Retour sur la journée 30 de RPL 2017 2018 – Championnat de Russie de football

Antoine Jarrige
Antoine Jarrige - Publié le 17 mai 2018

Le football russe a rendu son verdict le week end dernier, retour sur la dernière journée du championnat avant un retour plus approfondi dans nos 1 an.

Les affiches du week-end

CSKA Moscou vs. Anzhi Makhachkala : 2-1

Toujours à la lutte pour une place qualificative pour la Ligue des Champions, le CSKA Moscou avait l’occasion d’assurer sa qualification lors de la dernière journée en cas de victoire et de contre-performances de ses rivaux le Spartak Moscou et le FK Krasnodar. C’est chose faite pour les Moscovites qui se sont imposés 2-1 face à l’Anzhi Makhachkala avec des réalisations d’Ahmed Musa après 9 minutes avant que Khubulov égalise a la demi-heure de jeu et en seconde période Musa devient passeur pour Vitinho qui permet au CSKA de mener a nouveau et de s’imposer 2-1 alors que dans le même temps le Spartak s’est incliné face au Dinamo Moscou et le FK Krasnodar a été tenu en échec par le Rubin Kazan. Un succès qui propulse le CSKA Moscou sur la deuxième place du podium avec a la clef une qualification directe pour la Ligue des Champions, de quoi récompenser une saison pleine d’abnégation après un parcours honorable en Ligue Europa. L’Anzhi Makhachkala de son côté termine à la 14e place et aura l’occasion de jouer les barrages pour tenter de se maintenir en Premier League.

Spartak Moscou vs. Dinamo Moscou : 0-1

Un derby pour la dernière journée de championnat ! Et pour les Rouge et Blanc, ce derby valait cher puisqu’une contre-performance les reléguait à la troisième place. Devant plus de 42100 personnes, sous un soleil estival, le Spartak s’est pris les pieds dans le plat durant cette rencontre. Massimo Carrera avait bizarrement modifié son milieu de terrain par rapport aux deux derniers matchs victorieux en titularisant Mario Pasalic et Artiom Timofeev aux côtés de Sofiane Hanni. La présence de Fernando sur le banc interpellait. Côté Dinamo, l’équipe type était alignée en 5-4-1 avec Evgeniy Lutsenko en pointe.

Le Spartak domine globalement la première mi-temps, mais tombe sur un Anton Shunin en feu, notamment sur une frappe enroulée de Quincy Promes à la 24e minute. Le Dinamo fait le dos rond jusqu’à la 33e minute où les Bleu et Blanc obtiennent un penalty assez généreux que Lutsenko ne manque pas de convertir. Le Spartak se devait de réagir, mais souffrait face à chacune des contre-attaques adverses. Dans le temps additionnel, le Dinamo manque la balle du break avec une frappe dans les tribunes de Kirill Panchenko alors que le but était déserté par Artiom Rebrov, remplaçant d’un Aleksander Selikhov blessé. Un penalty aurait pu sur cette action être sifflé avec une faute de Rebrov sur Tashaev.

En deuxième période, le Spartak se montre incapable d’inverser la situation. Les changements de Carrera ne donnent rien et Shunin réalise une belle performance au bon moment. Le Dynamo a d’ailleurs les plus belles occasions en contre-attaque, mais ne parvient pas à clôturer la rencontre. Le score en restera là avec une défaite 1-0 et le début d’une bagarre générale entre les deux équipes ennemies du football russe montre la frustration de Rouge et Blanc qui ont complètement planté leur fin de saison.

Combiné avec la victoire du CSKA 2-1 contre Anzhi, le Spartak doit se contenter d’une troisième place en championnat synonyme de tour préliminaire pour la Ligue des champions. Ajouté à une élimination honteuse en Coupe de Russie contre Tosno, vainqueur de la compétition, le Spartak termine la saison avec un seul titre, la Supercoupe de Russie. Insuffisant au regard de l’effectif et de la situation plus qu’avantageuse dont disposait le Spartak en fin de saison.

Le Dynamo finit quant à lui sur une bonne note ce championnat où ils réalisent une deuxième partie de saison excellente avec seulement deux défaites en 2018.

