipe jouant pour sa survie en première division, le FB Gulbene – 2005. De retour au FK Skonto et un peu calmé, Arturs va, comme à chaque fois qu’on fait appel à lui, se montrer décisif (comme en attestent ses 42 buts et ses 20 passes décisives en 99 matchs de Virsliga) et ce quel que soit le niveau de l’adversaire (Karasauks totalise 5 buts et 2 passes décisives en 9 matchs de qualifications pour l’Europa League). Il attise de nouveau les convoitises et part de nouveau tenter sa chance à l’étranger.

Cette fois c’est en Russie, à Kazan, où le joueur va pouvoir se tester. Lui le russophone de naissance n’a pas de mal à s’intégrer, il va même jusqu’à trop bien apprécier les plaisirs locaux et ses écarts de conduite à répétition auront raison de son passage au Rubin Kazan. Résultat : pas un match avec les pros, pas une minute jouée en l’espace de six mois et retour au FK Skonto Riga. Tel un phénix, Arturs va encore une fois se remettre sans peine de son escapade à l’étranger et il va enchaîner les buts, les passes décisives et les prestations de grande classe. Lui le dribbleur fou, capable de véritablement déposer sur place ses adversaires grâce à son phénoménal coup de reins, va connaître son moment de gloire face aux Hongrois du Debrecen VSC à qui il claqua 2 buts en éliminatoires d’Europa League. Pas assez pour qualifier les siens (7), mais suffisant pour de nouveau attirer la lumière des clubs étrangers dont le Piast Gliwice, actuellement leader de la première division polonaise.

Bien qu’extrêmement talentueux et plus mature que lors de ses expériences passées, Arturs Karasauks va devoir cravacher dur s’il veut jouer en Pologne tant la différence de niveau entre ses anciens et ses nouveaux coéquipiers semble importante. C’est tout le mal que nous te souhaitons Arturs !

Appréciez sa conduite de balle, son sang-froid et son coup de reins contre Debrecen VSC (le FK Skonto Riga joue en rouge et Karasauks porte le numéro 25) :

Maxime Bonnet


Vous pouvez retrouver tous nos espoirs : ICI

Image à la une : Dāvis Ikaunieks | © futbolavirsliga.lv

(1) Soit chez les A soit dans les équipes de jeunes
(2) Janis Ikaunieks évolue au FC Metz depuis son transfert en provenance du FK Liepaja en janvier 2015
(3) Charmante petite ville lettone d’à peine plus de 10’000 habitants qui a la particularité de posséder les chutes d’eau les plus larges d’Europe
(4) Gutkovskis a en effet inscrit 5 de ses 10 buts contre ces deux clubs
(5) L’équipe lettone des U17 a joué trois matchs de qualifications pour l’EURO 2016 en octobre 2015 : défaite de 1-0 et 3-0 contre respectivement l’Espagne et la Pologne et victoire 3-0 contre l’Andorre
(6) Il s’agit pourtant de Marians Pahars, actuel sélectionneur de la Lettonie qui a été le premier à appeler Arturs Karausks chez les A
(7) Le FK Skonto Riga et Debrecen VSC se sont séparés sur un match nul deux partout à l’aller en Lettonie, mais les Hongrois ont remporté le match retour chez eux sur le score sans appel de 9 à 2

Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Maxime Bonnet

Maxime Bonnet

Français vivant à Riga, en Lettonie.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
© contra.gr
Olympiakos – PAOK, un choc avant la commémoration

Ce dimanche soir, le Pirée va vibrer pour l’affiche de la 21ème journée de la Superleague grecque. C’est un choc...

Fermer