FK Krasnodar – Rubin Kazan : 1-1

La dernière fois que le Rubin Kazan s’était déplacé à Krasnodar en octobre 2016, c’était pour le dernier match dans le stade du Kuban Krasnodar. Un an et demi plus tard, la réception du club tatar constituait une dernière. Il s’agissait de la dernière de deux légendes des Byki : Andreas Granqvist, défenseur emblématique, titulaire indiscutable, capitaine du club et de la sélection suédoise arrivée à Krasnodar en 2013, et Joãozinho, qui a longtemps été le meneur de jeu de l’équipe et qui y était depuis 2011. De leur arrivée à leur départ, le FK Krasnodar est passé du stade de club du ventre mou à un top club du pays compétitif au niveau européen. Pour ce dernier match de la saison, l’adieu aux deux joueurs a été formidablement fêté tant sur le terrain que dans les tribunes. En effet, les maillots avec les numéros des deux joueurs étaient dessinés sur la pelouse et la rencontre se jouait à guichets fermés avec 34055 spectateurs dans le stade.

Niveau enjeu sportif, bien que n’ayant que trois et deux points de retard sur le Spartak Moscou et sur le CSKA Moscou, les chances de participation des Byki à la Ligue des champions paraissaient bien minces. Le Spartak ne pouvait mathématiquement plus être rattrapé à cause de la différence de buts particulière même en cas de défaite (1-4 ; 0-2) et le CSKA devait impérativement perdre à domicile contre le relégable de Makhatchkala (0-1 ; 1-2). Pourtant, le nombre de victoires qui avait été le premier critère de départage jusqu’à l’an dernier aurait été favorable cette saison en cas de victoire du FKK (17) et de faux-pas du CSKA (16) et/ou défaite du Spartak (16), mais voilà… La règle a changé cette saison après une initiative de… Krasnodar (pour qui ce critère n’avait pas été à son avantage en 2016-2017). Donc les Byki pouvaient au mieux viser la troisième place à condition de remporter leur match et que l’Anji réalise un exploit à Moscou. Murad Musayev s’étant occupé des jeunes la veille, ce match était le second test pour Oleg Fomenko.

Quant au Rubin Kazan de Kurban Berdyev, il avait déjà fait une croix sur l’Europe, mais tout autre résultat qu’une défaite pouvait lui assurer de rester dans l’élite.

Si le match avait une saveur particulière sur le papier, il a débuté de façon un peu triste sur le terrain avec une première mi-temps relativement pauvre en occasion. Krasnodar version Fomenko semble se rapprocher plus de la version Shalimov alors que celui de Musayev ressemblait davantage à celui de Kononov. Le Rubin Kazan a commencé par un petit coup dur. Dès la onzième minute, le pilier de la défense César Navas devait être remplacé par Granat. Quatre minutes plus tard, Smolov recevait une passe de qualité médiocre de la part de Gazinski, mais il remettait le ballon à Claesson. Cependant, le Suédois manquait le cadre. Les Kazantsy répondaient par une frappe d’Azmoun à la réception d’une passe en profondeur et en duel avec la défense, mais Kritsyuk, le portier de Krasnodar qui a retrouvé sa place de titulaire, interceptait le ballon.

C’est à partir de la deuxième moitié de la première mi-temps que le match commençait à (modérément) s’emballer. Le gardien du Rubin, Dzhanayev, devait s’employer deux fois sur un tir lointain de Petrov et sur une tête vicieuse de Granqvist. À la demi-heure de jeu, Smolov manquait le cadre depuis le point penalty avant que Wanderson ne se fasse dévier sa frappe avec le ballon frôlant la base du poteau.

Alors que Krasnodar commençait à réellement contrôler la partie, le Rubin se procurait une énorme occasion par Azmoun qui filait au un contre un avec Kritsyuk, mais celui-ci réalisait une sortie magistrale et empêchait un but qui paraissait inévitable. La dernière occasion de la première mi-temps était cependant pour les Byki. Gazinski plaçait une tête au bout d’une action sur corner, mais Dzhanayev répondait à Kritsyuk en sauvant son équipe d’un arrêt sous la barre.

La deuxième mi-temps commençait avec une nouvelle action en un contre un avec Kritsyuk, cette fois face à Mogilevets qui parvenait à se défaire de tous les défenseurs, mais le gardien Byki, impérial encore une fois, dépassait les espérances en effectuant un arrêt plein d’assurance.

Krasnodar jouait plus solidement par la suite. Granqvist appelait Smolov d’une longue passe bien calculée au niveau du point penalty adverse. Cependant, un adverse retenait ses jambes et le faisait tomber en pleine surface de réparation. Penalty ou pas penalty ? On ne saura jamais si l’arbitre l’aurait sifflé ou non. Car Pavel Mamaev survenait dans la foulée et poussait le ballon en maîtrise dans le coin du cadre de Dzhanayev (1-0, 55′).

Après le but, le Rubin sortait de son camp pour se montrer plus offensif. Pourtant complètement dominateur dans le dernier quart d’heure, cela n’a pas empêché Krasnodar de se procurer une grosse occasion quand le frais Joãozinho, tout juste entré, accélérait avec Claesson. Celui-ci servait Smolov, mais sa frappe était arrêtée par un Dzhanayev tout aussi attentif que Kritsyuk. C’était le tournant qui n’avait pas lieu.

Malgré tout, le Rubin continuait ses offensives. Une équipe de Krasnodar de moins en moins engagée (surtout vu la tournure du match du CSKA) permettait à Enache de centrer depuis la droite de sorte que Sardar Azmoun expédie le ballon dans les filets d’une tête bien placée et imparable (1-1, 86′). Un but qui permettait au Rubin de se soulager pour de vrai, car il lui assurait dans tous les cas de rester dans l’élite tandis qu’il était insignifiant pour Krasnodar étant donné que le CSKA menait contre l’Anji.

Le FK Krasnodar termine symboliquement sur une note moyenne pour ce qui a été une saison médiocre, sauvée essentiellement par le sprint final après le licenciement de Shalimov. Comme le FK Tosno, vainqueur de la Coupe, n’a pu obtenir sa licence UEFA, une place a été redistribuée via le championnat et le ticket vacant pour les phases de poule de la Ligue Europa est donc revenu au FK Krasnodar qui ne pourra donc pas connaître la même mésaventure que cette année où il avait été éliminé en barrages par l’Étoile rouge de Belgrade. Le Rubin Kazan a de son côté conclu sa saison par un énième nul. L’exercice 2017-2018 a été très paradoxal pour le club tatar qui a réalisé certains exploits comme d’énormes déceptions avec l’ossature du glorieux FK Rostov et le même entraîneur prodigieux. Était-ce l’année de la réadaptation de Kubrna Berdyev pour un retour en force l’année prochaine ?

Les autres matchs

  • Le Zénit déroule. Déjà assuré de jouer l’Europa League, le club de Saint-Pétersbourg a surclassé le SKA Khabarovsk 6-0 avec notamment un quadruplé de Yerokhin!
  • Ufa jouera l’Europe! Profitant du refus de Tosno de jouer l’Europe, Ufa a battu ce même Tosno sur le score de 5-0! Tosno, vainqueur de la coupe dans la semaine, évoluera en FNL la saison prochaine.
  • Ural a eu chaud. Suite à sa défaite 1-0 sur la pelouse de Rostov, les joueurs de Tarkhanov évitent les barrages grâce au nul entre l’Amkar et l’Akhmat.
  • Amkar en barrage. Le club de Perm devait impérativement s’imposer contre l’Akmhat, mais n’a pu faire mieux qu’un 0-0 malgré une nette domination.
  • Le Loko termine sur une défaite. Le champion a joué tranquillement son dernier match contre l’Arsenal Tula et s’incline 2-0.

Le classement

L’événement marquant de la semaine

Week end des adieux en Russie

De nombreux joueurs ont disputé une dernière rencontre dans le championnat et quittent le monde du football ou la Russie. Parmi les principaux on notera la dernière de Granqvist et Joazinho à Krasnodar, les frères Berezutsky qui quittent le CSKA et Criscito qui dit adieu au Zénit. Des grands messieurs qui manqueront forcément à la RPL et aux amateurs de football russe.

Qu’est-il devenu ?

Romulo

Pas le plus connu des étrangers qui ont joué en RPL ces dernières années, le Brésilien Romulo a pourtant passé quatre saisons au Spartak Moscou entre 2012 et 2016. Solide défenseur et doté d’une bonne relance, Romulo se révèle à Vasco de Gama au Brésil lors de la saison 2011-2012. Repéré par le Spartak, il y signe contre une indemnité de 8 millions d’euros. Il débute directement contre le Rubin Kazan mais se blesse gravement au genou après quelques matchs. S’en suit une longue descente aux enfers et de multiples opérations. Un an et demi plus tard, il revient dans une rencontre face à Tosno en avril 2014. Entre-temps, il n’entre plus dans les plans de Dmitri Alenichev. Au total, le défenseur central brésilien joue un peu plus de soixante matchs sous les couleurs du Spartak Moscou. A l’été 2016, il signe à Flamengo et retourne au Brésil. Depuis, il joue très peu. Un transfert cet été est envisagé.

Le XI

Le but du week-end

Patator à Moscou! Grosse frappe de Khubulov pour l’Anzhi qui permet à son équipe de s’accrocher contre le CSKA mais n’empêchera pas la défaite finale.

L’actu FNL

Quelle dernière journée de championnat ! On savait que l’intérêt de cette ultime journée de FNL résidait dans la course au maintien. Et on n’a pas été déçus !

Kuban vs. Tomsk 3-3

Commençons par le match de folie entre Kuban et le Tom Tomsk. L’équipe de Krasnodar prend rapidement le large avec trois buts en 22 minutes de jeu grâce à des buts de Nikita Malyarov, Azat Bairyev et Vladimir Obukhov. On se dit alors que la rencontre va durer une éternité pour Tomsk alors qu’ils doivent repartir de Krasnodar avec un résultat. Un but contre son camp d’Oleg Aleynik avant la mi-temps relance ainsi le Tom. En deuxième période, Tomsk revient au score avec deux buts successifs d’Anzor Sanaya sur coup franc et d’Ante Puljic d’une tête rageuse. Un retournement de situation incroyable alors que Kuban a eu les occasions pour corser le score, mais leur manque de réalisme a permis à Tomsk d’accrocher le nul et de pouvoir se maintenir en FNL.

Spartak 2 vs. Sibir 2-1

La victoire, voilà ce que cherchait par-dessus tout le Spartak 2 contre le Sibir pour se maintenir. Les choses ne se sont pas passées de la meilleure des manières en encaissant un but de Vladimir Azarov à la suite d’une bourde de la défense rouge et blanche. Mais Zelimkhan Bakaev se transforma en héros du Spartak en réalisant un doublé, le premier but rapidement après l’ouverture du score du Sibir, et le deuxième sur une frappe lourde à ras de terre qui a surpris tout le monde ! Le score en resta là et permet au Spartak 2 de rester en FNL.

Zenit 2 vs. Shinnik Yaroslav 1-0

Un maintien au forceps pour l’équipe 2 du Zenit tant ce fut compliqué. Les bleuets se mirent pourtant sur le bon chemin en ouvrant le score sur une tête rageuse d’Ilya Zuev à la réception d’un bon centre au deuxième poteau. Les choses se compliquèrent en début de deuxième période avec l’expulsion de Nikita Kakkoev, auteur d’un tirage de maillot grossier alors qu’il était en position de dernier défenseur. Les joueurs saint-pétersbourgeois jouèrent la totalité de la seconde période en infériorité numérique, mais gardèrent ce précieux résultat.

Le Zenit 2 profite de la descente de seulement quatre clubs en PFL pour se maintenir en FNL puisque le club de Sakhakin, leader la zone est de PFL, n’a pas demandé de licence pour pouvoir évoluer en FNL.

Malgré leur victoire contre Khimki(3-1) et Samara(2-0), le Rotor Volgogradet Luch Energiyasont les grands perdants de cette journée en se voyant relégués en PFL. Situation difficile pour le Rotor qui devra évoluer en division inférieure dans son stade flambant neuf… Quant à Tyumen, il n’y a pas eu d’exploit après leur défaite 3-1 contre le Baltika et verra aussi la PFL la saison prochaine. Le Fakel Voronezh complète la liste des quatre relégables.

La rédaction Russie de Footballski

Retour sur la journée 30 de RPL 2017 2018 – Championnat de Russie de football
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Antoine Jarrige

Antoine Jarrige

Antoine, 21 ans. Etudiant en kiné en Alsace, grand amateur du football russe . Amoureux d'Ural, le grand club de Sibérie occidentale, mon coeur ne bat que pour Smolov et Lungu.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
#130 Les images de la semaine

Kosovo : Drita s'y voit déjà. Avant-dernier match de la saison ce week-end au Kosovo et le KF Drita était...

Fermer